Test :
Wonder Boy in Pokeland
Par AristA
Wonderboy in Pokeland, un jeu dont le titre annonçait la couleur et la bizarrerie. Je dois le tester car, sinon, je ne l’aurais pas testé. Il s’avère que c’est un jeu de plateforme sur RMXP, un choix risqué, le logiciel n’étant absolument pas fait pour ça. Voyant comment Danna-K, le créateur, s’en est sorti. Je n’ai pas pu terminer le jeu, mais j’ai de quoi écrire un test.

Award Graphismes personnalisés 1.75/5
L’auteur a réalisé quelques sprites, d’après la fiche de son jeu surtout des éléments de décors. Il se trouve que les éléments graphiques se comptent sur les doigts de la main et ne sont pas spécialement magnifiques (juste fonctionnels et remplissant leur rôle de décors, en même temps c’est un jeu rétro me diriez vous, ça ne cherche pas à être beau). Cette qualité et quantité pauvres expliquent la note basse.

Award Systèmes personnalisés 0.5/5
Le jeu se base beaucoup sur son système de sauts, étant donné que c’est l’élément majeur du gameplay. Le second système principal est le système de combat en temps réel. Commençons par ce dernier : il marche, mais rien de plus ; il n’innove pas. Il est de plus un peu buggué, permettant de toucher tantôt les ennemis plus hauts que soi (sur les montagnes notamment), tantôt rendant impossible de toucher celui juste devant. Le système de plateforme est lui aussi extrêmement buggué. Il faut maintenir la touche saut pour sauter haut, mais il faut la maintenir beaucoup trop longtemps ! Ça en devient une touche « envolée » plus qu’autre chose ! Le déplacement dans les airs est vraiment horrible : on se déplace en diagonale, case par case, d’une façon quasi aléatoire. Il faut noter que parfois la touche saut est inaccessible, il faut s’asticoter un peu au sol pour qu’elle soit de nouveau opérationnelle. Tout ces bugs rendent ces systèmes très perturbants et condamnent le gameplay, ce qui n’est pas le but d’un système. À noter également que le système d’affichage des points qu’on ramasse en haut à droite est tout bonnement buggué, avec des images qui se superposent et cætera.

Award Conception des niveaux (Level design) / Mapping 0.75/5
C’est l’un des points noirs de ce jeu. Les niveaux sont affreux à parcourir et, il faut le dire, sont moches. Le créateur n’a pas su maîtriser les tiles, et après avoir vu quelques screens de Wonderboy in Monster land, je me dis qu’il n’a pas su non plus retransmettre l’effet old-school recherché. Les niveaux possèdent un cheminement assez étrange, si l’on continue en permanence tout droit, on est bloqué, il faut donc retourner en arrière pour trouver un autre chemin où l’on est bloqué : on possède extrêmement peu d’indications pour nous dire où aller, rendant la progression très sombre. Par dépit, on va tout droit, mais ce n’est pas le chemin. Ce n’est donc pas assez évident.

Award Personnages (Charadesign) 2.5/5
Le seul personnage jouable de ce jeu est Wonderboy, qui fut entièrement créé par Sega. Par conséquent, le héros est assez représentatif des héros du début des jeux vidéos, a été bien créé et cætera. Cependant, reprendre le personnage d’un autre est plus simple que d’en inventer un soi même, ce qui explique que la note n’est pas extrêmement élevée.

Award Univers 1.5/5
L’univers est parfaitement absurde : c’est un genre de mélange brut entre deux univers totalement différents, à savoir celui des pokémons et celui de Wonderboy (facile à deviner). Le mélange est vraiment étrange et dérange beaucoup, car il ne rend pas très bien. De plus, l’univers n’existe pas réellement, ce serait plus un cliché d’univers, un genre de « médiéval fantastique de base ». Ces différents points expliquent pourquoi la note est basse.

Award Humour 1.25/5
Le jeu ne comporte aucun dialogue si ce n’est un court speech au tout début du jeu, comme un genre d’introduction. Peut-on alors parler d’humour ? Certes, l’idée est assez drôle si on y pense, mais pour moi elle est plus absurde qu’autre chose : se faire battre des personnages de différents jeux n’est pas très amusant, ou alors l’est que pour ceux connaissant très bien le sujet. N’ayant jamais joué à Wonderboy ou à Pokémon, je me dois de considérer cet award comme un hors-sujet.

Award Originalité 1/5
Le jeu est un fan-game ; il est un peu pompeux de parler d’originalité, surtout pour un double fan-game (de Pokémon et Wonderboy dans le cas présent). C’est donc un peu beaucoup du hors-sujet, je ne vois pas grand-chose d’original dans le concept.

Award Gameplay 1.25/5
Le gameplay de ce jeu se base beaucoup sur les systèmes en événement créés par Danna-K. Hélas, ces derniers sont très buggués comme je l’ai dit précédemment, et ne sont pas amusants. On se voit galérer pour des actions simples, comme sauter sur une plateforme ou juste ramasser des pièces ! Il y a encore beaucoup de travail à faire sur ce point, corriger les problèmes des systèmes serait un bon commencement pour rendre le tout fun et agréable à jouer (Envisager un changement de moteur serait également une bonne idée…).

Award Histoire 1/5
L’histoire est racontée au tout début du jeu, avant de se lancer dans une partie. Le héros (Wonderboy, je suppose) veut péter la gueule aux pokémons pour que la licence Wonderboy devienne à nouveau populaire. C’est une intention louable, mais plus sortie de l’esprit d’un gamin de 6 ans déçu de ne pas voir plus de jeux de son héros favori. D’ailleurs, je pense moi-même l’avoir eu étant enfant, avec des jouets qui détruisent des Barbies, ce genre de chose. Ces gamineries ne sont pas dignes d’un jeu vidéo, et encore moins raconté de cette histoire : retirer tout simplement tout scénario du jeu aurait été bien plus intéressant, rendant la quête comme mystique, imaginaire, douce, se forgeant d’elle-même à partir des clichés.

Award "Âme du jeu" 1/5
Wonderboy, c’est tout un pan de l’histoire du jeu vidéo. Jouer à un fangame devrait procurer la même sensation que de jouer aux anciens jeux, ce qui n’est hélas pas le cas. J’ai pour ma part eu un genre de malaise tout le long de ma partie, au lieu d’avoir justement un certain plaisir et une admiration envers le jeu. On pourrait presque dire que ce jeu fait honte à la licence, mais ce serait beaucoup trop violent : il n’est juste pas assez travaillé, il faut encore le peaufiner.

Award Conceptions sonores 2.5/5
Les musiques du jeu sont celles de Wonderboy in Monster land et d’une version de Pokémon. Elles sont par conséquent plutôt sympathiques et entraînantes. Le point noir venant des bruitages (celui de saut et d’attaque) qui tape vraiment très rapidement sur le système, transformant au final l’ambiance sonore en un grand n’importe quoi (on n’entend plus la musique). Étant donné que j’ai été bloqué assez tôt dans le jeu, je n’ai pas pu entendre tous les thèmes, mais pour ce que j’avais pu entendre l’adéquation par rapport à l’ambiance me paraissait correcte.

Award Graphismes 1.25/5
C’est l’un des gros points faibles du jeu. Faire une ambiance graphique cohérente en mélangeant des rips de plusieurs jeux n’est pas facile, et Danna-K n’a pas réussi. De plus, les graphismes customs rajoutés ne sont pas en adéquation avec le reste des graphismes. Le tout est vraiment très hétérogène et donne une certaine impression de malaise, donnant l’impression d’évoluer dans une sorte de bouillie vidéo-ludique ; voire même peut être une soupe, je ne sais pas.

Meilleur jeu : 1.5/5
Wonderboy in Pokeland est un jeu à travailler, à travailler, et à retravailler. Il est encore trop brouillon, et l’expérience de jeu en pâtie. Le créateur devrait corriger les problèmes les plus virulents avant de se lancer dans toute une aventure et tout plein de niveaux. Il devrait aussi plus jouer aux jeux Wonderboy pour se donner une idée précise du gameplay qu’il cherche à imiter (je n’ai pas vu d’aspect RPG, alors que c’est un composant essentiel du jeu qu’ill veut reproduire !)et bosser tout cela à fond. Retirer les pokémons serait une bonne idée aussi.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !