Test :
Manted: A glimmer in the dark
Par Zexion

Temps joué : 3 h 15 min


Introduction

Manted: A Glimmer in the Dark est un jeu de Cactus développé sous RPG Maker VX Ace. Il est une grosse mise à jour du jeu Manted du même auteur, présenté à la session 2014 des Alex d'Or. Il avait remporté l'award Graphismes argent.


Awards généraux

Gameplay (Note : 3,25/5)

Les combats représentent donc une grande part du jeu. Bien que les combats se déroulent au tour par tour, on peut difficilement parler de système classique. On incarne dès le début du jeu quatre gaillards bien armés, chasseurs de fantômes de leur état. Chacun d'eux dispose de points de vie, de munitions pour leur arme anti-fantôme, et de points de technique. Chaque attaque consomme une munition. Une fois arrivé à cours de munition avec un personnage, il faut utiliser un tour pour recharger. De la même façon, un personnage ayant perdu beaucoup de santé pourra utiliser l'action pour se soigner au lieu d'attaquer. Ces deux actions (se soigner et recharger) ne coutent rien et peuvent être effectuées à n'importe quel moment à la place d'un tour d'attaque. Tout l'intérêt des combats repose donc sur l'alternance dans l'utilisation des trois fonctions (avec l'attaque).

On peut cependant s'étonner que les différences entre les personnages ne soient pas plus marquées en combat. Ils ont tous les même stats : même nombre de PV, même nombre de munitions, etc. A l'exception de Jack qui est le héros et qui a le double de PV parce que sa mort signifie le game-over, alors que les autres personnages peuvent être ressuscités. Certes, chaque personnage a une attaque spéciale différente. Par exemple Francis peut faire un soin collectif et Serge peut balancer une attaque surpuissante. Mais ça reste assez réduit et ça limite un peu les possibilités tactiques. Heureusement il est possible de spécialiser un peu les personnages grâce aux équipement achetables qui permettent d'augmenter la capacité de munition des personnages ou encore d'apporter des effets particuliers à leurs attaques.

Malgré tout, à force, les combats deviennent assez vite redondants et répétitifs, peinant à se renouveler.

Histoire (Note : 2/5)

Jack, Francis, Serge et David, quatre chasseurs de fantôme arrêtent leur camionnette devant un vieil hôtel désaffecté. Cette bâtisse emplie de spectres et autres bestioles fantomatiques veut leur mort. Leur objectif ? Parvenir à monter jusqu'au septième étage pour en déloger l'entité maléfique qui y a élu domicile, et mettre un terme à ce gros bazar. Préparez-vous pour cela à un périple corsé, passé à dézinguer de l'ectoplasme à coup de fusils, tout en cherchant des clés dans l'obscurité pour pouvoir progresser.

Oui voilà, c'est le pitch de base. Ça casse pas trois pattes à un canard hein ? :p

Ambiance et immersion (Note : 4/5)

L'ambiance est vraiment top, il faut l'admettre. Pour faire simple, on se retrouve plongé dans un hôtel délabré, dans le noir. On entend en permanence une musique sinistre accompagnée de cris d'esprits et autres bruitages facilitant l'immersion (est-ce que j'ai vraiment entendu un bruitage de Ripper Roo provenant de Crash Bandicoot ? xD) A côté de ça on a régulièrement des manifestation fantomatiques à l'écran. Screen qui tremble, apparitions,... il y a plein de petits événements aléatoires qui surprennent.

Ceci étant dit, je ne sais pas trop si on peut dire que le jeu fait peur. Il faut dire que le style graphique un peu "simple"/cartoon n'est peut-être pas celui qui convient le mieux pour foutre la frousse, puisque celui-ci lui confère plutôt un côté parodique. Bon, le jeu parvient tout de même à surprendre, mais on parle là davantage de (légers) screamers plutôt qu'une ambiance horrifique sur la durée.

Quelques rares exceptions offrent toutefois des ambiances particulières, je pense notamment à ce passage où les protagonistes revêtent un scaphandre. Cette phase de jeu est assez oppressante.

Graphismes (Note : 3,75/5)

Manted s'offre des graphismes entièrement personnalisés. La première chose qui saute aux yeux est la sympathique introduction, composée d'images, qui nous narre l'arrivée du groupe à l'hôtel. Sans casser trois pattes à un canard ni en terme de dessins ni en terme d'animations j'ai trouvé ça assez sympathique.

Le reste du jeu est représenté à l'aide de pixel. Le design des personnages, tout particulièrement, est rigolo. Il ne manquera pas de rappeler à certains les canadiens de South Park.

Secret (Cliquer pour afficher)


Ceci dit ce style simple n'est pas prétexte à des graphismes de basse facture. Non : on sent que c'est maîtrisé. Les animations des personnages notamment sont aux petits oignons. Il m'a même semblé que le nombre habituel de 4 frames avait été augmenté. Cela montre bien le soin porté.

En combat, on est tout autant impressionnés. Outre l'animation d'attaque qui est splendide, ce sont les ennemis qui impressionnent, eux aussi par leur animation.

Finalement, s'il fallait faire un seul reproche, c'est sans nul doute sur le manque de variété des environnements que se porterait mon choix. Forcément, comme on est dans un hôtel, on est plus ou moins toujours confrontés au mêmes décors, même si heureusement il y a un peu d’évolution d'un étage à l'autre.

Bande-son (Note : 1,75/5)

Soyons honnêtes, ça cloche. Ne mous méprenons pas : la bande-son n'est pas mauvaise en soi. L'auteur parvient plutôt bien à associer des musiques qui collent à l'ambiance du jeu, avec ce côté à la fois rustique et inquiétant. A l'inverse, utiliser les tournes-disques que l'on trouve à chaque étage aura pour effet de jouer des musiques très décalées avec l'ambiance du jeu. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose puisque le choix de lancer ces morceaux est laissé au joueur.

En revanche, là où le jeu pêche, c'est dans le manque de variété évident des musiques. Elles sont peu nombreuses, et on entend presque toujours les même. C'est d'autant plus embêtant que certains morceaux sont très répétitifs. Pour ne pas péter une durite, on se retrouvera bientôt forcé d'utiliser les tournes-disques dont les morceaux, bien que sympathiques, ne se prêtent pas vraiment à une écoute répétée.

Petit ajout sympa, les personnages parlent en combat. L'idée est sympa et rend plutôt bien, mais là encore le jeu déçoit par le manque de variété, et on aura vite fait le tours des répliques.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 4/5)

Force est d'admettre que Manted : A Glimmer in the Dark a réussi quelque chose tout à fait sympathique concernant son level-design. Le principe du jeu est, je le rappelle, de gravir un hôtel jusqu'au septième étage. Le jeu brille en réussissant à proposer quelque chose de différent à chaque étage. Par exemple, l'un des étages fera l'objet d'une longue poursuite, tandis qu'un autre, complètement gelé, mettra votre cerveau à l'épreuve pour adopter les bonnes trajectoires givrées et en voir le bout. Je n'en dis pas trop pour ne pas gâcher l'intérêt du jeu à d'éventuels lecteurs, mais sachez que votre équipe ira jusqu'à revêtir un scaphandre.

L'unique regret que l'on pourra avoir, c'est le fait qu'échouer à certaines phases de jeu conduira à un game over immédiat ce qui étire la durée de vie un peu artificiellement. Il aurait sans doute été plus approprié de trouver un autre moyen de sanctionner le joueur.

Après, les décors sont relativement peu variés, mais ça se justifie plutôt bien par l'histoire du jeu puisqu'on reste dans le même hôtel tout du long.

Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Mise en scène (Note : 1/5)

J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi le jeu participe à cette catégorie. Les scènes du jeu sont à l'image du scénario simpliste : rares, courtes, et sans véritable ambition. C'est même carrément dommage quand on voit la capacité de l'auteur à faire des animations, je pense qu'il y aurait vraiment eu moyen de faire quelque chose de bien. :/

Univers (Note : 2/5)

Alors certes, on a un peu l'impression de parcourir un vieux film à la Ghost Buster (d'ailleurs cette impression est renforcée par le fait que l'auteur propose d'activer un filtre qui donne à l'écran un aspect cinéma ancien, option que je recommande), mais de là à pouvoir parler d'univers, je ne sais pas. Il y a bien ce côté un peu barré avec des personnages et des fantômes au design marrant, des musiques rétro, et quelques (très rares) répliques humoristiques. Moi quand on me parle d'univers, je m'attends à quelque chose de plus vaste, de plus élaboré, de plus développé.

Personnages (Note : 1/5)

Hum non, juste non. Idem que pour la mise en scène. Certes, le design des personnages est sympa et correspond bien au style graphique de Manted, mais c'est tout, ça s'arrête là. Ce jeu clairement, a plein de qualités, mais pour le coup il n'a aucune raison de participer à cet award. Les personnages parlent très peu et son donc peu développés. De fait, ce n'est que grâce à leur design qu'on les distingue.

Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 3,75/5)

L'intégralité des graphismes étant originaux, je reprend ici la note de l'award "Graphismes".

Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3,25/5)

Manted laisse cette impression d'un jeu qui est bon, mais a trop négligé certains aspects pour vraiment ressortir. La travail graphique est conséquent et de bonne qualité, l'ambiance réussit son pari. Le level-design lui aussi réussi un joli tour de force avec des étages construits comme des niveaux explorant des mécanismes de gameplay nouveau.

Mais le jeu prend le parti étrange (pour un RPG) de délaisser tout ce qui a trait à la narration. Le scénario est ainsi minimaliste, les personnages très peu développés, la quantité de dialogues très réduite, l'univers pas abordé. On ressent un véritable manque de ce côté. Et c'est dommage puisque cela pourrait casser ou tout du moins réduire la monotonie qui s'installe passé un certain temps de jeu du fait notamment du côté répétitif des combats.

C'est pour cela que si Manted: A Glimmer in the Dark peut tout à fait à mes yeux prétendre à plusieurs awards (Graphismes, Graphismes originaux, Ambiance et immersion, Leel-design ...) il ne peut raisonnablement pas espérer gagner la récompense ultime parmi les récompenses ultimes, j'ai nommé l'Alex d'Or.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !