Test :
The Guardians

Temps joué : 30 min


Introduction

"Mon expérience de Suikoden ? Euh... j'ai joué au 1... un petit peu... disons 5 heures max... ya bien longtemps. Ah et j'ai lu quelques tomes du manga Suikoden 3 ! Comment ça "ça compte pas" ? Ouais bon, Suikoden, à part les trucs de runes et l'ambiance un peu particulière que je ne saurais décrire, bah je connais pas grand chose. Tester un Suikoden-like ? Bon bah soit."

Oui voilà donc je ne connais pas trop cette licence qui à pourtant l'air d'avoir marqué pas mal de monde ici. Il y a trois projet Suikoden-like me semble-t-il et je n'en connais pas un seul. Du coup je suis parti sans à priori sur The Guardians, sans même lire les pré-test, juste en sachant que ça durerait 30min ce qui est exceptionnel pour un coït mais pas grandiose dans la relation à long terme que j'attends d'un J-RPG.


Awards généraux

Gameplay (Note : 1,5/5)

Dans l'ensemble, le gameplay est irréprochable. Le jeu est très facile à prendre en main et le tout n'est pas déplaisant à jouer. Seulement voilà, réaliser un gameplay irréprochable quand il est basé sur rien de bien folichon, c'est pas non plus hyper fatiguant.


Pour ce qui est des combats, certes ceux-ci sont bâti à la mode Suikoden et les animations sont très belle, etc... seulement ça ne change rien au gameplay qui est celui d'un bête J-RPG avec une jauge ATB. C'est quelque chose de vu et revu, il n'y a rien de particulièrement novateur.

Enfin, pour ce qui est des duels, seul mécanisme semblant un peu inédit, ce n'est qu'un simple pierre-papier-ciseaux, je n'en ai même pas vraiment vu l'intérêt par rapport à un combat ordinaire, la notion de stratégie étant vraiment minimale : étant donné qu'on nous dit quel choix prendre, bah on le prend quoi... B. F. Skinner serait vraiment fier.

Dernier point qui me semble important : je reprocherais à cette introduction à ce qu'est sensé devenir "The Guardians" le fait de ne pas vraiment laisser le joueur jouer. Il n'y a eu qu'un duel et quatre combats (dont un interrompu). Le joueur n'a réellement accès que deux fois au contrôle du personnage. La première où il ne peut grosso modo que parler à des gens sans trop de conversation qui éventuellement name-drop quelques localisation sans qu'on puisse s'y intéresser. La deuxième fois où il a en gros une vingtaine de pas à faire avant d'enchaîner avec le combat suivant... A ce prix là, autant scripter le déplacement.

Histoire (Note : 2,25/5)

Difficile de juger de l'histoire sachant qu'ici il n'est question que d'une introduction. Si dans l'ensemble la narration est bien maîtrisé, on pourra reprocher le manque d'originalité de l'histoire qu'elle soutient et le peu d'incidence que cette introduction aura sur la suite du projet, le personnage que l'on contrôle n'étant à priori pas le principal protagoniste.

Commençons par l'histoire en elle-même : l'ancien chevalier qui faillit à son devoir de protéger la princesse pour qui il a certainement des sentiments (et réciproquement), qui prend la fuite pour devenir un inconnu travaillant comme protecteur d'un petit village qui va lui-même sombrer ; la ré-apparitions de monstres sensés être disparus ; l'armée de gens maléfiques qui arrive comme par magie sans que personne ne les ai vu et dont l'arrivée était totalement insoupçonné... je ne vais pas dire que c'est cliché parce que je ne pense pas pouvoir citer tant de jeu que ça ayant cette base scénaristique, mais faut reconnaître que ça reste très convenu. Si l'ensemble n'est pas du déjà vu, les éléments pris séparément sont tout de même des grands classiques. Bon malgré le petit manque d'originalité faut avouer que ça fonctionne relativement bien. Mais bon, en 30 minutes, difficile aussi de considérer que c'est l'excellence. Je ne dirais pas que j'attendais masse d'intrigues politiques mais faut avouer que ça reste un peu plan plan.

La narration est plutôt bien fichu. J'avoue qu'au premier passage du souvenir au présent je n'avais pas tout de suite capté que c'était un changement d'époque mais qu'importe, dans l'ensemble on s'y retrouve notamment grâce au fait de jouer sur sur la période de la journée (crépuscule pour le passé, et soir lors du retour au présent). Dans un autre registre, la course poursuite et l'abandon du bébé à la fin, ne jouant pratiquement que sur des bruitages, sont des moments très bien foutu, narrer correctement (d'autres se serait contenté d'un fondu noir ou aurait lancé un combat scripter pour forcer le héros à mourir). Bref, tout aurait été plutôt cool si la cinématique n'avait pas suivi...

Parce que cette cinématique qui conclut l'intro, même si c'est rare d'en voir une, ne fait pas trop rêver. Passons sur les détails graphiques, j'y reviendrait plus tard. Le problème c'est déjà que je ne sais pas si elle relate le passé (auquel cas pourquoi la mettre à la fin) ou le futur. Le choix n°2 me semblant plus logique, la cinématique met du coup un certain nombre d'année d'écart entre l'introduction à laquelle on a joué et ce que sera le jeu en lui même. De plus, elle n'implique pas du tout le héros (ou le bébé de fin d'intro sauvé en Moïse-like). Du coup, puisqu'on est laissé sur notre fin juste après... bah ça fait juste comprendre que toute l'intro qu'on s'est tapé pendant 30 min semble déconnecté de ce que le jeu sera vraiment, et qu'on aurait aussi bien put contrôler un boulanger, un saltimbanque ou un livreur de pizza.

________________________________________________________

J'aimerais en profiter pour parler des personnages. Fondamentalement on peut en considérer 4 : le héros, son pote, la princesse et le maire.
Le héros est un peu un classique (comme dit plus haut), bien maîtrisé certes, avec une vrai vie de merde, mais les personnages sombres et meurtri sont tout de même assez transparent au final. On a envie de leur dire "reprend toi ou tire-toi une balle... flèche". Je conçois qu'un personnage torturé à quelque chose de charmant dans le sens où il va constamment chercher à se racheter, mais bon... niveau psychologie on a vu moins pire.

La princesse est insupportable, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire "mais t'es conne ?!". La phrase qui a fini d'achever mon avis sur elle était celle où elle disait plus où moins "oué t'étais d'accord pour me servir de garde du corps quand mon père te l'a demandé mais pourquoi ? Un chevalier ça a très certainement mieux à faire, non ?" Alors en fait, je lui aurais répondu ça :
1) "ça la fout mal de dire non au roi, autorité absolu d'un royaume (cf étymologie)."
2) "C'est certainement un honneur d'être le protecteur de la princesse."
3) Pourquoi sinon ça fait quoi les chevaliers de J-RPG ? J'ai à priori ni terre à dirigé ni ennemi à combattre. Je me touche ?"
4) C'est un peu important en fait une princesse. Diplomatie, héritier, politique, tu connais c'est mot ?
5) "Mais parce que je vous aime. C'est ça que tu voulais entendre ? Pffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff..."
Je demande pas du Game of Thrones où les princesses ne sont bonne qu'à faire des coups de pute et servir de matrice pour pondre des chiards, mais c'est possible d'avoir des princesses pas complètement niaises qui comprennent leur place et leur importance ?

En fin de compte les deux personnages les mieux travaillé sont le chef du village et surtout le pote du héros. Le travail de mise en scène lorsqu'ils interviennent est très bon et ces moments nous montrent avec maestria la sympathie de ces gens qui œuvrent pour le bien de leurs proches, du village et du héros. Mention spécial au copain qui en mourant juste après avoir connu les échecs du héros continue de lui faire confiance à travers une scène émouvante.

Ambiance et immersion (Note : 3/5)

Un peu difficile d'attribuer une note commune à l'ambiance et l'immersion. Bon, immersion ça serait 0/5 je pense parce que pour être dans un jeu, faut un minimum nous laisser jouer... Par contre l'ambiance, très très bien de ce côté là. Donc bon, je vais partir du principe que certains ont été plus touché par l'histoire que moi-même, qu'ils étaient du coup un peu plus "à fond dedans" et voilà, je ramène le tout à 3.

Je vais pas développer du coup le cas de l'immersion et attaquer l'ambiance qui me semble très réussi, même si j'avoue ne pas avoir plus de chose à dire que dans des parties plus spécifiques tel que Musique et Graphisme. Il y a une harmonie qui se forme immédiatement entre l'aspect visuel, la musique et l'état de l'intrigue. Je pense qu'on peut expliquer ça vite fait en deux screens :

Une magnifique ambiance avec un beau crépuscule, un panorama léché et une musique douce et bienveillante et un jeu d'ombre assez convainquant. ça donnerait envie de s'enrôler tiens (bon quand on sait ce qui se passe après, non en fait...).

On revient assez subitement dans un présent lugubre. Il pleut, et plutôt que d'en rajouter une couche avec une musique sombre ou triste, juste le bruit sourd d'une pluie intense, avec même parfois des éclairs pour... éclairer... le diaporama.

C'est très très propre, c'est vrai qu'on s'y plaît et ce ne sont évidemment que des exemples. Le reste du jeu traite toujours très bien cet équilibre graphisme/musique/plot.

Graphismes (Note : 3,25/5)

Dans l'ensemble, c'est beau :
Les personnages sont beaux.
Les Tilesets sont beaux.
Le Mapping est beau.
Les battlers sont beaux.
Bon vous avez compris.

Ouais les ressources sont vachement cool je trouve, qu'elles ne soient pas custom personnellement j'en ai rien à foutre tant qu'elle sont jolie et bien utilisées. Et je vais encore me répéter mais là c'est le cas. On a même de belles surprises, comme le dessin du héros à la mort de la princesse qui rend forcément le moment beaucoup plus fort (vu qu'on voit pas une masse de pixel s'animer mais bien tous les traits du personnage. Quelques problèmes viennent tout de même s'incruster dans le jeu.

Premièrement, bon je connais pas Suikoden, c'est donc peut-être déjà comme ça de base dans ces jeux, mais quand je compare par exemple un arbre des tilesets avec un personnage, j'ai l'impression qu'il y a une certaine hétérogénéité : je trouve l'arbre très bien avec une certaine impression de la 3D mais les personnages me semble plat et pas aussi détaillés...

De plus, ya des petits soucis au niveau du mapping. Celui-ci est très très bien mais deux détails m'ont chiffonné. Le premier c'est la monté des escaliers de profil : en gros quand on le monte par exemple, on avance bêtement, le personnage n'avance pas en diagonal pour décrire une montée logique.
L'autre chose, c'est que les personnages ne s'asseyent pas. Il reste debout sur des chaises ! Qu'ils s'asseyent ou qu'il n'ai pas de chaise, mais le mixte des deux ça fait un peu naze.

Les facesets me posent aussi quelques soucis, les personnages ont l'air vraiment hyper jeunes dessus. On dirait des adolescent alors que bon, ça reste à priori au moins de jeunes adultes.

Finalement la cinématique m'a un peu dérangé, j'ai eu l'impression que plein de style se mélangeait : des vidéo de la réalité, des images bien propres, des artworks, de la 3D pas tout à fait parfaite... et l'étrange impression qu'une bonne partie était certainement une repompe directe d'un des Suikoden (ou plusieurs). Piquer des ressources, ok, mais pas des vidéos : en plus d'être des éléments graphiques, ce sont des éléments narratifs, et si je comprends qu'on ne sache faire toutes ses ressources, je considère que la narration devrait se faire d'elle-même. Donc la vidéo, si elle est issu d'un autre jeu, je désapprouve...

Bande-son (Note : 3,75/5)

Bon, niveau musique je ne suis pas un dieu, il ne faudra donc pas compter sur mon pour expliquer pourquoi telle dièse n'était pas au bon endroit, etc...

Grosso modo, les musiques sont vraiment toutes très agréables. Je ne connais pas toute les sources, j'ai bien évidemment reconnu la musique de duel tout droit sortie de Vision d'Escaflowne. En tout cas, il n'y a pas de musique que tout le monde connais tout droit sortie de FF ou d'une autre licence tellement connue qu'on pense à la source de la musique plus qu'au projet en se disant en même temps "sacrilège!"

Niveau bruitage sonore c'est plutôt cool aussi. La pluie, le tonnerre, tout est soigné. Peut-être un peu trop de cris lors de l'attaque du village, surtout en proportion du nombre d'habitant, mais bon, ça ne me dérange pas plus que ça.

Cependant, il y a tout de même deux reproches que je ferais. Déjà, les expressions anglaises du héros. Bon fondamentalement je m'en moque de l'anglais, mais dans ce cas fait tout en anglais. Qu'un jeu US ou JAP n'ai pas pris la peine de refaire tout le casting des voix dans toutes les langues du circuit de distribution, je le conçois. Mais p'tain, là on est pas dans ce cas de figure. Tu prends ton micro, une voix virile et bim. D'autant que, et ça sera ma dernière critique sur la VA, c'est toujours la même putain de phrase.
Deuxième reproche, bah ça manque tout de même quelque part d'identité musicale. C'est assez court et toutes les musiques colle bien, mais mettre "musique de village joyeux" au "village joyeux" quelque part ne fait pas tout. Pour garder cet exemple, il faudrait trouver une vrai identité à ce village, un contexte, que la musique, quelque part, essaye de raconter. Je suis tatillon là-dessus parce que sur 30 minutes de jeu ça me semble réalisable.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Mise en scène (Note : 4/5)

Je pense avoir déjà dit un peu tout ce qu'il y avait à dire par ci par là. Si la narration à quelques lacunes au niveau des dialogues et de la compréhension du passage passé/futur, la mise en scène elle est pratiquement irréprochable.

Les sons, les jeux de lumières, les déplacements des personnages pendant les dialogues, etc... tout ça est très bien mis en place et nous fait très bien ressentir les enjeux dont il est question et les positions de tel ou tel individu vis à vis de ces derniers.

La scène de la fuite et de l'abandon du bébé est très bien foutu, comme je l'ai déjà dit. On évite de nous faire entrer dans un combat scripter ou même de rester sur le héros, non, ici on suit le bébé suivant le cours de la rivière, son sauveur n'étant quelque part qu'une vague émission de bruit qui fait déjà parti du passé. C'est quelque chose d'assez évident et qu'on voit pourtant peu dans les jeux je trouve.

Non, la mise en scène est un vrai point fort du jeu mais il est dommage qu'elle serve justement parfois une narration un peu bancale par des dialogues assez insipide (je pense à toi, princesse...).

Univers (Note : 0,75/5)

L'univers de The Guardians ne m'a personnellement pas du tout marqué. Les 30 minutes de jeu ne semblent fondamentalement n'être que du Suikoden (le trip avec les runes typiquement) avec une pincé de Vision d'Escaflowne (tout la scène avec le dragon de terre) et une légère réminiscence de Tales of Phantasia. Mais sinon, on apprend rien de particulier.

En même temps, en dehors de la scène cinématique qui présente quelques trucs, les seuls info qu'on a sont des noms de lieux lâché par ci par là par des villageois.
Et quand on voit la scène cinématique : "oh mon dieu ! Un vilain méchant et sa cruelle armée a voulu récupérer 4 runes élémentaires pour dominer la monde ! Heureusement que ça n'a pas marché. FIN."

Donc non, rien ne laisse présupposer d'un univers réellement travaillé. Il faut se détacher de ce que d'autres on déjà fait et mettre un peu plus de personnalité dans ce jeu. Ceci doit passer par une augmentation des possibilités d’interaction avec l'environnement. Que les villageois disent autre chose que "bonjour", "ça fait plaisir de te voir" ou "faut que j'aille à tel endroit". Que l'on puisse en savoir plus sur les personnages important, comme l'ami du héros et sa famille, soit à travers des éléments interactifs, soit par l'organisation de leur maison.

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 1,75/5)

Bon... introduction... comment parler de l'introduction d'une introduction ? Je prends les 30 premières secondes ? Elles sont irréprochable c'est vrai. Non sérieusement, c'est du jeu entier, de façon globale, dont je vais parler, en prenant l'angle de sa qualité en tant qu'intro : bah honnêtement, je ne trouve pas ça grandiose...

Déjà, on commence avec un écran de titre difficilement moins vide : le titre et la fenêtre de choix. Ouais j'avoue ça fait rêver... Je ne sais pas, à la limite mettre une des Runes dont il est question... Et puis surtout je me suis posé la question : Pourquoi "The Guardians" ? L'intro n'y répond pas vraiment je trouve. Et quelque part, le titre est assez banal et pas si accrocheur que ça alors il aurait peut-être fallut l'assumer et le contextualisé...

Les 30 minutes de jeu sont certes plaisantes d'un point de vu ambiance et narration, mais assez banal au niveau de l'histoire. On comprend au bout de ces 30 minutes que tout ce qu'on a fait n'a servi grosso modo qu'à mourir. Du coup est-ce que l'histoire nous motive pour connaitre la suite, j'ai un peu envie de dire non. A priori ya pas le moindre rapport entre ce à quoi j'ai joué et la suite (en dehors du héros qui sera peut-être le bébé).
Par contre, à la question "est ce que cette intro me donne envie de jouer à la suite" là par contre j'ai envie de dire oui. Bah dans la mesure ou j'ai pas vraiment jouer pendant 30 minutes effectivement j'ai envie de voir ce que ça donne

Là où échoue cette intro au finale, c'est qu'elle coupe complètement ce qu'à vécut le joueur de ce qui l'attend par la suite. Rien à faire que le futur héros soit éventuellement un orphelin d'un patelin paumé sauvé par un chevalier déchu. Il ne s'en souviendra certainement pas et personne ne lui rappellera. Une simple phrase du style "ah je suis orphelin" ça aurait été suffisant. C'est dommage, il y a de gros effort de mise en scène, des graphismes somptueux et une ambiance bien maîtrisée, mais tout ça ne sert finalement rien.


Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 2,25/5)

The Guardian est un projet qui s'est présenté trop tôt aux alex d'or, et bien que l'ensemble des 30 minutes de jeu soit soigné, celui-ci n'est pas suffisamment long pour développer son univers et son histoire. Le projet est très avare en phase de jeu et rien ne laisse soupçonner des mécaniques particulièrement intéressantes. Paradoxalement, si l'on joue peut, ça n'est pas un choix du maker visant à nous présenter un scénario complexe, on reste dans les grands classiques. Du coup, le joueur se sent forcément lésé de ne pas pouvoir jouer juste pour suivre une histoire qui lui a déjà été servie à de nombreuses reprise. Il ne reste dès lors que la musique, les graphismes du jeu et surtout sa narration qui sauvent l'honneur.

Ce jeu ne mérite clairement pas le titre de meilleurs jeu de cette année. Si le projet évolue et que l'histoire arrive vraiment à se mettre en place en se détachant de la mythologie Suikoden, alors il aura surement ses chances une prochaine fois.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !