Test :
The Man of The Situation
L'état d'esprit du concours a changé au cours des années. Certains tests du passé peuvent avoir un franc parler mais aussi un caractère choquant. Nous nous excusons d'avance pour cela.

The Man of the Situation… un nom laissant supposer qu’il s’agit là d’un jeu humoristique. Ce que vient aussitôt confirmer l’écran titre, en haut duquel figure un cadre blanc où est écrit « Veuillez éviter de regarder cette partie de l’écran dans la mesure où rien d’intéressant y figure ». Les jeux à vocation humoristiques sont assez nombreux, mais tous (ou presque) sont d’un bien piètre niveau. Celui-ci fera-t-il exception ?


Le scénario, tout d’abord. Il est question d’un jeune homme vivant à Sénile Town. Comme son nom l’indique, cette ville n’est peuplée que de personnes âgées. Or notre héros ne les apprécient guère, d’autant plus qu’il doit satisfaire chaque jour les désirs de sa grand-mère dont la mémoire (entre autres) commence à faire cruellement défaut. Un beau jour, lors d’un entretien d’embauche, le héros, Tmots – qui, comme son nom l’indique là encore, n’est autre que l’Homme de la Situation –, lance une blague de mauvais goût à son recruteur. C’est alors que des soldats venus d’une autre dimension le saisissent et l’emmènent dans un centre de redressement pour mauvais blagueurs. Un fois au centre, Tmots doit accomplir des missions en compagnie d’autres internés jusqu’à ce les responsables le jugent apte à réintégrer son monde. Un scénario (très) original, donc.

Passons rapidement en revue les aspects d’un RPG traditionnel. Les graphismes sont des plus simplistes. Les musiques sont tirées de films ou de jeux et n’ont vraiment rien d’extraordinaire. Le gameplay est quasi-inexistant. Les combats sont présents mais ne présentent aucun intérêt, ce qui n’est d’ailleurs pas leur but. Côté programmation, on s’en doute, vraiment rien de virevoltant. Enfin, en dehors des éléments apportés par le scénario, l’univers de jeu est vide au plus au point (mais en avait-on besoin ?). Rien de transcendant, donc, du côté des critères habituels.

Tâchons maintenant de répondre à la question : le jeu est-il drôle ? Eh bien disons qu’il alterne le bon et le moins bon. On garde du début à la fin un certain degré de cohérence, même si certains passages frôlent le pur délire d’un peu trop près. Un exemple ? La première mission au centre de redressement consiste à récupérer douze slips éparpillées dans la nature. On trouve de bonnes idées, en nombre toutefois un peu restreint. Un exemple : pour obtenir un objet clef, le héros doit débiter un mensonge sur un exploit qu’il n’a pas accompli ; il faut alors choisir entre plusieurs choix de réponses et une jauge indique la crédibilité de la menterie. Amusant.

La mise en scène et les dialogues en particulier sont pour leur part fort sympathiques. Chaque personnage a sa personnalité, notamment les autres internés. Chacun d’eux ne supporte pas un type de personnes en particulier, tel que les chauves célibataires qui occupent les bancs publiques à longueur de journée en se lamentant sur leur sort, et ne résistent pas à faire preuve de cynisme à leur encontre d’où leur présence au centre de redressement.

Par ailleurs, les allusions sont multiples ; on retrouve – sous prétexte de dimensions prallèles – les graphismes, les musiques et les personnages de jeux comme Zelda, Sonic, Bomberman ou encore Resident Evil. Une allusion également – et c’est plus surprenant – à la mythologie grecque avec le nocher Charon des Enfers.

Un mot enfin sur la durée de vie : le jeu est assez court mais pas trop linéaire. Les « donjons » sont variés, et quelques « rebondissements » viennent ponctuer l’aventure.


Au final, Tmots est un jeu parfois assez drôle, assez bien mené, et – il faut le dire – complet. Il n’entrera pas dans la légende mais possède des qualités, en particulier l’histoire et les dialogues, qui le rendent supérieur aux jeux dits humoristiques dont il fait partie.



Catégories compétitives

Note globale 2

Scénario 1,5
Univers 0,5
Personnages 2,5
Mise en scène 2,5
Graphismes 1
Bande-son 1
Programmation 1
Durée de vie 1,5
Gameplay 0
Originalité 3

Catégories compétitives

Humour 2,5

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !