Test :
Gamt

Temps joué : 7 h 30 min


Introduction

En avant pour l'aventure proposée par Gamt,avec de l'aventure, un élu et des être mi esprit mi humains.

Il semble que c'est la version upgradé de celle présentée l'année dernière d'apres mes question à mes semblables, mais tant mieux je ne teste que la version +++.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2,75/5)

Le gameplay est somme toute assez classique dans Gamt hors combat. On y retrouve l'alternance forêt/ville/grotte/chateau, mais avec des quêtes secondaires permettant l'exploration des différents. Une des premières quêtes annexes par exemple consiste à rapporter un ingrédient spécial au cuisinier de la taverne, pour ce faire le personnage principal doit aller voir un herboriste. Ce même herboriste vous indique qu'il faut aller chercher de sherbes pour lui, etc... Le cheminement peut être classique mais permet au joueur de visiter un peu tout et d'en apprendre sur l'histoire.

Les combat bénéficient par contre de quelques ajouts sympathiques; dont l'installation d'une jauge de "combat". N'étant pas l'ATB, cette jauge permet de bénéficier de capacités spécifiques de combat rapproché en plus de la jauge ATB classique. Par contre dès le premier combat contre un loup dans la forêt, j'ai trouvé la confrontation très longue. Pensant que c'était que le tout début du jeu, j'ai continué l'aventure, mais les confrontations suivantes s'étendent en longueur également. C'est dommage car cela m'a un peu frustré par rapport au reste du titre.

Histoire (Note : 3/5)

L'histoire est raconté légèrement en amont avec une introduction racontant un futur sacrifice humain, afin de faire habiter ce dernier par un esprit. On appelle la résultante des Incarnats. Ces êtres nouveaux ont autrefois cohabité avec les humains et en sont venus à s'entre déchirer par jalousie. Un élu des Hommes est intervenu pour libérer l'humanité, mais celui ci mourra ainsi que sa compagne, ayant auparavant donné naissance à un fils....étant peut être le héros, un enfant orphelin (tiens donc).

On incarne donc Sylvarius voulant devenir paladin, mais apparemment celui ci préfère dormir en classe. Tandis qu'il s'apprête à recevoir une punition, le sage Corben entre dans la classe et demande à le voir. Ce dernier demande au jeune homme de lui rendre un service, et c'est ainsi que débute les aventures du jeune homme privilégié, mais déterminé à devenir soldat de lumière.

L'aventure débute donc sur un background assez peu développé, une histoire classique et un personnage sympa mais pas réellement profond ni charismatique. Le grand maître est également assez caricatural et les personnages de l'école de Sylvarius n'ont que peu de texte. Mais ce serait absurde de s'arrêter à ça, et même si l'aventure met du temps à s'installer elle devient beaucoup plus intéressante avec notamment l'univers plus développé, les niveaux traversés bien réalisés, quelques bonnes idées scénaristiques et un mélange entre linéarité et liberté bienvenu.

Une agréable surprise

Ambiance et Immersion (Note : 3,25/5)

Là où l'histoire pêche au départ par un manque d'originalité, la mise en scène rattrape le tout. Pour expliquer, on incarne Sylvarius qui n'a pas une personnalité extrêmement poussée mais paradoxalement ça m'a aidé à plus m'identifier à lui. Les gens rencontrés au sein de l'enceinte religieuse et aux alentours connaissent plus ou moins le héros de l'histoire, et peuvent avoir un passé commun avec lui. Par la suite de l'histoire, d'autres personnages font leur apparition, donnant plus de substance au jeu. Enfin, des petits détails également font mouches, avec les animaux (non sauvages) s'approchant de nous au risque de nous agacer.

Les graphismes ne sont pas très originaux, mais les jeux de palette ainsi que les sons aident à nous mettre dans le bain (malgré un peu de répétitivité). Enfin les quêtes secondaires peuvent en rebuter certain mais donne aux maps moins l'impression d'être des lignes droites améliorés que vraiment des endroits à explorer.

Graphismes (Note : 2,5/5)

Comme dit précédemment, le début de l'aventure reste dans un certain classicisme. Cela vaut aussi pour les graphismes, qui ne sortent pas de l'ordinaire, mais qui font leur boulot grâce à une certaine logique entre les différents univers du jeu.

Malheureusement on ne change pas beaucoup tout au long de l'aventure, et même si rien n'est moche ou mal placé; on aurait aimé un peu plus de variété ou une prise de risque plus grande pour déstabiliser un peu le joueur.

Bande-son (Note : 2,5/5)

Les musiques sont plutôt bien choisies et s'intègrent à l'ambiance mais font penser à ce qu'on peut avoir de base dans RPG MAKER VX Ace. Loin d'être un défaut, mais je n'ai pas été réellement marqué par une musique en particulier. Cela fait son boulot, sans plus.


Awards spécifiques

Game design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Level design (Note : 3,25/5)

Voici le point fort de Gamt.

Les différents univers sont peu originaux graphiquement mais le mapping est fait de telle sorte à ce que le tout ait une cohérence. Par exemple, lors du passage dans le premier village où il nous est proposé de faire plusieurs quêtes secondaires, les allers retours ne sont pas pénibles avec des chemins alternatifs.

Du reste les chateaux, forêts, grottes, etc... ont un côté assez libre pour ne pas avoir de frustration à les passer. On peut regretter des niveaux un peu en dessous.

Systèmes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Scénario (Note : 2,75/5)

Comme indiqué dans l'award histoire, le scénario met un certain temps avant de s'étoffer.

De ce fait, on à l'impression d'être devant de l'ultra classique durant la première heure de jeu avec le concept pas vraiment original de l'élu orphelin sans histoire. Néanmoins il faut persévérer un peu dans l'aventure pour avoir un vrai développement de l'histoire. Ce qui est dommage c'est que certains personnages soient un peu caricaturaux, et que les phases de combats soient un peu longues avant d'avancer dans l'aventure.

Mise en scène (Note : 2,75/5)

La mise en scène dans Gamt est classique mais efficace. Plus précisément on sent une maîtrise des éléments de base de RPG Maker.

On va retrouver les ressources classiques du logiciel mais utilisées intelligemment. Les palettes par exemples reflètent tout de suite l'ambiance dans le lieu, brumeux dans les forêts et donjons, clair dans un village, des couleurs chaudes ailleurs; le tout dans un ensemble cohérent. Les interactions sont également bonnes, et ça peut paraitre rien mais entendre les accrocs entre tel pnj et tel pnj montre un travail sur le déroulement de l'histoire qui ne donne pas l'impression : A->B. Enfin quelques rebondissements dans la mise en scène font mentirr le scénario initial, ce qui est plutôt doué de la part du maker.

En résumé, sent une aisance dans la mise en scène, mais il manque un peu de prise de risque pour se dire "ah ouais quand même!"

Univers (Note : 3/5)

Au début de l'aventure, l'univers est très vite abordée. On sait seulement un background sur les contrées du jeu, qu'il existe une nouvelle entité qui consiste en la possession d'un humain par un esprit et qu'un élu pouvant rétablir la paix dans cet univers est un petit garçon complètement à l'ouest sans parents.

Par contre progressivement, on en apprend plus sur le reste de l'univers, et le jeu qui semble très classique renferme plus qu'il n'y parait. On apprécie le fait d'avoir envie d'avancer pour en savoir plus.

Personnages (Note : 2,5/5)

Il y a à boire et à manger comme on dit

Le personnage de Sylvarius, central dans l'histoire, gagne en développement au fur et à mesure de l'apprentissage sur lui même au travers de ses aventures. On part d'une simple évocation d'un élu pour ensuite se focaliser sur ce garçon un peu pataud mais motivé pour ensuite, sans en dévoiler trop, montrer quelqu'un de bien plus intéressant à connaitre.

Son entourage proche est malheureusement assez vite expédié, que ce soit Corben ou les premiers habitants croisés dans l'aventure. D'autres personnages dans la suite du jeu sont néanmoins plus travaillés.

Enfin les PNJ qui sont plus ou moins liés à des quêtes, sont avec leurs petites histoires bienvenues, ce qui n'est pas le cas de tous les PNJ

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Fin (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3/5)

En conclustion, Gamt est un jeu qui montre un travail certain mais qui manque d'un quelque chose pour vraiment exploser.

Le level design est certainement le point fort du titre, avec des cartes réalisés dans un souci de ne jamais perdre le joueur. D'ailleurs les quêtes supplémentaires donnent au joueur l'occasion de découvrir les univers créés le maker naturellement. Concernant l'histoire, elle se met lentement en place et se dévoile qu'en persistant. Dommage que pour les personnages le travail n'ait pas été toujours constant. Enfin le point faible reste les combats, qui même s'ils sont intéressant techniquement parlant, trainent trop en longueur et peuvent frustrer.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !