Test :
Dyhortfight (chap 3)
Par Furfur
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.
Dyhortfight 3, est le troisième (et je croyais dernier, mais en fait non ) opus d'une longue série qui a appris a faire doucement parler d'elle (en tout cas, moi j'en avais entendu parler ). On y voit notamment apparaitre trois nouveaux personnages amenant un peu de renouveau dans l'univers, ce que je conclut en ayant légèrement testé les deux épisodes précédents juste après. Ayant réussi a comprendre le scénario sans ayant joué aux deux précédents, je n'y ai vu donc aucune gène ici .

-----------------------------------------------------------------------

-----------------------------

Le scenario

Ouh la! Le scénario de Dyhortfight est un des plus complexes qu'il m'ait été amené de voir lors du test de jeux amateurs. Nombre de personnages passent entre les mains du joueur, approchant chacun de leur coté l'histoire du jeu. Mais l'histoire, quelle est-elle ? En gros, tous les personnages (six jouables notamment) se rejoignent sous la même bannière pour lutter contre le charismatique (bah oui, je trouve qu'il claque moi ) Deemar, un Dyhort (comme Bloosky, des especes de super sayans... nan j'ai rien dit ) avide de pouvoir et de puissance.
L'univers se déroulant sur plusieurs époques, on s'y perd parfois entre les évenements, mais tout ca reste gérable. Le jeu débute d'ailleurs sur trois scénarios dans lesquels on suit a chaque fois un personnage différent : Oko, un "dévoreur d'ames" un peu paumé car il est pas méchant comme ses compatriotes (même un peu con mais il est marrant), Alastor, un ninja grosbill (si si) et Tyonie, un fantôme agent secret (alors la c'est le délire, j'avoue pas avoir tout compris XD). Ceux-ci, venant d'époques différentes, se rejoignent a la fin, après quoi l'on retrouve Darkbeat, Klea et enfin Bloosky, THE bourrin du jeu, qui participent a un tournoi assez violent permettant au gagnant de poser des questions a un espece d'oracle qui sait tout.
Le voyage entre les époques est assez maitrisé, j'ai trouvé, et le scénario assez complexe et interessant, tiendra en haleine le joueur de bout en bout. L'univers, quand a lui, semble très fouillé mais n'est malheureusement pas trop abordé dans cet épisode, on n'y entend que des références aux épisodes précédents.
Ceci dit, j'ai repéré quelques allusions a des univers connus comme Alundra, Hokuto No Ken (Deemar power ), Dragon Ball ou encore Harry Potter (mais la c'est affiché clairement ).

4/5

La mise en scene

Vraiment bien fichue, même si les moyens mis en place ne sont parfois pas a la hauteur. Sans ca, tout est bien organisé, le tournoi m'a vraiment pris en haleine (j'ai décroché qu'a l'aube) et les évenements s'enchainent superbement pour en venir au final spectaculaire. Le jeu m'a beaucoup enthousiasmé même si certains effets faisaient carrément "dépassés".

4/5

Les personnages

Les personnages sont fouillés, et leur caractère maitrisé. Entre le ninja au passé trouble Alastor, qui visiblement a un petit problème de dédoublement de personnalité, le gros bourrin Bloosky (on dira ce qu'on voudra, c'est un boeuf ) qui a tout du héros intrépide et un peu mégalo sur de lui et l'inquiétant Deemar, qui a une certaine classe tant par son honneur que par sa présence inquiétante, on est assez servi par la virtuosité de l'auteur a nous faire ressentir émotions a travers leurs tempéraments. Personellement, j'ai préféré les personnages de Oko, un jeune monstre assez paumé dans l'univers mais qui a eu le don de me faire rire bien souvent (l'histoire de la pomme magique surtout ) et Darkbeat, un ninja prétentieux autant qu'idiot, bien bien utile dans le groupe grâce a ses capacités spéciales.
D'ailleurs, on sent que l'auteur a assez bien maitrisé les capacités des personnages, autant ceux jouables que ceux non jouables qu'on aperceoit lors du tournoi, qui rajoutent un peu de challenge.

4/5

Le gameplay

Un gameplay très original, m'ayant rappelé celui des matérias de FF7 pour ce qui est de la gestion de l'equipement. Effectivement, on peut accoler des accessoires aux personnages qui donneront des capacités spéciales en attaque, en défense, en magie ouen "autre" (j'ai pas trop compris, d'ailleurs, a quoi ca servait, mais bon ). On se retrouve vite a jongler avec des combinaisons bourrines (comprenez bourrer d'accessoires "20%" l'arme de Bloosky, d'éléments en armure suivant le lieu ou on se trouve, ou en accessoires "poison" sur l'arme de certains histoire de donner un plus en combat.). Le système de gestions des caractéristiques est sympathique quand a lui, permettant au joueur de renforcer ce qu'il veut a son rythme.
Le système de jeu est, lui, ingénieux! Un système au tour par tour, dans lequel on se retrouve a gérer des points d'action, qui baissent a chaque attaque spéciale, ou augmentent a chaque attaque ou défense normale. Je dois ajouter que c'est la première fois que je me suis vu utiliser autant la fonction "défense" dans un jeu pareil, tellement elle est utilie pour les magiciens, pour se faire pleinde PAs . Les animations de combat sont vraiment bien rendues, et les transformations, impressionantes et efficaces (Dyhort 2, ca tue tout ôÔ).
Gros point noir tout de même : on est assez libre dans le jeu, peut etre un peu trop. On se retrouve assez souvent paumés, a ne pas savoir ou aller... C'est assez désagréable, mais c'est bien le seul point noir.
La difficulté, quand a elle, est bien gérée pour un gamer moyen. Comprenez que vous aurez a recommencer plusieurs fois certaines scènes, car le challenge est parfois élevé.

4/5

Les musiques

Sympathiques, mais vraiment sans plus. Elles collent généralement bien, mais le mélange MIDI/MP3 se fait cruellement ressentir par endroits. Généralement, les musiques savent se faire oublier au bon moment, et ajoutent un peu d'entrain lors de combats importants. Vous risquez d'enentendre certaines souvent, par contre

3/5

Les graphismes

Basiques a vrai dire. Peut être même un peu dépassés par moments. Certains chipsets utilisés sont vus et revus mille fois, et pas toujours bien utilisés. Le mapping oscille généralement entre correct et vraiment pas terrible.
Les animations de combat sont, quand a elles, assez bien maitrisées, même si un peu longues et répétitives a force.

3/5

La programmation

Pas vraiment sans failles, quelques bugs ayant fait leur apparition a certains endroits (mapping bizarre, problèmes de collision, évenements en boucle ou mal placés etc...). Les systèmes principaux sont, quand à eux, bien gérés, même s'ils sont un peu lents.

3/5

L'originalité

En soi, le jeu n'est pas si original que ca. Dans la forme, il l'est. Les systèmes utilisés sont excellemment bons, et apportent un besoin nécessaire en neurones et en stratégie (non, vous ne vous contenterez pas d'appuyer sur le même bouton pendant tous les combats). Le scénario amène sa part d'originalité, avec ses voyages dans le temps, la présence des Dyhorts et d'autres créatures bizarres comme les mangeurs d'âme. Mais en soi, tout cela reste un RPG bien conventionnel.
Mention spéciale tout de même au mini jeu de course qui m'a bien surpris et amusé.

3/5

Les Mini-jeux

Les seuls mini jeux présents sont un jeu dans lequel il faudra blaster des vaisseaux adverses avec un appareil étrange, et un jeu de pong assez ardu. Le premier a le mérite d'apporter un peu de fraicheur, ainsi qu'une phase de réflexes agréable au milieu du jeu. Il est assez basique mais permet de changer du semptiternel système de combat au tour par tour. Le jeu de pong contre Harry Cover (ho ho ho) au nom imprononcable (qidditch? quiditch?) est par contre très basique et même un peu galère. Il faudra recommencer plusieurs fois, ceci étant du a la lenteur du personnage a se déplacer.

3/5

L'humour

Il y a peu d'humour dans Dyhortfight 3, mais celui ci a bien fonctionné avec moi. On rit pas mal des pitreries de Darkbeat (mais quel gland celui-la ) ou de certaines absurdités, comme l'histoire de la pomme magique qu'il faut croquer pour ouvrir un passage secret dans une cascade (ouh la, substances illicites en vue).

2/5
-----------------------------------------------------------------------

-----------------------------

En gros, j'ai adoré Dyhortfight 3. Bien que le jeu pêche au niveau graphique, et que l'on se retrouve souvent bien emmerdé, en plein milieu de la carte, a ne pas savoir ou aller, c'est un jeu qui amène challenge et punch au milieu des productions amatrices récentes. A conseiller surtout aux gamers qui veulent un jeu prenant, avec une longue durée de vie, et un scénario original et complexe.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !


Fatal error: Uncaught Error: Class 'Message' not found in /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/affichage/a-test.php:168 Stack trace: #0 /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/design/newdefaut/cadre.php(87): include() #1 /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/index.php(76): include('/home/users2/a/...') #2 {main} thrown in /home/users2/a/alexzone/www/alexdor/affichage/a-test.php on line 168