Test :
Fighting Robots Quest
Par Yuko

Temps joué : 2 h 45 min


Introduction

Fighting Robots Quest, un jeu qui a failli ne pas pouvoir s'inscrire à cette session des Alexs d'or à cause d'une caractéristique importante: le jeu est en anglais.

Bon, personnellement, c'est quelque chose qui ne me gêne pas du tout et faut avouer qu'après avoir lu la présentation du jeu et avoir regardé le pré-test de Nuki, j'étais quand même pas mal motivé pour tester ce jeu !
En effet, FRQ est une sorte de pokemon-like où l'on incarne un enfant qui va, suite à la rencontre d'un ancien robot, explorer le monde afin d'en apprendre plus sur le passé de ce dernier, ça donne envie, non ?

Hé, étant donné qu'on a fait une exception pour ce jeu, j'espère que ça vaudra le coup et que je serai pas déçu !


Awards généraux

Gameplay (Note : 4,5/5)

Le gameplay, c'est quand même le centre du projet, j'ai déjà joué à des pokemons-like (même si c'est assez grossier comme appelation et que j'aime pas trop ça) faits avec RPG maker et à chaque fois j'y retrouvais une mauvaise retranscription du gameplay initial, on perdait totalement l'esprit de capture que l'on essaye de nous implémenter et on finit par se lasser.

Dans FRQ, on se bat donc avec des robots, robots que l'on peut croiser au bout d'un moment dans la nature et durant un combat, on peut les "synchroniser" pour qu'après ce dernier on puisse savoir les composants nécessaires à sa construction. Pour recueillir ces composants, il faut les trouver un peu comme n'importe quels loots de RPG: combat, tombé par terre ou magasins. La liste de course complète, on peut aller construire ce robot que l'on a découvert y a pas si longtemps et hop, un nouvel allier dans l'équipe !

La capture n'est pas tout, bien sûr, il y a un système d'expérience et donc de niveaux, ce qui fait qu'on peut entraîner son robot ou lui acheter des composants pour améliorer son système (donc ses stats). Avoir un bon robot, bah c'est évident que ça permet de s'en sortir mieux en combat, mais il faut aussi savoir être stratégique dans l'utilisation de ses compétences, notamment selon le type de ces derniers et le type du robot adverse (système de résistances/faiblesses).

Si les combats et le système de captures sont au centre du projet, ces phases de gameplay sont aussi mis en scène à l'aide de quête ou d'arènes où le but est de résoudre des énigmes pour atteindre et vaincre le champions, les énigmes sont plutôt sympas à réaliser et franchement bien pensées.

De plus durant l'avancée dans l'aventure, on débloque peu à peu de nouveaux éléments de gameplay: un radar, la possibilité d'intérragir avec le décor (même si pas présent dans cette démo), tout est fait de manière à ce que l'on comprenne petit à petit le gameplay sans qu'on nous explique tout d'un coup.

Pour moi, ça a été très facile d'écrire cette catégorie, et ça illustre bien le gameplay du jeu: tout est cohérent, du coup, c'est vraiment fluide de se souvenir de tous les éléments de gameplay tant ils se répondent et correspondent entre eux.

Le jeu ressemble fortement à un pokemon, c'est sûr, et les diverses caractéristiques de cette saga sont bien repris, mais on sent également des différences notables dans la manière dont ce gameplay est fait et ça fait de Fighting Robot Quest un jeu unique avec sa propre identité plutôt qu'être une mauvaise copie de pokemon comme j'ai pu en voir des tas.

Histoire (Note : 3,75/5)

Bon, l'intérêt du projet ne réside pas dans son histoire, c'est sûr, disons que comme je l'ai précédemment dit, le coeur du projet ça reste son gameplay, du coup, je m'attendais à avoir une histoire qui ressemblerait à une excuse pour nous faire explorer le monde et chercher des robots.

Alors, c'est quand même un peu le cas, on demande quand même à un gamin d'aller se battre contre une organisation qui balance des dynamites donc quand y réfléchit c'est UN PEU dangereux.
Mais mine de rien, bah on rentre bien dans l'histoire et ce genre de détails ont s'en fout un peu, parce qu'on est quand même le propriétaire de robots TROP COOLS.

Finalement, l'histoire se complexifie plus qu'on pense, on rencontre des personnages sympathiques, qui savent nous rajouter du mystère et du coup, bah on a envie de savoir ce qu'il se passe dans les dessous du jeu, on a envie de comprendre le background du projet et par dessus tout, on a envie de découvrir de plus en plus de robots !

Niveau narration, je suis à l'aise en anglais et je comprends aisément les textes mais après je peux pas juger de si la narration est cool ou non, je pense pas avoir le niveau nécessaire pour dire qu'un texte est bien ou mal écrit, mais en tout cas, pour un français, bah je trouvais ça clair et bien écrit, y avait pas un vocabulaire compliqué à mort, c'était juste classique !

Donc finalement, même si on se doute un peu de ce qui va se passer à certains moment du jeu et que par conséquent, l'histoire est un peu convenue, bah j'ai vachement accroché à cette dernière, et j'avais, à la fin de la démo, juste envie de me rendre dans la prochaine ville pour avancer dans l'histoire.
Le sentiment de liberté qui fait que, même si on sait où on doit aller, on sent un libre-arbitre de dingue, on nous tient pas la main, on doit comprendre nous-même comment marche ce monde et on tombe jamais dans le "On dit constamment au joueur ce qu'il doit faire" ou inversement le "Le joueur est perdu et sait pas où il doit aller", l'équilibre est très bien jaugé, on joue, on avance dans l'histoire et on y prend beaucoup de plaisir !

Ambiance et immersion (Note : 4,25/5)

Carrément, carrément que j'étais dedans, j'en ai déjà parlé avant, mais j'avais juste envie d'avoir le plus de robots possibles et d'en rencontrer encore et encore (D'ailleurs, je dis robots mais en réalité c'est des Simurions, mais pour plus de clarté pour ceux qui connaitraient pas le projet, bah voilà).

On joue le rôle d'un enfant qui explore le monde à la recherche de réponses vis à vis de ses questions, d'ailleurs, ce dernier ne parle pas beaucoup, ou en tout cas, c'est souvent à nous de décider de ses paroles, du coup, bah on rentre vraiment dans le jeu, on a vraiment le rôle de l'avatar qui est sensé nous représenter.
Pour l'instant, l'histoire reste dans ses prémices, on a pas de grosses scènes d'émotions (que ce soit colère, énervement ou tristesse), je sais pas s'il y en aura non plus, mais pourtant, je suis déjà pas mal attaché au premier Simurion que j'ai obtenu, y a une sorte de proximité vis à vis de ce dernier qui fait que je trouverais ça impensable de le sortir de mon équipe).

La mise en scène du jeu, même si j'y reviendrai, crée une cohérence entre les différents éléments du projet. Mon seul regret serait de ne pas encore avoir exploré de lieux vraiment sensationnels, mais comme c'est une démo c'est normal, j'espère juste qu'on explorera autre chose que les classiques forêts/grottes par la suite, de manière à ce que certains liens restent en mémoire.

Quand j'ai fini le jeu, j'étais déçu, parce que je l'ai pas vu venir et je pensais pas que ça se terminerait à ce moment précis et j'étais bah... un peu triste, pour ouais, le jeu suscite des émotions, on rentre dedans rapidement et c'est très frustrant de devoir arrêter d'y jouer.

Graphismes (Note : 4/5)

Bon, de base j'aime beaucoup les graphismes de mother, donc ça influe un peu sur mon appréciation des graphismes de FRQ qui sont des retouches des éléments de Mother 3 (si je ne m'abuse).
Le simplicisme de la plupart de ces éléments, les tons unicolores et les couleurs assez lumineuses, rah, c'est un tel plaisir de découvrir de nouveaux environnements tellement la cohérence graphique est là !

Là où je suis impressionné, c'est aussi sur l'animation des robots/Simurions, c'est tellement bien fait que je me dis que ça doit pas être du custom fait pour l'occasion, que ça a dû être fait par un pro mais dans ce cas, où tous ces derniers ont été trouvés et comment c'est possible d'avoir trouvé une telle richesse de contenu ? En effet, on a des animations, des poses en combat, des images de présentation et des charas de certains robots, ça fait tellement propre !

FRQ place un univers graphique agréable à l'oeil, simple, calme et surtout homogène. J'ai toujours un peu ce sentiment de répétition des éléments graphiques quand je joue à un jeu créé à l'aide de RPG maker, voir souvent les mêmes ennemis, voir souvent les mêmes éléments graphiques, les mêmes décors ou environnements... J'ai absolument pas ressenti ce sentiment en jouant à FRQ et je trouve ça impressionnant parce que je sais à que point à peut demander du travail d'essayer de régler ce problème.
Donc ouais, j'ai rien à dire de mal sur les graphismes, c'était juste... propre.

Bande-son (Note : 4,25/5)

Là encore, je vais faire pas mal d'éloges: je me souviens avoir parlé dans un autre test que durant cette session, peu de bande-sons m'avaient marqué, en général elles s'adaptaient bien aux situations et ne gênaient pas, mais elles n'étaient pas marquantes, j'ai rarement senti ce petit sentiment de "Ah yes, cette musique est tellement cool, j'ai envie de ne jamais partir de cette zone/finir ce dialogue".

Bah je l'ai eu en jouant à Fighting Robot Quest... Et plus d'une fois !
Certaines musiques sont tellement bien et je remercie Shazam d'être capable de les identifier parce que j'avais vraiment envie de retrouver certaines musiques juste pour satisfaire ma curiosité tellement ces musiques ont pu m'interpeller !

Bon, j'imagine que du coup c'est pas la peine de préciser que les musiques s'adaptaient bien aux situations, mais par contre, je peux rajouter qu'elles renforçaient l'immersion: certains musiques intensifiaient tellement certains dialogues, ça permettait de rajouter une certaine touche de mysticisme à travers les paroles des personnages.

Puis les bruitages servaient tellement la mise en scène aussi, c'est le genre de petits détails qui font la différence, mais FRQ a une palette sonore cohérente qui fait que l'on a aucun doute sur le fait que l'on est dans une univers peuplé de robots, les yeux fermés on pourrait le comprendre !

Donc bah, encore une fois, je ne peux que saluer la performance.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 4,75/5)

Dans ce genre de jeux, avec des rencontres aléatoires, vaut mieux faire en sorte que le joueur ait pas l'impression de passer sa session de jeux à avancer, combattre, avancer, combattre, avancer, ...

FRQ propose au joueur pas mal d'intéraction avec le décor, comme par exemple sauter de rochers en roches pour passer un point d'eau. Ce genre d'éléments sont d'ailleurs implicites, on nous laisse comprendre assez facilement qu'on va pouvoir passer par tel ou tel endroit.

A côté de ça, on rencontre d'autres éléments qu'on ne peut pas traverser: des hautes herbes, des rochers qui nous bloquent le passage et même si pour l'instant on ne peut pas interragir avec ces derniers, on se doute que ce sera le cas bientôt. On peut du coup noter la réflexion à travers ces niveaux: certains éléments, une fois ôtés permettront de créer un raccourci, d'autres permettront d'accéder à des nouvelles zones, de ce point de vue là, on offre donc au joueur un but, une envie, une attente: on ne râle pas spécialement lorsque l'on rencontre tel ou tel combat parce qu'on est suffisamment occupé sur les différentes maps pour se dire qu'on ne fait pas que ça non plus.

Du coup bah j'ai encore une fois envie de dire que la réflexion qui se cache en amont de FRQ est vraiment de qualité, ça me rend même jaloux et ça me donne envie de reconstruire toutes mes maps.

Pour conclure, bah les maps sont bien construites, représentent bien ce qu'elles sont sensées représenter alors qu'est-ce qu'on demande de plus ? En tout cas j'en attendais pas plus: de la praticité, de l'esthétique et de la cohérence.

Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Mise en scène (Note : 5/5)

Je sais pas vraiment qualifier la mise en scène de FRQ sans être juste élogieux.
Parce que en toute honnêteté, tout était tellement impressionnant !

Souvent, je mettais des bonnes notes quand je voyais certains scènes spécialement travaillées, un peu impressionnantes, et là, presque tout était de ce niveau: on a des animations de présentations avant des combats, le choix du premier simurion est juste tellement bien mis en scène que ça a été plus dur pour moi de choisir que de choisir entre Bulbizarre, Carapuce et Salamèche.

Certaines scènes ont vraiment une mise en scène de cinéma, qui sont du niveau de cinématiques de jeux professionnels, alors quand on tombe dessus une fois on se dit que ça a du prendre vraiment du temps d'arriver à ce résultat, puis lorsque l'on en croise une deuxième on se dit que c'est vraiment bien fourni... Quand on a ça durant toute la démo, on est juste impressionné.
Même après ça, on peut encore être surpris quand on tombe sur une séquence de dessins animés, et même si là les dessins sont un peu plus critiquables, c'est tellement impressionnants d'imaginer le travail derrière ce genre de scènes.

Cette mise en scène va même jusque dans des détails, comme des animations durant les dialogues, permettant d'illustrer des messages informatiques lorsque c'est un Simurion qui parle.
Quand j'ai vu ça, je me disais que ça paraissait évident à faire, que ça avait un super rendu et que c'était pas compliqué à faire, mais j'avais jamais eu l'idée de faire ça, du coup... Ouais, c'est juste impressionnant tellement la mise en scène est pleine de bonnes idées.

Du coup bah je mets 5 même si "la perfection n'existe pas" mais ça approche tellement cette dernière que je peux pas me résoudre à ne serais-ce qu'enlever 0,25 point.
Ce jeu devrait servir d'exemple de "Qu'est-ce qu'une bonne mise en scène ?" et ça montre tellement qu'en s'attardant un peu sur certaines scènes ça donne un rendu tellement marquant que ça vaut vraiment la peine de ne pas passer à côté de cette catégorie !

Univers (Note : 4/5)

L'univers, on nous introduit dedans dès le début du jeu: un monde, classique, bien qu'un peu rural, où l'on peut constater l'utilisation de robots dans la vie de tous les jours. Ces derniers ont alors une telle importance que des combats de robots sont organisés. On apprend aussi que d'ancien robots plus perfectionnés ont été créé il y a bien longtemps: les Simurions.

Dans ce décor rapidement posé, bah on se dit que l'univers doit être bien détaillé, que la vie est différente de notre monde... et c'est pile ce que les PNJs nous expliquent.

Un univers où les robots ont de l'importance, c'est pas non plus l'univers le plus original que l'on ait vu, ça reprendre quand même des éléments déjà existants de pas mal d'oeuvres déjà existantes. Cependant, avec les Simurions, le background et surement les éléments que l'on ne peut pas découvrir dans cette démo, on sent que l'univers est travaillé, recherché et de qualité.

Après, ça reste du classique, comme je l'ai déjà dit, j'espère qu'on pourra quand même visiter certains lieux un peu dépaysants afin de satisfaire notre envie de renouveau et éviter de faire que l'univers ne sera qu'un copier-coller permanent... Après, il est sans doute trop tôt pour le dire, pour l'instant, je peux juste déclarer que j'ai beaucoup aimé explorer cet univers et que j'y replonge quand vous voulez.

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 5/5)

L'introduction...
Mais l'introduction quoi, là encore, va falloir que je mette la note maximale, parce que c'est tellement impresionnant !

Déjà de base, l'introduction fait son travaille: elle place le contexte, on comprend le monde dans lequel on va évoluer, on comprend que tout n'est pas rose dans ce dernier et surtout on comprend que malgré le côté jovial des graphismes, il y a l'air d'y avoir des tenants et aboutissants un peu plus sombre derrière tout ça.

Mais en plus de ça, on a le droit à une mise en scène dingue, des scènes marquantes et une véritable atmosphère que l'on ressent dès ces quelques minutes de jeu. Encore une fois, on a rendez-vous avec de la qualité.
L'introduction de FRQ, c'est le genre de moments où on se dit "Ok, donc si le jeu ressemble vraiment à ça, j'ai envie de commencer à jouer tout de suite".

Y a rien à dire, c'était vraiment d'une très haute qualité, j'étais juste impressionné face à la précision de l'introduction, a son niveau de professionnalisme.
Donc bah, encore une fois, la perfection n'existe pas, mais là y a pas de doute, cette introduction était tellement géniale qu'elle mérite assurément un 5/5

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 4,5/5)

Bon bah, comment synthétiser ce que je pense de ce jeu ?
Clairement, la seule pensée qui me vient à l'esprit c'est "J'espère qu'il ne faudra pas attendre sept ans pour avoir la suite !"

Fighting Robot Quest, c'est le genre de jeu qui marque, le genre de jeu qui fait se dire "On peut vraiment faire des trucs du style avec RPG maker ?!". Sur certaines personnes, j'imagine que ça pourrait avoir un effet de jalousie suivie d'une déprime, un style de "J'arriverai jamais à faire ça", perso, c'est le contraire, ça me motive, ça me fait me rendre compte qu'on peut transmettre des émotions et sensations incroyables à travers un jeu-vidéo et ça me donne juste envie de travailler plus fort pour faire en sorte que mon jeu soit capable de faire pareil !

J'ai juste adoré jouer à ce jeu, après, je me suis enthousiasmé très fortement, peut être trop pour certains, surtout qu'avec le recul, certains points étaient bien réalisés maie peut être un peu classique, cependant je dois appuyer mon avis en avouant que de tous les jeux que j'ai testé cette session, FRQ est clairement le plus polyvalent, et ça permet d'offrir une expérience de jeu incroyable, propre et proche du jeu professionnel.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !