Test :
Omega I
Par Odin

Temps joué : 2 h 30 min


Introduction

Omega... planète futuriste aux multiples conflits politiques et culturels, où les questions existentielles viennent se mêler aux bruits des fusils assassins et du sang des soldats partis en guerre...

C'est dans cet univers aux tensions palpables que nous allons évoluer et changer le destin de tous à l'aide d'une poignée d'habitants jouables, aux aspirations et objectifs différents, dont Axel Atwars.



Awards généraux

Gameplay (Note : 1,75/5)

Si Omega 1 serai une brochette, et bien vous rongeriez le bâtonnet, car vous n’auriez rien d’autre à vous mettre sous la dent. Le gameplay se compose essentiellement de deux phases ;

La première, du combat A-RPG géré par script où il suffira de spawner une seule touche pour tuer les ennemis. Des ennemis qui apparaitront une fois par demi-heure en moyenne. Pas de quoi faire monter l’adrénaline.

La deuxième, de l’exploration pure et dure. Si l’ambiance des différents niveaux fait assez bien passer la chose, la durée au contraire, vous donnera le tournis. Et oui, car à par marcher, vous n’effectuerez pas beaucoup d’action sur Omega… Car sur cette planète, les panneaux, les cartes, les boussoles et tout objets capables de vous indiquer votre route n’existe pas. Vous entendrez le nom de votre destination une unique fois, et débrouillez-vous pour la trouvez. Aucuns indices et pas de précisions. Good Luck comme dirait Sherlock.

Plusieurs bugs empêchent la progression notamment. Heureusement, l’auteur a eu la présence d'esprit de laisser l’éditeur dans le dossier du jeu, j'ai donc pu corriger les bugs et continuer ma route.

Ça ne dérange jamais de faire quelques pas pour obtenir un nouvel acte de l’histoire, mais de là à faire un marathon de 1h pour 1mn de scénario… c'est vraiment dommage.


Histoire (Note : 4,5/5)

À l’inverse de son gameplay, Omega 1 brille par son histoire. Intéressante et plutôt bien réalisée, elle traite habilement de thèmes importants, comme la guerre, le racisme, la famille.

Les relations entre les différentes personnes sont la clé de l’intrigue. La tension que la guerre apporte amène à beaucoup de sujets dramatiques et touchants, et l’auteur l’a bien compris et exploite agréablement ce potentiel.

La bonne mise en scène et les changements réguliers de personnages permettent d’avoir plusieurs points de vue et des ajouts d'intrigues supplémentaires. Le tout manque peut-être d’un peu d’action, mais le scénario reste bien ficelé.

N’ayant pas terminé le jeu, j’ignore le fin mot de l'histoire, mais d’après ce que j’ai pu jouer, je pense qu’Axel Atwars m'aurait laissé sur une bonne note.


Ambiance et Immersion (Note : 3/5)

L’ambiance générale est plutôt bonne, grâce aux dialogues immersifs et aux musiques bien choisies notamment.

Néanmoins le reste a peu de charme. Les PNJ sont trop clonés à mon goût (L’auteur comprendra). Les cités ne possèdent aucun système de défense à par des gardes… Pas très réaliste pour un monde en guerre totale. En vue de la technologie des armes, le quotidien des gens aurait pu être un peu plus moderne.

Le mapping est correct. On peut observer un souci de vérité dans la disposition de certains éléments.

Bref, c’est suffisant mais ça aurait pu être beaucoup mieux.


Conceptions sonores (Note : 2,5/5)

Les musiques sont adaptées à la situation et elles sont plus ou moins homogènes. Mais certaines sont reprisent de grands classiques, (Mass Effect, FF7), et ce n’est pas en changeant le tempo qu’on va le cacher…

Il y a aussi certains passages où la musique est inappropriée. Après, il est vrai que parfois fois cela dépend des goûts du joueur.

Similaire à l’ambiance, il manque quand même quelques bruitages qui auraient étés les bienvenus.


Graphismes (Note : 2,75/5)

Omega 1 c’est un peu la foire à la choucroute. On voit des Dark Maul, des Zack, des Séphiroth, des Vincent, des Wesker, des Léonidas… très honorable mais pas très homogène !

Certains endroits possèdent des graphismes personnalisés qui passent bien, mais beaucoup d’autres reprennent les sprites de bases de rm… mais ces ressources sont plutôt bien utilisées, dans un mapping correct, alors passons.

Par contre, le soleil ne brille pas sur Omega. J’entends par là le manque cruel d’effets de lumière. Bien sûr ce n’est pas obligatoire, mais ça permet généralement d’améliorer le visuel avec un effet remarquable et agréable.

Pour résumer, ça passe mais ce n’est pas du Picasso.



Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes de jeux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Univers (Note : 4/5)

Races, clans, états… Plutôt bien fournie en organisation, Omega possède un excellent potentiel, mais le background n’est pas assez exploité, et on ne sait que trop peu de l’histoire de la planète. C'est vraiment dommage car on sent qu'il y a vraiment beaucoup de contenu derrière, on a l'impression de n’apercevoir que le bout de l’iceberg à la surface de l'eau.

Les sprites basiques n’aident pas la chose, car le projet perd de l’identité. Mais on peu sentir la densité des relations et petites histoires entre les espèces et les états de la planète, ce qui donne un bon ton pour le scénario.

On a le droit à aucun historique ou légende, il est donc difficile de s’y retrouver entre tous les camps auxquelles les protagonistes appartiennent.

Univers intéressant et réfléchit, il est très dommage qu’il ne possède pas sa propre charte graphique, qui aurait grandement aidée à mieux percevoir la vision de l'auteur.


Narration et Mise en scène (Note : 4,25/5)

Composé à 80% de narration, Omega s’en sort très bien de ce côté-là. Les personnages, leurs discours et l’intrigue dévoilée au compte gouttes permettent un très bon rouage entre les différentes scènes.

Comme dis plus haut, on regrette le manque de jeu de lumières, qui aurait pu largement contribuer aux sensations des personnages.

Il y a également beaucoup de fautes d’orthographe, amenant une tendance à se détourner du vrai intérêt du texte.
Mais les scènes s’enchaînent, bien orchestrées, sans traïre un geste prochain.


Humour (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Départ / Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3/5)

Omega 1 est, au final, une jolie entrecôte de bœuf qu’on aurait habilement cuite, mais que d’un seul côté.

Tantôt l’histoire travaillée, longe et complète nous entraîne dans un état de spectateur cupide de révélations, tantôt les bugs, la désorientation totale et les marches interminables donneront la migraine.

Alors on s’accroche, on se dit que la qualité du gameplay s’améliorera peut-être en cours, mais cette hausse n’arrivera jamais, et on se perd de plus en plus. Chaque fois à la limite d’abandonner, on se motive à continuer juste pour connaître le fin mot de l’histoire. Malheureusement, je n’ai pas tenu jusque là.

Omega 1 est un jeu qui déçoit, car la profondeur touchante qui aurait pu marquer le joueur est salit par un contenu probablement jamais testé et débuggé.

Mais les anciens sages qui peuplent le monde du making francophone et mes incessantes allusions au grillades s’accorderont néanmoins pour dire que contrairement à des millions d’autres, Omega 1 est projet mené à terme par son auteur ! Bravo !



Remarques diverses

(Ces remarques sont arbitraires et indépendantes du test)

De Odin à Atwars:

Pour améliorer ton projet ou faire une meilleure suite:

- Met des panneaux sur tes maps, histoire qu'on sache où on est.

- Change/revois le système de combat

- Créer une carte des lieux

- Renforce la différence entre les bâtiments (Entre les éléments du décor et les points d’interactions importants)

- Tests tes systèmes encore et encore afin d'éliminer le plus de bugs possible !


En espérant t'être bon conseiller, je te souhaite une très bonne continuation.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !