Test :
Ludu

Temps joué : 2 h 15 min


Introduction

Pour mon troisième test de cette session, je vais m’attaquer à Ludu, un jeu prometteur, basé sur une célèbre production (Limbo, mais je ne sais pas si je suis autorisé à la citer), et dont l'auteur signe une performance impressionnante, d'autant plus que le soft tourne sur RM2k3 (scripts & Cie, adieu, ici, pure event).


Awards généraux

Gameplay (Note : 4,75/5)

Ici, au contraire de bien des jeux, pas de menu, quêtes, Hud, réputation, mini-jeux, rien.

Cela veut donc dire que c'est mauvais ? Alors, pas du tout ! Le Gameplay est parfait pour ce genre de jeu ; on explore, on ramasse des objets, on interagit avec (pousser/tirer) afin de résoudre des énigmes très bien pensées, mais parfois tirées par les cheveux.

On peut trouver les déplacements très rigides et les sauts parfois aléatoires, mais il est à noter que RM2k3 n’offre pas beaucoup plus de possibilités.

Histoire (Note : 4/5)

Plus qu’inspiré de Limbo, mais pourquoi en avoir honte, alors que Leo aurait pu choisir bien pire inspiration.

Non, ici, à l’instar de son grand frère, Ludu nous conte l’histoire d’un jeune homme fumant la pipe, se réveillant dans une maison et devant résoudre des énigmes afin de progresser dans les niveaux. On en sait pas plus, mais on en n’a pas besoin, ça fonctionne du tonnerre !

Dès les niveaux 3 ou 4, apparaît une silhouette blanche, que l’on doit suivre afin de découvrir son identité. Mystère, mystère !

Remarque : La note est baissée, car il s'agit non moins d'une adaptation que d'une histoire propre.

Ambiance & Immersion (Note : 4,5/5)

Brrr… Quel effet que de se réveiller dans une maison inconnue, sans fenêtre ni rien, avec pour seule compagnie des chiens mangeurs d’homme, des singes qui essaient de vous tuer avec des pierres et des salles plongées dans le noir. L’ambiance sonore est plus que cohérente avec l’univers du jeu, et l’immersion n’en est alors que décuplée, car on se sent le joueur, on a de la peine pour lui et on donne alors tout pour le sortir de là. Magnifique !

Un petit moins pour la répétition des musiques (trop déprimantes parfois) et des bruitages, mais qui, entièrement réalisés main, n'osent pas trop influencer la note.

Graphismes (Note : 5/5)

Full custom. Pas de RTP, de ressources piquées sur le Net à Celianna ou Varkan (Acassia pour les intimes), ici, c’est fait maison, par l’auteur, et c’est totalement en accord avec le titre ; sombre, voire dérangeant, où l’on titille le joueur.

Bien sûr, c’est un jeu de niche, et certainement pas destiné à tous les joueurs, mais les adeptes des jeux indépendants, au concept original et aux graphismes qui sortent du commun, trouveront chaussures à leurs pieds, dans un titre où le noir/blanc fait référence et impose sa marque. On est sous le charme.

Sonore (Note : 4,25/5)

Là aussi, c’est entièrement fait maison, et c’est suffisamment important pour que cela soit pris en compte. On a un thème unique, qui correspond à l’entité, à la vitrine que compte donner le jeu ; tristesse, dépression, lenteur. Couplé à des bruitages peu nombreux, mais efficace, on obtient un rendu sonore intéressant et agréable.


Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 4/5)

Comme j’en ai déjà parlé à la section Graphismes, je ne m’étendrai pas d’avantage. Tout est custom, pas de RTP, ni de ressources de tiers, là tout est maison. On respecte la charte graphique du jeu.

Bande-son originale (Note : 3,25/5)

Cela aussi, j'en ai déjà parlé dans la section ambiance & immersion, ainsi qu'à la section sonore, je n'ai rien de plus à ajouter, hormis que faire simple ne veut pas dire faire mauvais, car on a la preuve avec Ludu.

Systèmes originaux (Note : 3,5/5)

Dans cette section, on retrouve un menu simplifié au possible ; un petit inventaire nous permettant d'acquérir des éléments indispensables à la suite de la progression (oiseau, os, échelle, etc.).

Ensuite, on peut parler des énigmes. Celles-ci constituent naturellement l'essence même de Ludu, normale donc qu'elles y soient soignées, ardues et parfois tirées par les cheveux.

N'étant pas un habitué du genre, je dois bien avouer que la soluce des énigmes m'a été d'un extrême secourt afin de pouvoir progresser et naturellement d'écrire ce test.

C'est propre, c'est simple, ça fonctionne bien, on ne se prend pas la tête, on ne cherche pas mille ans une information à l'écran. Il n'y a pas d'abus de systèmes, on pourrait reprocher le contraire, tant parfois on se sent seul et vide dans ce monde étrange.

Level-design (Note : 4,75/5)

On atteint ici quasi la perfection avec cette section, car c'est un pur bonheur que ce level-design. Je ne sais pas combien de temps l'auteur y a passé, mais personnellement c'est le meilleur point de Ludu, on sent un travail "professionnel" dans le sens où tout est logique et rien laissé au hasard.

On ne dispose que d'échelles (parfois à construire), d'objets à pousser afin de franchir les obstacles du jeu ; mais a-t-on besoin de plus ? Clairement, non ! On a le strict minimum, laissé pour compte et débrouillez-vous comme vous pouvez, j'adore !

Le mapping, certains diront c'est tout noir et gris, ça vaut pas une bonne note, et pourquoi cela ? C'est en accord parfait avec le thème du jeu, ainsi que j'en déjà parlé à de multiples reprises. Le lien avec le gameplay est plus que logique : concis et simple (et non pas simpliste).

Et pour terminer, d'ajouter que les niveaux offrent beaucoup plus de déplacement verticaux (fait plus rare dans les projets courants, ça ajoute donc un certain exotisme).

Mise en scène (Note : 4,25/5)

Je n'ai pas été aussi loin que je l'aurais voulu dans le projet, je ne peux donc parler que du début, si l'on veut bien, mais ça fonctionne !
Il n'y a pas d'introduction, pas d'explications sur qui et où nous sommes, pas de dialogues (avec des mots, je veux dire, il y a des images à la place), pas de cinématiques, etc. mais ça ne peut que tenir très légèrement en compte, car le projet n'en a - pour ainsi dire - pas besoin.

Le langage des images est universel, pas celui des textes (qu'il faut alors traduire), ce qui fait que la mise en scène, la narration si l'on préfère, propose un concept simple et diablement efficace.

Concernant l'histoire, je ne peux pas beaucoup en parler, n'étant que relativement au début, mais l'on sait toutefois qu'il faut suivre cet espèce de fantôme ou cet homme bizarre.

Univers (Note : 2,5/5)

Soit on a un univers on ne peut plus riche et crédible, fort et complexe comme un Game of Thrones, soit on a un univers dont on ne sait rien, mais dont on n'a au final, pas besoin.

Pas besoin de faire un dessin pour comprendre que le titre est dans la deuxième catégorie, personnellement moins intéressante, car je trouve tout ce qui concerne le background, l'univers sont les plus intéressants dans un jeu, ainsi qu'une une histoire riche qui me donne envie d'y jouer, et je dois dire que j'en suis déçu.

Déçu, forcément, mais pas tant que ça cela après avoir testé que je n'y aurais pensé, je dois bien l'avouer. Peut-être que cette note sera trop sévère ou autre, mais le titre ne peut posséder une bonne note quand d'autres projets ont travaillé bien davantage sur ce point.

Personnages (Note : 2,75/5)

Là aussi, on est dans un cas difficile, car j'aime de nombreux personnages intriguant, profonds, complexes, n'agissant pas que pour de nobles valeurs, autrement dit, des personnes teinté de noir et de blanc, agissant comme le ferait l'homme normal.

Encore cette déception qui frappe en plein cœur, telle la lance d'un chevalier en joute ; il n'y a qu'un petit bout d'homme, dont on ne sait... Rien !

Alors, pourquoi une note correcte, si tout est mauvais ? L'aurais-je dit ? Absolument pas, ce n'est pas mauvais, c'est même bon, en fin de compte. Pourquoi donc ce paradoxe ?

En fin de compte, cela ne sert à rien de créer mille et une chose si le joueur n'en a pas d'intérêt propre pour le jeu ; et ici, on tape à fond dans le cas de figure. A-t-on besoin de multiples personnages contant une histoire épique ? Non, car le but n'est pas là.

Le besoin ici est de faire survivre ce pauvre petit, perdu dans cet enfer d'énigmes, et on s'attache à lui, comme j'en ai parlé plus haut, déjà.

Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Durée de vie (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 4/5)

Reprendre les mécanismes d’un jeu connu afin de l’adapter sur RM, ce n’est pas original du tout. S’en inspirer, afin d’avoir une base et ensuite développer soi-même du contenu inédit à l’aide de musique et de graphismes, ça, c’est de l’originalité.

On aurait pu se retrouver avec un produit fini identique, alors qu’au final, on ressent (même beaucoup, ne l’omettons-pas) une différence. C’est travaillé, modifié, adapté, sur une version du logiciel, qui, rappelons-le, n’est pas celle qui offre des milles et des cents en matière d’autonomie. On est vite bridé par les capacité de 2k3.

Et d'ajouter que créer un jeu n'étant pas un rpg permet déjà de le démarquer rapidement la masse et de la masse de produits actuellement sur le marché.

Humour (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 4,5/5)

Il y a des jeux comme Aëdemphia et il y en a comme Ox & Ford. Les premiers sont un plaisir pur à jouer, tester, à accomplir des objectifs et s’immerger, et les autres sont en général buggés dès le lancement.

Dans le cas de Ludu, on est beaucoup plus proche du premier, de par sa réalisation soignée, sa mise en scène impeccable, son univers sombre, et son level-design proche du génie. On progresse parfois plus lentement en raison de la difficulté croissante des énigmes, et donc certaines mettent un certain temps à s’accomplir.

La bande-son, point faible du jeu, n’est pas en reste, et impose sa marque maison et cohérente par rapport à la thématique.

Ce jeu n’est pas à mettre entre toutes les mains ; car les casuels et autre joueur de Wii n’accrocheront certainement pas. Que l’on soit clair : Ludu est un jeu de niche, destiné à un public ciblé.

Mon avis est que Ludu est parti pour obtenir l'Alex d'argent, et que l'or n'est pas impossible à atteindre.


Remarques diverses

Gros plus pour l’état d’esprit de l’auteur, qui n’encode pas son projet. Je respecte beaucoup l’open-source, même si je ne pense pas un jour laisser un de mes projets en l’état.

Encore un plus pour la solution mise à disposition afin de résoudre les énigmes en cas de besoin.

Mauvais point pour l’écran automatique, je ne supporte pas un jeu RPG Maker en plein écran, n’a rien à y faire (trop faible résolution => pixélisé).

Je tiens à préciser que si ces points semblent illogiques ou qu'une section n'a pas été traité suffisamment/assez bien, je ne suis qu'amateur, sur le temps libre.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !