Test :
Omega II

Temps joué : 1 h


Introduction

Oméga II est une démo de jeu A-RPG dans un univers de fantasy et de science fiction sous RPG Maker XP utilisant principalement les célèbres ressources graphiques de ben².
Il y a du travail derrière, et la démo n'est pas mauvaise.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2,75/5)

Des fleurs et des cailloux sont souvent rédhibitoires à l'ergonomie de déplacement, dans les zones forestières notamment (en effet ces dernières sont très chargées).
Le système de combat est A-RPG case par case mais ce qui est surtout gênant dans ce système c'est que les personnages restent fixes lors de l'attaque (ce qui ne donne pas les impressions d'action et de dynamisme propres au A-RPG) et que seule une animation riquiqui (durant ce début de jeu en tout cas) est affichée sur la cible. C'est très important de montrer au joueur que c'est par son action qu'il modifie son environnement.
Pour l'instant les ennemis sont ridiculement faibles et meurent en un coup ce qui fait que l'auteur est obligé de les envoyer par groupe de 10 pour que les combats aient un sens. Mais on ne crée pas de la diversité en augmentant le nombre d'ennemis qui se tuent en un coup. Il aurait été plus judicieux de proposer des ennemis moins nombreux mais qui se combattent de façon plus astucieuse. Par exemple dans Zelda, un grand exemple du A-RPG, on trouve des ennemis peu nombreux qui ont chacun leur patern de destruction intéressant.
Ces passages de gameplay améliorable sont cependant rares, en effet l'essentiel de la démo consiste en une encyclopédie de cinématiques de dialogues.

Il y a pourtant une tentative de gameplay qu'il faut valoriser, contrairement à d'autres jeux où on peut juste parler à des PNJ et obtenir des objets, et même si ici la tentative est imparfaite, elle ne fait pas trop tache dans le jeu qui reste très jouable.

Histoire (Note : 3,75/5)

Très travaillé. Le scénario est développé à travers plusieurs évènements de façon quasi historique avec quelques sauts dans le temps, les personnages ont leur histoire, l'univers a beaucoup été réfléchi. Les discussions sont pragmatiques, liées aux évènements, très ancrées dans le background.
Cependant le grand nombre d'évènements et de personnages peut déboussoler le joueur qui débarque dans cet univers (sans forcément avoir joué au premier opus), le background est encyclopédique, un peu étouffant. Mais les fans de backgrounds obèses et indigestes à la LotR et ElderScroll n'auront pas ces soucis d'absorption.

Un point étonnant : on est dans un contexte très orienté fantasy, de guerre de mondes et d'elfes et tout à coup voilà que débarque Darth Maul de StarWars. À mon avis c'est du vomi sur le gâteau. Ça m'a choqué. C'est comme trouver Totoro dans le chapitre 2 de Kujira no Hara, je pense que c'est une erreur et que l'auteur devrait réfléchir à un autre personnage ici.

Je valorise quand même le travail qui a été fait au niveau de la richesse du background et des évènements, puis du scénario arborescent (les choix influencent le cours de l'histoire).

Ambiance et Immersion (Note : 2,75/5)

L'immersion doit beaucoup à la richesse de l'univers.

Un élément rédhibitoire à l'immersion serait le HUD qui ne disparaît pas automatiquement lors des écrans noirs et des cinématiques.
Bien sûr toute faille du jeu, quel que soit le domaine concerné rappellent au joueur qu'il est dans un jeu et brise l'immersion. On peut donc citer les défauts graphiques : les flashs blancs et roses flashy dégueulasses, le windowskin du lion qui est une photo contrairement aux autres qui sont des dessins, le windowskin de "Hidden" qui est aliasé...) ; les erreurs de texte : texte tronqué par la fenêtre, fautes d'orthographe (si t'aurais, si on se serait, oh quelle magnifique statuT...) ; voire les bourdes de scénario comme Darth Maul chez les elfes.

Malgré un univers travaillé, des décors et des musiques correctes, il reste de nombreux petits défauts qui nuisent à l'immersion.

Le jeu empruntant ses graphismes à ben² et ses musiques à Tales Of Symphonia il ne dégage pas une ambiance suffisamment personnelle pour être hautement valorisable.

Conceptions sonores (Note : 2,75/5)

Du Tales Of Symphonia et du Final Fantasy. C'est du J-RPG ultra classique, c'est dans mes goûts, la sélection est cohérente, sans pour autant faire preuve d'une grande recherche.
Le fait de connaître déjà par coeur tous les morceaux empruntés m'a rappelé durant tout le jeu qu'il s'agissait justement de morceaux empruntés. Ça crie "Tales of Symphonia" quand on joue à Oméga II.
Ce n'est pas obligatoire de faire des musiques custom pour le jeu, mais une recherche un peu plus personnalisée et appropriée au jeu que balancer les classiques FF et ToS aurait été intéressante.

Graphismes (Note : 2,5/5)

C'est du ben², c'est pas moche donc. Le tileset est globalement compris et maîtrisé, le mapping est correct.

Attention à l'homogénéité des facesets : on trouve du dessin, des photos (le lion) et du rip aliasé (Hidden). C'est crade.

Il faudra virer la bande noire au dessous de l'écran titre.

Parfois des filtres et des flashs sur l'écran un peu trop envahissant et de mauvais goût : blanc, rose fluo...
Utiliser des couleurs plus sombres et moins pures brûle moins les yeux du joueur.

Le fait d'importer de nombreuses ressources de différents jeux et packs met légèrement en danger la cohérence graphique. Le chara de darth Maul est un peu raté.


Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes de jeux (Note : 2,5/5)

Le battle system est peu subtil, c'est du bourrinnage, mais je n'ai pas encore eu l'occasion (ni la nécessité) d'utiliser des sorts donc peut-être qu'il y a moyen de corriger ça en insistant sur l'importance des sorts dans la suite du jeu.

Le HUD custom est très sympa, mais il y a confusion entre la quantité et la qualité. Il y a des jauges et des indicateurs qui clignotent de partout comme dans le cockpit d'un avion.
Et pour boucher les trous il y a le temps de jeu à droite. Non mais le temps de jeu franchement, ça bousille l'immersion et la lisibilité. Dans certains jeux le temps est une donnée utile, comme dans Majora's Mask où il fait partie intégrante du gameplay. Ici le temps de jeu ne sert à rien donc il est plus gênant qu'autre chose.
Un HUD encombrant donc. La concision est une qualité fondamentale lors de la communication d'informations : on est en plein dans la fonction d'un HUD.

Sinon le menu est le menu de base de RPG Maker XP.

Level design (Note : 1,5/5)

Le scénario est peut-être arborescent grâce aux choix textuels, mais les maps sont des couloirs.

Les maps où des combats ont lieu ne sont pas vraiment optimisées pour, ça reste toujours des couloirs étroits dans lesquels les 10 montres font la queue pour venir à nous. Faire un espace plus large lorsqu'il y a combat aurait pu être une preuve de réflexion quand au level design.

Je ne sais pas si l'auteur connaissait la notion de level design en s'inscrivant dans cette catégorie. Ce n'est pas juste le mapping. Enfin, il y a d'une part le mapping beau (les forêts sont jolies certes) que je classe dans les graphismes et d'autre part le mapping intelligent que je classe dans le level design. Mais ici il n'y a pas de flagrante réflexion pour optimiser les rapports des éléments de gameplay avec la map.

Personnages (Note : 3/5)

Beaucoup de personnages, avec leurs motivations, leur personnalité, leur histoire etc.
De ce côté-là, c'est travaillé.

J'aurais mis 4 s'il n'y avait pas eu Darth Maul chez les elfes

Univers (Note : 4/5)

Des tous les jeux pour lesquels j'ai eu à faire un test rédigé pour l'instant c'est celui qui a l'univers le plus riche et le plus travaillé avec des intrigues qui s'entrecroisent et un background foisonnant.
Dans cette catégorie le jeu a ses chances contre les géants de la session 2012.

Narration et Mise en scène (Note : 3,25/5)

La narration, soutenue par le background, se fait à travers les évènements et les dialogues entre les personnages. Il faut déduire l'histoire de l'action et des paroles, ce n'est pas détaché comme un conte, c'est dans l'action.
Mise en scène dynamique donc.

Quasiment pas de fautes d'orthographe (certains jeux en sont bourrés), mis à part la règle "si + imparfait" omise à deux reprises sur une même map : si t'aurais et si on se serait. Ça fait mal aux yeux.

Humour (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Départ / Introduction (Note : 3/5)

La première chose qu'on voit : un écran noir, avec par dessus le HUD bleu, et encore par dessus en transparence la boîte de texte qui dit "Instructions utiles". Puis la boîte de texte dit "les touches directionnelles servent à se déplacer".
Lulz, comme début on a déjà vu mieux.

Bon, on va considérer que le début est en fait la cinématique qui suit avec l'opération chirurgicale et le rêve avec la statuT (et ses power-rangers rouge blanc bleu jaune).
Une cinématique toutefois bien réalisée, qui introduit progressivement le personnage principal et son passé. Si si.


Conclusion (Note totale : 3/5)

Ce n'est pas le meilleur jeu du concours, mais la démo vaut la peine d'être jouée. Elle est légèrement au dessus de la moyenne des jeux de la session.


Remarques diverses

J'ai arrêté de jouer à cause d'un bug de ressource manquante. Comme je n'avais pas sauvegardé depuis une demi-heure j'ai arrêté.
Le test n'en tient pas compte, j'avais vu assez de contenu pour évaluer les différentes catégories.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !