Test :
Hivernal
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Ulrik réside dans un village, où règne un microclimat hivenal particulièrement rude, en compagnie de sa mère gravement malade. Les habitants de ce village leur mène la vie dure car ils considèrent le défunt père d'Ulrik comme étant responsable des températures glaciales qu'ils subissent. Il est vrai que la date de sa mort coincide avec les premiers jours de froid. Bizarre, bizarre !
Malgré son environnement hostile, Ulrik va tout mettre en oeuvre afin de sauver sa mère.

Je suppose que vous l'avez deviné: Hivernal n'est pas un jeu très drôle.

Les dialogues tendent par ailleurs beaucoup vers le pathétique, tout est fait pour émouvoir le joueur. Ça fonctionne bien mais certaines phrases ont un style pompeux et j'ai, plus d'une fois, lu des tournures un peu laide; par exemple celle-ci: "Quand je pense à tout ce qu'il a fait pour ce village, j'ai les larmes qui me viennent aux yeux à l'audition des horreurs dites sur lui."
Il est à souligner un soin particulier pour les PNJ. Au début, je n'y prêtais pas attention et petit à petit, je me suis rendu compte qu'ils avaient un nom, une personnalité, qu'ils se connaissaient, qu'ils avaient des interactions les uns avec les autres. Le jeu en devient plus crédible et l'expérience s'en trouve renforcée.

Les ressources graphiques utilisées ont été piochées çà et là, sont facilement identifiables car elles proviennent de jeux cultes ou ont été suremployées par "les makers du monde entier". Malgré ça, le résultat est plutôt homogène, l'environnement neigeux et la teinte bleutée générale unifiant le tout. Cette astuce me rappelle Aëdemphia, à l'époque où Sylvanor utilisait des rips modifiés. Les effets de lumière appliqués aux maps panoramisées sont bons. Je suis pas fan de cette méthode parce qu'il en résulte souvent des jeux très lourds en terme de bit mais Hivernal ne s'étendant pas sur un grand nombre de cartes, il ne connait pas ce problème.
Le mapping ne souffre pas de défaut particulier, il s'avère même plaisant. J'ai tout de même relevé une anomalie: il y a de la neige partout sauf sur les toits. En quelle matière sont-ils conçus ? Vu le temps qu'il fait en cette fin d'année, je suis persuadé qu'on peut devenir riche avec ce matériau révolutionnaire.

Je ne suis pas un fin connaisseur mais j'ai apprécié l'aspect musical d'Hivernal, les BGM sont de qualité et siéent au jeu (à l'exception de l'écran-titre qui a hérité de celle définie par défaut) , lui apportant, s'il en fallait, un supplément d'âme. J'ai lu sur Oniro que Mystic River qui a composé la plupart des musiques n'était autre que le père de Shadow Gate (le concepteur du jeu, pour ceux qui n'auraient pas suivi). Décidément, tout est affaire de famille avec ce jeu !

Un autre point sur lequel Hivernal se distingue, ou plutôt essaie de se distinguer, concerne les systèmes. Bon, il n'y a rien de révolutionnaire mais le menu et la boîte de dialogue sont, comme le capitaine, "custom". Custom mais un peu lourdingues. La boîte de dialogue met un temps à s'afficher. Et a-t-on déjà vu un jeu dans lequel une confirmation nous est demandée pour quitter son menu ? Oui: Hivernal. Sinon non, c'est le genre de truc qui ne sert à rien puisqu'on peut y revenir aussi sec. Mais peut-être cela cache-t-il une faiblesse de programmation ? J'émets cette hypothèse car en jouant avec la touche d'action et d'annulation, un bug survient: le menu apparait mais les dialogues peuvent continuer de s'afficher. Je suis un peu langue de pute car le "CMS" demeure après tout sympathique et fonctionnel.

Le gros du gameplay est constitué d'énigmes connues mais toujours efficaces. Prenez un bon RPG classique japonais de la période "16-32 bits", enlevez les combats et vous obtenez, en quelque sorte, le gameplay d'Hivernal. Ceci dit, même s'il est souvent question de chercher un objet ou encore le personnage qui nous aidera à progresser dans l'aventure, le jeu propose une variété de situations.
Un hic toutefois: la phase dans la forêt (je cite Kery James: "ne comprendrons que ceux qui doivent comprendre") me semble boguée. J'ai essayé de faire du feu et j'ai péri (comme Luke (mon dieu, je me rends compte à quel point je suis lourd avec mes références à la con)) par deux fois. La troisième, je suis arrivé au temple sans faire un seul feu de bois. J'avais un peu fouiné dans le menu au cours de cette dernière tentative, c'est sans doute lié. Aussi, au cours de la deuxième phase de ce type, j'ai reproduit le même phénomène de barre qui interrompt temporairement sa descente, en essayant de ramasser du petit bois alors que j'en portais déjà... Et j'ai pu une nouvelle fois arriver à destination sans faire de feu. Dommage, dommage.

Dommage qu'Hivernal n'ait pas bénéficié d'un bêta-test (plus ?) poussé. Il existe une multitude de petits défauts qui auraient pu être facilement corrigés, comme le "calque" blanc qui met un temps à s'afficher lors d'un changement de map. Quoique pour ce problème j'ai trouvé une solution: je ferme les yeux à ce moment précis. Ça demande un peu d'entrainement mais au bout d'un moment on s'y fait. Attention, cette pratique est déconseillée dans la réalité.
Malgré tous les points négatifs que j'ai pu faire ressortir, Hivernal demeure un jeu bien pensé, soigné. Je l'ai fini avec le moral miné par le scénario poignant mais satisfait par ce qui m'a été proposé.
Je vous recommande de l'essayer un jour où vous aurez le moral dans les chaussettes; vous verrez, l'aventure n'en sera que plus intense, mouahahaha.

PS: je me pose une question, et même LA question: Shadow Gate a-t-il fait ce jeu par sadisme pour ses personnages et son public ? Ou a-t-il remué toutes ces horreurs par pur masochisme ? Et vous: plutôt sado ou maso ?

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !