Test :
LothFer - Demo 1.5
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Lothfer de ThrillerProd
Test de Diamonds.

Conspirations, meurtres, vengeances et pertes de tout goût à la vie sont des cordes sur lesquelles beaucoup de scénarii se sont amusées à tirer. Loin d’être blâmable, ce fait nous a conduit à ne plus être surpris face à bon nombre de scène du genre et à davantage nous intéresser à la manière avec laquelle tous ces actes sont commis. Faut dire qu’à partir de ce moment, on a de quoi filtrer.

Awards Principaux :

- Meilleur Graphismes 3.5/5:
C’est beau dans l’ensemble. Si les facesets ne sont pas des chefs d’œuvre (j’ai notamment pris peur face à celui de Lothfer, à la toute fin de la démo), décors et personnages ont de quoi attirer. Quelques petits soucis de cohérences graphiques par-ci par-là, mais rien d’incroyablement grave.

- Meilleur Gameplay 2/5 :
Il y a de l’idée, que ce soit par les outils, la gestion des points de talent ou encore le changement de mode entre Guerrier et Mage. Seulement voilà, le logiciel utilisé étant ce qu’il est, c’est toujours un peu délicat au maniement. Le pli est venu plutôt vite pour les ennemis « classiques », comme les serpents ou les araignées, mais pour ce qui est des gobelins/lutins… La gestion des touches n’est pas des plus appropriées, mais on finit par s’y faire. Concernant les objets, le fait de pouvoir ouvrir le menu en combat enlève tout intérêt à l’achat de potion +, dont le prix est supérieur à ce que l’on gagnerait en soin en achetant des potions classiques. Cette remarque tient aussi pour les potions de mana.
Pour ce qui est des combos/overdrives, il est possible d’enchaîner des combos sans adversaires. Du coup, rien n’empêche de s’amuser à accumuler les vingt carrés rouges permettant l’Alpha big bang.
Dernière remarque, qui concernera les affrontements à proprement parler : il arrive souvent que le level design soit fait de manière à ce qu’il y ait un couloir plutôt étroit. De ce fait, il m’a été donné à bon nombre de reprises de m’y mettre et d’attendre l’arrivée de mes adversaires. Quelques appuis sur 0 et le tour fut joué. Le boss donna un peu plus de fil à retordre, mais la même technique me permit d’en finir sans gros soucis.

En définitive, des idées intéressantes, mais parfois mal incorporées au confort du joueur. L’espèce de Loc-on en est un bon exemple : l’idée est excellente pour pouvoir attaquer l’adversaire sans se retourner, mais nécessite de pouvoir faire un passage rapide du on au off (notamment quand un gobelin passe dans le dos ou qu’on se fait entouré). Pas de bol, il m’a fallu un moment avant de me faire à l’appui des touche + et – de manière aisée.
Je n’ai rencontré aucun bug grave.

- Meilleure Bande-son 2.25/5 :
Beaucoup d’Apocalyptica et de pistes de l’OST du Dernier Samouraï, généralement employé d’une manière plutôt sympa. Il arrive cependant que le moment ne soit pas vraiment approprié à une piste ou que le volume soit mal réglé. Dommage pour ces pistes au potentiel certain.

- Meilleur scénario 1/5 :
On retrouve bon nombre d’élément tragique, nourrissant les thèmes de la mort et de la vengeance et représentant l’être humain comme un horrible monstre intolérant n’inspirant que colère. Bon, soit, on a déjà vu mais ça n’empêche en rien l’intrigue de devenir intéressante, selon la manière dont les éléments sont menés. Et c’est là que ça flanche.
La ficelle de la mort facile est utilisé à outrance, les dialogues manquent à certains moments de saveur, passant de la phrase type à une réplique bourrine (en passant par l’Hermite, capable de répéter un nombre impensable de fois le début de sa phrase mais dans l’impossibilité de la continuer), et la psychologie du protagoniste ne se dévoile qu’à un niveau de « Fais ce que je veux ou je te crève. ». Oui, on pourrait s’émouvoir pour ce pauvre Lothfer, mais il nous est davantage montré comme un enfant réclamant ce qu’il veut que comme une âme en peine (faceset empli de larme mis à part).
C’est dommage, car l’ambiance en elle-même présente un certain potentiel. Un petit travail de fond ne serait pas de trop.

Awards Secondaires 1.25/5 :

- Humour x/5 :
Le titre n’entre pas dans cette catégorie.

- Originalité 1/5 :
L’alternation Mage/Guerrier et l’aspect esthétique du combat contre le boss donnent de petits côtés sympas au jeu. Pour ce qui est des outils, l’évaluateur de santé est bien pensé. Par contre, le fait de se suicider, faut le vouloir quand même…

- Non RPG X/5 :
Le titre est hors course pour cette catégorie.

- Meilleure durée de vie 0.75/5 :
Il m’a fallut une heure pour mettre fin à la démo, crédits compris. C’est un début, ce qui explique bon nombre de problèmes cités ci-dessus. Concernant la rejouabilité du titre, on attendra certainement une version prolongée et éventuellement retravaillée sur quelques points.

- Personnages 1/5 :
Autant ne parler ici que du protagoniste, les autres personnages mourants dans d’atroces souffrances avant même qu’il ne soit possible de les connaître. Lothfer nous apparaît au départ comme le bouc émissaire de base, qui finit par trouver le bonheur. Une fois cette joie évaporée dans une marre de sang, on se retrouve avec un gars ayant soif de vengeance, quoi de plus normal. Seulement voilà, à force de ruminer dans son coin, on a l’impression que notre ami aux cheveux rouges n’est devenu ni plus ni moins que la petite frappe du coin. On regrette ainsi de n’assister qu’à des « Dis moi ce que je veux » et des « J’vais les butter ». Bon, je caricature, mais l’idée est là.
Quitte à ce que toutes ses connaissances soient damnées de manière quasi-instantanée, il aurait été bon d’affiner le PJ, de le rendre plus subtil. Oui, incarner un bourrin est plaisant, mais face aux phrases types précédents les massacres, on s’attend à plus de détails.

- Meilleure mise en scène 1/5 :
Une tentative de mise en scène a été produite, de par la mise en situation introduisant la partie jouable ou encore les quelques scénettes. Souvent classiques, les situations se succèdent sans réellement émouvoir. On sent cependant le travail fourni, ce qui n’est pas sans faire du bien. La forme et le fond sont présents, mais demande à être affinés comme il se doit.

- Meilleur Art (Artwork) X/5 :
Le titre est hors course dans cette catégorie.

- Meilleure immersion 2.25/5 :
Il peut paraître assez étrange de mettre une telle note après ce qui a été dit plus haut, mais les faits sont là. L’ambiance, le peu que l’on voit de l’univers en lui-même et les petits détails disséminés ça et là dans les lieux sont autant de points qui permettent l’immersion dans ce drôle de monde. On a envie d’en voir plus, de découvrir. Après un affinage des dialogues et de la psychologie du personnage, le titre devrait encore gagner en immersion.

- Thème des Alex's X/5 :
Le titre est hors course dans cette catégorie.


Conclusion 2/5 :
Lothfer n’est pas transcendant, mais pas mauvais non plus. Si le scénario gagnerait à se développer et à s’affiner, des bases intéressantes sont présentes. Ne reste plus qu’à gagner en subtilité et approfondir le tout avant de prolonger la trame principale.
Concernant le gameplay, la remarque pourrait être la même. Les possibilités sont pour le moment restreintes et assez brouillonnes, même si l’ensemble reste jouable (après adaptation).
En définitive, du potentiel mais encore du boulot à fournir pour l’exploiter.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !