Test :
La Vie d'un PNJ
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
La Vie d'un PNJ par Salamanth

La Vie d'un PNJ nous permet d'incarner José Rienfaire, Bac +0 mention "Branleur", cherchant depuis 7 mois une excuse quotidienne pour ne pas régler son loyer. Il trouve alors une petite annonce de recrutement pour le société des PNJ. A titre personnel, j'adore l'idée paradoxale que notre PJ incarne un PNJ pendant que tous les PNJ du jeu ignorent qu'ils en sont dans leur condition même.


Graphismes : 3/5

Une claque visuelle. Je n'aurais jamais cû qu'un jeu utilisant en partie des ressources RTP puisse paraître aussi classe, mais la construction de l'univers a probablement son influence sur le résultat. Qui plus est, les sprites sont parfaitement intégrés au décor. Attention, l'écran de sélection des tournages n'est pas suffisamment informatif ; faut préciser dans un générique à qui appartiennent les ressources ripées.


Sonorisation : 0/5

Excellent point pour les bruitages, musiques bien sélectionnées, Salamanth sair néanmoins pourquoi il souhaite pas concourir dans cette catégorie : vol qualifié de mp3 sans crédit envers leurs auteurs.


Gameplay : 3/5

Les tournages déjà disponibles donnent un bon aperçu de ce que le jeu nous offrira par la suite : une expérience fichtrement raffraichissante, qui prouve qu'on a pas besoin d'un système de combat pour être un RPG. Oui, un RPG. Je suis désolé, l'incarnation de ma personne dans José, lui même incarnant un PNJ, s'est fait manière plus naturelle que pour tous les personnages de tous les autres jeux que j'ai testés. Ce qui rentre dans ma classification du jeu de rôle, et devrait rentrer dans la vôtre. Un jeu de rôle n'est pas un jeu de stratégie hyperscénarisé où une équipe de héros combat des équipes de monstres dans une interface au tour par tour. C'est un jeu où on se sent incarner un rôle, un jeu qui n'est pas divisé de manière structurale (mondes/niveaux), mais où le gameplay n'est pas une fin en soi et guide quelque-chose de plus global. Et à ce titre, le système de jeu de La Vie d'un PNJ est bien plus amusant et immersif qu'une explosion de touche "entrée" tous les 5 pas dans un donjon rempli de slimes. Reste que Salamanth devrait apprendre à récompenser son joueur ; mon perfectionnisme mis à part, je ne vois de raison d'améliorer la performance de José dans les différents tournages du jeu. Ajouter une fiche de paye et un magasin d'ameublement dans la suite du jeu pourrait permettre de relooker l'appartement de José, et donner le sentiment qu'on a accompli quelque-chose en faisant péter le high score.


Scénario/Personnages/Mise en Scène/Immersion : 4/5

Enfin un scénario original, une mise en scène bien léchée, des cut scenes qu'on a pas envie de systématiquement sauter. La visite des studios est à ce titre le tutoriel le plus immersif et le mieux scénarisé que j'aie vu depuis un moment. Pour la seule fois de toute la session, j'ai été content de jouer, de découvrir des choses, de pouvoir m'identifier à un type qui vient de nulle part et pense aller encore moins loin, pour se voir offrir sa chance au paradis et la saisir au vol. Je m'émerveille comme lui de toute ces petits riens qui donnent l'impression d'avoir affaire à un univers structuré et attachant. D'autres jeux auraient tout basé sur le studio avec un musique d'auberge de Final Fantasy entre les journées de tournage ; mais José, lui, est un pur : il rentre chez lui en fin de journée, se fait harceler par le concierge, découvre une nouvelle utilité à son porte-manteau, gruge l'entrée dans des boîtes de nuit où Jack Black se produit. C'est un personnage crédible. Petite hésitation en ce qui concerne "Karl von Kruschjdk", le thème qui lui est associé en fait déjà assez pour qu'on aie pas besoin d'en rajouter ; je veux dire, à moins de verser dans le trash, le personnage est déjà à son maximum niveau caractère, ce qui laisse peu de chance quant à un développement en finesse de sa psychologie.


Conclusion (Jeu/RPG/Non-RPG)

Ecoute-moi bien Salamanth : tu es un £%§+ø*. On a pas le droit de sortir un projet de cette qualité sous format d'une démo de 10% du jeu final ; tu nous laisses vraiment sur notre faim, c'est dégueulasse. Si le jeu avait été complet, je me serais battu pour que tu aies les médailles d'or des meilleurs jeu, gameplay, scénario, personnages, mise en scène et immersion. Meilleur jeu, rends-toi compte, sans hésitation, sans avoir testé quoi que ce soit des autres jurys ! Ne me déçois pas, crédite les artistes musicaux comme il se doit, et continue de développer ton univers et ton gameplay comme tu le fais jusqu'à présent : chaque fois qu'on a l'impression que José va enfin tomber dans un train-train linéaire, un nouveau pan du jeu s'ouvre à lui. Allez, au boulot.

3/5

(Pour vous plaindre, c'est par ici.)

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !