Test :
Shadows Of Sun
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Une des meilleures démos de l’année dernière se paie le luxe d’une version longue…bien longue même, à croire que le SoS que tout le monde a connu alors n’était qu’un modeste et honnête trailer. Trêve de baratin, venons-en aux faits !

L’histoire que Pagno et Valv (les créateurs du jeu) nous racontent s’annonce épique : un trio de mages puissants semblent préparer de vils desseins dans le pays. Vous incarnerez, en premier lieu, un humanoïde du nom de Torin, affublé d’étranges tentacules sur le crâne, qui se réveille amnésique après un long sommeil dans une ville commerçante très animée. Plus tard, vous pourrez contrôler Orianne, jeune fille habitant un village au destin peu enviable, mais j’arrête là le résumé du scénario de Shadows of Sun pour ne rien révéler des évènements héroïques, oniriques et drôles (si, si) de l’aventure à tous ceux qui n’y auraient pas encore joué.

Que dire si ce n’est que le scénario de SoS jouit d’une maîtrise et d’un rythme qui n’a rien à envier à certains RPG commerciaux. Même si quelques passages paraissent stéréotypés ou peu cohérents, on se laisse agréablement porter par une histoire aux milles rebondissements, aux milles surprises, et on en redemande !

De bout en bout, SoS est « custom » : tout ici a été créé spécialement pour le jeu et, quoi qu’on en dise, c’est un travail impressionnant qui nous est proposé. Graphiquement d’abord, voir des décors inédits dans un jeu Rm2K fait chaud au cœur. Même s’ils ne sont pas exempts de défauts (répétitifs, marais peu lisibles, couleurs fades…), on ne peut que saluer le talent de Valv qui a su retranscrire un univers cohérent, charmant et original. Les quelques phases animées parsemant le jeu (le moulin, l’impressionnante scène de fin…) sont bienvenues et rafraîchissent constamment l’aspect « vue de haut » d’un RPG classique. Les animations pour finir sont d’excellente qualité, donnant quasiment vie à des héros et des villes tous de pixels vêtus, et certaines scènes rondement menées ne manqueront pas d’écarquiller les rétines !

Ensuite, les musiques, composées pour la peine par Pagno, possèdent un charme certain et, si le scoring peut à de rares moments sembler GameBoy-esque, les compositions retentiront dans la tête des joueurs de longues heures durant. Mention spéciale à la musique de victoire et au thème principal. Les sons sont habiles et jamais tonitruants.

Côté gameplay, on en a pour son forfait (70 Mo tout de même) : le jeu, à la difficulté retorse mais jamais décourageante, aux combats, bien que classiques, maîtrisés et au nombre jamais abusif, aux mini-jeux originaux et amusants (à l’exception d’un seul) tient en haleine et n’a rien à envier à ce qu’un Wild Arms peut proposer par exemple. De plus, profitant d’une richesse et d’une variété rarement égalées sur RPG Maker, on plonge de son plein gré dans une partie d’après-midi, après-midi qu’il faudra renouveler plusieurs fois pour terminer l’aventure.

Car oui, la durée de vie est elle aussi très satisfaisante : 5 à 6 heures de jeu sans temps morts seront nécessaires pour boucler Shadows of Sun, quelques quêtes annexes (peu nombreuses, par contre) rallongeront cette estimation d’une petite heure sans sourciller. Petit bémol à signaler, il persiste des fautes d’orthographe rageantes pour un jeu de cette trempe…rien qui ne puisse paraître incompréhensible, certes, mais c’est bien regrettable !

Pour finir, je ne conseillerais qu’à tout ceux qui n’ont pas encore eu le loisir d’entrer dans l’aventure SoS de le faire sans hésiter. Musiques, Graphismes, Scénario et Gameplay y sont soignés aux petits oignons, pour le plus grand plaisir des nombreux déçus de la scène making (enfin presque)!

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !