Test :
Dyhortfight chapitre 4 (démo 2)

Temps joué : 3 h


Introduction

Voici venir le titre de bradgeone, dont le jeu et l’auteur me sont totalement inconnu. On a ici un jeu fait à l’ancienne (tout d’abord RM 2k, puis 2k3), sur un thème à l’ancienne (baston), avec référence de jeux à l’ancienne (chrono trigger, p.e.). À noter qu’il existe une notice d’utilisation ainsi qu’une soluce. D’emblée, on constate l’immense travail effectué, qui le met déjà à un niveau supérieur. Mais voyons cela plus en détails.


Awards généraux

Gameplay (Note : 4,5/5)

Commençons par le commencement, à savoir la jouabilité. D'entrée, on constate une affreuse chose (si le jeu dure longtemps par la suite) : il est impossible de courir.

De plus, les animations des combats sont trop longues, ce qui lassent. Face à un adversaire, on prie pour l'os (mais cela n'arrive qu'avec les citrouilles, alors que ces dernières sont amusantes, ce qui rend le combat lassant. Face à deux adversaire, c'est limite, mais plus, c'est trop long, on attend des années entières qu'ennemis et héros veuillent bien attaquer !

Les combats sont obligatoires, en outre, car les ennemis vous pourchassent plus rapidement que vous !

D'un autre côté, on est libre de faire ce que l'on veut à peu près quand on le souhaite ; on peut, en effet, visiter villes et villages afin d'accomplir des quêtes annexes et autres tâches. Il est possible de prendre le train, le bus et la voiture pour se déplacer sur une immense carte du monde (il eût fallu ajuster la vitesse de déplacement du perso en voiture, il va presque plus lent qu'à pied).

Il y a des points de restauration afin de n'user des potions qu'en combat, chose pratique au vu de la rareté de ces dernières (5-6 en tout, dont une cachée à la gare).

Les combats, les combats ! Ils sont maîtrisés, d'un niveau de difficulté plutôt bas, je n'ai jamais dû user de potion sauf contre les trois doubles (et c'était par mesure de précaution, car la fille est très faible). Il faut, cependant, utiliser les bonus que vous trouverez (poison, accessoire 10 %) ainsi que les compétences des deux hommes, celle de la fille étant inutile.

Histoire (Note : 4,75/5)

Ce n'est qu'une démo, on ne joue que deux heures (sauf si on rejoue), mais c'est quasiment du géni et pu***n, ça claque ! On a une trame complexe qui suit naturellement les trois premiers chapitres, et en lisant le résumé (parfaitement écrit) de ces derniers, j'étais coi !

Tout s'entremêle, les personnages sont liés par des actions futures ou passés, c'est vraiment génial, on a un plaisir fou à découvrir cette histoire riche, passionnante, longue.

On incarne d'abord (j'ai fait dans l'ordre) une petite fille qui revient dans le passé afin d'empêcher l'explosion de l'orpheliant et qui se retrouve 1500 ans plus tard dans une société étrange à laquelle elle est naturellement étrangère. On apprend ensuite via Pride qu'il existe du "mercenariat" dans sa famille et qui, contre de l'or, accomplit diverses missions. Pride étant le plus faible de la famille, il lui est proposé une ultime mission, retrouver le double maléfique d'un certain Falco (dont on n'apprend la connaissance qu'à la fin de son histoire à lui).
Pour arriver finalement à ce dit Falco, qui, régulièrement, est traqué par ce fameux double maléfique. Il engage donc un mercenaire afin de l'éliminer (qui n'est autre que Pride, donc).

Le tout se termine en apothéose lorsque la fille apprend qu'elle est en 4000 et rencontre les deux autres protagonistes (se connaissaient, mais n'étant pas amis). Ils sont alors sauvés par la famille de Pride (Papa et soeurette). Le gentil papa impose alors à Pride de terminer sa mission (à savoir tuer le double de Falco) quitte à en mourir, il ne recevrait plus d'aide.

Comment voulez-vous avoir une mauvaise note avec ça ? En comparaison, les scénarios même de productions commerciales pourraient se poser des questions...

Ambiance & Immersion (Note : 4,75/5)

...

Quand est arrivé la confrontation avec Papa (en étant Pride), j'étais comme ça "..." C'est d'un réel poignant, les personnages sortent des répliques telles qu'on le ferait nous, et la manière dont Pride fume et dit... Galère lorsqu'il est en difficulté est I N C R O Y A B L E.

La fille donne envie de s'attacher, mais on est content que les deux "mâles de l'équipe" la relèguent au second plan, ça renforce l'immersion et l'anti-héroïsme de Pride et de Falco.

Tout au début de Pride, la musique contribue à nous faire aller sur cette plage, et les répliques des PNJ sont amusantes et bien trouvées. J'ai particulièrement apprécié la "scène de drague" lorsque l'une lui dit : T'as dû oublier tes muscles au vestiaire.

Graphismes (Note : 4,25/5)

Quand on commence le jeu et qu'on est dans cette montagne, ne se mentons pas, c'est très moche, vide et pas très réaliste.

Mais, dès qu'on entre dans la carte du monde (enfin, à moindre mesure) ou dans une ville, alors là, c'est l'extrême qui se pointe. Les lieux sont vastes, animés, avec des tiles pas communs du tout, puisqu'il s'agit d'un ensemble moderne/futuriste (logique, quand on sait qu'on est en l'an 4006 avec Falco, p.e.).

Les menus, par contre, jurent beaucoup trop, car ils sont ternes, d'une couleur indéfinissable et c'est bien dommage. On s'attendait à mieux !

Dans l'ensemble, ça reste propre, joli, quelques erreurs de passabilités (notamment les ponts et derrières des piliers ou des arbres), mais c'est correct et maîtrisé.

Sonore (Note : 2,25/5)

C'est le point faible du projet, clairement. Les musiques, pour n'être pas moches, la musique de combat est même très réussie, au même niveau que l'écran titre, seulement, il n'y en a pas assez et ça se répète invariablement !

Les bruitages sont quand à eux la majorité du temps ratés. Mis à part le "bruit de guerre" des citrouilles lorsqu'elles attaquent, aucun effet n'est agréable ou amusant à l'écoute. Au contraire, on a souvent qu'une envie : F1, enlever les Effets sonores !

Et c'est valable pour la scène de l'énigme avec cette espèce de voix qui se répète à chaque message (chose qui fait que si, comme moi, on lit vite, he bien ça donne un capharnaüm incroyable).


Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 2,5/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Le jeu ne concourt pas, d'accord, mais un travail plus important que nombre de jeux a été réalisé, notamment les personnages. Ceux-ci sont tous originaux, dotés d'animations multiples tant lors des cinématiques que des combats.

Ce qui, en soit, est un travail quand même conséquent, il faut le souligner. Alors, posons-nous la question : est-ce conséquent à juste titre qu'Asylopole ? Non, bien loin de là, mais c'est loin des RTP aussi !

Bande-son originale (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes originaux (Note : 4,25/5)

Les combats sont entièrement custom et propose 4 options : magie (indisponible), Défendre, Attaquer, et Objets. Il y a de l'animation tant des héros que des battlers.

Alors les bruitages de certains ennemis sont répétitifs (les fantômes de Pride) et les combats sont lents ! On ressent cette lenteur d'autant plus lorsqu'il y a plusieurs ennemis à combattre. Mai heureusement, il n'y a pas surplus d'ennemis sur la carte, sans quoi le jeu eût été bien nul !

Les menus... Waouh ! Cela claque pas mal, hormis le fait que la magie soit indisponible, il n'y a pas de "défauts", si l'on veut bien. L'alchimie est certainement le point le plus important du menu, avec le menu booster.

À ce titre, j'ouvre une petite parenthèse ; il eût été judicieux d'ajouter un message de validation lors de l'utilisation du cristal et d'expliquer un peu comment monter ses stats, car j'ai dû avoir recours à la soluce afin de le trouver.
Sans cela, rien d'autre à ajouter !

Entrons dans le négatif ! C'est quoi cette histoire complètement ratée des énigmes ? La statue pose une énigme, je connais la réponse, mais aucune des réponses proposées n'est la bonne. Alors je fais chaque réponse une à une pour en voir apparaître d'autres (qui ne sont toujours pas les bonnes), en devant réécouter à chaque fois ces bruitages sonores désastreux.



Level-design (Note : 4,75/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Seul Ludu à pris cette note, et je ne comprends toujours pas pourquoi l'auteur n'a pas souhaité participer à cette catégorie ! Dès le début, quand il faut aller à droite récupérer du bois, construire un pont, pour revenir un peu plus haut est magnifiquement pensé !

Le mapping est propre et sans faute, parfois un peu monotone ou léger, mais les graphismes n'ont et ne feront jamais un jeu. L'alchimie est simple d'utilisation, mais au combien utile ! Combien de projets présentent un système d'alchimie hyper développé, alors que le joueur n'en a pas l'utilité. Ici, sans bois, sans lierre, on ne passe pas.

Un petit moins pour les combats inévitables, car la vitesse des ennemis étant supérieure à la nôtre et se rapprochant de nous, on doit combattre. Mais là, encore, ce n'est que demi-soucis, car les combats sont intéressants, maîtrisés (chose très rare).

Mise en scène (Note : 4/5)

Concernant cette démo, c'est propre, c'est soigné et l'histoire est très intéressante. L'auteur décrit minutieusement les scènes en ajoutant moult détails qui vont enrichir la qualité de la narration. Le parallèlisme de l'histoire (3 personnages) renforce significativement l'immersion du jeu (dû à une mise en scène complexe).



Univers (Note : 4,75/5)

L'univers, parlons-en ! Dieu qu'il est bien construit, réel, prenant, travaillé ! J'ai été quelques heures sur le site officiel, chose que je n'avais pas encore faite, car je voulais m'impregner davantage dans le projet ; et ces heures ne sont pas perdues, j'ai été impressionné (et j'aime créer des univers complexes et vastes) par le travail accompli.

Personnages (Note : 4,75/5)

Je dis toujours que la perfection n'existe pas, et c'est pourquoi je ne mets jamais la note maximum... Je reste sur ma position, naturellement, mais ici, on l'atteint presque, explications !

J'ai été très triste quand l'orphelinat à explosé, et à nouveau sourire quand deux ont survécu, car ces personnages nous font rire, ils encore des enfants, dont l'innocence pousse à jouer (à des jeux dangereux, mais on l'a tous fait), et ça procure un sentiment de nostalgie.

Il n'y a pas foisons de personnages dans ce chapitre, mais chacun apporte son nouveau lot, ce qui, au final, représente une bonne dizaine, voire davantage de personnages. Et d'ajouter 1.0 point bonus quant à la magnifique réalisation de jouer parallèlement 3 scénarios, c'est juste énorme.

Il faut comprendre que plus il y a de choses en parallèle, plus il y a d'événements à créer, à se souvenir ; rester cohérent est très difficile, et c'est pourquoi le jeu prend une note pareille pour cette section.

Venons-en plus profondément aux trois principaux. La scène de réunification les résume parfaitement. La jeune fille innocente, coupable d'avoir fait tué des enfants et cherchant à se racheter. Le jeune homme vivant comme la honte de sa famille, car il n'est pas très puissant (même si Pride est le meilleur des trois en terme de force) et le jeune solitaire, sans attache, insultant les gens cherchant à l'aider). C'est exquis !

On a donc dans un groupe de 3, deux anti-héros, car aucun ne veut accomplir de grand fait, mais sont obligés par la force des choses, et comme à chaque fois, un anti-héros est plus immersif qu'un héros, car ça lui tombe dessus et se sent obligé de le soutenir, on a de la peine pour lui. La fille est moitié-moitié, car elle ne cherche pas à sauver le monde, juste ses amis et se voit impliquer dans une situation qui la dépasse totalement (côté anti-héros). Seulement, elle cherche également à prouver sa valeur aux côtés de ces deux machos (côté héros).

Introduction (Note : 4,5/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Je ne comprends pas pourquoi l'auteur ne participe pas à plus de catégorie, car, peut-être me trompais-je, mais son résumé des 3 chapitres précédents est une excellente introduction au chapitre 4. Comment peut-on faire mieux pour démarrer le jeu ?

Durée de vie (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 3,5/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Etant fait à l'ancienne, c'est plus facile d'être original que lorsque l'on prend une version que 1000 fois plus de monde utilise ; il y a, pour ainsi dire, moins de risque d'être recopié et c'est tout de gagné pour l'originalité. Je ne connais pas la version du logiciel, mais ça m'a l'air très custom tout ceci, et personnellement, c'est le jeu qui m'a le plus intrigué.

Humour (Note : 2/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Même si le jeu ne participe pas à cette catégorie, je vais lui mettre une note plus élevée que les autres projets, car le trip des citrouilles est tout simplement magique !
C'est un des rares jeu où cela ne me prend pas la tête de combattre à foison des ennemis, que je suis content et je ris plutôt avec les bruitages.


Conclusion (Note totale : 4,5/5)

Ce projet mérite au minimum l'Alex d'or, tant le travail de réalisation est gigantesque (10 ans cette année !!). D'ajouter qu'il s'agit d'un des très rares jeux à proposer une expérience réellement intéressante, longue, passionnante.
Il se classe sans rougir à côté d'un Aedëmphia, car conçu également de manière "old school", à l'évent et au savoir-faire-même.

J'ai passé des heures à lires et à mémoriser le plus d'éléments sur tous les chapitres, mais je n'ai malheureusement pas pu jouer au précédents chapitre, je me suis donc basé sur le résumé de ces derniers et le chapitre 4 en question. J'ai tellement apprécié d'y jouer, tout est superbement réalisé, j'en reste encore bluffé maintenant !

Je suis fortement d'avis que Dyhortfight mérite amplement la distinction Meilleur Jeu des Alex 2013 !


Remarques diverses

Voici les points influençant la note positivement ou négativement.

Négatif : quelques petites fautes d'orthographes, rien de bien trop grave. -0.25 à la note.
Plein écran automatique : -0.25 à la note (pixellisation outrageante)

Sans cela, rien à redire, j'ai eu beau chercher partout, il n'y a rien à critiquer, pas vraiment de faiblesse, d'autant que lorsqu'il pourrait y en avoir, la version du logiciel pardonne le tout sans soucis.

10 ans de travail, ça se mérite, ça se voit. Encore bravo chef de ton travail !

P.S. : J'aimerais ajouter une note particulière que je n'ai pas fait jusqu'à maintenant : Si un élément est custom, il aura au minimum 4 dans la section principale, mais la note sera revue à la baisse dans la catégorie spécifique, car le 5 est full full custom et 0.25 est juste un léger élément. C'est valable pour les musiques, effets sonores, système, etc.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !