Test :
LE Bonhomme 2 - La menace Akkaroulde
Par Yuko

Temps joué : 35 min


Introduction

Le Bonhomme, un titre singulier.
J'avoue que lorsque j'ai vu le titre pour la première fois je me suis dit "Ça doit encore être un jeu humoristique" et finalement, en creusant un peu plus on tombe sur un A-RPG avec des graphismes customs, le jeu, fait à partir de RPG maker VX ace, a finalement l'air plus "sérieux" que ce que son titre laissait prévoir.
J'ai lancé le jeu sans trop savoir à quoi m'attendre non plus, juste en lisant la fiche du projet histoire de savoir ce qu'il s'était passé dans LE Bonhomme 1.


Awards généraux

Gameplay (Note : 1,75/5)

La déception.

Le seul système vraiment notable du jeu, c'est un système d'A-RPG, le reste, c'est un système d'équipement tout ce qu'il y a de plus normal et pour l'instant le jeu ne nous offre pas la possibilité de choisir réellement son équipement.

La déception parce qu'à la base j'étais chaud, je savais pas trop à quoi m'attendre et ce qu'on me proposait au début donnait envie: une salle où on nous offre nos premiers équipements puis on test les attaques un peu tout seul, ça rendait bien !
Puis ensuite, on se bat contre nos premiers ennemis, on est enthousiaste de bien s'en sortir, on se sent fort et les premiers "combats" sont sympas. On a des capacités plutôt réfléchies et complémentaires: l'attaque de base au corps à corps, un fusil qui permet de faire plus de dégats et à distance MAIS qui utilise des munitions, on a des capacités spéciales qui utilisent de la mana et qui permettent d'utiliser des attaques qui ont un autre champ d'action (projectiles à 360°)

Mais passé les premiers combats, on se rend compte que finalement... bah il suffit de spammer l'attaque de base pour s'en sortir plus que convenablement. Du coup, on a un premier défaut: le manque de difficulté. Au début j'ai pensé que c'était le début du jeu, et que c'est bien d'avoir une difficulté qui augmente peu à peu, mais la fin de la démo nous offre une difficulté supérieur seulement en mettant un nombre considérable d'ennemis, ce qui nous pousse à spammer de nouveau sans réellement penser à une stratégie.

Autre défaut, il m'est arrivé plusieurs fois qu'on me tire dessus à travers un mur, là où dans un A-RPG on est sensé avoir un level-design fait pour pouvoir se réfugier derrière des "caches". Ce fait montre que l'A-RPG n'est pas optimisé, on comprend vite quels ennemis sont les plus dangereux, mais à cause du bourrinage des touches et de l'abondance des ennemis à certain moment, bah on se rend pas trop compte de ce qui se passe, alors on continue de bourriner en regardant notre barre de vie et en espérant qu'elle ne se vide pas avant celle de l'ennemi. Dans le même lot, on peut aussi spammer l'utilisation de l'arme à feu, mais avec le temps de restauration des ennemis, on peut tirer trois munitions d'un coup et seulement une fera des dégâts. L'idéal serait peut être d'empêcher de spammer cette arme en laissant un temps de latence, de manière à éviter que le joueur spamme en pensant faire de gros dégats et que finalement il perde bêtement ses munitions.

Bref, LE Bonhomme souffre des défauts de beaucoup de A-RPG faits avec RPG maker: On pourrait penser que c'est simple de faire un A-RPG mais en fait non, faut réussir à créer des situations qui ne consistent pas à foncer sur l'ennemi et à bourriner sa touche d'attaque, créer de la stratégie et des combats où on doit réfléchir à comment tuer tel ennemi: on a bien un bouclier et je l'ai utilisé quelques fois, mais la plupart du temps on se rend compte que la meilleur défense c'est l'attaque.

Du coup, le système est bien, il est opérationnel et les attaques sont bien, mais maintenant faut faire des efforts sur comment rendre intéressant et réfléchi l'utilisation de ces dernières.

Histoire (Note : 2,75/5)

Une bonne surprise, je l'ai dit en intro, mais je pensais tomber sur un jeu avec une histoire un peu lourdingue où on voit que l'auteur essaye de créer de l'humour tout le temps.
Et finalement, on commence avec deux introductions qui cadrent bien le projet, on rentre dans un univers bien construit avec une histoire qui parait cohérente. Je reviendrai sur ces points plus tard, mais les introductions nous mettent vraiment dans le bain tout de suite.

LE Bonhomme 2 nous met dans la peau du héros éponyme qui se fait capturer alors qu'il rentrait vers sa planète: Bonhommia. En effet, cette planète était en train de se faire attaquer par un peuple qui est donc à l'origine de la capture de LE Bonhomme. Le jeu ensuite nous laisse donc jouer jusqu'à ce que notre personnage finisse par réussir à s'échapper et décimer l'ensemble du vaisseau qui le maintenait captif.

Bon, les péripéties de cette libération sont un peu bancales, on sent que le côté "humour" est quand même un peu présent: On s'échappe de sa cellule grâce aux toilettes de cette dernière, on tue le capitaine grâce à du sel trouvé dans la cuisine du vaisseau (mais si le sel est possiblement mortel, pourquoi en garder dans le vaisseau ?) sachant que cette "technique" ne part que d'une supposition d'un des personnages.

Bref, durant le jeu, le scénario a l'air d'être surtout un prétexte pour nous amener dans diverses salles pour taper des méchants, mais dans l'introduction on a quand même le droit à un background vraiment intéressant qui me donne l'espoir de trouver plus tard un scénario bien construit et des retournements de situation sans doute intéressant.

Je suis finalement mitigé sur l'histoire de LE Bonhomme, parce que j'ai vraiment envie de l'aimer mais qu'en même temps la narration In-game gâche un peu le sérieux des introductions. Dans tous les cas, on peut pas trop juger pour l'instant l'histoire, tout ce qu'on peut dire, c'est que ça interpelle: ça nous transcende pas, ça nous dégoûte pas, ça interpelle.

Ambiance et immersion (Note : 3/5)

Hmm, je suis mitigé sur l'ambiance et l'immersion...
Dans un sens, j'avais vraiment l'impression de m'évader d'un vaisseau alien: ce dernier est en effet bien représenté à travers différentes maps, et le fait de faire varier les "salles" et les ennemis se trouvant dedans, on découvre une certaine cohérence entre ce que l'on voit et ce que l'on nous dit qu'on est en train de faire, ce qui nous permet de progresser dans un univers cohérent permettant d'accentuer l'immersion.

De plus, les graphismes poussent aussi à cette impression, on peut notamment remarquer des sortent de "flux" sur les murs, ou plutôt un système de lumière qui fait "futuriste", ça peut paraitre un détail, mais à mes yeux l'immersion dépend surtout de ces petites touches qui peuvent paraitre être "pas grand chose" mais qui finalement servent grandement le projet.

Seul point noir: les dialogues. J'en ai déjà parlé dans une autre partie, mais il manquent clairement d'impact sur le joueur: problèmes de narration et échanges peu pertinents (essentiellement) font que là où la sortie du vaisseau était assez stimulante, on est un peu stoppé par ces dialogues qui nous laissent quelque peu de marbre.

Malgré tout, comme je l'ai détaillé plus tôt, l'immersion a fonctionné sur moi, sans doute pas sur tout le monde, mais sur moi c'était le cas, je prends donc en compte tous ces éléments afin d'attribuer cette note.

Graphismes (Note : 3,5/5)

Les graphismes, c'est quelque chose qui marque notre expérience de jeu lorsque l'on joue à Le Bonhomme. Dès l'introduction on entre dans un univers graphique custom et maîtrisé.
Passé l'inquiétude de début de partie à l'affichage du portrait en gros plan de LE bonhomme qui montre fièrement ses gros pixels, on progresse dans des maps maîtrisées et avec des décors animés agréables à regarder. (Non vraiment, c'est peut être le seul petit point noir, zoomer trop sur le pixel c'est un peu dommage)

Les animations du décor viennent également nous proposer un environnement vivant illustrant bien l'image que l'on peut se faire d'un vaisseau spatial. De même les ennemis, tous basés sur la même "morphologie", sont habillés de telle manière que l'on comprend assez rapidement leur "grade" et donc leur dangerosité.

Les menus, eux, sont également en raccord avec l'univers du projet, permettant de créer un ensemble propre et adapté au jeu qu'est Le Bonhomme. Ce dernier possède donc une véritable identité graphique qui manque dans beaucoup de projets.

Cependant, pour l'instant, le jeu ne propose qu'un seul type de décor, si le jeu nous montre toujours le même style d'environnement, on risquerait de se sentir frustré, mais pour une session de jeu d'une trentaine de minutes, c'est amplement suffisant.

Pour résumer: l'univers graphique de Le Bonhomme donne un vrai cachet au projet qui interpelle le joueur et lui donne envie de continuer de jouer pour découvrir les nouveaux environnements.

Bande-son (Note : 3,5/5)

La Bande-son, dur de parler de ça pour un jeu qui reste si court pour l'instant.
Pourtant, bah elle a réussi à m'interpeller. Dès la cinématique passable que l'on voit avant d'accéder à l'écran titre, je me suis fait la remarque que la musique était très bien adaptée. Ce sentiement n'a pas changé au court de ma session de jeu.

On n'a pas grand chose sur quoi s'appuyer c'est vrai, mais j'ai trouvé que la Bande-son servait tout de même d'un bon soutien au projet. Outre cela, les effets sonores sont également bien gérés et accompagnent parfaitement les différentes actions de LE Bonhomme.

Peut que des fois ces derniers sont peut être un peu trop forts et viennent masquer la musique lorsque cette dernière est dans une "tranche" avec un volume un peu plus faible.

Finalement, j'ai pas de gros reproches à faire à la Bande-son du jeu, mais je ne peux pas non plus attribuer une note plus haute du fait que ce n'est que le début du jeu et qu'il m'en faudrait plus pour juger des points comme la variété sonore, l'accompagnement de scènes différentes, bref, voir si la qualité reste avec la quantité.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 2,25/5)

Le level-design est bien pensé... mais pas pour un A-RPG.
Ce que je veux dire c'est que les maps donnent vraiment une impression de vaisseau, les salles sont plutôt bien agencées et le vaisseau que l'on peut explorer dans la démo parait donc cohérent.
Le problème, c'est qu'il ne se prête pas trop à un A-RPG, on finit souvent dans des petites salles fermées où on spamme la touche d'attaque, là où des espaces un peu plus ouverts permettraient d'avoir une meilleur stratégie.

Après, je comprends bien le problème: valait-il mieux faire une belle map cohérente, ou juste une map plus adaptée à un A-RPG ? C'est complexe comme question, c'est pour ça que je me dis que dans la suite du jeu, les environnements suivants seront sans doute plus variés et donc peut être plus accessibles.

Cependant, en l'état actuel des choses, c'est vrai que le Level-design pêche et ça n'aide pas certains points de la démo: si les maps sont bien agencées, elles ne sont pas pour autant pratiques et agréables à parcourir lorsque l'on doit se battre contre des aliens.

Systèmes (Note : 1,25/5)

J'ai déjà parlé des systèmes du jeu dans la catégorie gameplay.
En effet, au niveau du système de combat, je pense qu'on peut se référer à cette catégorie pour avoir une analyse plus précise, mais dans l'ensemble, on a le droit a beaucoup d'attaques intéressantes mais qui sont inutiles dans les combats actuels du jeu.

Au niveau des autres systèmes, on pourrait aussi parler du menu, mais finalement c'est juste un menu classique de RPG où "tête, arme, armure" ont été remplacées par un vocabulaire plus futuriste.
Du coup, je trouve rien de bien intéressant à dire là dessus, le menu est bien mais classique, du coup on a pas vraiment d'intérêt à aller dedans durant la démo.

Pour le reste bah c'est bien vide vu que c'est le début du jeu, j'imagine que dans la suite on découvrira d'autres systèmes amenant d'autres mécaniques de jeu, mais pour l'instant on ne peut que découvrir un menu classique et un système de combat que je qualifierais de "encore en expérimentation".

Mise en scène (Note : 1,5/5)

J'ai écrit plus tôt que l'histoire semblait intéressante mais qu'en même temps j'étais gêné par sa narration: cette catégorie va me permettre de détailler un peu plus cet aspect qui est clairement un des points à travailler.

En effet les scènes sont basiques, on se retrouve la plupart du temps avec simplement un échange de boîtes de dialogue. Peut être que certains ne verront pas quel est le problème étant donné qu'un dialogue peut se contenter de ça, mais dans une scène, on peut également jouer sur les déplacements des personnages par exemple, cela éviterait à LE Bonhomme d'avoir des scènes où les deux personnages restent statiques malgré ce qu'ils disent.

En effet, les dialogues décrédibilisent l'histoire, la scène du sel en est un exemple, on dirait une parodie d'une scène classique: un personnage arrive en menaçant un autre personnage, ce dernier n'est à première vue pas intimidé mais finit (après un événement) à tout avouer.
Le classicisme d'une scène n'est pas un défaut en soit, tant que la mise en scène rend cette dernière plus personnelles: ici, on a un jeu qui est introduit d'une très bonne façon, une introduction très travaillée et après, des dialogues plus classiques, moins marquants: c'est pas forcément le truc le plus marrant de réfléchir aux mouvements du personnage ou aux effets de lumière lors d'une scène, mais ça permettrait de faire gagner tellement de qualité à ces dernières.

Univers (Note : 3/5)

Comme je l'ai déjà dit à certains moments, je pensais jouer à un jeu loufoque où le principal but serait de faire rire, finalement, quelle a été ma surprise lorsque j'ai découvert à travers l'introduction un univers cohérent et logique.
Bien sûr, quand je parle de "cohérent" je ne parle pas de réalisme pur, il est vrai qu'il est dur d'imaginer qu'un jour, un scientifique se clone réellement à bord d'une navette spatiale, cependant, en jeu, ça nous parait cohérent.

En soit, LE Bonhomme a clairement son univers dans lequel on rentre assez facilement. Pour l'instant, le scénario ne nous fait pas beaucoup voyager dans ce dernier, mais le background semble tout de même recherché: Les Bonhommes se sont installés sur une planète qui possède une "planète jumelle" (ou presque), cette dernière jouera-t-elle un rôle ? De même, les Akkarouldes semblent avoir des motivations réelles tout de même.

Les créateurs ont donc créé un univers peu commun pour un jeu RPG maker (mais un peu plus commun en ce qui concerne les diverses oeuvres de fiction) qui en plus introduit des pistes intrigantes qui laissent percevoir que le scénario et le background du projet ont été bien travaillé.

Personnages (Note : 0,75/5)

Tiens, marrant que le jeu soit inscrit à cet award, parce que... bah je comprends pas vraiment pourquoi... (Bon en vrai, le jeu s'est inscrit à tous les awards, vaut mieux trop que pas assez j'imagine).

Pour ce qui est des personnages, bah on peut en compter trois... à la limite quatre:
- LE Bonhomme
- Un alien enfermé avec ce dernier (Ity je crois ?)
- Un chef-ennemi dans sa baignoire
- Le capitaine-commandant-général ou en gros le boss

Bah... C'est tout en fait, je sais pas vraiment quoi dire d'autre sur eux. A la limite LE Bonhomme semble avoir un background et une personnalité, mais quand il parlait, j'avais l'impression de ne pas saisir ce qui ressemblait à des "private-jokes", peut être qu'il fallait avoir joué au 1 pour comprendre un peu mieux le personnage. Son compagnon semble être assez plat, j'ai l'impression qu'il n'est là que pour avoir un moyen d'indiquer au joueur ce qu'il doit faire, mais sinon, j'ai pas décelé un intérêt particulier pour ce personnage, au point même où j'étais limite un peu déçu qu'il nous "suive".

Enfin, les deux méchants bah... pour les décrire: c'est des méchants. On retrouve clairement le stéréotype du méchant sûr de lui et qui déclare haut et fort "Ahah les gentils vous allez perdre car je suis méchant !"
La narration ne doit pas être négligée, les dialogues pourraient être infiniment mieux et ça nous permettrait de découvrir des personnages beaucoup plus charismatiques.

Introduction (Note : 4,5/5)

Noter l'introduction... Je sais pas trop où m'arrêter dans mon jugement.
Dans un sens, le jeu commence avec une cinématique introductive, ce serait clairement "l'introduction" avec un grand I. Mais après, on a quand même une phase de gameplay qui pourrait aussi être qualifiée de phase introductive...

Mais bon, je pense que je vais juger surtout la cinématique. Etant donné que si je jugeais également la phase de gameplay, ça reviendrait à juger le jeu dans son intégralité.

On a donc le droit a deux cinématique introductives, une présentant le background du projet et l'autre nous situant dans la situation dans laquelle nous sommes actuellement. Ces cinématiques sont donc réalisées à l'aide d'image animées qui ont été créées pour l'occasion.

Soyons clair, l'introduction fait bien son boulot: malgré des temps d'attente un peu trop long à certains moments, on a tout de même une explication claire et précise, du coup, à la fin bah on a en main tout pile les informations dont on avait besoin pour pouvoir jouer au jeu.

Après une introduction comme ces deux-là, bah on a envie de jouer, donc je pense que dans ces conditions on peut dire que l'introduction est réussie.

Graphismes originaux (Note : 4/5)

Cette catégorie fait écho à ce qui a déjà été dit dans la catégorie "graphismes". Cependant je fais la part des choses: dans cette dernière, je parlais des graphismes sans forcément m'attarder sur le fait qu'elles étaient custom, justement parce que je vais parler de ça ici.

De nos jours, de plus en plus de monde se détourne des projets avec des graphismes "en pixels" parce que ça vaut pas les graphismes "réalistes" des gros jeux AAA. Le Bonhomme est pour moi un exemple de ce que je répète souvent: Mieux vaut faire des graphismes cohérents mais "simplistes" plutôt qu'utiliser des graphismes plus détaillés mais qui sont mal utilisés.
Je me suis bien plus senti dans un univers SF en jouant à Le Bonhomme qu'en jouant à un jeu RPG maker où le maker s'est dit que pour illustrer le futur fallait forcément utiliser des ressources travaillées et "graphiquement avancées". De plus, l'avantage des graphismes de Le Bonhomme c'est qu'on a le droit à des cinématiques bien gérées et toujours dans le même style.

Donc les graphismes, c'est vraiment un point fort de Le Bonhomme, du custom maîtrisé qui marque l'expérience de jeu en se disant "Ouais, c'était du pixel mais c'était classe".

Musiques originales (Note : 4,75/5)

Quand j'ai relu la fiche du jeu après ma session de jeu, je me suis dit "Attends, parce que les musiques aussi elles sont originales ?".
J'ai dit plus tôt que je ne pouvais pas donner une note trop haute non plus pour la bande-son du jeu parce qu'il fallait aussi pouvoir juger sur un plus grand échantillon. Ici, on nous demande de juger ce qui exisite et clairement: bravo.

Je suis un testeur qui dit ce qu'il pense que ce soit quand je trouve un élément bon ou mauvais. Ici, j'ai trouvé ça très bon.
J'en ai déjà parlé plus tôt, mais la musique de la cinématique de l'intro m'a vraiment marqué (celle d'avant l'écran titre), je suis allé la retrouver dans les fichiers du projet et... ouais non sérieux, c'est vraiment de qualité.

Puis le reste suit, dans mes playlists j'ai quelques OST de jeux-vidéos qui m'ont marqué, bah celle-ci pourrait carrément s'y retrouver. Je m'emballe sans doute un peu parce qu'on a environ une demi-douzaine de musiques, mais celles-ci sont d'une telle qualité que je ne peux m'empêcher d'attribuer une telle note.


Conclusion (Note totale : 2,5/5)

Hé bah, j'ai l'impression d'avoir bien décortiqué ces 30 minutes de gameplay, sans doute parce que le jeu s'est inscrit à chaque award possible (c'est gentil, ça veut dire que l'avis des jurés des Alexs intéresse les makers et ce sur tous les points).
Finalement, qu'est-ce que j'ai pensé du jeu ?
Bah à la base, je m'attendais pas à être spécialement surpris par ce jeu... et finalement je l'ai été: deux très bonnes introductions, suivi d'un gameplay avec des défauts mais finalement pas non plus trop frustrant.
LE Bonhomme 2 part tout de même sur de bonnes bases, il faut l'avouer: il y a des défauts à régler et j'espère que mon test servira d'aide sur ce point, parce que même si j'ai pu être assez "dur" sur certaines catégories, c'était surtout de manière à illustrer de manière objectif mon avis en tant que joueur.

LE Bonhomme 2, bah du coup je pense que c'est un projet à suivre: on peut pas encore savoir si ses défauts vont ternir le jeu sur sa longueur (s'ils ne sont pas modifiés) et on ne peut pas non plus savoir si ses qualités ne vont pas s'essoufler sur cette même longueur.

Le plus gros pari est donc à faire sur à quoi va ressembler le jeu dans son futur, moi, ça me branche bien de savoir ce que ça va donner un projet comme ça, mais à l'heure actuelle, on ne peut pas non plus dire que LE Bonhomme 2 se démarque assez pour mériter l'Alex d'or, mais je souhaite une bonne continuation à toute l'équipe derrière ce projet et encore mes compliments pour certaines des musiques !


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !