Test :
Omega I

Temps joué : 3 h 15 min


Introduction

Un jeu qui se présente comme un A-RPG évoluant dans un univers futuriste, un peu space-opera sur les bords.
Bien qu'il soit à prendre avec ses qualités comme ses défauts, il en ressort une expérience loin d'être déplaisante.
Au début, le jeu ne paie pourtant pas de mine avec un écran titre très rudimentaire ... sans même le nom du jeu.
Mais bon, passons sur ces détails pour rentrer dans le fond !


Awards généraux

Gameplay (Note : 3,5/5)

Le HUD est sympa, le fait de pouvoir le désactiver à souhait (même s'il se remet automatiquement dès qu'on va dans le menu) est une bonne chose. Par contre l'indicateur de temps est mal placé et il n'est pas très judicieux. C'est pas vraiment une information dont on peut avoir un besoin immédiat, la laisser dans le menu aurait largement pu suffire.
Les combats sont agréables même s'ils se résument malheureusement bien trop souvent à marteler la touche de tir. Un peu de tactique aurait parfois été la bienvenue, mais en pratique, ce n'est pas vraiment le cas. Heureusement quelques compétences sont là pour varier un peu. Ceci dit le choix d'un A-RPG se prête parfaitement au jeu, les alliés sont plutôt bien gérés et les combats se font sans problème. Le script marche très bien et ne pose souci à aucun moment. Au final, même si elle est relativement répétitive, on regrette que l'action ne soit pas plus utilisée pour parfois faire monter le rythme du jeu d'un cran.
Notons également dans les dialogues des choix de réponses qui influent sur la suite du scénario mais surtout sur l'avenir de votre aventure dans Omega II, la suite du jeu qui est déjà en cours et bien entamée. Intelligent !
Par contre, la présence de cristaux de sauvegardes (erreure faite souvent dans des jeux cette année, j'ai remarqué, au passage) est plus que superflue puisqu'on peut sauver sa partie à tout moment depuis le menu qui est accessible en permanence ...
Les flèches qui indiquent les sorties et les chemins sont plutôt les bienvenues.
En revanche, l'exploration est somme toute assez banale. On peut amèrement regretter de n'avoir que trop peu d'intéractions possibles avec notre environnement, au contraire des dialogues qui sont bien plus variés en possibilités, ce qui est au final assez contradictoire. Finalement, on se rend compte qu'entre les phases de combat, on se contente principalement de se rendre d'un point A à un point B pour faire progresser l'histoire ...
Bref au niveau du gameplay, Omega est totalement fonctionnel et opérationnel. C'est un peu comme un sandwich jambon-beurre: c'est classique mais ça marche auprès de tout le monde.

Histoire (Note : 3/5)

L'histoire promet pas mal au début. On a forcément envie d'en apprendre plus sur le personnage et sur le monde qui l'entoure (élément qui sera malheureusement parfois un peu délaissé). L'intrigue paraît parfois un peu surréaliste et parfois un brin ringarde (notamment par la psychologie des personnages) mais dans l'ensemble c'est relativement sympathique. La toile de fond principale est la guerre ambiante qui règne sur le monde d'Omega. Des thèmes intéressants sont abordés, parfois avec légèreté, mais cela reste toujours efficace. Forcément, on a aussi notre dose de conflits politiques. Assez prenant au final.
Les dialogues sont des fois assez délirants, surtout quand des personnages se prennent le bec.
En résumé l'histoire, sans prise de tête, est plutôt agréable à suivre. Les possibilités de choix, qui promettent beaucoup pour le second opus, sont judicieux.

Ambiance et Immersion (Note : 3/5)

Il y a eu des efforts de faits.
Les villes sont très vastes. On ne peut évidemment rentrer dans quasiment aucun bâtiment exceptés ceux ayant une véritable utilité à l'histoire, mais cela est surtout fait pour donner une impression de grandeur (voir peut-être de fausse liberté) au joueur. Du coup au début, surtout dans la première ville, on est un peu perdu dans un tel enchaînement de maisons semblables, avec que trop peu d'indications pour s'y retrouver. Heureusement, cela s'améliore par la suite.
Dommage que l'immersion soit parfois cassée par une mise en scène trop moyenne ou des éléments un eu incohérents. Même reproche avec un sur-clonage des PNJ qui rendent les environnement visités un peu superficiels du coup. Même s'il est vrai que ça peut paraître assez logique de copié-collé les personnages dans de si vastes villes, bien que varier un peu plus n'aurait pas été un mal non plus.
Mais grâce à univers assez travaillé, le jeu parvient tout de même à sauver la mise sur ce point.

Conceptions sonores (Note : 3/5)

Musiques correctes, assez adaptées, plutôt plaisantes.
Bruitages corrects également dans l'ensemble. Même si des sons pour ponctuer plus souvent certaines actions n'aurait pas été de refus. Puis notons également le bug de BGS (voir les "remarques diverses").
Le discours à la radio fait un peu flipper par contre quand même.
On peut reconnaître un peu de Mass Effect et de Final Fantasy au niveau de la bande-son, pour ce qui est des musiques empruntées à des jeux commerciaux. Il y a aussi du Seigneur des Anneaux apparemment (j'ai pas fait attention à celle-là in-game).

Graphismes (Note : 2,5/5)

Beaucoup de RTP-Like et de Benben, principalement, pour ce qui est des décors. Le mapping est d'un niveau assez aléatoire.
Certaines maps sont assez jolies. Les maps d'intérieurs en général sont corrects mais il y a des erreurs, notamment au niveau des murs. Pour les environnements extérieurs, comme la forêt, ce sont souvent de grands espaces, heureusement pas trop vides. Les villes, elles, ont une architecture répétitive. Il y a quelques soucis de passabilité à certains endroits, mais fort heureusement, rien de bien méchant non plus.
Notons également quelques hétérogênités, notamment au niveau de certains characters (dont quelques-uns issus de jeux connus).
Globalement, le jeu n'est pas trop désagréable à l'oeil, mais il aurait franchement mérité d'être revu à la hausse sur certains points pour pouvoir prétendre être vraiment "beau" graphiquement. Même si la beauté, c'est subjectif.


Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes de jeux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Univers (Note : 3,25/5)

Il y a ici une vraie volonté de fournir un univers dense au joueur. On sent certaines inspirations chez l'auteur.
Il y a foule de personnages, assez divers, même si chez eux la personnalité semble être rarement réellement poussée. Le travail effectué sur l'univers, de manière tout à fait générale, paraît plus évident dans la forme que dans le fond. On aurait aimé avoir des à-côté pour nous expliquer un peu plus le monde, le passé, etc ... A travers des personnages annexes par exemple, mais malheureusement ceux-ci sont souvent creux et les PNJ sont la plupart du temps inutile.
Malgré tout on se plaît bien à parcourir le monde du jeu. Il y a des endroits sympas et on ne rechigne pas à avancer. L'objectif est plutôt atteint même si on va dire qu'on reste un peu sur notre faim tellement le jeu semblait promettre au départ, avec un début vraiment intérêssant.

Narration et Mise en scène (Note : 3/5)

La narration tient la route mais est souvent assez expéditive malgré sa prépondérance apparente. Le début est intriguant, on a envie d'en savoir plus. Mais on reste parfois sur notre faim, j'ai l'impression que cela aurait tout de même être pu développé.
La mise en scène occille quant à elle entre le médiocre et le correct. Il y a malheureusement pas mal d'erreurs dans les déplacements des personnes (qui ne regardent ou ne se placent pas forcément au bon endroit, ou alors ça fait tâche), et ils ne sont jamais animés pendant les dialogues. Parfois les présentations de nouveaux personnages sont assez approximatives, on peut avoir du mal à savoir qui est qui. Sur ce point, ça aurait pu être mieux. Dommage.
Heureusement, l'histoire, intéressante et bien narrée, promet tout de même du bon.

Humour (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Départ / Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3/5)

Omega est à prendre avec des pincettes: à défaut d'être un excellent jeu, il est plus que plaisant à jouer.
Il y a des défauts, certes: quelques incohérences, une certaine facilité dans la mise en scène, des combats très faciles et finalement répétitifs ... Le jeu aurait dû être mieux testé pour qu'il y ait moins de laxisme dans son développement. Mais on note aussi et surtout des bons points qui rendent le jeu finalement bon: un univers sympathique, des systèmes agréables, une histoire accrocheuse en somme et une immersion assez rapide dans le jeu principalement.
Le fin mot est que le potentiel est là et qu'il ne reste plus qu'à l'exploiter, mais on ne peut qu'espérer que ces défauts soient corrigés dans le futur Omega II et je suppose que ça sera le cas. En approfondissant un peu plus l'histoire et gommant certaines erreurs, nul daute que la suite sera un très un bon jeu, et je compte là-dessus !


Remarques diverses

- Au début du jeu, je suis allé dans la forêt, puis je suis retourné dans la ville. Sauf que le BGS de la forêt est resté.
- Vers le début, lors de la scène avec Maddy et Jared puis Axel qui arrive pour annoncer son départ: après, quand je quitte la salle avec Maddy, puis que j'y retourne, la séquence se rejoue ... Problème d'événement ici.
- Des petites fautes d'orthographe et d'innatention.
- Il m'a fallu corriger quelques bugs depuis l'éditeur, comme celui qui survient en haut des escaliers après le discours à la radio ...

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !