Test :
Oi et le mystère des pots de couleur

Temps joué : 6 h


Introduction

L'auteur Crayon nous livre içi une démo de son jeu "Oi et le mystères des pots de couleur", un
jeu qui se détache du fait de ses graphismes contrasté et relativement simples.

En nous précisant que seuls le level-design a été 100% personnalisé, Crayon est en lice pour pas moins de 7 awards !

C'est l'heure du du-du-du ... du test !

(Note du Juré : pour ce test et parce que le titre est quand même relativement long, le titre du jeu sera abrégé en "OI"

Avis : la notation est à titre personnel, chaque Award en lice est noté sur 5.
Bonne lecture

NOTE AUX LECTEURS :
Ce test est passé au contrôle qualité.
Ayant été jugé irrecevable, il a été ré-édité à partir du 09/10/15.
Il sera plus développé sur certains points et moins subjectif.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2/5)

le Jeu "OI" présente le gameplay classiqe d'un RPG classique :
Combat, système d'objet, aventure ...
Rien de particulier de ce côté.
La présence d'un système SBS (Sideview Battler System) est aussi notable, mais rien de très particulier.

DIFFICULTE :
L'auteur nous a précisé qu'il n'avait pas appronfondi le système de difficulté des combats.
Cela explique la présence de la technique des tenèbres qui, même si l'ont peut s'en passer un moment, devra bien être
utilisé à certains endroits du jeu pour avancer.
C'est for dommage car cela retire toute tension, toute surprise, tout challeng au jeu, ce qui le rend un peu plat en terme d'action.

JOUABILITE :
Le clavier est toujours de rigueur pour jouer a OI, et rien n'y change.
Outre la touche A combiné (pour des raisons inconnues et finalement un peu tordues) au flèches directionelles, qui permettent d'utiliser les différents outils, aucun autre système de jouabilité développée n'a était implanté.
Un jeu pauvre en variété de jeu donc, qui l'appauvrit davantage au niveau Gameplay.

MANIABILITE
Le personnage réagit de manière classique au touche de déplacement.
Mais pourquoi créer une combinaison de touche (A + flèche directionelle) pour utiliser les outils.
La simple touche A aurait suffit pour utiliser l'outil.
Pas vraiment de cohérence dans ce point donc :/
Certes, les véhiules modifient la vitesse en l'accélérant, mais rien de bien extraordinaire.

Histoire (Note : 3/5)

Un ver de terre gris part à la recherche de différents pots de couleur.

C'est la scénario assez fantaisiste, mais au final assez bateau, que nous propose OI.

Explication : même si on part à la recherche de pots de peinture, le jeu n'en reste pas moins classique puisque le but est connu dès le départ, sans révélation, ni surprise.

En mettant en scène des personnages assez étranges (des ver de terre, des cactus, des gommes, des pneu ...) dans un univers où le moderne fréquente de très près le fantasy, plus on avance dans le jeu, moins on sait où donner de la tête ...

De plus, pourquoi partir à la recherche de pots de couleur, alors que le monde qui entourent les héros sont hyper-colorés.
Les pots de couleurs concernés ont-il une quelconque particularité dans l'histoire ? Quel est l'intérêt ?

Même si l'idée est là et que l'aventure se déroule plutôt classiquement, on a du mal à savoir pourquoi on le fait.


Ambiance et immersion (Note : 3/5)

Cactus nous présente un jeu d'exploration très coloré.

L'immersion au sein du jeu est plutôt difficile au début, puisque l'ambiance et l'univers restent un peu flous de par des graphismes simplistes, donc pas vraiment représentatifs.

Les musiques sont plutôt sympas et n'entachent pas
vraiment le style du jeu puisque de manière générale, elles s'accordent bien avec les cartes dans lesquelles elle retentissent.

De manière globale, l'histoire, les personnages, l'univers, les musiques, les graphismes forment un ensemble plutôt cohérent, même si des défaut plus ou moins importants persistent dans chacune catégories.

Graphismes (Note : 3,25/5)

Le jeu OI est un jeu très coloré.
De plus, toute les ressources (à moins que certaines m'aient échappé) ont été faites de la main de l'auteur.

Mais est-ce suffisant pour faire un bon jeu et un jeu acceptable.

Certains décors, notamment des arbres, des véhicules, des bâtiments, des plantations ... Sont très bien réalisés, sur ce point, très peu à dire, autant au niveau couleur que formes que contraste ...

Mais pour le reste, c'est une toute autre histoire ...
OI est un jeu très coloré ... En fait, TROP coloré.
Pour en revenir à la partie Histoire (ceci est une idée d'évolution), la recherche des pots de couleur doit avoir une raison.
Pourquoi ne pas faire certains éléments en gris parc qu'il aurait perdu leur couleur ?

Cet exemple illustre plutôt bien le problème : beaucoup de ressources sont unis, de forme basique et peu développées, avec peu de nuances ou d'originalité.
Les Autotiles en eux-même (murs, sols, eaux ...) sont plutôt cohérents, puisqu'un autotile trop complexes ou trop détaillés peu très vite agresser l'oeil et pourrir une carte de A à Z.

Mais pour ce qui est de certains autres (par exemple des caisses, des barrière, des bâtiments complet même parfois) les couleur unis sur une grande surface ou a répétition peuvent vite devenir parasite et gâcher le plaisir de jouer de par leur textures trop agressives ou trop flashy.

Bande-son (Note : 3/5)

Musiques de combat par défaut.
En revanche, les musique d'exploration diffèrent des musique de celle prévue de base dans le logiciel, en plus, la plupart sont agréables et pas assourdissante

Les musiques contribuent bien au déroulement du jeu puisque comme cité dans la section Ambiance ci-dessus, la plupart se marient bien avec les cartes qui leur sont associés.

Attention, cependant au coupure entre carte qui s'accompagne d'un arrêt brutal de la musique (utilisation du fondu recommandée).


Awards spécifiques

Level-design (Note : 3,75/5)

La plupart des cartes ont un environnement plutôt personnalisé.
En revanche, même si les cartes tels que les villes ou les villages sont plutôt complète et ne présente pas de réel défaut majeur, les cartes d'exploration (les routes, les désert), bien que parsemé de plusieurs détails de végétation, de décor, donnent un légère impression de vide puisqu'elle sont plutôt longue (du fait des transitions inexistantes) pour la plupart et qu'elle se différencie peu entre elle.
(outre le mapping qui diffère d'un carte à l'autre, les cartes se suivent et se ressemble pendant l'exploration)

Pas grand chose à dire sur l'environnement, pas d'incohérence (à quelques détails près, bien entendu), pas d'éléments intrus, les monde sont plutôt représentatifs (on discerne bien les désert des campagnes, des villes ...)

Les intérieurs : de manière générale, seuls les bâtiments "importants" (donc ceux dans lesquels le héros se rendra tôt ou tard) sont meublés :/ les bâtiments, maisons, chambres annexes sont pour la plupart vide. Ce qui est plutôt dommage puisqu'on aura tendance à explorer de nombreux endroits pour pouvoir continuer l'aventure.

Dernier point (en référence surtout à la Forteresse Encrière) : certains bâtiments ne sont pas spécialement différenciable des autres (dans l'endroit cité, rien ne différencie l'habitat du Roi d'une maison banale à part un panneau, pas vraiment parlant au passage)

Systèmes (Note : 3/5)

OI utilise les systèmes de base de RPG en y intégrant quelqu' uns fait main par l'auteur.

La plupart des systèmes apportent un côté fun et amusant, mais beaucoup restent sans intérêt particulier :/
Prenons les exemples suivants :
- Le Marteau
Une bonne idée à première vue (bien que classique), mais qui reste très peu développée, car l'outil en question devient inutile après avoir terrassé le Dragon rouge.
- La pelle
Idem, plus d'intérêt après avoir récupéré le pot Orange.
- Le métro
Utile dans l'ensemble, puisque certaine zone du jeu ne sont accessible que par ce moyen. Par contre, il serait fort recommandé à l'auteur d'utiliser un système de choix de destination, car les voyages sont ... bien trop long pour aller d'un endroit à un autre (puisque apparemment on est seul à prendre le métro dans tout le jeu, pourquoi ne pas dire directement au conducteur de se rendre à la destination).
- Les bourses
Un bon moyen pour gagner de l'argent ... ou en perdre. L'idée est bonne, mais dans un jeu où l'on doit retrouver des pots de couleur, la question de l'utilité reste à élucider ...

Le reste de systèmes est classique, basique (ascenseurs, conduite, tentes), même si certains aurait été apprécié avec davantage de développement.

Mise en scène (Note : 3,75/5)

Tout au long du jeu, on parcoure de nombreuses contrées, des villages, des plages, des montagnes, des villes, des cavernes ...

L'introduction à certaines parties du scénario sont plutôt bien introduites, mais certaines sont très brutales et nécessiterai davantage de mise en abîme.

De même, certains dialogues sont très secs et avec peu de rebondissement ou d'émotion, même si les facesets, bien que peu variés mais propres à chaque personnage, rattrapent un peu le coup.
On se retrouve donc souvent confrontés à une variation de la richesse de mise en scène, même si la plupart des quêtes sont indiquées pour s'y rendre assez facilement.

Certains passages se font très rapidement, d'autre prennent un peu de temps, privilégiant donc le contexte et l'histoire au détriment du jeu.
Après tout, c'est toujours intéressant de savoir pourquoi on joue, mais trop de détail peu amener à une certaine confusion si le joueur n'a pas besoin de les exploiter.

Citons seulement un élément ayant eu droit à une mise en scène pas horrible, mais qui aurait bien besoin d'être revisitée : le Trio GOM

Ce Trio à l'image de la Team Rocket de Pokémon (merci pour la musique), s'introduit de manière assez brutale dans le jeu et reviens quelques fois, mais sans réelle lien avec l'histoire. De plus, le fait de les mettre hors d'état de nuir à chacun de leur apparition devrait déclencher au fil du jeu à une vengeance, mais ces trois-là se contentent d'attaquer en vain des endroits du jeu (toujours où se trouve le héros, comme par hasard) et de subir les tatanes du ver de terre.

Je pense que leur utilité serait à réviser, même si c'est une référence sympa.

En bref, le scénario est plutôt très linéaire dans l'ensemble, mais certains passages sont trop peu travaillé, ou parfois trop. A améliorer selon moi, mais pas des masses.

Univers (Note : 4/5)

Le jeu nous plonge dans un univers inventif, enfantin (enfin pas tant que ca, au final), coloré et très varié ...

L'association (très étrange mais originale) de population de Cactus avec des Grenouilles, des Gommes et des Pneu ne choquent pas dans les premières lignes de l'histoire.

Et puis, un peu plus tard et à mesure qu'on avance, on se rend compte que c'est un univers absolument loufoques, bizarre et décalé puisqu'on passe du petit village de campagne du Moyen-Age à la grande capitale urbaine moderne, ce qui est un peu déstabilisant quand on y regarde à 2 fois.

Cela permet, certes, d'inclure dans le jeu de nombreux systèmes et références, dont certains s'avèrent très bien développé, d'autre un peu moins.

Outre ces soucis de cohérence dans l'univers (au final, on ne sait pas dans quelle trame calendaire on joue), l'univers est très sympa, plutôt bien géré et travaillé dans l'ensemble, pas d'énorme erreur ni d'incohérence scénaristique, ni graphiques.

Pour ma part, j'ai vraiment apprécié l'univers dans les premières heures de jeu et j'ai vraiment aimé jouer
C'est la raison pour laquelle la première version de ce test était si peu subjective et très optimiste.

Personnages (Note : 3/5)

Comme précisé dans le paragraphe "Univers", celui-ci met en scène de nombreux peuples différents et sans rapport (dans la vie réelle) entre eux. Mais Cela s'accorde relativement bien, notamment grâce au full-custom de l'auteur.

Au niveau des personnages phares du jeu, on y retrouve les modèles classiques des personnages de RPG : Le Prof Pneu pour le côté un pey 'mythique' et connaissance, OI, le héros classique qui par à l'aventure malgré lui alors qu'il avait rien demandé, Boinguette, le perso féminin par excellence, Cactuneau, le héros qui trouve toujours un intérêt dans ce qu'il fait ...
Le schéma classique de l'équipe de RPG au final.

Au niveau du reste de la population, les Goms, les Cactus (pour l'essentiel en fait) c'est assez original puisque l'auteur mélange deux univers généraux sans aucun rapport entre eux, donnait ainsi un univers décalé et enfantin.

Cependant, même si l'idée est bonne et plutôt poussée (dans le graphismes et l'environnement), on ne sait pas trop pourquoi avoir mélangé des ver de terre, des pneus, des gommes et des cactus, mais c'est un détail qui passe relativement inapeçu.

Un seul point négatif : les personnages jouent leur rôle ... mais sans beaucoup plus :/
Aucun n'a un caractère vraiment prononcé qui pourrait donner une facette un peu plus réaliste au jeu, et c'est plutôt dommage :/


Introduction (Note : 2/5)

L'introduction de "OI" permet de présenter le but du jeu, pourquoi le joueur va partir à l'aventure, et avec quels personnages.
Je trouve cependant dommage un points en particulier :
--> Les sujets de l'intro sont trop sérieux par rapport au jeu lui-même
Réfugié politique, travail, perspectives d'avenir, université ...

Avis général sur l'intro :
Même si elle permet de présenter globalement ce qui va se dérouler au sein du jeu, l'intro est un peu inutile dans le sens ou un personnage n'apparaîtra plus
et que Pneu parle de sa légende de l'Arc-En-Ciel (parce que c'est pas le sujet du jeu au final :/)

Il aurait peut-être été préférable d'introduire autrement la légende des pots de couleur.
Je me repète mais c'ets fort dommage d'introduire un personnage inutile, puisque Touflamme est un personnage relativement attachant et graphiquement propre,
il aurait été sympa d'exploiter davantage ce personnage.


Graphismes originaux (Note : 3,5/5)

Des graphismes clair, colorés, simples, trop simples même parfois (CF, le pont bleu ou certains bâtiments de crayons ville).
Les décors naturels, eux, sont davantage travaillés (arbre, cactus, pierre, champignon).

Un détail me chagrine cependant, et ce pendant toute la durée du jeu :
Est-il normal de recherche la couleur rouge alors que beaucoup des éléments de jeu (bâtiments, voiture, champignons, personnages ...) sont eux-même rouges ...? De même pour la orange. C'est un peu illogique quand on y pense, mais on ça ne nous empêche pas de jouer correctement.

Un point bonus pour les faceset et les charsets , eux aussi faits à la main sans aucun doute


Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3,5/5)

"Oi et le mystère des pots de couleur" nous offre un superbe jeu haut en couleur
De nombreux point intéressant, un mélange d'aventure classique avec des villages, des combats et des dragons, et un côté carrément contrasté avec les villes et tous
pleins de choses qui s'y rattachent, comme dans la vie réelle.
Le gameplay est tout simplement génial, pleins de bon éléments de jeux (surtout la conduite, à titre personnel, j'ai ki fé roulé à 200Km/h sur l'autoroute XD)

En résumé, Oi est mélange équilibré de fantasy et de réalisme qui donne envie de jouer de longues heure durant
Des personnages simples, un univers varié et coloré, une ambiance sympa, des musiques cool, des décors propres et accordés.

Avis Final :

Je donne mon encouragement a Crayon pour son jeu et décide, à titre personnel, de lui donner ma bénédiction pour les awards UNIVERS et PERSONNAGES.
Les autres ont tous de très bon point, mais à développer encore plus pour pouvoir pondre le parfait jeu d'aventure


Remarques diverses

Quelques bugs divers et variés, au niveau des graphismes, de la supersposition, des events ...

Rien de très grave, mais attention, car trop de bugs fait mal aux znoeil

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !