Test :
Vileland
Par Parkko

Temps joué : 4 h 30 min


Introduction

C'est après plus d'une vingtaine de tests réalisés que je m'attaque à Vileland, dernier test à faire, pour ma part, dans cette session des Alex d'Or.
Et, quelle très agréable surprise de finir sur une si bonne note, d'autant plus que je ne m'y attendais vraiment pas.
Si la trame du jeu se veut, finalement, assez classique, tout est parfaitement réfléchi pour proposer une expérience ludique et gratifiante pour le joueur.


Awards généraux et spécifiques

Meilleur Univers (Note : 3,75/5)

L'univers proposé dans Vileland est double, si on y reconnait une empreinte très proche des RPG classiques (par ses donjons, par l'organisation du petit village, etc.) on y trouve une grande originalité, celle d'avoir apportée une touche (plus qu'une touche même !) de western.
On se demande presque pourquoi quelques petits brins de paille ne viennent pas souffler au vent, et si John Wayne ne va pas débarquer pour nous provoquer un duel.
Si ce n'est pas le seul titre du concours à proposer cette ambiance western, elle n'en reste pas moins originale dans le paysage des jeux amateurs, surtout francophones, étant donné que la culture du western est plutôt américaine (ou, à la limite, italienne !).
Et je dois dire que tout s’imbrique de façon plutôt cohérente là-dedans. Le jeu commence quelques années avant, pour nous montrer le contexte, ce qui est toujours plus agréable que de nous l'expliquer à coup de dialogues interminables, et le reste sera appris autour de petites discussions, donnant ainsi au joueur l'impression qu'un vrai monde existe, mais qu'il n'en sait que l'essentiel, ce qui est très bien, le joueur n'étant pas bombardé d'infos inutiles.
Les personnages sont plutôt intéressants, bien qu'un peu stéréotypés parfois.

Meilleure Narration (Note : 4,25/5)

Malgré la simplicité du propos, qui n'est pas spécialement palpitant, je dois dire que j'ai été assez intrigué par ce qu'il se passait.
Pour quelles raisons ? Car, si le scénario ne m'intéressait pas des masses, pourquoi être intéressé par l'histoire du jeu ? Déjà, pour sa mise en scène toujours intéressante, le jeu prend réellement son temps, il n'y a aucun rush, et ménage pour le joueur des petites scènes pour mieux appréhender le monde qui nous entoure. La caméra se déplace, les personnages aussi, il y a de la vie à l'écran, il y a quelque chose qui se passe, et c'est tant mieux.
Les personnages sont dressés de façon, un peu conventionnelle, mais tout de même habile.
Malgré le fait que le titre prenne son temps pour s'installer, l'histoire parvient à se renouveler rapidement, prouvant que l'écriture du titre est plutôt maligne, qu'on ne nous déballe pas tout en dix secondes, et qu'au contraire le héros va avoir des surprises et des révélations qui remettront en cause son aventure.

Meilleur Gameplay (Note : 2/5)

Il s'agit là de la chose qui m'a le moins convaincu dans le jeu. Le titre fait preuve d'une grande originalité sur pas mal d'aspects, mais fait preuve d'une certaine paresse pour le gameplay. Alors oui, il y a cette idée de compétences / slots à ranger, qui est toute simple mais assez intéressante (qui rappelle presque un peu les matérias de Final Fantasy VII, sauf qu'on ne peut pas les associer, mais qu'on porte "sur le personnage") et qui est vraiment très belle visuellement (avoir cet orbe dans le menu, chapeau !).
Mais ça ne rend pas le jeu plus dynamique en terme de gameplay pour autant. Surtout que, et c'est bien malheureux, les combats se révèlent être peu palpitants et très (trop) longs, ainsi que la difficulté plutôt mal équilibrée par moment (le jeu étant souvent trop dur).
Cette impression de lenteur dans le gameplay est renforcée par de trop nombreux allers-retours nécessaires pour terminer un donjon, vu qu'il nous faudra retourner chez le doc régulièrement. Cela donne un côté un peu trop répétitif au tire qui devrait retravailler ce point qui n'est pas très valorisant ou ludique pour son joueur.

Meilleurs Graphismes (Note : 4/5)

Visuellement, le titre est gratifiant, il y a un grand plaisir à regarder le monde proposé dans Vileland. Tout est réfléchi et bien mesuré, témoignant d'un travail conséquent et très sérieux.
On se sent très vite happé par l'univers grâce au visuel de l’œuvre, proposant un monde tout droit sorti d'un western, avec quelques petites dénotations de RPG tout de même, le tout faisant un mélange finalement intéressant.
J'ai été également séduit par l'aspect graphique des combats, avec les nombreuses images qui apparaissent, je pense bien sûr à celles des personnages, qui sont très bien réalisées, ainsi que les facesets, qui évoluent selon les émotions des protagonistes.
J'ai été, je dois le reconnaître, parfois un peu surpris par certains donjons où, par contre, aucune logique ne semble régner. Dans le premier donjon, il y a parfois des blocs de terre qui sont coupés en deux (comme si une partie était cachée par le mur ?), ainsi que certaines "falaises" qui tiennent grâce à un tout petit filet de roche (j'ai du mal à l'expliquer clairement), ceci dénotant un peu avec le grand travail visuel réalisé par l'auteur.

Meilleure Ambiance Sonore (Note : 4,25/5)

Je suis complètement conquis par l'ambiance sonore du titre.
Déjà, il y a un grand travail fait de la part de l'auteur pour plonger rapidement son joueur dans son univers à travers plein de petits effets sonores, très bien utilisés, discrets mais pas trop, qui nous donnent instantanément l'impression d'être dans le petit monde que l'on voit évoluer à l'écran.
Mais c'est surtout sur les musiques que je dois féliciter l'auteur, tant elles font preuves d'un choix tout à fait pertinent et à la fois audacieux. Il y a une vraie prise de risque à proposer des morceaux venus d'autres horizons que le monde - clos - des RPG, et c'est vraiment une bonne chose, tant il aurait été pénible de se coltiner des musiques standardisées des Dongeons RPG.
De plus, l'auteur sait comment utiliser une musique dans un cadre de mise en scène pure. Il y a plusieurs moments où la musique réagit au jeu - ou l'inverse, à vous de voir -, témoignant que l'auteur a réellement réfléchi sur la meilleure façon d'intégrer des musiques à son jeu.

Meilleures Ressources Originales (Note : n/a)

Le jeu ne participe pas à cette catégorie.


Conclusion (Note totale : 4/5)

Comme je le disais en introduction, Vileland est le dernier jeu que je teste, après une très longue série de tests réalisés. Et il se classe aisément dans les tous meilleurs auxquels j'ai pu jouer.
Je ne peux que féliciter l'auteur pour son jeu, tant tout ce qu'il entreprend est bien pensé, cohérent et réfléchi.

Nous sommes ici en présence d'un jeu parfaitement maîtrisé, où tout est organisé dans un même sens. Même le gameplay, qui ne me convient pas, n'est pas mauvais pour autant, et démontre un travail important de l'auteur derrière, il me semble juste trop répétitif, et finalement peu pertinent pour le jeu, donnant un côté fastidieux à son oeuvre parfois (les allers-retours, la longueur des combats...). Mais on peut pardonner ce petit défaut quand on regarde le reste.
Et je dois dire que dans Vileland, ce qui m'a le plus convaincu est le fond du jeu. Alors oui, la forme n'est pas en reste, le scénario est intéressant - bien qu'un peu classique - mais comment ne pas féliciter l'auteur pour le travail incroyable d'immersion qu'il a réalisé : de son utilisation des musiques, des bruitages, des graphismes, le tout souligné par une mise en scène subtile et complètement pertinente... Je ne peux - quasiment - que faire des louanges à Vileland.
Et pourtant, ce n'est pas mon genre de jeu à la base, mais je ne peux que constater la très grande qualité du titre.
Félicitations.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !