Test :
The Country Walk of a Black Dressed Autistic
Par garsim

Temps joué : 2 h 45 min


Introduction

Avant toute chose, je précise que j'ai déjà testé il y a deux ans le premier épisode de la série de l'autiste vêtu de noir, qui était L'histoire sanglante d'un autiste vêtu de noir. Cette fois-ci, c'est une promenade champêtre que nous propose Seb Luca.
Je profiterai aussi du fait que j'ai testé le premier pour prendre en compte les évolutions qu'il y a eu entre les deux épisodes.


Awards généraux

Gameplay (Note : 4/5)

Le côté exploration reste bien, mais par rapport au 1, on perd tout de même l'effet de fraîcheur. On comprend vite qu'il s'agit d'un jeu de pure exploration dans lequel il faut trucider à peu près tout le monde pour fouiller dans les poches et les tiroirs des meubles afin d'avancer, et du coup, par moments, on a l'impression d'avoir un peu fait le tour du concept.
Bon point, en revanche : les quelques moments d'interaction avec le joueur, comme le fait de faire sauter la dynamite (et s'échapper vite fait dans la foulée), ou le mini-jeu pour vaincre le monstre de la réserve. Dommage qu'il n'y en ait pas eu un peu plus. Le jackpot du quincailler, par exemple, aurait pu être transformé en jeu d'adresse (façon bonus de Super Mario Bros. USA) plutôt que de pur hasard ; même si on remporte assez rapidement le bibelot et la clé (cette dernière étant nécessaire pour progresser), c'est pas très passionnant de devoir lancer la machine en appuyant sur un bouton jusqu'à ce qu'elle daigne nous donner ce qu'il faut pour continuer le jeu. En plus, la machine se lance gratuitement, donc bon... dans ces conditions, ce serait plus rapide que le quincailler nous donne la clé en même temps que le détonateur.

Côté interface de jeu, on retrouve un peu celle du 1, avec le menu "par défaut" d'XP, je ne dirai donc rien de particulier sur celui-ci ; en revanche, le HUD est plutôt bien fait : relativement discret, il permet de visualiser ce qu'on porte, de changer d'arme plus vite (dommage que ce soit pas le cas pour l'objet et l'équipement, mais comme on doit les changer plus rarement c'est moins gênant), et le fait de pouvoir équiper automatiquement ce qu'on vient d'obtenir est un plus. D'ailleurs, c'est le fait de pouvoir choisir cette option qui est pas mal, de même que le paramétrage des autres options.

Côté level design, c'est plus "aéré" que l'environnement urbain un peu restreint du premier opus, et c'est d'ailleurs plus agréable de se promener dans l'environnement de jeu, qui est, par conséquent, un peu plus vaste. Par ailleurs, le fait de pouvoir conduire des véhicules pour parcourir les maps plus vite (scooter, jeep) ou découvrir de nouveaux horizons (hors-bord) est appréciable. Surtout sur la route nationale, qui en est peut-être le seul point faible (cf. Univers).
Aussi, un point fort par rapport au premier opus : même si le déroulement reste linéaire dans l'ensemble, on a un petit peu moins cette impression dans celui-là.
Attention toutefois aux erreurs de collisions, qui ne passaient pas inaperçues (avec les buissons et la canopée notamment).

Histoire (Note : 3,5/5)

Sur ce point, l'histoire ne change pas trop : notre tueur à gages vêtu de noir décroche un contrat, mais cette fois-ci dans un village un peu plus "paumé" ; et, pour exécuter ses cibles (moins nombreuses), il va encore devoir jouer à "attrape-moi si tu peux" avec des personnages qui jouent très bien au chat et à la souris (la mère tyrannique) ou qui se terrent au fin fond d'un bâtiment (le garde-meubles), et tuer tous ceux qui se trouveront sur son chemin, même si c'était pourtant simple de dire "s'il vous plaît, vous pourriez me laisser passer" dans 3/4 des cas plutôt que de dégainer la batte de base-ball ou toute autre arme dissuasive nondidju. C'est toujours assez amusant à suivre (sauf si on prône la non-violence, et qu'on doit tuer des personnages qui ne le méritent pourtant pas...).
Mais, pour une fois, j'ai trouvé l'histoire un peu mieux amenée dans le premier opus (où le commanditaire de chaque exécution était le même) que dans celui-ci, où on a un peu l'impression d'avoir un jeu en deux parties qui s'enchaînent de manière un peu maladroite. Ainsi, dans un premier temps, on apprend que le mystérieux commanditaire à l'écriture de cochon est un fils un peu négligé qui veut tuer sa mère tyrannique ; et, dans un second temps, une fois que c'est fait, on nous donne un papier mystérieux qui nous laisse penser que ce n'est pas fini. Autant j'ai trouvé cette transition teintée de mystère comme il le fallait, autant j'ai également trouvé la suite un peu étrange : en effet, on apprend qu'il y avait un autre commanditaire, mais qu'elle n'avait absolument rien à voir avec le précédent, qu'elle avait eu vent de la réputation du tueur à gages par un autre moyen, et qu'elle n'avait pas prémédité dès le départ qu'il allait venir dans le village. Bref, un point pas très clair, à mon sens, il aurait fallu un lien un peu plus évident entre les deux commanditaires, je trouve.

Ambiance & Immersion (Note : 4/5)

Milieu urbain ou rural, cela ne change finalement rien au ressenti qu'on a en jouant ; même avec des graphismes et une bande-son différents, la symbiose reste la même, et on a toujours des détails qui fourmillent un peu partout (en commençant par la façon de tuer les gens...). Et on finit par ressentir une certaine "âme" qui caractérise cette série, une âme définie par le concept (peu fréquent), le voice acting (toujours aussi immersif et contributif à ce qu'on retient après avoir joué), les personnages un peu décalés (je note aussi les belles cinématiques lorsqu'on s'adresse à certains d'entre eux)...

Graphismes (Note : 4,5/5)

Le style graphique du premier opus semble bien s'adapter à l'aspect "campagne" de celui-ci. Un autre environnement, et pourtant, on a toujours la même "patte", et un style homogène pour les décors et

Sonore (Note : 3,75/5)

Le sonore accompagne plutôt bien le jeu. Il fait un peu "background", c'est-à-dire qu'il joue vraiment un rôle de fond et qu'il sert davantage à définir un peu l'ambiance plutôt qu'à rythmer le gameplay. On ne le retiendra peut-être pas en terminant le jeu, mais il est plutôt agréable à entendre. On entend peut-être un peu trop souvent le thème principal en revanche.
Au fait, pourquoi l'écran-titre est-il muet ?


Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 4,5/5)

J'ai envie de dire que le style graphique des décors est "simple" mais très efficace. "Simple" car on n'est pas avec des décors éblouissants de réalisme, et que le style fait légèrement "cartoon" ; mais efficace, car au final, le rendu est très agréable à l'oeil, et n'a rien d'un rendu "painteux" comme on en observe assez souvent quand on fait des graphismes custom, loin de là.
Idem pour les personnages vus de côté ; en revanche, là je tire mon chapeau pour les personnages des cinématiques, dont l'animation est très fluide et met bien en valeur la qualité du dessin.

Bande-son originale (Note : 4,25/5)

Autant certains morceaux du premier opus avaient tendance à être légèrement lassants sur la durée, autant dans celui-ci, je me suis surpris à trouver le thème principal adapté et pas du tout lassant, alors qu'il est pourtant légèrement répétitif. Disons qu'il se fondait mieux avec le décor.
De même que les autres morceaux qu'on entend : il n'y a pas véritablement de thèmes qui vont me rester dans la tête après avoir joué, mais dans l'ensemble, la bande-son se laisse entendre.

Systèmes originaux (Note : 3,5/5)

C'est peut-être un petit peu plus difficile de relever les systèmes custom de ce jeu, dans la mesure où, pour une fois, ce ne sont pas des éléments qu'on remarque, tout de suite, dès qu'on ouvre le jeu. Par exemple, le menu reste celui de RPG Maker XP, et pourrait presque être un peu plus customisé, par exemple en ajoutant les options de jeu disponibles dans la maison de Germaine ou la cabane au nord du lac. Les menus d'options de jeu et de statistiques sont très bien faits, mais pourquoi ne pas les mettre dans le menu principal, plutôt que de devoir les consulter à des endroits précis ?

Sinon, on relèvera le système de cinématiques/vidéos et le doublage des dialogues qui se passe de la traditionnelle boîte de dialogue de RPG Maker, ainsi que quelques mini-jeux un peu ponctuels mais plutôt agréables.

Level-design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Mise en scène (Note : 4,25/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Pas de souhait de la part de Seb Luca de vouloir concourir dans cette catégorie ? Dommage... en plus, je n'aurais pas mis de malus, pour une fois que je ne râle pas sur l'orthographe en jouant à un jeu amateur (bon, ça n'empêche pas l'apparition de quelques fautes, mais elles ne sont pas légion).
Pourtant, la mise en scène de ce jeu était très bien faite, avec le voice acting qui fait vraiment "vivre" les dialogues ; certaines cinématiques (avec Germaine ou les habitués de la taverne) ; et, cerise sur le gâteau, des cinématiques en vidéo.

Univers (Note : 4,25/5)

L'univers de jeu n'est ni plus ni moins qu'une version "campagne" du premier : exit le milieu urbain et ses immeubles, bonjour les grands espaces verdoyants... mais ils sont toujours peuplés du même style de personnages ! On notera aussi l'apparition d'esprits (ceux qui apparaissent avec le champignon hallucinogène...), qui dénotent un peu avec le côté "réaliste" du jeu, mais qui s'accorde finalement plutôt bien à son aspect un peu "décalé".
Un point qui est mieux traité dans cet opus que dans le premier : on a une plus grande sensation de liberté, avec plus d'espaces à aller visiter, et les véhicules à chevaucher qui permettent de les parcourir plus vite (même si, ignorant que je pouvais prendre le scooter au début, je me suis farci toute la nationale à pied jusqu'au bûcheron... aller-retour).
Par ailleurs, on a aussi l'impression qu'on a une plus grande variété de lieux à visiter : autant dans le premier, l'enchaînement faisait très "immeubles/dehors/égouts", autant ici, c'est un peu plus varié, avec la nationale, le village, la ferme, le lac, la réserve et le monastère.
Attention toutefois au syndrome "grande plaine d'Hyrule" d'Ocarina of Time qui s'applique à la nationale : même si c'est réaliste et qu'on peut la parcourir avec un moyen de locomotion rapide, ça reste plutôt énervant de parcourir de longues distances sans qu'il ne se passe rien de spécial.

Personnages (Note : 4,5/5)

Comme dans le premier épisode, on retrouve bien les qualités du charadesign, transposées à d'autres personnages. Bon, on n'aura évidemment pas échappé au cliché des gens de la campagne, mais tout comme les autres personnages, c'est bien fait, aussi bien visuellement qu'auditivement (là encore, excellent point d'avoir recruté tout un casting pour enregistrer les voix des différents personnages, même si Seb Luca arrive à lui tout seul à en faire une bonne petite dizaine, d'après ce que j'ai vu dans les crédits ).
Et notre autiste vêtu de noir est toujours aussi amusant avec ses petites mimiques et sa manière de parler avec les "Muih".

Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Durée de vie (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 3,75/5)

Euh, là, en revanche, ce serait un peu culotté de dire que cet épisode 2 est original, vu qu'il s'agit d'une suite du premier, et qu'elle en reprend exactement les mêmes mécanismes.
Bon, je soulignerai quand même les quelques petites nouveautés (choix carnivore/végétarien, statistiques à remplir à 100%), mais forcément la note sera plus basse que celle que j'avais mise au premier jeu sur ce point (4.25/5).

Humour (Note : 3,5/5)

Là encore, c'est un humour un peu de la même veine que dans le 1 (les personnages étant les vecteurs de cet humour, à commencer par notre cher autiste vêtu de noir), mais dans un contexte différent. C'est plutôt bien transposé, à condition de ne pas prendre au premier degré le fait qu'on doive décimer la moitié de la population du village, point qui est toujours là pour heurter les âmes sensibles (même moi qui ai été un peu endurci par le 1, j'ai encore eu des scrupules à tuer des personnages qui n'avaient absolument rien fait... mais beaucoup moins pour les cibles à tuer, qui le méritaient ).
Petit "embarras" sur ce point tout de même : certains passages sont très amusants, en particulier la fin (car qui aurait pu soupçonner... la marchande de maïs ?), mais ils nécessitent tout de même d'avoir joué au 1 pour les comprendre.


Conclusion (Note totale : 4/5)

Malgré les quelques petites nouveautés appréciables et le changement de décor, on perd tout de même un peu de fraîcheur par rapport à l'effet de surprise qu'avait procuré l'épisode 1. Mais c'est bien là le problème lorsqu'il s'agit de faire une suite : il faut trouver un compromis entre "conserver ce qui a fait l'intérêt et la fraîcheur du premier opus" et "ne pas faire un copier/coller du premier opus en changeant juste les couleurs". Dans un sens, The Country Walk of a Black Dressed Authistic parvient tant bien que mal à relever ce difficile exercice d'équilibriste et à proposer un second opus qui, malgré un ou deux airs de déjà-vu, conserve tout ce qui fait le charme de la série, en développant également (certes un peu timidement) des nouveaux aspects. Nouveaux aspects qui, pour un éventuel troisième épisode (?), pourraient faire la différence en étant encore un peu plus mis en valeur.


Remarques diverses

* Un fatal bug : en parlant au quincailler, lorsqu'il nous propose d'acheter un détonateur pour 80 florins et qu'on accepte, mais qu'on n'a pas assez d'argent (j'avais 78 florins à ce moment-là, et le détonateur en coûte 80), message d'erreur :


* Dans la réserve : je ne sais pas si c'est un bug ou pas (ça pourrait être l'effet du champignon hallucinogène, sait-on jamais ? ), mais quand on fonce avec la voiture sur l'arbre en haut à gauche, il change d'apparence. Une autre remarque un peu moins drôle : si on entre dans cet espace (en haut à gauche) avec la voiture, on ne peut plus l'en faire sortir (mais d'après les commentaires sur la fiche de jeu, ça a déjà été corrigé).


* Dans la réserve, même map : si on tue l'ermite avec un Todd et qu'on fouille ses poches, il ressuscite !

* Dans la réserve (toujours la même map, décidément), des erreurs de collision...


* Dans le monastère, quand je suis entré dans la chambre du moine blond, il était déjà mort.

* Même avec le régime "carnivore", on peut manger le radis près de la ferme ? Il aurait fallu mettre "omnivore" dans ce cas...

* Orthographe time :
  • Dans le panier à pique-nique : coMestible (un seul "M")
  • Dans la taverne : "hermitte" ? C'est pas Thierry Lhermitte dont on parle pourtant... ce qui est d'autant plus curieux, c'est que le mot est bien orthographié quand on rencontre l'ermite en question...
  • Dialogue avec celui qui nous a envoyé le papier illisible : "un peu mieux que vous arrivieZ plus tôt"
  • Dialogue avec le spectre de la réserve : "parmi_ mes quatre collègues"

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !