Test :
The Last Survivors

Temps joué : 1 h


Introduction

Un survival sur RPG Maker. Horror ou pas ?


Awards généraux

Gameplay (Note : 2/5)

Difficile de vraiment prendre du plaisir sur ce jeu pour moi, j'ai trouvé l'ensemble assez mal géré.
Déjà, le début est ultra-scripté, on ne peut pas avancer sans avoir fait X truc, ce que je trouve dommage car le jeu se vante de proposer un open-world et pourtant on semble retrouver des mécanismes de jeu qui au demeurant paraissent très "arcades". J'aurai préféré qu'on puisse oublier de faire certaines choses et que ça soit sanctionné (ou l'inverse valorisé) dans un bilan de fin de mission par exemple.

Après pour la partie "combats", le corps à corps est raté... il y a pas mal d'objets, un peu de crafting, au final on s'y perd un peu, car la démo est courte mais condense énormément d'infos et au final on n'a guère le temps de pouvoir profiter de chacun de ces éléments, de ces ajouts. Je conseillerais de disperser ces éléments de façons plus espacées pour le jeu complet, en fonction de sa durée de vie, parce que c'est souvent mauvais de bombarder le joueur avec autant d'éléments de gameplay pour peu de temps d'adaption en une durée si courte.

C'est ce qui m'a un peu rebuté, et ça m'a empêché de vraiment prendre plaisir sur le jeu. Les menus sont corrects, mais niveau ergonomie globalement ça peut se discuter.
Parfois il faut aussi savoir s'adapter aux différents terrains du jeu, c'est une idée bien vue aussi.
Ce que je regrette surtout c'est la lenteur de l'ensemble : c'est normal d'avoir un personnage lent dans un survival, mais là pour moi ça venait principalement des nombreux lags du jeu, surement à cause d'un trop-plein d'événements sur les maps, ce qui m'a d'autant plus gâché l'expérience de jeu. Eventuellement, il faudrait re-découper les maps en de plus petites zones (genre 1 map actuelle -> 3 maps par exemple), enfin, faire en sorte d'éviter ce genre de souci technique ! Je peux difficilement mettre la moyenne dans une catégorie si importante du coup.

Histoire (Note : 1/5)

L'histoire est très limitée, on va dire que c'est plutôt un prétexte, comme on a tendance à le voir de plus en plus dans ce type de jeu d'ailleurs.
Donc il ne faut pas s'attendre à quelque chose de mémorable là-dessus, passée l'introduction l'histoire vit principalement par le biais des quelques dialogues qui parsèment le jeu (à l'allure assez naifs par ailleurs), et puis voilà.
Mais bon on s'imagine bien que l'auteur n'a pas forcément voulu mettre l'accent sur ce point, et ça se voit, c'est un choix qui se comprend et en soi ce n'est pas vraiment un défaut.
Le cadre en lui-même est plus que classique, ça sent le réchauffé à plein nez, mais on va dire que ça a le mérite de rester un minimum efficace. La mise en scène se veut tout aussi archaïque.

Ambiance et Immersion (Note : 2,5/5)

En tant que grand fan de survival j'avoue être assez mitigé sur ce point...
Là où le jeu tire vraiment son épingle... du jeu, c'est sur la beauté des maps. Franchement c'est très bien agencé en général, les ressources utilisées sont très jolies, il y a des effets de lumière sympas, c'est coloré... et justement, peut-être un peu trop ! Dans un jeu comme ça on pourrait peut-être plus s'attendre à faire face à des décors davantage ternes, plus sombres, moroses, qui nous donne envie de fuir... Le style "chibi" des personnages et même de l'ensemble ne colle pas tant que ça au principe, ou alors ça fait que le jeu ne se prend pas vraiment au sérieux, ce qui est un peu dommage. Il y a moyen de faire peur ou de surprendre avec RPG Maker en se servant d'une bonne mise en scène, ici ce n'est pas tellement le cas.

Les bruits de foules ça m'a vite gavé au début aussi, mais je reviendrais donc plus tard sur la bande-son.
En bref, la beauté des lieux est à la fois la force et la faiblesse du jeu, on sent que l'auteur maitrise vraiment son sujet en terme de mapping, mais que d'un autre côté, il a du mal à s'adapter au genre du jeu qu'il souhaite crée et à l'ambiance qui devrait - logiquement - en ressortir.
Ca manque aussi un peu d'animations qui pourraient renforcer l'immersion, mais d'un autre côté, comme les maps ralentissent déjà beaucoup le jeu, on va éviter de trop en demander... A noter aussi que trop d'interfaces n'aide pas idéalement à la bonne immersion dans un jeu vidéo.

Graphismes (Note : 3,75/5)

On en revient grosso modo à ce que j'ai déjà dit dans la partie précédente, "Ambiance et Immersion".
Les ressources sont jolies et bien utilisées en tant que telles, et entre elles elles sont cohérentes. Je ne peux pas pointer les mêmes défauts que pour l'Ambiance et Immersion, puisqu'ici je me dois d'évaluer les graphismes "à part". En l'état, le jeu apparait comme assez coloré, quelques animations simples mais efficaces, bref, des environnements qui nous rincent l'oeil. Ca ne fait pas sombre ni jeu de mutants du tout, mais bon, graphiquement, admettons quand même que c'est beau, encore une fois.
Je me dois de mettre la très bonne note que le jeu mérite ici, car nous tenons là l'un des meilleurs jeux de cette année au niveau des maps à mon sens, de toute évidence, que ce soit pour l'agencement ou pour la simple beauté de celles-ci. Du bon boulot, en somme.

Bande-son (Note : 2,75/5)

Certains bruits m'ont agacé parfois, comme la foule un peu opressante.
Les musiques sont sympas, souvent assez bien dans le ton, mais aussi vite répétitve. Au bout d'un moment, certaines m'ont même carrément pris la tête. Enfin je chipote parce que c'est plutôt une bande-son d'assez bonne facture, on sent l'inspiration de certains survival-horrors, mais au final ça tranche justement avec l'univers plus coloré du jeu lui-même, qui ressemble plus à une parodie du genre qu'autre chose sur certains points. La musique de l'introduction est très peu pertinente également.


Awards spécifiques

Game design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 4/5)

Le jeu surprend (agréablement) par ses maps brillamment agencées et organisées avec maitrise. Parfois trop linéaires au début, le reste se veut davantage "ouvert" et le pari se révèle finalement assez réussi.
Les intérieurs sont véritablement excellents, même si les passages d'une porte à une autre sont parfois pénible (mais c'est à ranger au niveau du rayon des petits détails, ça). Les extérieurs sont agréables, quelques fois foisonnants, mais restent en général assez clairs (sauf quelques cas particuliers, voire plus bas au second paragraphe), avec des sorties de maps bien indiquées, des chemins simples à deviner, une répartiton des ennemis ou autres PNJ plutôt intelligente quand il doit y en avoir.

Par contre j'ai eu un peu plus du mal sur certains endroits davantage étroits, certains éléments au sol sont ambigus, on ne sait pas trop si on peut passer dessus ou pas, parfois j'ai même eu l'impression d'être retenu par des "murs invisibles"... bon, c'est peut-être moi qui cherchait à trop explorer les maps, mais à la limite il faudrait éventuellement "dégarnir" certaines maps au sol pour les rendre plus accessibles, au moins niveau visuel, et ça peut être utile quand il y a des ennemis dans la même zone que nous en plus. C'est toujours mieux quand on sait où on peut aller !

En conclusion, The Last Survivors a donc peut-être bien son mot à dire pour cet award !

Systèmes originaux (Note : 3,5/5)

Il y a pas mal de petits systèmes à droite-à gauche, peut-être même trop en fait. Pas de gros système très compliqué qui peut beaucoup impressionner en revanche, mais ça, peu importe en fait.

Pour certains, j'ai galéré à les utiliser (comme le masque à gaz), d'autres sont bien trouvés (les camps), et tous les autres... ça fait parfois un peu gadget, on sent que vraiment l'auteur a eu envie de bien faire, de montrer qu'il savait faire beaucoup de choses mais le joueur peut aussi vite être un peu égaré parmi tous ces détails et cette profusion d'éléments, entre le sac à dos, la montre, les classes, l'escalade et compagnie... Y a beaucoup de menus, l'interface s'en retrouve assez rapidement copieusement chargée, là où à l'heure actuelle la plupart des survivals tentent au contraire de s'abstenir d'interfaces pour renforcer l'immersion au maximum, et ceci également pour moins aider le joueur, lui donner moins d'indications dispensables, le rendre plus vulnérable (dans la mesure du possible et du raisonnable).
En gros, c'est comme beaucoup de choses dans ce jeu : c'est bien, le tout est de bonne qualité, mais il faut travailler dans le sens du jeu lui-même : qu'est-ce qui est vraiment utile (dans le sens INDISPENSABLE) là-dedans ? qu'est-ce qui ne gêne pas directement l'immersion ? qu'est-ce qui est susceptible de perdre le joueur ? Ce sont des questions à se poser avant d'ajouter un nouvel élément de gameplay / d'interface, surtout dans un survival où d'habitude, on joue énormément sur les détails et même les plus moindres.

Scénario (Note : 1,5/5)

L'histoire est assez faiblarde, à l'instar de la mise en scène. Ca sent le réchauffé, le vu, le déjà-vu, et un mix entre, au hasard, plusieurs références : Resident Evil : Outbreak, World War Z, Je suis une Légende, The Last of Us, Obscure, etc etc... enfin bref, autant dire que je n'ai pas du tout été surpris par le scénario et ses tournures. Mais comme l'originalité n'est pas nécessairement une qualité, passons.
Même si ça ne semble pas être la priorité du créateur, je regrette le manque d'ambition du créateur d'un point de vue purement scénaritique : il n'y a nulle prise de risque, le déroulement est relativement prévisible, les dialogues font un pieu nian-nian, ça sent la série Z qui ne s'assume pas, et en fait c'est terrible parce que je reste persuadé que malgré le dicton "c'est dans les vieux pots qu'on [...]", on pourrait tenter quelque chose de plus consistant dans le domaine.

Mise en scène (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Univers (Note : 3/5)

Difficile à noter, autant il n'y a rien de spécial à reprocher à l'univers du jeu, autant de l'autre côté y a rien à saluer non plus. Le cadre est ultra-classique, mais utilisé de façon efficace et pourra donc parler à ceux qui aiment le genre. Pourquoi pas.
Globalement les indications données semblent pertinentes et cohérentes dans cette démo, alors on dira que le principal est aquis.

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 2,75/5)

Techniquement c'est pas encore super folichon, le rythme employé dans les musiques est en général assez simple, avec des structures répétitives, peut-être que je me trompe mais ça sent un peu le recyclage de samples ou l'utilisation un tantinet abusive de boucles (techniques de débutant mais efficaces pour ce qui est du résultat), mais que ce soit ça ou non, le résultat à l'écoute est le même de toute façon.
En ce qui concerne les musiques elles-mêmes, il faudra se référer à la partie "Bande-son" du présent test.

Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Fin (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 1/5)

"Oui mais non", c'est un peu l'idée qui ressort de cette démo si je dois parler en terme d'originalité. Ok, pour un jeu RPG Maker c'est pas hyper courant et d'ailleurs le jeu gratte le point là-dessus, mais pour le reste, que ce soit en terme d'univers, d'idées de gameplay, de contexte, on tape dans le déjà-vu et revu. Donc pas de quoi pavoiser.


Conclusion (Note totale : 2,5/5)

En toute franchise, le jeu n'est pas du tout mauvais, et tend même à être plutôt bon, mais il pêche encore sur certains aspects qui me semblent essentiels. Ces défauts de gameplay, notamment, m'ont empêché de trouver cette démo fun : trop d'interfaces pour blinder le jeu, trop d'éléments qui paraissent parfois superficiels, trop de ralentissements... c'est ennuyeux à force. Et graphiquement, c'est très joli et agréable à l'oeil, mais finalement guère cohérent par rapport à ce qu'on attend d'un jeu d'une telle nature. Il y a du travail, et du bon travail c'est clair, on voit que l'auteur a réellement de bonnes capacités en la matière, mais il faudrait rendre le tout plus pertinent et proposer un scénario davantage audacieux (ou du moins intéressant) pour que le jeu vaille vraiment le cas et ne soit pas juste un "sous-survival". En l'état, ça ne reste pour moi qu'un prototype avec du potentiel.


Remarques diverses

- Quelques petits fautes, par-ci par-là, même si en général ça reste honnête.
- Manque un mot apparemment :

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !