Test :
Kingdom Hearts Rebirth 2

Temps joué : 3 h


Introduction

Hello, I’m Dyn Faust ! Je suis un joueur casu mais aussi un concepteur amateur, un peu d’Unreal, beaucoup d’Unity et bien entendu pas mal de Rpg Maker. Je vais durant ce test tenter de faire une critique honnête et constructive. Je n’écris pas de pavé mais je tente d’être concis. Bien entendu, la synthèse finale de ce test n’est tirée que de ma propre réflexion et de mon ressenti personnel, à prendre avec du recul, donc.

Kingdom Hearts... licence hybride mythique, nous nous retrouvons aujourd'hui avec une imitation rpg maker, suite d'un premier opus à succès.

Ce second épisode obtiendra-t-il une réussite semblable à son aîné ? La keyblade ouvrira-t-elle à nouveau notre cœur ?



Awards généraux

Gameplay (Note : 4,25/5)

Deux grosses phases de jeux rythme KHR2.

La première, de l'exploration, bien entendu. On évolue dans les différentes maps à l'architecture espacé, à la recherche d'une personne ou d'un objet. Les différentes missions ne durent pas une éternité et sont simples, ce qui permet de progresser plus vite. Bien que peux nombreuses, ces dernières offre de petits défis sympathiques. Des quêtes pour/avec d'autres protagonistes aurait été bienvenues (Background, histoire, etc.) La carte est claire, on sait où il faut aller.

La deuxième phase, dominante, c'est les combats. En 2D, en temps réel, on assiste ici à une dynamique enjouée et originale. Kioku est libre de se déplacer sur toute l’horizontal et possède un panel de coups sympathiques et variés (malgré du peu, en espérant en avoir beaucoup plus dans la version finale). Les ennemis ont des comportements différents et il est donc de bonne méthode d'établir une stratégie, ou d'étudier le fonctionnement de chacun. Le tout est bien rôdé et plus ou moins fluide (C'est du rpg maker quand même). J'irai même à dire que la frénésie s'installe lors de quelques combats ! C'est jouissif !

La difficulté est bien dosée, Le défi est toujours constant sans être insurmontable. Une exception seulement, le boss surgit beaucoup trop tôt, c'est l'ennemi le plus ardu de la démo et il apparaît dès les premiers instants du jeu ! Une belle crise de nerfs ! P*%**n de monstre de m***e !

Une ergonomie pratique, l'action omniprésente et les systèmes parfaitement rodés nous tiennent accroché à la manette / au clavier durant tous le long de la partie. Loin d'être parfaite cette prise de risque des développeurs pour faire quelque chose de nouveau et de dynamique paye, on ne s'ennuie pas, loin de là.

Histoire (Note : 3,5/5)

Suite plus ou moins directe du chapitre précédant, les événements se suivent sans difficulté.

On sait qui on incarne, son objectif, ses alliés, mais les chosent plus intéressantes comme les liens entre les personnages, le fonds de l'histoire ou la nature de l'univers qui nous entoure sont flous ! Il manque pas mal de précisions et surtout un accès aux racines de l'histoire, car on à pas tous joué à Kingdom Hearts ou à KHR ! Les personnages ne sont pas plus développés que ça, c'est dommage car on ne s'y attache guère.

Les événements à court terme sont toujours clairs, on comprend ce qui se passe, grâce à des personnages explicites et une narration propre. Le scénario est bien construit, les différents maillons de l'intrigue s’emboîte efficacement et induisent un bon rythme.

Une histoire accessible et une construction intelligente du scénario favorisent un suivi agréable. Mais on prend peut d’intérêt véritable à ce qui ce passe, faute au sérieux manque de background sur tous les domaines.

Ambiance et Immersion (Note : 3,25/5)

Étant un fan-game, l'âme général du jeu se rapproche tout naturellement de celle de la licence originale, mais est-elle de même qualité ?

Plusieurs cinématiques bien réalisés rythment la trame principale, nous plongeant irrémédiablement dans celle-ci. Même en ayant passé outre le premier volet, on peut comprendre plus ou moins ce qui se passent, c'est agréable. Les personnages on même une voix, et on peut entendre lors des dialogues des "hoooo" ou des "ha" rendant la discussion plus vivante.

Il manque cependant des infos sur notre ami Kioku, sa quête, son lien avec les gens, sa nature même, ne sont que survolés. La quête principale est trop mystérieuse, on ne ressent pas vraiment de tension, de nécessité ou tout simplement d'envie de sauver... ? Le monde ? une partie du monde ? seulement Kiryoku ? Ce n'est pas clair.

Si les maps sont très belles, elles sont par contre très vides. La première ville compte quelques habitants, immobiles, à raconter une seule et même phrase à longueur de journée. La ville suivante est débarrassée de tout pnj et de trace de vie pour ne contenir que deux héros nécessaires à l'histoire. Si cet empty général ne gêne pas du tout le suivi du scénar, il pêche beaucoup sur l'ambiance, et surtout sur l'immersion. Les musiques sont agréables mais trop discrètes, elles ne démarquent pas assez un endroit d'un autre.

Si l'authenticité du projet est plutôt correct à première vue, la partie immergé de l'iceberg reste cependant introuvable. Bien qu'agréable, la narration trop légère et l'univers en porcelaine nous laissent malheureusement un peu insensible à ce qui se passe, jouant des événements qu'on prend plaisir à suivre, mais dont on n'y croit pas vraiment.

Graphismes (Note : 4,75/5)

Dès l'ouverture même du jeu, on découvre de belles images laissant imaginer la qualité de la suite. Et effectivement, KHR2 bénéficie d'une qualité graphique excellente en tous point de vue, surtout que c'est du 100% custom !

L'interface, sobre et design à la fois, permet une navigation claire. Les dialogues sont manœuvrés par un face à face entre les auditeurs avec chacun plusieurs sprites suivant leur expressions. Quelques personnages sont un peu ratés, dommage, mais c'est loin d'être la majorité.

Les combats bénéficient d'animations plutôt fluides et variées. Les ennemis rencontrés possèdent chacun un visuel différent avec un panel d'action très bien rendu.

Les maps du projet sont tous bonnement géniales, en premier lieu par la perspective choisie, laissant plus de profondeur et de liberté, et deuxièmement grâce à la méticuleuse conception artisanale des tiles, propre à chaque niveau, permettant un transfert presque parfait de la vision de l'auteur. Quelques finitions manquantes, accord de tons ou différences de trames mettent le point sur la nature amateur du projet, mais la marge est plutôt courte selon moi !

Bref, vous l'aurez compris, le visuel que nous offre KHR2 est plus qu'appréciable, il ne manque que quelques échelons pour pouvoir prétendre à un travail professionnel !

Bande-son (Note : 3,75/5)

Les différentes ambiances sont bien sonorisées. Les compositions choisies sont agréables et adaptées, bien qu'elles manque de personnalité ; Après 3h de jeu, je suis incapable de m'en souvenir d'une seule. Découle de cela inévitablement un manque de démarcation entre les différents niveaux.

Les bruitages sont explicites et collent bien aux actions qui y sont attribuées. Les voix des personnages sont efficaces et discrètes, elles font leur office. Les cinématiques mériteraient des scores un peu plus puissants.

Des titres maîtrisés et une technique implacable, il manque cependant à cette bande-son une bonne dose d'ampleur et de caractère pour être accomplie.


Awards spécifiques

Game design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes originaux (Note : 4,5/5)

Si RM est de loin pas le meilleur support pour un jeu d'action, il bénéficie néanmoins ici d'un projet audacieux prouvant qu'il est possible d'avoir un jeu dynamique et frénétique sur ce bon vieux RM.

Si les phases d'explo n'ont rien de vraiment spécial, les combats sont originaux et fonctionnels. Pas de bug ou d'erreur, la mécanique roule pour notre plus grand plaisir. Attention toute fois aux itbox, pas toujours bien alignées, et aux commandes querty / azerty / manettes, pas encore au point.

De magnifiques systèmes qui ne demande que d''être bien exploités !

Scénario (Note : 3,25/5)

Construit intelligemment, le scénario de KHR2 nous propose de la simplicité. Clair, il reste malheureusement assez linéaire. Pas vraiment de rebondissements ou de sueurs froides, on aurait bien voulu découvrir un agenda plus chargé.

Pas de bâton dans les roues autres que les éternels antagonistes mystérieux et autres sbires pour la trame principale. Pas de mystères ou autres cachotteries, la vie de kioku est droite et sans zone d'ombre.

Propre simple fonctionnel, mais pas très intéressant. De bonnes bases sont là, reste à étoffer maintenant !

Mise en scène (Note : 3,5/5)

On suit l'intrigue au travers des dialogues, plutôt pas mal, ainsi qu'avec des cinématiques. Ces dernières sont super ! On est immédiatement capté par ce qui se passe, avec de bonnes illustrations. Juste dommage du peu !

Comme dis plus haut, la bande sonore est trop discrète pour être vraiment efficace dans ces moments là.

Plusieurs efforts permettent de bonnes scènes de manière général mais c'est encore trop dénué d’émotions et de force pour vraiment être optimum. à améliorer.

Univers (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 4,75/5)

Étant donnée que la totalité du visuel est custom, le gros de ma synthèse se trouve sous la rubrique "Graphismes".

Je peux ajouter que c'est du très bon travail, il ne manque que quelques corrections ici et là, comme le manque de texture ou de symétrie, des retouches niveau ambiance et quelques détails qui font la différence entre un amateur et un professionnel. Bien qu'ici la barrière entre les deux soit considérablement réduite !

Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 3,75/5)

On est plutôt bien introduit dès le lancement du jeu.

L'intrigue commence immédiatement et nous laisse déjà avec des infos dont le héros n'a pas encore conscience ce qui nous donne l'envie de l'aider (Effet BigBrother). Casier vierge sur le héros on a pas la moindre idée de son passé, du coup les premiers éléments de l'histoire paraissent un peu prématurés. Le début des combats dispose d'une bonne explication mais une safe zone et un paramétrage plus libre dès le début aurai étés les bienvenus.

Une bonne introduction donc, mais qui endure les mêmes problèmes que la suite du jeu.

Fin (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 4/5)

À la manette ou au clavier, Kioku ne s’arrêtera pas avant d'avoir sauvé son ami. Mais vous, serez vous aussi enjoué et déterminé à accomplir cette aventure ?

Et bien je pense que majoritairement, OUI.

Le gameplay jouissif, les graphismes de toute beauté et l'ergonomie étudiée ne vous laisseront pas indifférent. Si pas mal d'aspects doivent encore être améliorés comme le scénario trop simple ou un background négligé, il est sûr que cette démo a un bel avenir devant elle si elle ne s'appuie pas trop sur ces acquis !


Remarques diverses

D'un point de vue personnel :

Le boss apparaît trop tôt, j'ai mis plus de 20 minutes pour m'en débarrasser, c'est beaucoup trop. Il faudrait l'introduire plus tard ou l'affaiblir.

J'arrive pas passer les portes ! élargir un peu les itbox ou revoir la perspective !

ça ne touche qu'une petite part des joueurs, mais pour un clavier querty les commandes standards sont impraticables. (Mais j'avais une manette !)

Sinon bravo c'est un projet qui a de l'avenir !

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !