Test :
Trap

Temps joué : 1 h


Introduction



Trap est un survival-horror qui vous plongera dans le labyrinthe de couloirs du macabre Beril Hôtel, théâtre d’événements cauchemardesques et nid de pièges vous réservant des morts plus infâmes les unes que les autres.
Vous y incarnerez un homme venu retrouver son ex-femme au dit Hôtel, venu y passer la nuit pour le rendez vous fixé au lendemain matin.

Un parcours corsé et horrifique a été ébauché pour le joueur, et avancer n'aura rien d'évident.




Awards généraux

Gameplay (Note : 2,75/5)

Le principe du gameplay de Trap est simple et s'apparente plus à un Point&Click punitif, n'ayant vraiment du Survival-Horror que la thématique.

On explore couloirs et pièces à la recherche de la prochaine du prochain objet clé, avec parfois de petites énigmes et autres mots de passes disséminés ça et là. Malgré quelques passages flous dont est responsable le level-design, le concept n'a plus à prouver sa valeur et force l'exploration. Le nombre d'objets à analyser étant plutôt limité, on sait vite quoi faire de chacun des objets récoltés. Pas de centaines de trousseaux chiants et de documents sans intérêt, on avance, un point c'est tout.

Le second aspect du gameplay repose dans la mort avec un grand M. En posant son pied au mauvais endroit, on a vite fait de se faire défoncer de manière plus où moins originale. C'est là que le titre du jeu prend tout son sens ; des pièges au sens propre du terme.


Il faudra s'habituer à ce genre de petits cadeaux. Oui oui, c'est mon sang.


Bien sûr, la mort vient pimenter le jeu, bien qu'elle ne soit pas particulièrement coûteuse puisqu'on recharge simplement sa partie. C'est plutôt le cocktail angoisse/décès (une recette bien connue aussi) qui viendra vous chatouiller les orteils.

Ce deux aspects (exploration/clés & pièges) sont plutôt rigolos et les premières morts vous réveilleront illico de la torpeur posée par l'introduction. Cependant, l'euphorie retombe vite et même si ça fonctionne bien sur le papier, le GP paie pour un level design douteux et pour un équilibre assez moyen ; l'exploration est un peu floue (toujours à tourner en rond) et les pièges ont beau être marrants, ils bénéficieraient grandement d'un peu plus d'aléatoire.

Histoire (Note : 1,75/5)

L'histoire de Trap est difficile à commenter, n'ayant vraiment pas de place en tout cas dans cette version Démo. Bien que les bases soient claires et efficaces (arrivée du personnage>hôtel macabre > but: passer la nuit), on reste un peu sur sa faim. On a un peu l'impression que le jeu n'est en fait qu'un cauchemar du héros et qu'il va juste se réveiller en sueur puis aller manger son continental breakfast avec un café tiédasse.

L'arrivée de Joelle, le second personnage, n'apporte rien de très intéressant à l'intrigue (on comprend juste que dans trap, les gens parlent tous mal et pour ne rien dire), et aucun élément n'a vraiment été mis en place pour faire avancer le scénario.

Alors oui, il y a le mystère, tout ça, mais ça ne suffit pas et je n'ai pas vraiment été pris par les événements, et même si l'univers a quelques aspects intéressants, l'intrigue est sur la touche.

Ambiance et immersion (Note : 4/5)

Trap bénéficie d'un beau travail d'atmosphère. Bien sûr, c'était indispensable vu les thèmes abordés, mais il y a de beaux efforts de faits. On vous fera chauffer le moteur avec une introduction très glauque histoire de bien commencer, et ce n'est que le début d'un brutal cocktail d'artifices d'une qualité rarement égalée dans le Making.

Que ce soit en ce qui concerne les lumières, l'obscurité générale où encore le sound design (la musique est un peu moins fascinante), Trap pose vite son ambiance angoissante, vous faisant embrasser sans attendre son univers macabre, le tout abordé avec une froideur absolue. Pas de dialogues futiles, pas de pseudo jeu d'acteur, ici on marche où on claque et c'est au cerveau du joueur de faire le reste.


Complètement gratuit. On entre dans le doute : réalité où cauchemar ?


Un bon travail en ce qui concerne l'audio-visuel et de bonnes idées mises en place ici. Trap va vous emmener dans son univers de crasse sans faire de courbettes, et il m'est arrivé d'être agréablement surpris à certains moments. Du bon boulot !

J'ai adoré un détail et +0.5 rien que pour ça : le train qui passe en premier plan quand on rentre dans l'hôtel.

Graphismes (Note : 3,75/5)

Les graphismes et le style de Trap sont sûrement un de ses points forts. J'ai trouvé que le travail accompli ici était bien au dessus de la moyenne et que même si certains défauts se font ressentir à force, les murs du Béril Hôtel sont pavés de bonnes intentions.

Les éléments de décor sont assez hétéroclites malgré la dominance de tons sombres et c'est un petit fouillis qui marche bien. Les pixels sautent aux yeux (c'est le moment où jamais, le rétro n'a jamais autant été à la mode) et l'univers visuel dégagé par Trap m'a vite convaincu. Cependant, certaines issues sont parfois difficiles à déceler et les ambiances sont vites esthétiques et peu pratiques (j'ai mis une vingtaine de minutes à trouver l'escalier qui descend, c'est là que les lumières pourraient s'avérer utiles).
Attention également à certains éléments de perspective un peu maladroits, je pense au parallaxe réalisé avec les éléments en premier plan tels que les piliers (Ils sont censés bouger plus vite que le plan du personnage puisqu'ils sont plus proches de la caméra.)

Dans l'ensemble, cependant, c'est joli et on sent qu'il y a un bon travail au service de l'atmosphère. Les éléments importants sont généralement bien représentés et les personnages sont chouettes. Ce serait peut-être bien d'animer un peu plus le haut de leur corps lorsqu'ils marchent.



Bande-son (Note : 3,5/5)

Dans l'ensemble, la bande-son de Trap est au dessus de la moyenne, surtout en ce qui concerne le sound design.

La musique s'accorde bien aux événements, d'ailleurs sélectionnée avec une relative finesse (j'ai adoré l'introduction aux influences clairement cinématographiques) et bien jaugée, mais je pense que c'est un point qui pourrait être encore plus intéressant avec des choix de sonorités plus originales. Par exemple, en s'orientant vers des choses plus pesantes et plus en arrière plan encore.
En tout cas, la musique est minimaliste, et pour moi, c'est un plus vu le bon travail effectué sur le reste.

En effet, le sound design a été soigné, et c'est un plaisir de découvrir dans le Making autant d'efforts mis en place pour varier les ressources. Que ce soit dans les grandes lignes (les sons de trains sont bien desservis, notamment ce train qui passe très vite en premier plan que j'ai adoré) où dans les détails (le son des pas qui change selon le type de sol) qui jouissent eux aussi d'un bon travail de collecte de sons. Les interactions bénéficient donc souvent de sons spécifiques qui augmente la qualité de l'expérience. Super travail sur les sons d'ambiance.
Attention quand même à quelques différences de volume parfois gênantes et au son des portes qu'il serait bien de changer (un peu trop brutal à mon goût).

Je dirais en tout que la bande son de ce Trap est bien travaillée et que le feedback n'en tire que du bon.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 3,25/5)

J'ai trouvé le Level Design de Trap intéressant mais pas toujours bien pensé. Le challenge ici était de tout rendre bien clair malgré le poids des ambiances lumineuses et des divers effets employés. C'est globalement positif mais certaines choses viennent ternir le gameplay.

Pour commencer, l'orientation : j'ai trouvé que les portes et issues diverses étaient souvent difficiles à trouver (les escaliers, notamment, j'ai mis le temps).
De plus, dans les couloirs en général, on a vite fait de ne plus trop savoir où on est même si je note bien les efforts mis en place (l'un des couloirs de l'étage baigne dans une lumière rouge, où encore les mannequins amassés devant les portes) dans l'élaboration de points de repères.
Les chambres et pièces en général, par contre, sont très faciles à distinguer, puisqu'elles sont toutes assez différentes (les mannequins, les poupées, la salle de bain ensanglanté, le bureau, etc...). Je crois que cet Hôtel bénéficierait bien de quelques signes distinctifs dans les couloirs où tout simplement d'une carte (pas vraiment nécessaire).


Ce genre de tableau est très facile à mémoriser et facilite le repérage.


En ce qui concerne le gameplay, sa dynamique repose en grande partie sur les pièges. J'ai trouvé que ces derniers étaient justement placés et très rigolos en général. C'est aussi vrai pour la poursuite avec le pantin, à la fois simple et angoissante. En trouver l'échappatoire était difficile mais valorisant.
Une suggestion, cela-dit, par rapport à certains éléments qui punissent peut-être un peu trop la curiosité (le miroir, la télé...). Je crois que certains éléments comme ces derniers pourraient parfois récompenser la prise de risque afin de créer de belles hésitations chez le joueur. Il faudrait une mécanique de collecte d'objets bonus où autres pour étoffer un peu ça, et ce serait très bien.
Introduire un peu d'aléatoire serait peut-être aussi un bon plus pour le Béril Hôtel.

Pour conclure, je trouve que c'est un bon travail dans l'ensemble et que le level design en est bien ré-haussé. Ce serait bien d'utiliser les lumières pour indiquer les chemins (l'escalier, par ex.) où guider discrètement le joueur, et de mettre plus de points de repère visuels dans les couloirs.

Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Mise en scène (Note : 3,25/5)

La mise en scène de Trap repose sur la solidité d'un thème bien abordé. L'introduction du jeu mettra vite en évidence l'univers, puisque le scénario n'est pas vraiment mis en avant, et plonge sans plus attendre le joueur dans le jeu.

Le diable est dans les détails, et dans Trap aussi, notre auteur l'aura bien compris en multipliant ça et là divers clins d’œils bien glauques. Dans l'ensemble, le jeu se veut très cinématographique et rempli de bonnes idées. Que ce soit dans l'univers visuel pesant, dans la variété des sons où dans les interactions du joueur, Trap est bien desservi.
J'ai malgré tout été très gêné par l'orthographe, car quoi qu'on dise, c'est un gros frein qui baisse la qualité de cette mise en scène pourtant bien travaillée.


Frank Ribéry, sors de ce corps.



En jeu, l'émission d'infos à la télévision, par exemple, est un bon moyen d'étoffer le background. Enfin, nombreux sont les moyens employés pour rendre le tout plus cohérent (chaque mort est illustrée de manière détaillée et bien brutale) et donner un visage de plus à Trap. Ce n'est pas qu'effrayant, c'est aussi un éventail de morts différentes qui vient enrichir l'expérience de jeu.

Malgré l'orthographe qui pousse le bouchon un peu trop loin, Trap est rempli de bonnes idées et d'une mise en scène soignée.

Univers (Note : 3,5/5)

Trap, entre autres qualités, bénéficie d'un univers bien réfléchi, relativement original et bien pensé dans l'ensemble. Si tout n'est pas toujours extrêmement abouti, on sent tout de même une réflexion derrière.

L'hôtel est un bon choix, d'abord, parce qu'il peut-être n'importe où, de n'importe quelle taille et fréquenté par un nombre de personnes très variable tout en ayant un passé lourd. Une base solide, donc, sur laquelle l'auteur a développé son univers très sombre, cauchemardesque et sale, n'étant pas sans rappeler un certain Silent Hill.
La mise en scène étant bien faite, l'univers est très bien exprimé et le fantastique (horrifique) vient se poser sans problème sur cet environnement d'angoisse sans mettre de gants.

Ce qui m'a le plus agréablement surpris, c'est la forme que prennent les dangers et surtout les antagonistes. Que ce soit les ombres où les mannequins, ils sont originaux, simples, et ce minimalisme est d'autant plus effrayant. Que sont ces silhouettes psychopathes ? Pourquoi me fracassent-t-elles la gueule ?
Ce genre de question, que l'on se pose d'emblée, prouvent que le travail sur l'univers est abouti car un bon jeu d'horreur fera cogiter le cerveau du joueur, mixant le terrifiant et l'inconnu.

Cauchemar ? Réalité ? Un peu des deux ? J'approuve complètement cet univers glauque et décomplexé. Bonnes idées et bon travail !

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 4/5)

L'introduction de Trap est certainement un de points forts du jeu. L'auteur a pris un marteau, des clous, un joueur sur son siège, et je vous laisse deviner la suite.
Très clairement imaginée de manière cinématographique, cette intro bien dégueulasse écrase les bases de l'univers sur l'écran. Ce sera dangereux, pas propre, il faudra faire preuve de sang froid pour survivre. La petite musique old school qui va bien dépeint toute l'ironie du sort et met Trap dans une case où certaines âmes sensibles feraient bien de ne pas mettre les pieds.

Une fois aux commandes (l'intro continue à sa façon), on appréciera le bon goût quand au travail fait sur l'arrivée du joueur à l'Hotel et développé sur les détails en tous genre. Les codes du film d'horreur sont plus que respectés, ils sont carrément plaqués contre l'écran et on a l'impression qu'ils veulent absolument vous attirer dans le jeu.

Je ne souhaite pas spoiler cette bonne introduction et je conseille à tous d'aller y jeter un oeil (si vous avez l'âge prérequis) . En attendant, beau travail sur cette intro bien au dessus de la moyenne à mon avis.

Graphismes originaux (Note : 3,75/5)

Trap est le fruit d'un important travail, fignolé ça et là, et les graphismes en sont la meilleure preuve. L'auteur ne s'est pas relâché une seconde en ce qui concerne l'aspect visuel du jeu, prenant une direction à la fois fiable et originale. J'avais déjà apprécié la maturité artistique du précédent jeu de Lior (le village), mais on sent les progrès faits avec Trap.

Les personnages, d'abord, sont joliment représentés. Ils sont détaillés et originaux, inspirés par un pixel art qui fonctionne bien. Je n'en dirais pas tant concernant l'animation, les personnage étant un peu statiques, mais dans l'ensemble satisfaisante.
Certains détails sont très agréables, tels que le train qui passe avec un effet de flou de mouvement, et les flous en général desservent bien la perspective même si certains objets de premiers plans sont un tantinet trop présent et se déplacent à la mauvaise vitesse (voir section "Graphismes") .

Que ce soit concernant la création où l'assemblage des différents graphismes personnalisés, Trap n'a pas à rougir et le thème abordé est très bien traité. On sent l'amour du bon travail, et le pont a été solidement construit, toujours au service de l'ambiance et l'univers.

Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3,5/5)

Concocté avec amour pour le plus grand plaisir de nos angoisses, ce jeu se démarque par le travail effectué son son ambiance et son univers tordu. A mon humble avis, le level design reste à peaufiner (utilise ces jolies lumières, mêle l'utile à l'agréable !), le scénario mérite des surprises et le gameplay ne ferait que bénéficier de l'intégration de mécaniques fraîches. L'orthographe est quant à lui un gros problème auquel il faut absolument remédier.

Quoi qu'il en soit, Trap est à la fois un nid de bonnes idées, un sacré travail et un projet prometteur. Je crois que ce jeu mériterait bien quelque chose cette année car les points forts sont multiples.

Un projet que notre bon Lior ne doit pas lâcher, et que nous nous devons de suivre de près !


Remarques diverses

Trap est blindé de fautes. Si tu n'arrives pas à corriger où si tu n'as simplement pas le temps, fais appel à quelqu'un pour le faire ! Je suis sûr que tu trouveras des volontaires surtout vu ton jeu est cool.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !