Test :
Smilman
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
On devrait renommer RPGmaker en PuzzleGamemaker, au vu du nombre de jeux de réflexion qui sévissent cette année. Oh non, je ne suis absolument pas contre, au contraire je trouve cela d’un rafraîchissant ! Smilman est le petit dernier en lice, un remake de Pacman à la sauce chipsets…Mais dès l’ouverture du jeu, ça semble déjà raté.

Explication : le petit disclaimer d’introduction ! Le créateur du jeu, soit-dit en passant dans un élan d’honnêteté de bon aloi, nous fait part de l’intelligence artificielle, je cite, exécrable et du nombre de plateaux, je re-cite, limité à 4. On sait donc qu’on va jouer à une démo rachitique aux ennemis tout pourris. Je ne vous fais pas l’affront de vous expliquer le concept de Pacman, mais force est de constater que l’auteur a en partie raison…

Tout d’abord, les ennemis sont gérés par le sempiternel « follow hero » de RPG maker, une commande maintes fois abusée qui, comme son nom l’indique, fait que n’importe quel élément suivra le héros et tentera de le toucher. Ca tombe bien, c’est le principe des ennemis de Pacman, me direz-vous…néanmoins en jeu, ça le fait pas. Exécrable n’est pas le mot, je dirais plutôt très moyen. Les ennemis sont, pour résumer, débiles : ils se coincent, certains ne bougent même pas, et d’autres se dédoublent dès qu’une pastille bleue (la pastille du bonheur dans ce genre de jeu…nan pas celle de Matrix) est ingurgitée.

Bref, voilà pour le contenu, voyons l’enrobage : les graphismes des menus sont très space, révélant le goût douteux de l’auteur lors de son choix sur Photoshop, ceux du jeu sont un peu plus réjouissants, les plateaux témoignent d’un effort de détail sympathique et ça ne rame pas, c’est déjà ça ! Les musiques sont typiques des jeux de réflexion, les bruitages également, bref du classique mais de l’efficace.

Pour finir, Smilman est plus une tentative qu’un réel jeu, les quatre plateaux se terminent en un peu moins d’une demi-heure et l’intérêt est limité. Un peu plus de soin aurait été le bienvenu…comme si cette démo avait été inscrite à la hâte !

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !