Test :
Version Fille

Temps joué : 5 h 30 min


Introduction

J'ai souvent entendu parler de ce jeu ici et là, un jeu épisodique qui dispose de son propre site internet, de son propre exe permettant de réunir tout les épisodes en un seul launcher, ce doit être du lourd !
Un jeu "déconseillé aux moins de 16 ans" (je n'ai jamais compris ces makers qui s'imposent à eux même des réglementations que personne ne leur réclame) proposant un humour noir vraiment limite ? J'achète !
Toute la communauté à vraiment l'air d'apprécier ce jeu, le maker derrière tout ça ne doit pas être un newbie.

Je m'attendai à un jeu maitrisé de bout en bout, voyons ce qu'il en est vraiment.


Awards généraux

Gameplay (Note : 0,75/5)

Evaluer le gameplay de Version Fille c'est comme évaluer l'intelligence d'une Nabilette, l'interêt n'est pas là.

Si quelques épisodes se rapprochent de RPGs tout à fait classiques faits d'achat d'équipement, de level up et d'exploration de donjon (ce qui n'est déjà pas franchement excitant il faut bien le dire), l'essentiel de l'experience de joueur n'est qu'une série de conversations interminables où la seule interaction proposée est d'appuyer sur la barre d'espace pour faire défiler les répliques.
Par exemple, l'épisode 2 ne comporte qu'un seul combat expédié en un coup (véridique), pour le reste, on passe son temps à marcher, effectuer des quêtes fed-ex, et surtout, à lire, lire, lire, liiiire...
Heureusement, les quelques combats de boss demandent de l'implication et une certaine stratégie mais ils se révèlent trop peu nombreux à côté des insuportables combats aléatoires.
On pourrait croire en débarquant dans le jeu que le système, assez original il faut l'avouer, d'attribution de points de statistiques ajouterai un peu de stratégie au tout mais il vous suffit de booster l'attaque au max pour vous en sortir sans problème.
Je dois avouer que le tout m'a tellement peu satisfait que pour l'épisode 3, j'ai décidé d'aller mater le Let's Play de Knighty sur Youtube plutôt que de me fatiguer l'index, et le jeu ne perdait rien de son interêt.
Bref, côté Gameplay, c'est presque inexistant, et souvent insupportable.

Malgré quelques bonnes idées et quelques puzzles efficaces, plutôt que de faire un jeu, l'auteur n'aurait pas mieux fait de dessiner une bd ?

Histoire (Note : 2/5)

L'histoire de Version Fille, c'est des dialogues, des tonnes de dialogues, insupportables, omniprésents, à tel point qu'on en vient à un moment à skipper ces tonnes de répliques très souvent totalement dispensables sans prendre le temps de lire.
Qu'il s'agisse d'explications sur le background, de présentations des personnages ou d'élèments scénaristiques, ces dialogues censés être indispensables nous font vite rendre compte à quel point l'histoire de ce jeu est ennuyeuse et confuse. Daheji s'est essayé à l'écriture d'un jeu "sérieux", et s'est planté en beauté.
L'histoire de Version Fille est, comme le gameplay, un gros point noir.

Alors pourquoi s'obstiner à jouer à Version Fille ? Pour les blagues.
Les blagues bien lourdes sur les juifs, les arabes, les chinois ou le comportement innacceptable de certains PNJ représentent, eux, un vrai interêt. Les relations entre les personnages principaux sont aussi parfois très drôles.
Il est vraiment dommage qu'en contreparti on soit obligés de bouffer une histoire qui, comme je l'ai déjà dit, est ennuyeuse et confuse. Daheji aurait vraiment du se limiter à un jeu rigolo.

Ambiance et Immersion (Note : 1,75/5)

Est-ce que Version Fille m'a marqué ? Me suis-je senti transporté dans un univers plein de mystères ?
Non, c'est plus un jeu humoristique que l'on pourrait qualifier de débile (et ce n'est pas une mauvaise chose)

Alors si le jeu n'est pas immersif, est-ce qu'on se marre vraiment en jouant à Version Fille ?
Et bien si vous désirez vraiment vous marrer, vraiment passer un bon moment aux côtés d'une troupe de personnages décalés, il vous faudra en contrepartie supporter les ambitions scénaristiques d'un auteur en roue libre.
Et ce n'est pas tout le monde qui fera cet effort, beaucoup abandonneront avant de passer le cap du troisième épisode, croyez-moi.


Graphismes (Note : 3,75/5)

Du RTP, tout simplement, mais agrémenté de facesets customs très maitrisés, très variés, et très efficaces.
On soulignera le travail de daheji de ce côté, qui respecte l'esprit des RTP tout en y ajoutant sa touche personnelle, bien joué.
Mais le travail de custom ne s'arrête pas la, on aura souvent droit de tout aussi beaux artworks affichés à l'écran pour enrichir l'experience de jeu (une jolie carte du monde par exemple).
Du RTP bien maitrisé, avec de beaux effets de lumière, des panoramas plutôt sympas, mais on notera tout de même un mapping assez inégal.

Bande-son (Note : 2,25/5)

Une bande-son quelconque, l'auteur a fait avec ce qu'il avait sous la main, son travail ne restera pas dans les mémoires. Difficile pour un maker de proposer des musiques originales.
Entre musiques tirées des RTP ou de la playlist personnelle de l'auteur, c'est assez varié sans jamais vraiment choquer, et ça colle toujours plutôt bien à l'ambiance.
Du côté des effets sonores, ils sont utilisés assez efficacement pour illustrer l'histoire.
Bref, rien à signaler.


Awards spécifiques

Game design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Scénario (Note : 1,25/5)

Bien que riche, le scénario de Version Fille est l'archetype d'un scénario de jeu RPG Maker.
On sent bien que daheji, enfin d'après moi, s'est engagé dans l'aventure sans vraiment savoir où il allait, ce qui donne au final un bordel incompréhensible fait d'enjeux très vite oubliés.
L'épisode 1 aurait pu être le début d'une grande aventure, mais en se posant comme contrainte de faire une série d'épisodes liés entre eux, le peu d'interêt du scénario du premier épisode se repercute sur le suivant, et ainsi de suite.
L'auteur nous promet des le début des complots, des twists, mais on aurai préférés se contenter de bonnes blagues bien lourdes dans un univers, qui lui, était assez prometteur et appréciable.
Pour finir : le scénario manque d'interêt et est bien trop ambitieux.

Mise en scène (Note : 3/5)

La mise en scène, comme le reste des apsects du jeu, s'enrichie au fil des épisodes.
Sur la fin, on appréciera les barres 16/9 qui (tentent) d'exprimer une vraie tention, des musiques plutôt bien choisies dans les moments où les personnages se doivent de lutter contre le temps, des effets de lumière qui enrichissent des décors plutôt bien mappés, des flash-backs, de jolis moments de "couchers de soleil" (même s'ils n'en sont pas)...
Bref, de beaux travaux, mais qui ne nous ferons néanmoins pas oublier la pauvreté des premiers épisodes...

Univers (Note : 1,75/5)

L'idée de départ, un univers calqué sur le modele d'un J-RPG typique, dans lequel chacun est conscient de posséder une barre de vie, est plutôt originale.
L'univers est riche, constitué de plusieurs pays, de plusieurs "organisations" aux ambitions rivales.
On ne peut nier qu'un vrai travail a été fait de ce côté et que l'auteur se montre assez inspiré.
Mais l''interêt du jeu résidant dans l'humour et les blagues bien lourdes, on dirait que le background est uniquement là parce qu'il en fallait un.
Pourquoi proposer un background travaillé si l'interêt est ailleurs ?
Ce n'était pas le peine de se fouler, et surtout de forcer le joueur à se fatiguer les neurones pour pas grand chose.

Personnages (Note : 3,5/5)

Plus on avance dans l'aventure, plus les differents personnages se multiplient, et moins ils sont identifiables.
Encore une fois, l'ambition du maker nuit à la compréhension du jeu.
Mais la bonne idée dans Version Fille, c'est de proposer au joueur d'incarner quelques uns de tout ces personnages pour s'y attacher un tant soit peu, et ça marche !
Alors on oubli bien vite les personnages dénués d'interêt mais du côté de ceux que l'on a connu en tant que joueur, il est plus facile de les comprendre et surtout d'en rire !
Schizophrènes ou complétement racistes, les personnages, bien que trop bavards, sont réussis.

Graphismes originaux (Note : 4/5)

L'auteur s'inspire des ressources de RMVX pour créer de nouveaux facesets, et ils sont vraiment jolis, variés, et permettent d'exprimer les émotions des personnages plus efficacement qu'avec de simples dialogues.
Au fil des épisodes, le jeu devient de plus en plus beau, des décors personnalisés ou des effets de lumière qui posent une ambiance font leur apparition.
Si le jeu en tire son épingle (du jeu) c'est bien grâce au travail graphique effectué par daheji.

Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Fin (Note : 0/5)

Personnellement, je suis loin de trouver ce jeu suffisament intéressant pour en venir à bout.
Alors comment juger la fin d'un jeu dont le déroulement décourage le joueur ?
La qualité de la fin d'un jeu tient en grande partie à la qualité de son intégralité, alors même si on nous propose un twist extraordinaire, quel interêt si on décroche avant de le voir ?
A mon avis, Version Fille ne possède pas les qualités requises pour concourir au titre de "Meilleur Fin".

Originalité (Note : 2/5)

On pourrait définir le premier episode comme un premier projet parmis tant d'autres.
Mais ici, l'auteur s'est accroché et a continué ce premier projet pour en faire une série de six épisodes toujours plus ambitieux, ainsi, sans jamais vraiment étonner, le mélange de références à notre monde (les blagues sur les arabes par exemple) et le contexte créé de toutes pièces se révèle plutôt efficace, comme un certain Youpimon par exemple.
Ceci dit, tout le reste n'a rien d'original, Version Fille n'est pas vraiment surprenant que ce soit dans sa forme (un jeu RPG Maker tout à fait banal qui tourne vite au film interactif) ou dans son fond.


Conclusion (Note totale : 2/5)

Non, clairement, Version Fille n'est pas le meilleur jeu du concours.
J'ai plus eu l'impression de jouer a 1RSN qu'a n'importe quel jeu vainqueur du Alex d'Or.

Mais il est interressant de voir comment un auteur s'attache à l'univers qu'il a créé en créant plusieurs épisodes.
Il est interressant de voir comment cet auteur évolu, et d'un premier épisode des plus quelconques, arrive à nous offrir un sixième épisode plus soigné, plus travaillé, plus ambitieux.
Et tout en évoluant, l'auteur garde quand même en tête l'interêt principal du jeu : l'humour et les personnages.
Voila pour les points positifs.

Version Fille vaut pour ses blagues bien lourdes et de beaux artworks, mais pour ma part, ce jeu est surtout ennuyeux et décourageant de par ses ambitions scénaristiques inutiles et démesurées, et si je n'ai pas décroché dès le début, c'est uniquement pour pouvoir rédiger ce test.

Dommage, car j'en attendai un jeu agréable à parcourir, ce qui n'est définitivement pas le cas.
Trop de dialogues interminables qui ont l'air d'avoir été rédigés en total freestyle, pas assez de gameplay digne de ce nom, et un côté "sérieux" (les enjeux scénaristiques tout ça tout ça...) omniprésent dont on se serait vraiment passés.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !