Test :
Wonder Boy in Pokeland
Intro :
J’avais effectué le pré-test de ce jeu, et il ne m’avait pas spécialement emballé : un jeu de plate-forme sur RPG Maker = aie aie aie...
Bah, peut-être que le faire entièrement fera changer mon avis ? Qui sait, peut-être un BON jeu de plate-forme a-t-il sa place dans cet univers impitoyable de RPG Maker?

PS : Au final, je n’ai pas fini le jeu, m’étant arrêté au premier boss. Malgré 5 essais, je n’ai pas réussi à aller plus loin…


Awards Majeurs :


* Award Gameplay:
1.5/5

Comment passe-t-on l'écran-titre? Telle est la première question que l'on se pose en commençant le jeu. Et cela a une répercussion sur le Gameplay : les touches du jeu ne sont indiquées nulle part, et une bonne dose de recherche sera nécessaire pour les trouver.
Si on entre dans le vif de sujet, premier point : beaucoup de ralentissements. Et ce n'est pas très plaisant, il faut l'admettre. Certains sauts en deviennent presque impossibles à réaliser : bon nombres d'essais sont nécessaires pour passer un simple saut d'une plate-forme à l'autre (surtout, il faut essayer de ne tomber ensuite pour tout refaire...).
Passé ce côté "Bond et chute", il y a aussi les pokemon qui essaient de nous barrer le passage. Que dire... A part qu'ils se ressemblent tous? Il suffit de les toucher pour perdre un cœur de vie (au nombre de 5), et de les bourriner à coup d'épées pour s'en débarrasser. Chaque créature se déplace de gauche à droite, ou inversement (excepté le Spectrum néanmoins), et les éviter est tout aussi utile que s'en débarrasser (et c'est moins long aussi...).


* Award Histoire:
0.5/5

Un court speech (pokemon et WonderBoy se frittent. Et puis c’est tout.) pour nous expliquer le pourquoi du comment. Étant donné que le scénario à proprement parler n’est pas le principal objectif de ce jeu, mieux vaut ne pas s’y attarder.

* Award « Âme du jeu »:
0.5/5

WonderBoy in Pokeland ne m'a rien fait ressentir. Excepté peut-être de l'énervement, à voir si c'est une "âme" à part entière...

* Award Conceptions sonores:
2/5

Il faut avouer que les deux thèmes que j’ai pu entendre pendant ma progression sont de bonne facture, et surtout, ne sont pas énervants à la longue (ce qui peut être le cas dans des jeux de ce type).

* Award Graphismes:
1.75/5

C’est du old-school, ce qui peut déplaire, ou non. Personnages et décor vont plutôt bien ensemble, malgré quelques éléments peu harmonieux (les tonneaux ou les rondins de bois ne collent pas parfaitement au reste).
Mais ça reste simpliste, et peu varié.

Awards mineurs :

* Award Graphismes custom:
1/5

Pas grand-chose à se mettre sous la dent, mais ils ont le mérite d'exister.

* Award Systèmes custom:
2.5/5

Énormément de travail a du être fourni pour arriver à construire ce jeu, et ses mécanismes, pour obtenir le résultat escompté. Mais le résultat laisse grandement à désirer : les ralentissements sont légion, et le manque de fluidité ne permet pas d'apprécier pleinement l'aventure.
Ma note récompense plus le boulot effectué que le fond...

* Award Level Design :
1/5

Il faut blâmer une nouvelle fois les pokemon qui n’ont aucune réelle capacité propre. Pour s’en débarrasser, il suffit juste de les taper, et c’est terminé. Ou bien les éviter, ce qui est moins long. Surtout quand ils sont plusieurs à la fois, et pas plus dangereux que seuls.
Et c’est dommage, car il y a plusieurs aspects intéressants : des rochers qui nous tombent dessus et qu’il faut éviter, quelques cœurs de vie à aller chercher en faisant quelques manipulations, un marteau trouvable vers la fin (à ce que j’ai compris dans la fiche de jeu)…
Quant aux niveaux, en soi, ils restent tout de même linéaire : on se déplace vers la droite, on saute comme on peut, et on continue à se déplacer vers la droite.

* Award Personnages :
1/5

Wonder-Boy, les pokemon… et c’est tout.
Les mimiques des monstres sont appréciables, et il y a quand même une petite panoplie, mais justement : ils se ressemblent tous (oui, on y revient). Excepté le Spectrum qui bouge dans tous les sens, tous les autres ne font qu’avancer dans une direction et toucher Wonder-Boy pour lui faire perdre de la vie. Autant n’utiliser que deux ou trois pokemon différents…
Quant à leur "personnalité" et leur "histoire", bah, il n'y en a pas. Mais c'est voulu.

* Award Univers :
1/5
L'univers vient entièrement des jeux-vidéo existant, de Nintendo et SEGA. Il y a une bonne idée de départ (= se débarrasser de pokemon), mais voilà, pas très exploité. Ça reste un jeu de plate-forme linéaire.

* Award Humour:
0.75/5

A part le plaisir tuer des pokemon, où est l’humour… ?

* Award Originalité:
1.5/5

Un jeu de plate-forme sur RPG Maker, on n'en voit pas tous les jours. Son originalité réside en cela. Mais bon, tous les éléments de l'univers viennent de jeux-vidéo déjà existant, aucun scénario, et un univers peu profond. Résultat, rien de réellement, original...


Conclusion :

WonderBoy in Pokeland est un hommage aux jeux de plate-forme d’autrefois. Mais ralentissements, sauts hasardeux et autres pokemons/clônes ne sont pas là pour améliorer le jeu. Au contraire, ils le "plombent".
Il y a du travail derrière ce jeu, notamment parce que c’est un jeu de plate forme tout simplement. Mais RPG Maker, ce n’est pas vraiment fait pour ça…

Note globale: 1.25/5

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !