Test :
Jean Crétin

Temps joué : 25 min


Introduction

Salut,
Jean Crétin, un jeu qui sonne humoristique chez moi, dû au nom et au style assez naïf mais sympa des premiers jeux que l'on fait quant on découvre RPG Maker. Je me suis que j'allai passer un bon moment plein de nostalgie, et bien c'est je ne suis pas déçu.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2,5/5)

Le jeu n'a pas de réel gameplay à part celui de base. Il y a bien l'idée de la toile de tente, que l'on peut déplacer et mettre près d'un feu de camp et le fait que l'on puisse ramasser des objets dans les herbes.
Les combats, sans être dur, sont répétitifs. A un moment dans la forêt, Niru dit q'elle en a mare des araignées, pour le coup je partage son avis. Il y a également certaines compétences que l'on ne peut pas utiliser, dommage. Toujours dans les combats, le dragon est vraiment trop simple à battre.
J'aime bien aussi l'idée de la radio dans la tente.

Histoire (Note : 1,5/5)

L'Histoire n'est vraiment pas géniale car pas assez dévoilée. Je sait bien qu'il est difficile de juger l'histoire correctement puisque Jean Crétin est une démo de... accrochez-vous à votre slip... le public retient son souffle... le suspense est insoutenable........................ 25 MINUTES!!!
C'est vraiment trop court (surtout pour un jeu dont j'estime la durée de vie finale supérieur à 3 heures) pour juger et noter correctement, mais pour le moment, je vais m'en tenir au proverbe:
Les histoires sont toujours plus passionnantes quant la suite se fait attendre.

Ambiance et Immersion (Note : 3/5)

Comme je l'ai dit dans l'introduction de ce test, le jeu a ce côté nostalgique des premiers jeux que l'on fessai quant chacun d'entre nous, makeurs, commencions à utiliser RPG Maker.
La nostalgie, c'est bien, mais une ambiance plus approfondie (lapin dans la forêt, oiseaux qui volent, bruitages de fond) aurait été bien.
Pour parler de l'ambiance du bar, on n'a pas besoin de petits messages pour nous indiquer qu'on est dans le bar. J'aime bien aussi le barman, vu qu'on peut discuter avec.
Par contre, pour la radio dans la tente, c'est sympa, mais ça fait vraiment très étrange pour un jeu basé sur la fantaisie médiévale.

Graphismes (Note : 2,5/5)

Pour le mapping, c'est du RTP et quelques éléments importés de l'extérieur. En plus les lieux sont assez mignon, on a envie de les explorer, mais la forêt est trop régulière à mon goût.
Parlons un peu de la cinématique d'intro, elle est faite en dessin en gouache (enfin, je suppose), ils sont sympas mais ils sont un peu maladroit.
Voilà, maintenant, parlons écran titre, mon dieu on dirait qu'on va jouer à un jeu de vacance. C'est une photo d'une île paradisiaque au milieu du pacifique avec Jean Crétin écrit avec une police qui évoque, chez moi, les cocotiers de Polynésie française (et tout ça écrit en jaune).

Bande-son (Note : 2/5)

Etant encore au state, on a beaucoup de musique RTP, et quelques unes amenées de l'extérieur (dont celle de l'écran titre, qui a renforcée mon préjuger du jeu de vacance).
Certaines sont utilisée d'une autre manière que celle de base, notament la musique Dunjeon4, des RTP de VXace, elle est censée être utilisée dans un donjon pyramide, mais ici elle sert de musique de combat contre le dragon (et ça marche bien, n'empêche).


Awards spécifiques

Game design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Scénario (Note : 0,5/5)

Je n'aime pas mettre des notes aussi base, mais comment juger un scénario à peine raconté dans une démo de 25 minutes (qui au final sera un jeu de plus de 3 heures)? Il y a bien l'argument principal du jeu, Niru qui doit protéger Jean, mais se n'est pas suffisamment pour osé appeler ça un scénario.

Mise en scène (Note : 2,5/5)

L'introduction donne l'illusion que le jeu est une histoire racontée au coin du feu, le soir. Mais se qu'il aurai fallu pour bien donner cette illusion, c'est de faire des écran noir où Niru parle. A part ça, c'est extrêmement classique, mais après tout, c'est une démo (mais c'est quant même pas une excuse pour zapper des trucs).
Sinon, c'est vraiment sympa et le jeu se laisse jouer.
Par contre pour la radio, c'est sympa mais sa casse la crédibilité du jeu.

Univers (Note : 1,5/5)

Jean Crétin propose bien son propre univers, mais comme c'est qu'une démo de 25 minutes (désoler pour le radotage), on n'en sait pas assez pour juger l'univers correctement. De plus, l'univers est tout ce qu'il y a de plus classique, à moins que l'auteur ai prévu des choses particulières, mais vu qu'elles sont absente de la démo, je ne peut pas les notées.
En gros, ça manque de personnalité.

Personnages (Note : 2/5)

Les personnages sont ce qu'il y a de plus classique et surtout, plus clicher. Jean qui veut devenir un héros comme son père (c'est trop beau). Niru qui doit le protéger, la pauvre, vu toute les conneries qu'il fait.
Ensuite, à part ces deux personnages (pas très originaux, d'ailleur), c'est vraiment pas assez pour espérer remporter l'award personnage, désoler.

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Fin (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 1/5)

Jean Crétin n'a rien d'un jeu original. Fantaisie médiévale, dragon qui garde un précieux trésor, gamin qui veut ressembler à son père, Elfe qui doit protéger le gamin en question, aventure d'île en île et de forêt en montagne, c'est ce qu'il y a de plus banal et courant.
Les seuls éléments originaux, et encore, c'est la petite touche humoristique et la radio (mais pour cette dernière, c'est à la fois sympa et très étrange). Ce jeu ne restera pas dans les mémoires pour son originalité.


Conclusion (Note totale : 3,5/5)

Jean Crétin est un jeu sympa (malgré sa durée de vie misérable (le state de démo n'excuse pas tout)). Même si selon moi, les chances de remporter un award sont presque nulles, je me suis bien amusé.
C'est un jeu banal, parmi tant d'autres, mais on retiendra Jean Crétin surtout pour son côté humoristique.
Sur ce, bon courage pour la version finale .


Remarques diverses

Méga faute de conjugaison au bar: est débarqué
Comment le soldat du bar peut-il être ivre mort avec... DU CAFE?!?

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !