Test :
LothFer - Demo 1.5
Par Metavy
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Lothfer par ThrillerProd

Premier test pour moi de la session, donc considérons ce jeu comme un échauffement. Je télécharge l’archive, je dézippe, je lance le jeu, et paf ! Ca plante. Après étude, il semble qu’il manquait un fichier. Je le récupère chez un collègue, je lance le jeu et, au bout d’une demi-heure environs, le jeu replante, ne pouvant ouvrir un autre ficher. Ce test sera donc basé sur le peu du jeu auquel j’ai réussi à jouer, et je n’en aurai rien à carrer des réclamations du genre « non, mais la suite est mieux ». Si j’arrivai à y jouer, alors peut-être que j’aurais fait un autre test.
Petit survol du jeu : il semble sombre, sanglant, fait pour les émos, et j’avoue ne pouvoir m’empêcher de penser au fait qu’il surfe sur la vague Twilight, concept dont je suis loin d’être un partisan favorable… Enfin bon, voyons en détail si ce jeu peut prétendre à me faire passer un bon moment, malgré ma nette appréhension.



Awards Principaux :


- Meilleur Graphismes 2/5:

Sur ce point, pas grand-chose à dire : les décors et les personnages sont généralement sombres et on peut dénoter une certaine unicité entre eux. J’ai aussi apprécié le jeu d’éclairage, ainsi que les petits effets de brumes, mais cela ne suffit pas à obtenir une note plus importante. Disons que c’est pas trop mal foutu. A noter que je regrette que certains personnages n’aient pas eu droit à un visage en gros plan quand ils parlent, et j’avoue que ce qui fait que la note ne soit pas légèrement supérieure, c’est dû à l’écriture employé : en effet, quand les « s » ressemble à des « 9 » et que certaines mots sont peu lisibles, ça me barbe.


- Meilleur Gameplay 3/5 :

N’ayant pas eu la possibilité d’arriver jusqu’au système de talent (qui m’aurait peut-être eu envie de baisser cet note, qui sait), je me contente donc du gameplay de base. Bien que le menu soit extrêmement basique, le système de combat a été un poil travaillé, mais le jeu est un poil trop difficile à mon goût : le fait d’être empoisonné à chaque combat et de vider rapidement toutes ses réserves de bouffes est un poil lourd, surtout quand on ne peut avoir accès au menu en plein combat. De plus, je n’ai toujours pas compris pourquoi je n’arrive pas à boire de potion pendant que je bastonne ces saletés d’araignées. Néanmoins, la possibilité de commettre un suicide m’a particulièrement plus, et c’est pourquoi la note n’est pas descendue. Après tout, qui a-t-il de mieux que de faire se suicider cette saleté d’émo qui nous sert de protagoniste ?


- Meilleure Bande-son 2/5 :

Bon, franchement, j’ai pas du tout accroché au musique, surtout quand je ne comprend pas pourquoi on entend des fois des petites envolées bourrines alors que le héros discute avec sa chère et tendre. Mais bon, étant donné que ça reste honnête, même si c’est loin d’être à mon goût, je ne vais pas couler le jeu sur ce point là.


- Meilleur scénario 0/5 :

Minable.
Honteux.
Ridicule.
Ignoble.
Infâme.
Bête à pleurer.

Bon, soyons un peu plus constructif : l’histoire d’un émo demi-démon qui a tout les malheurs du monde, que personne n’aime, et qui cherche à se venger de tous, et c‘est super beau et classe, tout ça. Bref, une bouse, pour moi. Je vais donc développer dès à présent en compulsant un par un tout les défauts que j’ai pu trouver :
- Fautes d’orthographes et de conjugaison, une haine manifeste des majuscules en début de phrase… Ca m’a l’air bien parti, tout ça.
- Une avalanche de « … ». Alors non seulement il y en a en moyenne deux fois par phrase, mais en plus chaque point apparaît après l’autre. Résultat, on a l’impression que les dialogues sont en fait composés de points de suspension avec quelque mot entre, histoire de donner le change et faire croire que les personnages parlent.
- « Père d’un démon machin chose, mère d’une fermière truc-muche ». C’est censé être leur gosse. Cette phrase n’a aucun sens.
- Ses propres parents ont eu peur de lui dès la naissance. Putain, mais le père c’est un démon, et la mère une femme amoureuse d’un démon. C’est pas Joe le rigolo et Marie-José Perec ! J’comprends pas pourquoi un semi-démon, c’est supposé leur foutre les boules. Et puis bon, tout le monde qui déteste le petit Loque-fuck parce qu’il est-ce qu’il est, c’est pour le moment n’importe quoi. Je veux dire, que son père soit un démon ne semble poser de souci à personne, mais que son fils soit ce qu’il soit, alors là, c’est un appel à la djihad !
- On a un héros et sa dulcinée qui sortent ensemble, ok. Mais que chacun ne connaisse strictement rien du passé de l’autre, c’est n’importe quoi. Vous, vous sortiriez avec une fille dont vous savez à peine le nom ?
- J’oubliais, l’héroïne, il lui faut aussi un passé sombre et mystérieux, sinon elle est trop banale pour le héros. Donc hop, le p’tit coup de l’amnésie sortit du chapeau magique du créateur, ça marche à tout les coups. Mais il faut m’arrêter ça, c’est presque l’excuse numéro un dans les jeux pour lâcher des bribes d’histoire au compte-goutte !
- Bon, faut aussi m’expliquer ce que des livres foutent sur la route, attendant d’être lus pour sauvegarder. Personne ne songe à les ranger dans une bibliothèque, ou à y foutre le feu pour empêcher le héros de sauvegarder ? Et qu’est-ce qu’une épée fait en plein milieu du chemin quand les méchants arrivent, attendant sagement que le héros la ramasse ?
- Bon, faudra aussi m’expliquer pourquoi dès que les mystérieux ninjas apparaissent, notre héros pose à peine une question avant de décider de les tuer. Non, parce qu’il semble se demander pourquoi tout le monde le hait… Bon, ben j’avance une solution : c’est parce que c’est une espèce de foutu psychopathe en puissance qui tue les gens sans même savoir qui ils sont ou si ils sont réellement dangereux. Mais bon, il a tout les malheurs du monde, alors on lui pardonne.
- Que ce soit quand son père s’est fait tuer, ou quand sa copine se fait massacrer, notre héros retrouve toujours une mystérieuse phrase écrite sur le mur, le prévenant qu’un de ces jours, ça va lui tomber sur la gueule. Alors question : pourquoi ça lui tombe jamais directement sur la gueule ? Surtout que quand le paternel a rendu l’âme, le rejeton avait à peine 5 balais. Pas bien dangereux, si ? Alors pourquoi attendre des années de plus pour finalement juste le menacer à nouveau ?
- Alors, quand tout le village s’est fait massacré, je voudrais bien savoir qui va baptiser ce jour « jour du massacre ». Pas pour faire mon chiant, mais je doute qu’il restera beaucoup de personnes pour commémorer cela l’année suivante.
- Notre petite chialeuse suicidaire et psychopathe décide de partir en quête de vengeance. Très bien ! Mais alors pourquoi il se sent obligé d’attendre que ça haine est atteint un certain paroxysme ? Généralement, soit on va tout de suite partir en guerre, soit il y a un élément déclencheur. C’est pas comme guérir d’une maladie au bout de trois semaines. Bon, ensuite, l’arrivée des ninjas juste quand il veut partir se venger, alors qu’il ne savait même pas par où commencer, c’est clairement exagéré.
- Enfin, parce que je pense que ça suffira avec ça, pourquoi notre héros qui prétend vouloir massacrer le monde sort des trucs du genre « Partez ou vous mourrez » ? Surtout si il a besoin de leurs informations. Là, c’est carrément allumer un cierge sur l’autel de l’illogisme en vouant le culte de la stupidité.
- Ah, et parce même si j’en ai déjà largement dit assez, ça fait toujours plaisir, pourquoi - POURQUOI - les ponts sont-ils obligés d’exploser derrière notre héros ? Et pourquoi les gens qui ne supportent pas les sacrilèges attendent que la conversation soit fini avec le profanateur pour leur dire qu’il doit mourir ?



Awards Secondaires :


- Humour 3/5 :

Faut quand même admettre que je me suis bien marré devant ce jeu, même si c’était loin d’être le but.


- Originalité 5/5 :

Je pense que ce jeu est extrêmement original : aucun jeu n’avait précédemment lutter à ce point pour représenter les phénomènes tel que « émo » et « apologie du jeune héros au passé tragique et sombre ». Remercions LuthFer, grâce à qui, je n’en doute pas, nous saurons à présent quel mal affecte le jeunesse de notre société.


- Non RPG -/5 :

C’est un RPG.


- Meilleure durée de vie 0/5 :

Quand je n’arrive même pas à aller plus loin qu’une demi-heure dans la démo, pourquoi mettrai-je plus que ça ?


- Personnages 0/5 :

Je n’arrive pas du tout à aimer la ribambelle de petites crottes que j’ai pu voir : entre le héros qui a le charisme d’une tique teigneuse, une héroïne parfaitement fade et chiante, des méchants… non, mais minables, sans conviction, juste un rtp avec deux phrases à balancer, bon ben…


- Meilleure mise en scène 0/5 :

Pour voir l’explication, prière de retourner sur ma description du scénario, et on comprendra pourquoi je pense que certaines choses ne tiennent strictement pas la route.


- Meilleur Art (Artwork) -/5 :

Y a des artworks ?


- Meilleure immersion 1/5 :

Bon, faut admettre que le jeu a un début de personnalité qu’on peut apprécier, mais c’est uniquement dû aux graphismes du village.


- Thème des Alex's -/5 :

De l’autre côté du bon sens, mais pas du miroir.


Conclusion 0/5 :

Quand je pense que Danton, Desmoulins, et bien d’autres sont morts pour défendre notre droit à faire de belles et grandes choses… Je me dis que si ils avaient vu ce jeu, ils seraient allés s’excuser en pleurant auprès de Louis XVI, avant de se jeter dans la Seine en essayant d’oublier ce qu’ils avaient vu.
Bon, je ne dirai pas que ce jeu ne peut plaire à personne. En revanche, j’estime que c’est une merde. Une belle vraie merde, à la fois dure, et pourtant un peu molle à l’intérieur, avec le bout fondant et recouvert de mouche. La prochaine fois que quelqu’un voudra pondre ça, j’espère au moins qu’il évitera de l’exposer en public.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !