Test :
Mystery Of Blacksun
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Mystery of Blacksun de Hypnodisc & Chaos64
Test de Diamonds.

Il est des moments où on préfère ne rien attendre d’un jeu. On le démarre, on débute sa partie et on se laisse transporter. Non, on ne cherche pas le moment qui nous fera vibrer, mais juste à passer un bon moment. Bha il arrive que même là ça devienne compliqué…

Awards Principaux :

- Meilleur Graphismes 2/5:
On trouve une cohérence graphique tout au long du titre. Dans le style RTP, les graphismes n’ont rien de transcendant, mais restent pour certains agréables à l’œil et colorés. Quelques éléments rompent la cohérence, comme le boss dragon, mais ils restent suffisamment rares pour ne pas être gênants sur le long terme. Le principal problème provient essentiellement du mapping, vide ou répétitif de manière assez récurrente. Du pas trop mauvais, donc, mais loin de valoir des productions analogues, et ainsi ce à quoi l’on peut être en droit de s’attendre.

- Meilleur Gameplay 1/5 :
Quelques idées, bien que classiques, restent sympathiques (utilisation de la magie, les « outils » comme les bombes, qui n’ont pas été sans me rappeler Wild Arms premier du nom), mais trop peu exploitées. On se retrouve rapidement avec un A-RPG… Avec l’action en moins. C’est simple : on attend que l’ennemi approche et on appuie sur Z avec le bon timing. Félicitation, vous avez vaincu la majorité des adversaires. Alors oui, certains adversaires sauront se montrer plus coriaces (ou plutôt, plus nombreux) et ajouteront du piment à l’épopée. Cela dit, étant donné le prix des objets, on se retrouve sans trop de problème avec une trentaine de potions en rab pour assurer les arrières. Restent alors les boss, apportant leur petit moment de diversité. Ces moments restent cependant trop rares et bien répétitifs : on se retrouve rapidement à refaire la même action, encore et encore, jusqu’à la mort de la créature, et ce sans augmentation de la difficulté. Bref, on est tout content, puis on finit par s’ennuyer.
L’idée est la même pour l’exploration : les allers-retours ne sont pas sans fatigue et on se retrouve vite à se demander s’il n’y avait pas un système de téléportassions qu’on aurait loupé.
Concernant la progression dans les donjons, on fait souvent face à des idées laissant apercevoir des possibilités super sympas mais mal ou trop peu exploitées. Un exemple flagrant est l’ensemble des épreuves pour devenir magicien : des auto-tamponneuses sphériques d’un côté, des téléporteurs imposés de l’autre. On se retrouve à manipuler les murs de sphères, à courir comme un dératé pour échapper à… L’inévitable, car non, nous ne pourrons jamais courir plus vite que le héros, et avec ces sphères rapides et nombreuses, on se laisse avoir, encore et encore. Oui, ce passage a été une véritable bête noire, sauf à la fin. J’avoue, j’ai pris mon pieds avec le duel face aux deux esprits (de feu et de glace). Comme quoi, il est possible d’arriver à quelque chose de moins lourd.
Dernier point de gameplay sur lequel j’écrirai : la chute des rochers, lors de l’escalade via cordes. J’en ai bavé, tout simplement sué, et ce pendant plus d’une heure (le temps pour ma mère de regarder un film avec Robin Williams, c’est pour dire !). Au final, je me retrouve avec quoi ? Un cœur supplémentaire, génial. Bon, l’idée est bonne. Mais encore une fois, le dosage est à refaire : le parcours est vraiment long et la difficulté n’est pas sans faire perler un front. En définitive, une pensée plutôt bonne maladroitement implantée dans le jeu en lui-même. Dommage.
Concernant le menu, il est classique au possible, ce qui n’est pas plus mal. On notera la présence de quelques bugs, plus ou moins gênants : du problème de superposition pas bien méchant au problème de bombe « inexistante » (on peut en poser autant qu’on veut, ça ne viendra jamais exploser) qui m’a bloqué suffisamment longtemps pour que je puisse me considérer comme « définitivement bloqué ».

- Meilleure Bande-son 2.5/5 :
On reste la plupart du temps dans un registre musical collant bien avec l’ambiance instaurée au court du jeu. Certaines mélodies lassent cependant de temps à autre et quelques problèmes d’ajustement restent à faire (comme des musiques laissant un blanc avant de reprendre lorsqu’elle tourne en boucle ou des bruitages, notamment de curseur, ayant un volume suffisamment supérieur aux musiques pour étonner. L’exemple le plus flagrant de ce dernier point est l’écran titre.) Sympathique, donc, mais sans plus. Un peu plus de labeur devrait permettre de rendre le tout bien attractif.

- Meilleur scénario 1/5 :
Je n’ai pu m’empêcher d’avoir une pensée pour Anakin et Obi-Wan au début du jeu. Paysage plein de lave, rébellion de l’apprenti face au maître et déchéance de l’impétueux, tout y est mis à part les sabres laser ! Par la suite nous viennent des personnages typiques, comme, par exemple, le traître détectable à dix kilomètres, ne serait-ce que par ses points de suspension, ou encore le gars recherchant une vengeance suite à un acte d’impuissance. On devine volontiers qu’il y a ici une volonté des créateurs de frapper un registre empli de clichés vus et souvent (très) revus, et ça aurait pu être tout à fait acceptable. Le problème, cependant, est que les personnages, et ainsi la majorité de leurs actions, sont trop prévisibles. On devine déjà une bonne partie du scénario (pour ce qu’il m’a été donné d’en jouer) dès la première scène, ce qui n’est pas sans nous enlever un grand plaisir de jeu : la surprise, le bouleversement, le « oh mon dieu, mais ce gars ! » ou encore le « bien mené ça ! ». Alors non, l’ensemble du scénario n’est pas totalement plat et on ne devine pas tout au point d’en devenir un oracle, mais il est frustrant de se dire que l’on passe à côté d’une foule de réaction qui auraient été possible avec un peu plus d’effets de ménagement et de profondeur dans les psychologies des personnages, clichés ou non.

Awards Secondaires 1.25/5 :

- Humour x/5 :
Je n’ai eu qu’un ou deux sourires. Mais bon, Mystery of Blacksun ne semble pas avoir été créé dans ce but, visant plutôt la gravité et les actions épiques.

- Originalité 1/5 :
Si bien peu de chose ont contribué à ce point, il n’en reste pas moins vrai qu’elles sont présentes. Rien d’innovant à proprement parler, mais quelques scénettes sympathiquement rafraichissantes.

- Non RPG X/5 :
Le titre est hors course pour cette catégorie.

- Meilleure durée de vie 1.25/5 :
Il m’a fallut dans les environs de 5h pour atteindre le bug m’ayant stoppé. C’est un début, une bonne mise en condition, mais malheureusement un temps trop court aux vues de l’aventure qui semble se profiler. Un goût d’inachevé, donc, reste en travers de la gorge suite à ce problème technique.
Concernant le fait de rejouer à ce titre, pourquoi pas, à condition d’avoir une version débuggée. En dehors de ça, l’ensemble est déjà trop prévisible pour le revivre en connaissance de cause.

- Personnages 0.75/5 :
Les personnages se partagent des traits psychologiques vus un bon nombre de fois. Ces derniers n’étant nullement nuancés ou mis en scène, on se retrouve avec des livres grands ouverts trop prévisibles pour être véritablement intéressants. Un grand dommage lorsqu’on se dit qu’un petit travail de profondeur et de finesse aurait certainement suffit à doubler cette note, voire plus.

- Meilleure mise en scène 1.75/5 :
Du travail a été fourni pour offrir des scènes qui, même si elles sont loin de rester dans les mémoires, savent divertir un petit moment. Je regrette cependant des dialogues sans grande saveur, qui gagneraient grandement à s’emplir d’émotion. Ce problème est sans conteste lié aux personnages trop « vides », et travailler un point devrait rendre le second plus abordable, faisant d’une pierre deux coups.
Concernant les procédés narratifs, je n’ai rien relevé de véritablement notable. Là encore, il pourrait s’agir d’une piste intéressante pour gagner en profondeur.

- Meilleur Art (Artwork) X/5 :
Le titre est hors course dans cette catégorie.

- Meilleure immersion 0.75/5 :
On a envie d’aller plus loin, de découvrir qui sont en réalité ces carapaces qui nous servent de PJ, de savoir si l’on a été berné par des airs de « tu sais tout, c’est bon passe ta route » pour finalement se prendre un retournement de situation en pleine figure. On espère, vraiment. Mais rien n’arrive à proprement parler, ce qui nous amène davantage à nous projeter dans l’avenir en nous disant « ouais bon, j’parie sur ça, on verra » qu’à nous concentrer pleinement sur le présent et à nous laisser nous immerger dans l’univers proposé. Un grand dommage qui rejoint les autres problèmes.

- Thème des Alex's X/5 :
Le titre est hors course dans cette catégorie.


Conclusion 1.25/5 :
Mystery of Blacksun aurait pu récolter une bien meilleur note de conclusion si un travail de profondeur avait été fourni. On est ici en présence d’une forme, à savoir une aventure visant à sauver l’humanité d’une certaine manière, déjà connue. Pour se distinguer, ce titre a besoin d’un fond, d’un semblant d’identité pouvant contenter les joueurs un minimum curieux de savoir aux côtés de qui ils vont vivre l’épopée. L’utilisation de clichés ne pouvant être une excuse au manque d’un tel fond, il reste encore une certaine dimension du jeu à définir et à mettre en œuvre.
On note également que les actions répétitives ou encore le manque de dosage entre difficulté et longueur ne sont pas pour égayer l’aventure. Là encore, un labeur supplémentaire devrait suffire à recadrer l’ensemble.
Enfin, si les bugs ne sont pas nombreux, il n’est pas moins primordial de les supprimer tant ils sont gênants à la progression pour certains.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !