Test :
Ground 2
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
~ Ground 2 ~

Test de Cyberia-Mix_{Track-09}<--


J'avais entendu de la série des Ground qu'il s'agissait de jeux à scénario, péjorativement appelés "jeux à blabla". Hors j'aime les jeux à blabla, donc ça plus le casting de makers aux commandes du projet, a priori c'était bien parti pour me plaire. Peut-être même était-ce le jeu qui pour moi s'annonçait le meilleur parmi ceux que j'allais avoir à tester pour ce concours.
Précisions importantes à la compréhension de ce test maintenant : je n'ai pas joué à Ground 0 avant de m'attaquer à Ground 2, pas plus que je n'ai jamais joué à aucun jeu multi-maker que ce soit jusqu'ici (RQ, BF & co., tout ça moi pas connaître).
Veuillez donc pardonner ma naïveté ou mon manque d'indulgence si certaines choses dans ce jeu ont pu me surprendre, mais bon en même temps ça vous fera pas de mal de profiter d'un point de vue un peu différent de ce que vous devez avoir d'habitude (j'imgine :o). :p


1 Awards majeurs

- Meilleur scénario : 11/25
Compte-tenu des catégories présentes, on va dire que "jeu à blabla" regroupe pour moi la somme [univers + scénario + personnages] (et mise en scène au besoin allez). Il va donc sans dire que c'est notamment du côté du scénario que mes attentes étaient les plus fortes (ce qui n'a rien d'une surprise, je pense :o). Et puis bah... je reste sceptique.
Comme précisé plus haut je n'ai pas joué à Ground 0. Je savais vaguement de la série qu'on évoluait dans un univers post-apocalyptique, j'ai découvert en lisant partiellement le ReadMe qu'il s'agissait d'ailleurs justement de notre propre univers, mais les personnages et leur(s) quête(s), tout ça je l'ai appris dans le jeu. De ce côté heureusement, on s'y retrouve bien ; c'est toujours ça de pris.

Ce qui ne m'a pas plu c'est ce côté très décousu et disparate de l'intrigue.
Après avoir compris les grandes lignes de l'histoire (Hydrox, le livre aux pages éparpillées, le voyage vers Mars), je m'attendais 'naturellement' (oserais-je dire :x), à ce que celle-ci évolue dans ce sens. Ça reste un peu vrai concernant Hydrox avec ce qui tourne autour d'Ibrahim, mais pour le reste on peut pas tellement dire qu'on en sache beaucoup plus même à la fin, et c'est là le principal défaut de ce jeu à mon sens.
Une bonne intrigue pour moi déjà c'est une intrigue qu'on puisse suivre, ce qui implique qu'elle soit cohérente et qu'on sache où elle va, autrement il me paraît difficile de s'y intéresser. Or dans ce jeu mon sentiment à moi c'est que chaque maker/équipe essaye de faire partir sa partie dans sa propre direction, et de raconter sa propre histoire, plutôt que de simplement raconter 'le jeu' (ou du moins ce que je m'attendais que ce soit).
Résultat : à force de ne pas voir l'intrigue avancer perso j'ai fini par décrocher ; avec un petit regain d'intérêt par moments quand ça recadre un peu, concernant les révélations sur Hydrox dans les séquences background d'Ibrahim surtout.

Entendons-nous bien : l'histoire n'est pas mauvaise. Il y avait de quoi faire quelque chose d'intéressant en exploitant son potentiel (je crois qu'il faut le dire comme ça), mais à mon sens ça ne s'est pas produit, et pour ça il aurait déjà fallu que tous les makers participants oeuvrent de concert à un récit unique plutôt que de partir chacun dans leur propre trip. Parce que les kidnappings en folie et les imprévus de voyage c'est bien beau, mais arrivé à l'ending et après 4 heures de jeu, ne pas avoir vu l'ombre d'aucune de ces fameuses pages tout en ayant l'impression d'avoir été partout sauf sur Mars comme on était censé le faire au départ, je trouve ça relativement poussif.
Avec du recul je me sens quelque peu idiot d'avoir eu de telles attentes vis-à-vis d'un projet multi-maker, mais bon en même temps j'avais pas été briefé là-dessus au départ, et à côté de ça, en temps que joueur moyen je me fiche bien des performances 'making-esques' de ses auteurs ; ce qui fait que d'un bête point de vue ludique, pour moi c'est insuffisant. Je tâcherai peut-être de me renseigner davantage à ce sujet la prochaine fois, mais pour ma neutralité de juré je suis pas convaincu que ça reste la chose à faire. :p
Si la note n'est pas plus basse au final, c'est bien grâce à ce potentiel qui existe dans le scénario, et au fait que l'action, sans affaire de subjectivité sur ce que ça raconte, reste compréhensible.


- Meilleur univers : 12/25
Le post-apo' c'est pas ce qu'on fait de plus original sur RM, mais bizarrement je trouve qu'on arrive souvent à en faire des choses plus intéressantes qu'avec de l'heroic-fantasy (me demandez pas pourquoi). Partant de là, c'est un choix auquel je suis plutôt favorable.
Là où j'ai grimacé c'est lorsqu'en parcourant le ReadMe je me suis aperçu que votre univers, c'était également le nôtre, et ça par contre avec moi ça passe d'ordinaire très mal, d'un côté parce que j'ai tendance à traduire ça comme un manque de détachement et d'inventivité de la part de l'auteur, de l'autre parce que je me moque royalement de la façon dont le premier quidam venu se voit réécrire l'Histoire, autant que de ses prévisions sur notre avenir (chose que nous avons ici donc), et qui la plupart du temps me font tout juste sourire tant ça s'avère risible.
Par crainte de la défenestration je me suis donc permis de couper court à ma lecture du ReadMe arrivé à ce point, et je n'ai d'ailleurs prêté guère plus d'attention à ce chapitre une fois l'intro lancée. Je m'en porte pas plus mal finalement puisque j'ai eu la surprise de constater que tout cette géopolitique donc passait complètement à la trappe dans le jeu ; et aussi soulagé que j'aie pu en être, je considère néanmoins que ça reste une erreur de votre part, parce que oui : à quoi bon l'écriture de tout ce blabla s'il n'en reste rien dans le jeu ?
Puisque je n'y ai rien suivi je ne vous tiens donc pas rigueur de vos petites opinions en matière de géopolitique (aussi bien pensé et écrit que ça puisse être), mais quitte à avoir mis au point tout ça, la logique (du moins la mienne) aurait quand même voulu que ça apparaisse et se ressente dans le jeu.

Là où je me verrais peut-être encore plus vilain par contre c'est au sujet de la Religion.
Était-ce seulement un trip que de s'en choisir une vraie et d'en parler dans le jeu ou bien est-ce un élément obligatoire pour qu'un projet ait l'air mature et puisse être pris au sérieux... j'avoue que je m'interroge encore.
Toujours est-il que j'ai assez mal accueilli cette incursion religieuse, heureusement plus par appréhension de ce que vous auriez pu en faire que de ce qui en a été fait (mais peut-être est-ce justement un miracle si on a déjà évité les clichés ?).
Au regard de l'histoire, il est vrai que la religion avait son petit rôle à jouer, ce avec quoi je trouve que vous vous en êtes plutôt bien sortis, et ce qui n'est pas toujours évident avec les sujets de ce genre (faut pouvoir s'y attaquer sans faire dans le ridicule, comme ce que je redoutais au départ).
Maintenant c'est toujours pareil, l'intervention de sujets tels que la Religion ça a tendance à empêcher d'avoir une réflexion objective sur ce qui se cache derrière... Étiez-vous vraiment obligés de mêler une religion existante à votre histoire plutôt que d'utiliser un culte fait de vos mains (j'aurais trouvé ça plus intéressant d'ailleurs) ? J'en suis pas convaincu personnellement ; mais bon, c'est vrai que ça vous permettait déjà de simplifier un peu de background (mais je conçois que ça aurait été étrange de voir apparaître d'autres religions que les nôtres vu l'univers du jeu).

Ce qui m'a réellement déplu là-dedans en fait, c'est encore une fois le manque de cohérence.
J'avais cru comprendre qu'on se situait dans un futur somme toute assez proche de notre époque, ce qui se limitait à la colonisation de quelques planètes de notre système. Un truc carré quoi, en somme.
Mais dans le jeu alors là c'est freestyle. On débarque sur des planètes inconnues (hors de notre système solaire donc j'imagine) ; il m'a semblé qu'on changeait de galaxie également à un moment. Ça en fait des détours juste pour se rendre sur Mars décidément.
Ce qui vous plombe à ce niveau donc c'est le fait de ne pas avoir défini de barrières. Chacun fait ce qu'il veut dans sa partie, et comme l'univers de base n'est pas respecté, ça devient n'imp' et le jeu perd toute crédibilité.

Quant à Hydrox, le conglomérat tentaculaire qui vampirise la civilisation, écrit son Histoire, et fait vivre ses citoyens dans la misère et l'obscurantisme, je trouve personnellement que ça laissait présager du bon. C'est bête on en aura presque rien vu.
Peut-être craigniez-vous de faire répétition avec Ground 0, des fois que ça ait été suffisamment abordé (je me pose la question) ; sachez en tout cas que ça m'a pas mal fait défaut.


- Meilleurs personnages : 14/25
Un autre point qui souffre du 'gros' défaut de ce jeu déjà mentionné.
J'aurais souhaité plus de consistance et de 'régularité' de la part des personnages (même chose que pour tout le reste jusqu'ici donc quoi).
Tout comme nous pauvres joueurs, Oreste et Baby-Jin (drôle de nom °_0) sont des victimes tout au long du jeu ; victimes des délires des makers qui passent sur ce projet les uns après les autres, et contraints d'encaisser comme ils peuvent toutes les avaries qu'ils subissent durant leur périple. L'ennui c'est que comme ils ne font que ça il n'y a jamais un moment pour eux ni pour nous d'apprécier réellement leur personnalité. Aucun 'moment de liberté' pour observer comment ils se comportent au naturel et non sous la contrainte d'un événement extérieur. L'histoire n'a pas été faite pour leur laisser l'occasion de souffler et nous d'en découvrir plus sur eux et c'est bien dommage. Là aussi c'est peut-être un choix qui a été fait par rapport à Ground 0 de ne pas développer ces deux personnages, mais ici encore je ne peux pas le savoir, et il est bien regrettable à la fois d'en savoir si peu sur leur background et de les voir si peu évoluer au cours de l'intrigue (même si je suis conscient que le jeu reste trop court pour véritablement laisser une telle chance).
Ne les voir que pleurer et hurler au gré des hallucinations et des kidnappings, passant soudainement d'un état à un autre en même temps que le jeu change de réalisateur(s), sans continuité aucune dans leur ressenti face à ce qui leur arrive dans l'histoire, tels s'ils renaissaient à chaque partie du jeu (ça en dit long sur la façon dont vous avez du vous organiser :p), ce manque de permanence dans l'intrigue et dans leur caractère leur ôte toute cette consistance dont je parlais au début.

Côté moments calmes le jeu s'est montré plus généreux envers les pirates/chasseurs (vous m'excuserez j'ai plus leurs noms en tête ). Le blondinet qui se la joue Elvis, c'est justement le genre de séquences que j'aurais souhaité aux deux héros. Là où c'est un peu bête c'est lorsqu'arrivé à la fin du jeu on se rend compte que cette scène n'aura jamais donné suite et qu'elle était en fait juste plus ou moins décorative ; encore un truc à mettre dans la case 'trip de maker(s)' quoi. Celle du survol de la Lune est plus réussie dans le sens où elle est davantage liée au jeu et qu'elle a un sens dans l'intrigue, tout en illustrant un peu le caractère des personnages. Comme quoi ce jeu est plein de bonnes idées dans le fond. Dommage que la réalisation soit tellement inégale.

Ibrahim en profite bien de ces scènes calmes également, à tel point qu'il finit par voler la vedette à tout le monde et se faire passer pour le personnage le plus profond du jeu (je soupçonne le couplet religieux de se cacher derrière ce subterfuge :o).
Si l'histoire du personnage me passe relativement au dessus de la tête (autant pour son côté plus ou moins cliché que pour ces affaires de religion qui me placent toujours dans le scepticisme le plus complet), il faut reconnaître qu'elle est de loin la plus maîtrisée et la mieux écrite du jeu (quoique ce soit plus ou moins la seule, dans le fond), simplement parce que son développement a bénéficié de plus d'espace.
Enfin grâce à ça le jeu tient quand même un vrai personnage là où les autres passent du coup pour des figurants. Dommage quand même qu'il change tellement de tête au cours de sa vie ; ça non plus c'est pas vraiment recommandé en matière de crédibilité et d'immersion.

Difficile de toucher un mot sur les PNJ tant la nature du jeu les rend 'épisodiques'. Plus de régularité au niveau des FaceSets eût été bienvenue, de même que pour Ibrahim donc. Les personnages font une irruption brutale dans l'histoire et sont tout aussi rapidement oubliés, autant par le jeu que par le joueur. Dommage là encore.
Finalement mon personnage préféré reste David, l'assistant. Ça doit être le seul là-dedans qui semble pourvu d'un brun de lucidité et qui fasse preuve d'une certaine mesure à l'égard de ce qui se passe dans le jeu, là où Ibrahim passe pour un pauvre déséquilibré et les deux héros pour des pantins, tous bien trop absorbés par ce que l'intrigue leur fait subir pour porter la moindre critique (et moi et les zombies, ça fait 2 ).


- Meilleure mise en scène : 20/25
Enfin une catégorie sur laquelle gagner des points. :p
Rien de mémorable ici à mon sens ("zomg un vaisseau spatial dans l'espace avec du jazz ! ò_ó", loul) mais maintenant que j'y pense j'ai l'impression que c'est le point que vous avez cherché à mettre en avant (sans parler de la quantité astronomique de blabla par rapport aux phases jouables), quand je vois notamment la disposition des maps ou l'utilisation que vous faites de la musique.
Sur ce dernier point, mettre du classique, des musiques religieuses ou connues aux moments clé du jeu, je sais quelque part que vous avez pas tellement le choix pour des raisons d'ambiance, mais je trouve ça malgré tout un peu facile, et la conséquence de ça c'est que ça donne un côté pseudo-profond au jeu qui a tendance à le desservir (mais ça va c'est pas dramatique non plus). "Pseudo-profond" parce que la mise en scène ainsi que le traitement qui est fait de l'histoire restent quelque peu maladroits (le rythme très saccadé du scénario et des révélations, le fait qu'on cherche à en faire des tonnes sur les scènes 'importantes', etc.), même si je reconnais que j'ai de toutes façons toujours du mal à prendre un jeu RM au sérieux (y'a que The Way qui m'ait bluffé de ce côté là jusqu'à aujourd'hui, et The Way ne repompe rien de notre monde, donc les références historiques/religieuses/musicales n'ont rien à voir).
Pour un jeu RM justement les dialogues sont quand même plutôt bien écrits, même s'il en reste toujours un peu partout qui font grincer des dents par leur maladresse eux aussi. Le timing dans les dialogues a été plutôt bien géré lui aussi (rien de génial mais c'est tellement mal fait d'habitude que ça en deviendrait presque un compliment ici), mais les cut scenes qui obligent le joueur à passer lui-même les dialogues et ce avec un délai d'une seconde à la fin de chaque séquence de texte, c'est clairement de la torture.

Au final vous marquez des points parce que vous avez pris le parti de travailler la mise en scène et cet aspect 'tableau' et contemplatif du jeu (wouaouh) au détriment du gameplay. D'un point de vue ludique c'est très mauvais mais au moins on saura qu'il s'agit là d'un jeu d'auteur(s).

J'ajoute que la seule partie du jeu qui ait pu véritablement me faire de l'effet à ce niveau c'est l'intro.
La musique, le texte tapé au clavier en rapport direct avec l'univers du jeu et qui devient un menu sur lequel on peut intéragir, c'est pas grand chose à l'échelle du jeu mais comme premier aperçu c'est quand même bien fort, autant pour l'originalité (quoique) que pour l'amosphère que ça laissait présager pour le jeu. Dommage que la suite fausse cette impression.


- Meilleurs graphismes : 17/25
Rien qui m'ait impressionné, mais rien qui ne m'ait choqué non plus en même temps. Ah si, cette foutue jungle avec les arbres qui suivent le perso dans ses déplacements. Terrifiant (tant pour le fait qu'une bizarrerie pareille ait pu échapper aux bêta-tests que pour celui qu'elle rende l'écran complètement injouable).

Visuellement le mapping est bon, je trouve.

En revanche ça reste un peu fade et terne au niveau des éclairages.
Dites-moi que c'est pas évident à faire, que vous n'aviez pas le temps et que ça reste des petits jeux pour s'amuser je dirai ok.
Dites-moi que c'était voulu pour rester fidèle à l'univers du jeu je vous dirai non.
Un petit travail sur la lumière et la coloration des maps aurait grandement amélioré leur caractère.
Mais ça reste un plus, ceci dit.

Une fois encore la régularité vous fait un peu défaut ; mais moins dans les environnements (de ce côté là c'est assez cohérent du début à la fin du jeu, j'ai même été assez surpris) que dans leur qualité et leur niveau de détail (trop d'inégalités donc).
On a du mal comme d'habitude à éviter le clash entre les CharSets et les FaceSets, et ça ça nuit davantage par contre (et les dessins d'eXa sont toujours aussi moches XD - mais bizarrement on s'y fait, et ça finit par donner un style ).


- Meilleure bande-son : 19/25
Le point qui finit par être le plus appréciable du jeu (vu le sabordage effectué sur la partie scénario ) ; je m'y attendais pas.
À part les références que j'ai mentionnées dans la partie mise en scène (les Requiem for a Dream, les Ave Maria et j'en passe), les musiques ont été curieusement bien choisies et donnent une ambiance assez intéressante au jeu.
Dommage qu'il faille se fier aux musiques pour se faire une idée de ce à quoi l'univers ressemble puisque le jeu n'en n'aura malheureusement pratiquement rien montré (la faute au peu de phases jouables et aux instants de liberté laissés au joueur, comme ça a déjà été dit plus haut donc).
À part les voix sur certaines pistes qui n'avaient à mon sens rien à faire là (je sais c'est le morceau qui veut ça mais beurk, ça passe très mal dans le jeu je trouve), c'était vraiment sympa. Vous avez même le droit à quelques points en plus du fait que je m'écoute la musique des jeux pendant les tests et que sans ça je n'aurais pas eu tout en mémoire pour juger.
Mais par pitié prenez l'habitude de mentionner vos sources par contre. Y'a jamais aucun jeu qui le fait c'est FRUSTRANT (et mal, aussi).


- Meilleure programmation : 16/25
Beuh... Rien de particulier. Si ?
L'intro était bien foutue comme je l'ai dit plus haut ; j'ai trouvé ça assez cool. Après, en dehors de 2-3 petits effets sympas pour les boîtes de dialogue et un mini-jeu et demi, je crois qu'il y a pas grand chose à regarder à part ce qui a été fait pour les cut scenes.
Pas de CBS de folie (les systèmes d'A-RPG restent assez dérisoires), pas de CMS non plus (pas de menu du tout même, lolol s'tait sympa), bon. Ça reste sobre et c'est pas plus mal.
Mais du coup comme il n'y a pas grand chose, il n'y a rien non plus pour faire pousser des cris tellement ça a été mal foutu. :p


- Meilleure durée de vie : 14/25
Pff... un peu paradoxal comme truc.
D'un côté on sent que le jeu est plutôt long parce qu'il s'y passe quand même pas mal de choses, mais de l'autre ça semble très court parce qu'à la fin du jeu la quête des héros n'a pas avancé d'un poil.
Le jeu est donc à la fois trop long et trop court pour ce qu'il devrait. J'appelle ça de la durée de vie mal exploitée moi.
Pourtant c'était pas compliqué de faire mieux : moins de passages inutiles, plus d'espace pour l'intrigue et la découverte de l'univers, et le tour est joué. =)


- Meilleur gameplay : 8/25
Hein ?
Assez rapidement en fait, il se trouve que ce jeu m'a fait penser à ces gens qui taxent FFX et autre Xeno de films interactifs (comme si c'était mal en plus, lolol). Je les voyais déjà se tirer une balle à l'issue de l'introduction de celui-ci.
Mais mon problème personnellement, c'est pas la quantité de blabla. C'est ce qu'il y a entre.
Le gameplay est pauvre, tellement pauvre.
Pas de menu, pas de gestion d'inventaire, pas de gestion de personnage, pas d'exploration, des combats simplistes au possible, bref pas la moindre stratégie ni liberté. Regrettable aussi le fait que la moitié des phases jouables consistent à arpenter des labyrinthes, et dans lesquels il n'y a rien d'autre à trouver que la sortie (vous me direz, il y en a peu, bah oui mais, y'a tellement peu de phases jouables...).
Contrôler un personnage pour ne le faire que marcher puisqu'il n'y a pratiquement jamais aucune interaction dans le jeu c'est pas ce que j'appelle du gameplay personnellement. Encore heureux qu'il marche suffisamment vite pour ne pas que ça devienne décourageant (surtout que c'est fréquent dans les jeux RM...).
Les énigmes des carrés au sol étaient sympa.


- Meilleur Art (Artwork) : 13/25
Les artworks d'eXa donnent un certain style (on reconnait immédiatement l'auteur) mais manquent clairement de technique (comprendre : c'est moche - au point que c'est la deuxième fois que j'en parle huhu).
Ceux de Hyunkel sont cools mais il vaut clairement mieux ne pas avoir vu FMA avant.


2 Awards spécifiques:

- Meilleur humour : -/25
- Meilleur non-RPG : -/25
- Meilleurs mini-jeux : -/25
- Meilleure originalité : -/25
- Meilleur système de A-RPG : -/25


3 Awards mineurs:

- Meilleure immersion : 17/25
Les environnements sont finalement assez cohérents du début à la fin du jeu (zomg, je me répète), c'est assez surprenant pour un projet multi-maker. Les musiques font un bon travail également.
Ce qu'il manque, c'est d'avoir eu la possibilité de se balader librement (et d'être enfin actif dans ce jeu plutôt que de toujours subir les événements) afin de voir soi-même de quoi le monde a l'air (faire la causette à des PNJ, voir la gueule de leurs habitations, des bâtiments, des rues, etc.). On pas réellement l'occasion de se plonger dedans à cause de ça (ça faisait peut-être redite avec G0, mais encore une fois ça moi je ne peux pas le savoir).
Les FaceSets de qualité et de style très inégaux aussi ça c'était pas super.


- Meilleure séquence d'introduction : 19/25
Techniquement, cool. L'ambiance donne envie de s'intéresser au jeu.
Après, les histoires de géopolitique et les images historiques c'est une horreur, quoi que vous en fassiez (c'est subjectif hein, mais bon, moi j'peux pas en tout cas).


- Meilleur mapping : 18/25
Du solide, à quelques exceptions près où ça reste trop vide.
Les maps ne sont pas dérangeantes ; il y en a même que je trouve jolies.


- Meilleur level-design : 9/25
Des couloirs et des labyrinthes. Beurk.
C'est plat et c'est linéaire ; au point de souhaiter qu'on en termine vite pour pouvoir retourner au blabla.
Mais difficile en même temps de mettre du contenu dans ses maps quand le jeu ne repose sur aucun gameplay...

Certains décors comme celui du vaisseau au début m'ont pas mal ennuyé : en les regardant on ne peut pas toujours savoir à l'avance quelles zones sont traversables et lesquelles sont des obstacles. Assez gênant pour naviguer entre les décors du coup.
De manière générale, certains ChipSets sont durs à lire, et on ne comprend pas toujours ce qu'on a sous les yeux (enfin moi non déjà).


- Meilleur CMS : -/25
- Meilleur CBS : -/25


Une conclusion

Mon sentiment à l'issue de ce test, c'est que c'est un jeu dans lequel le joueur est étranger à ce qui se passe. Certes il y a une intro pour lui éviter d'être parachuté dans l'histoire, mais ça doit être a peu près la seule fois où on se préoccupera de lui, puisqu'après le gameplay et la part d'interactivité dans le jeu sont quasi-inexistants. Il y a de l'immersion mais c'est seulement en tant que spectateur. C'est un jeu sur lequel il n'a pas prise. Et ignorer le joueur pour laisser les makers faire leurs trucs dans leur coin, je crois que ça risque d'en décourager beaucoup (de joueurs).

Ce qui a manqué à ce jeu :
- un déroulement plus maîtrisé qui aille vraiment vers un développement de l'intrigue,
- du champ libre pour permettre une plus grande implication du joueur,
- plus de consistance dans les personnages et l'univers afin de rendre le jeu crédible.

Ce que je retiens de sympa :
- une histoire et un univers qui ont du potentiel,
- quelques bonnes musiques qui donnent envie de se plonger dans le jeu,
- une mise en scène plutôt rigolote à quelques endroits. :p

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !