Pré-test :
Séries Occultes - La Petite Fille sans Visage
Par Zexion

Temps joué : 25 min


Avis

On peut se dire qu'essayer de faire un jeu d'épouvante avec les gros pixels de RPG Maker 2003, c'est un peu comme vouloir faire gagner un marathon à un unijambiste. On part avec un bon gros handicap. Et pourtant Séries Occultes - La Petite Fille sans Visage s'en tire avec les honneurs. Recette d'un jeu captivant.

L'histoire commence dans le train, où nous faisons connaissance avec les deux protagonistes du jeu, Charles et Émilie. Rapidement, les bases sont posées : tandis que Émilie est une médium dotée de perception extra-sensorielle, Charles lui si fie plutôt à ses appareils pour tenter d'expliquer les phénomènes étranges dont ils sont tous les deux témoins. Car le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on va avoir fort à faire. Sitôt arrivés à destination — un vieux château construit avant la révolution les événements étranges vont se s'enchaîner. Votre mission ? En percer l'origine.

Pour cela, il faut essentiellement explorer le château à la recherche d'indices. Le gameplay est relativement simple puisqu'il reprend essentiellement le celui de base de RPG Maker : les touches directionnelles servent à se déplacer tandis que les touches Entrée ou Espace permettent d'interagir. Le menu peut-être ouvert à l'aide de la touche Échap. Il vous faut donc fouiller les différentes pièces à la recherche d'informations, celles-ci permettant de débloquer de nouvelles pièces et ainsi de suite, parfois en résolvant l'une ou l'autre petite énigme. Une grosse partie des éléments du décors peut ainsi être fouillée, et c'est souvent l'occasion d'en apprendre plus au sujet du château et de ses occupants passés via divers documents. Des occupants qui même s'ils ne sont plus là physiquement ne vont pas tarder à se manifester... en beauté !

Car c'est le point qui saute aux yeux dès lors que l'on commence à jouer : il y a un véritable travail d'ambiance. Graphiquement déjà il faut reconnaître que de gros efforts ont été faits : les décors que l'on traverse sont beaux et bien mappés, et les personnages s'y intègrent parfaitement. Musicalement aussi, tout les choix sont adaptés aux lieux qu'ils accompagnent, et la musique est partie prenante de l'atmosphère angoissante. L'écriture est également très réussie : les dialogues sonnent justes, et on se surprend souvent à lire de longs documents là ou l'on se serait sûrement ennuyés dans un autre jeu. Mais finalement toute cette formule bien qu'ayant prouvé son efficacité peut sembler un peu classique. Ce qui rend vraiment ce jeu digne d'intérêt, c'est sa gestion parfaite de la tension. Les auteurs sont des sortes de devins qui savent exactement à quel moment un brin de lassitude commence à poindre, pour vous re-captiver à grands coups de scènes d'apparitions spectrales ou d'autres bizarreries. Et il faut le dire, c'est très bien mis en scène, sans jamais partir trop loin dans la surenchère.

Un jeu à essayer les yeux fermés (pour les peureux) et de préférence la nuit.

Résumé

Points positifs

  • Un travail d'ambiance remarquable.
  • Le jeu fait peur, sans pour autant basculer dans l'horreur ou le gore.
  • L'écriture soignée.

Pistes d'amélioration

  • Virer l'image hideuse de bougie qui apparaît sur les slots de sauvegarde. Il vaut mieux ne rien mettre que ça.
  • Éventuellement accélérer la vitesse de défilement du texte lors des fouilles. A force c'est assez long.
  • Et surtout : finir le jeu. ->[]

Verdict

Ce jeu a un niveau tel qu'il gagnera probablement un ou plusieurs awards.

(L'appréciation ci-dessus représente l'avis d'un seul juré et ne signifie en aucun cas l'élimination du jeu ou le gain d'un award.)

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !