Test :
Wanderlust - A game no one plays
Par FwT

Temps joué : 1 h


Introduction

Wanderlust est un RPG pour adultes dans lequel on incarne une princesse coquine en quête de… Attendez, pardon ? Ah ! On me dit dans l’oreillette que le jeu que je teste aujourd’hui n’est pas ce Wanderlust, mais un homonyme qui se présente sous la forme d’un jeu d’énigmes bien sombre au cours duquel on est confronté aux problèmes personnels des PNJs.
Je me disais bien, aussi…


Awards généraux et spécifiques

Meilleur scénario (Note : 4/5)

Wanderlust est ce qu'on pourrait appeler un jeu à clés. Déjà, parce que des clés, vous allez en ramasser un certain nombre au fil des niveaux. Ensuite, parce que le titre ne livre pas son histoire d'un coup. Vous êtes catapulté dans d'étranges séquences de donjons avant de comprendre qu'il s'agit de rêves imbriqués.

En effet, notre personnage, qui s'éveille d'un coma, a la faculté d'entrer dans les rêves des gens grâce à un marteau. Au fil de ses pérégrinations inter-oniriques, il rencontre différents protagonistes qui souffrent de divers problèmes existentiels. Il faut reconstituer les indices disséminés au cours de notre aventure si l'on veut esquisser le scénario de Wanderlust. Car chaque révélation semble apporter son lot de nouvelles questions.

La description de Wanderlust résume bien son principe : "Dans ce jeu, votre arme, c'est votre opinion. (...) Votre but est de définir si vous avez participé à la construction d'un protagoniste ou d'un antagoniste." Il va donc falloir faire des choix en votre âme et conscience. Un peu à la manière d'Undertale, qui a visiblement beaucoup influencé le créateur pour l'atmosphère irréelle de son univers.

Je dis "irréelle", mais je devrais plutôt écrire "bien barrée". Je n'ai jamais vu un jeu mêler autant les énigmes à la Zelda et les interrogations sur des thématiques parfois très sombres, le tout entrecoupé de décors et de persos tirés de Sonic ou de Pokémon (du moins, pour ce dernier, si j'en crois les vidéos que j'ai vues après la fin de mon test).

Le résultat est un peu inégal. On oscille entre des questionnements éthiques et des passages plus, disons, génériques (type message de prévention ou livre de développement personnel). Le tout n'en représente pas moins une vraie prise de risque, comme on aimerait en voir plus souvent.

Meilleure mise en scène (Note : 2,5/5)

Wanderlust se base sur un éditeur de ROM Zelda qui ne permet pas énormément d'effets de mise en scène. Les interactions passent le plus souvent par des boîtes de dialogues et les animations sont réduites au strict minimum.

Il y a des tentatives intéressantes de mettre de l'ambiance avec différents effets météo. Le créateur a fait ce qu'il pouvait pour inclure des éléments de surprise, jouer sur les couleurs... mais je pense qu'on touche rapidement aux limites du logiciel. Pas sûr que celui-ci soit particulièrement indiqué pour narrer une histoire complexe.

Meilleur gameplay (Note : 4/5)

J'aime pas Zelda.
Non, c'est pas tout à fait que j'aime pas Zelda... C'est que j'aime pas les donjons de Zelda.
Vous me direz que c'est une part importante du gameplay. Certes. Mais, voilà, moi, j'aimais bien laisser courir mon imagination dans les grands espaces de la carte du monde, parler avec les PNJs... Les énigmes, en soit, n'avaient pas d'intérêt narratif.

Enfin, si je vous parle de Zelda, c'est parce qu'avec Wanderlust, vous serez en terrain connu - si vous avez joué au III ou au IV. L'utilisation du moteur de jeu du classique de Nintendo est certes problématique pour tout un tas de choses (écran titre non modifiable, transitions douloureuses, pas d'accents...), mais il permet une variété de gameplay et d'énigmes supérieure à ce qu'on peut faire sur du RPG Maker. Outre les blocs à pousser, on doit utiliser un boomerang, un grappin...

Parfois, on passe de la vue top-down à celle de côté, ce qui permet de franchir les obstacles. Une bonne idée.

Les combats, eux, mélangent Zelda et les phases de bullet hell à la Undertale. Toutes les compétences qui vous sont demandées sont à apprendre via des petites phases de tuto qui montrent que le gameplay a été pensé en amont. C'est un très bon point, qui justifie une note forte.

Dommage que les énigmes, plutôt variées et futées, ne soient pas plus liées à l'histoire. Certaines phases sont justifiées par un argument philosophique un peu tiré du chapeau (une avalanche de projectiles représente une sorte d'affection non sollicitée ?). En règle générale, j'ai l'impression que la mayonnaise de la symbolique a du mal à prendre. Ce n'est pas très grave, mais il y a un vecteur d'amélioration de ce côté.

Meilleurs graphismes (Note : 3/5)

Dans Wanderlust, on change perpétuellement d'univers, et cela se traduit par des zones graphiquement variées. On ne s'éloigne pas trop d'un visuel type NES, début SNES au mieux. Le fait que les styles ne "matchent" pas entre eux renforce l'impression d'étrangeté voulue par le créateur. A noter que celui-ci a pris le temps de faire une liste détaillée de ses emprunts. Merci !

Si le côté halluciné de l'aventure autorise une multiplication de ressources injustifiable dans un autre titre, on peut quand même regretter que cela conduise parfois à un petit manque d'efforts (des fleurs infranchissables...).

Gros problème, qui a déjà été soulevé ailleurs : notre personnage est tout noir. Ce qui le rend très difficile à distinguer dans les tableaux à visibilité limitée.

Meilleure ambiance sonore (Note : 3/5)

On n'est pas perdu avec des musiques qui proviennent de classiques du jeu vidéo (Sonic, Zelda...). Certes, elles sont très bonnes. Mais ça sort toujours un peu du jeu quand on a l'impression d'avoir entendu la bande-son quelque part. Plutôt que de reprendre les thèmes d'Undertale, pourquoi ne pas chercher d'autres, moins connus mais qui y ressemblent ?

Evidemment, il est possible que ce choix du clin d'œil perpétuel ait une explication plus tard dans le jeu, à l'instar de personnages comme Tails.


Conclusion (Note totale : 3,5/5)

Wanderlust propose une expérience originale, sorte de mélange entre Zelda-like et récit introspectif. Ses énigmes sont bien pensées et l'histoire suffisamment mystérieuse pour donner envie d'avancer. Il y a un vrai message derrière ce jeu, même si j'ai l'impression qu'il pédale parfois un peu à force de vouloir montrer qu'il raconte quelque chose.

Par ailleurs, le pitch étant "Votre arme, c'est votre personnalité", j'ai ressenti de la frustration en voyant que mes choix de dialogue se limitaient à "oui" et "non", avec toutes les ambiguïtés que cela peut générer.

Mais on ne peut pas nier qu'il y a déjà, ici, un gros travail de réalisé. Wanderlust donnera envie à bien des joueurs de replonger dans son univers ténébreux (sauf si, comme moi, vous êtes allergique aux donjons à énigmes).

Mission accomplie pour l'auteur dont le but est, je cite, de "laisser une trace".


Remarques diverses

- L'originalité de la démarche serait renforcée par le choix de ressources véritablement originales.

- Attention à certaines musiques qui bouclent trop abruptement.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !

Page : 1
Pseudo Commentaire
Page : 1
Solynut - Publié le 07/08/2022 à 19:39:48


Membre
6 messages
Je ne sais pas s'il est gratifiant d'être testeur, mais sache que ça fait vraiment et profondément du bien d'avoir un retour. Je ne sais pas non plus si la gratitude d'une personne que tu ne connais pas puisse avoir une signification, mais sache que, au même titre que Scripture, vous avez toute ma reconnaissance et que l'utilité de ces quelques lignes dépassent probablement ce à quoi vous pouvez penser.
Bon courage pour vos derniers tests.
ScriptuRe - Publié le 07/08/2022 à 22:10:17


Admin
106 messages
Merci pour ton beau commentaire Solynut, ne désespère jamais, je t'avais bien dit que ton jeu serait apprécié à sa juste valeur !!
De retour pour vous jouer de mauvais tours.
FwT - Publié le 10/08/2022 à 22:28:03


Membre
22 messages
Merci et bonne continuation

Vous souhaitez donner votre avis sur ce test ? Connectez-vous à votre compte, ou créez-vous un compte !