Test :
Destiny : The Endless War
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Destiny : The endless war (de Sora)


Destinée, on était tous les deux destinés ...
On était destinés à voir ce mot dans un titre de jeu présenté aux Alex d'Or, oui. Ca manquait depuis les jeux quasi-éponymes de Lepanthes, il faut dire. Il faut dire que le thème est couru dans les RPG, y compris chez les meilleurs d'entre nous, mais hélas le titre n'en est guère engageant pour quelqu'un qui, comme l'humble hérétique que je suis, recherche l'originalité dans les jeux rpg maker. Mais allons, le thème peut être bien traité, donc lançons nous sans a priori vil et visqueux.

Je lance donc le jeu, et vois un nouvel écran titre me proposant de tenter d'accéder à des bonus qui, bien évidemment, me sont interdits pour l'instant et ne seront disponibles qu'en fin de jeu, si l'on parvient à les débloquer (grâce à une joyeuse quête secondaire dont je vous entretiendrai tantôt)

Suite à cela, l'intro. Qui, je suis désolé de le dire, ne m'a pas tout à fait rassuré quand à l'originalité scénaristique du jeu. Le monde entier est donc divisé en quatre états dont le nom a pour initiale celle de leur localisation géographique, ainsi Suria au sud et Octron à l'ouest, lesquels se sont tous affrontés dans une grande guerre interrompue par un événement mystérieux.
Aussitôt la paix signée, on crée une académie de combattants, histoire d'être mieux équipés la prochaine fois, et vous voilà, vous, oui vous, joueur, incarné dans un jeune élève de ladite académie. S'ensuivront quelques événements plus ou moins cocasses consistant essentiellement en une succession de missions, qui nous permettent de découvrir un peu le vaste monde, d'apprendre quelques bribes d'éléments scénaristiques et de rencontrer des personnages plus ou moins importants dans l'histoire (avec en outre, entre deux missions, des rêves hautement préfiguratifs et annonciateurs et mystérieux).

Au sujet de l'histoire, justement, on n'en voit donc pas énormément de développement au cours de cette démo, mais de ce qu'on peut voir, elle tape dans bon nombre de clichés inhérents à deux domaines essentiellement : les RPG japonais et les mangas de type shonen (ceux avec beaucoup de combats et des ennemis toujours plus puissants). N'étant pas un spécialiste dans ce dernier domaine, je me risquerai juste à dire qu'il y a probablement une influence plus ou moins importante des Naruto sur divers éléments du jeu, à moins que les inspirations soient communes. Il ne pouvait donc pas ne pas y avoir de ninjas surpuissants qui se transforment, lancent des boules de feu et autres.

Toujours dans l'esprit shonen, les éternelles questions de "tel bonhomme est le plus puissant au monde et je suis plus puissant que toi et si tu t'entraînes tu deviendras plus puissant" qui fleurent bon la testostérone, mais moins qu'on eut pu le craindre, quand même (par contre c'est exacerbé chez les ninjas, forcément - ninja = mâle ultime qui sent sous les bras - ainsi que, plus curieusement, chez les professeurs et recteurs d'académies, qui décidément cachent bien leur jeu dans la vie courante, même si j'ai eu un prof d'histoire qui se battait à la masse d'armes dans des tournois, mais passons).
Les personnages incarnent donc bien les archétypes du genre, ce qui plaira probablement aux amateurs. On peut tout de même espérer qu'ils se développent davantage par la suite, même si je doute qu'ils sortent beaucoup de leur stéréotype au cours du jeu. Pour ma part, je dois dire que je ne suis pas emballé par ce style, mais je ne doute pas que certains aimeront d'autant plus.

Ainsi, nous nous retrouvons à jouer (ce qui est un peu le but, somme toute). Dans l'ensemble, ça se joue comme un RPG normal, avec combats side-view et ATB. Pas de grande innovation majeure, mais pas de grande déception non plus, donc ça va - outre les textes lents, très lents, TROP lents.
Quelques quêtes secondaires viennent égayer le jeu, notamment une qui vous condamnera à traverser le monde en quête de livres qui se reconnaissent par un nom déflorant chaque fois plus profondément les limites du ridicule, ainsi après avoir trouvé "Esprit ouvert, esprit libre", il vous faudra vous mettre en quête de "Esprit joyeux, esprit délicieux" et autres "Esprit fermé, esprit tordu". Cette quête est vraiment marquante, parce qu'on ne peut s'empêcher de se demander où l'auteur est allé chercher des noms pareils. Heureusement, notre glorieuse récompense n'est autre que les bonus susmentionnés, parmi lesquels le trailer du jeu (qui bugge chez moi) et une galerie d'artworks de l'auteur.

L'ambiance du jeu est assez plaisante, sans réellement parvenir à se démarquer des rpg types, non plus, mais le travail est vraiment appréciable dans certains cas. Même remarque pour la mise en scène, qui, lorsqu'elle ne donne pas dans le cliché (arrivée du monstre, duel des ninjas), n'en est que plus agréable. L'auteur dit lui-même avoir consacré un temps certain sur ces deux points puisqu'il les présente comme catégories compétitives, et ça se sent, notamment durant le rêve, ou dans la dernière ville de la démo.

Dans les composantes de l'ambiance, il y a évidemment les graphismes et l'aspect sonore du jeu. Tous deux sont soignés, et remplissent généralement bien leur rôle, j'ai d'ailleurs apprécié que certaines musiques sortent du choix ordinaire, car hélas, à part ça, le jeu a beau avoir bien des points positifs, j'avoue que le manque généralisé d'originalité a fait que je n'ai pas vraiment accroché.








Ainsi donc, Destiny est très certainement un bon jeu pour ceux qui aiment le style, mais moyennement pour moi puisqu'il pèche dans deux domaines d'importance à mes yeux : scénario et originalité. Toujours est-il que le travail qu'il y a derrière est indéniable, et qu'il mérite une certaine reconnaissance.

Et maintenant, les notes, ou "la partie qu'on lit après le long texte infâme qui n'intéresse personne" (d'où l'intérêt de répéter en partie après, au cas où)



2 - Scénario 2/5 Désolé mais je trouve que c'est le point faible du jeu. L'univers n'est pas très marquant, et tout ceci manque cruellement d'originalité. De toutes façons, il n'y a pas énormément de développement scénaristique vu que c'est juste le début du jeu, ce qui ne permet pas de juger outre mesure.

3 - Mise en scène 4/5 Un réel travail de mise en scène dans quelques situations. Je n'ai pas toujours apprécié le style parfois un brin shonen, si l'on me comprend, mais les autres passages sont intéressants et l'effort est appréciable.

4 - Personnages 3/5 Ils existent, ils ont une élocution normale selon des critères humains, ils ont une personnalité assez unidimensionnelle pour l'instant mais une personnalité quand même, ils sont donc dans la moyenne des héros de RPG.

5 - Gameplay 3/5 Rien à signaler de précis, système de base, progression assez bien gérée, mais des combats parfois trop fréquents, avec ATB dont je suis très peu fan, et des boîtes de dialogues très très lentes, tout ceci faisant que j'ai vraiment hésité entre 2 et 3.

6 - Musique 3/5 Le choix est bon dans l'ensemble, quelques unes sont des poncifs (Seiken densetsu pour ne citer que ça) mais de manière général il y a un effort d'originalité et de recherche. Dans certains cas, la musique n'est pas parfaitement adaptée à la situation (musique vraiment dramatique dans la forêt) mais ça va.

7 - Graphismes 4/5 Indubitablement travaillés, on aime le style ou on n'aime pas et c'est très très beaucoup de Suikoden 2, mais je ne suis pas très critique dans ce domaine en général donc allons pour un 4.

8 - Programmation 2/5 Honnêtement, rien de très particulier. Il y a juste le carnet, qui est une idée sympathique qui agrémente un peu le jeu.

9 - Originalité 2/5 Mmh désolé mais rien ne m'a frappé comme étant particulièrement original, dans tout le jeu.

10 - Mini-jeux 2/5 Un duel Suikoden-like (un peu vu et revu) et du bourrinage sur entrée, je crains que ce ne soit tout. Ca apporte un petit plus au gameplay mais pas plus que ça.

11 - Humour 3/5 Le cross-over était pas mal même si on se demande un peu ce qu'il fait là, et la fin était hautement joyeuse.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !


Fatal error: Uncaught Error: Class "Message" not found in /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/affichage/a-test.php:168 Stack trace: #0 /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/design/newdefaut/cadre.php(87): include() #1 /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/index.php(76): include('/home/users2/a/...') #2 {main} thrown in /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/affichage/a-test.php on line 168