Test :
Projet Silencs V2 Partie 1
Par Zexion

Temps joué : 6 h


Introduction

Projet Silencs est un jeu développé par Nerem555. Il s'agit ici de la première partie du projet, qui appelle donc à une suite. Je dois dire que ça a été une bonne surprise pour moi, bien que le jeu ne soit pas exempt de défauts, il parvient à se démarquer habilement du reste de la production sur RPG Maker. Quelle est la recette de cette réussite ? Réponse !


Awards généraux

Gameplay (Note : 3/5)

Les commandes de jeu basiques restent fidèles à RPG Maker. On se déplace avec les touches directionnelles et on peut interagir avec la touche action pour parler aux personnages, ramasser des objets, fouiller des meubles, ...
La touche d'annulation permet d'ouvrir le menu principal, qui ressemble assez aux menus traditionnel des RPG. Ce menu, peu utile en début de jeu, en raison de l'aspect point & click et enquête du premier chapitre, prend tout son sens par la suite.

Lorsqu'on se trouve dans le monde réel (j'expliquerai ça plus tard), il est possible de sauvegarder à n'importe quel moment via le journal de Constance (le personnage que l'on incarne). J'avoue que ça m'a un peu perturbé, je pense qu'une option de sauvegarde serait plus pratique directement dans le menu principal. Même si l'info était donnée dans le tutoriel, j'avoue avoir complètement zappé par la suite (ce n'est jamais rappelé) et j'ai joué plusieurs heures sans savoir comment sauvegarder.

La première moitié du jeu est ponctuée de phases de recherches. Pour compenser l'étendue importante de la zone de recherche, un petit indicateur s'affiche dans le coin de l'écran lorsqu'il y a quelque chose à trouver sur la map.

Dans la deuxième moitié du jeu on aura droit à de véritables combats au tour par tour façon RPG (cela est justifié par le scénario). Nerem555 a opté pour une vue de côté façon Final Fantasy. La stratégie dans les combats est principalement basée sur un système de faiblesses et de résistances des ennemis à certains types d'attaques. Les personnages joueurs ont des rôles bien définis dans les combats, permettant l'élaboration de tactiques.

Histoire (Note : 4,5/5)

Constance, jeune fille d'une vingtaine d'années se réveille dans l'infirmerie d'un lycée. Amnésique, elle apprend qu'elle a fait une chute importante après avoir essayé de sauver un chat haut perché. Elle découvre peu à peu qu'elle a accepté de se livrer à un projet scientifique qui la contraint à vivre quelques mois en communauté dans un vieux lycée réhabilité pour l'occasion.

J'en profite ici pour faire une parenthèse. Quand quelqu'un présente des troubles amnésiques, on l'emmène normalement au moins à l'hôpital (et pour information certaines amnésies sont irréversibles, sauf dans les films de Hollywood). Si ça peut se justifier du point de vue de la directrice Lydia dont on apprend par la suite que
Secret (Cliquer pour afficher)
c'est une sorte de sociopathe
, l'attitude minimisatrice de Anna est en revanche assez inappropriée.

Bon pour être honnête on s'attend à être plongés dans une histoire de projet scientifique louche (et c'est le cas). Sauf que dans les premières heures de jeu on passe notre temps à fouiller un lycée pour rendre service aux autres pensionnaires. Bien que cela permette de se familiariser un peu avec les (nombreux) personnages, on avouera avoir déjà fait plus passionnant !

Heureusement, l'un des personnages aura la bonne idée de mourir, ce qui relancera nettement l'intérêt du jeu à un moment où — soyons honnêtes — on commençait un peu à s'ennuyer. Constance prend la tête de l'enquête.

Un truc que je tenais à dire. Pour la mort de
Secret (Cliquer pour afficher)
Amanda
, la corde qui passe dans la balustrade c'est techniquement tout à fait possible et même simple de le faire seul et cela n'exclut donc en rien un suicide.

S'ensuit une série de péripétie qui iront jusqu'à conduire les personnages dans un autre monde, étrange, ou les secrets même les plus inavouables de chacun sont mis à jour !

Mon ressenti final : ça met un peu de temps à démarrer, mais une fois que la machine est lancée ça ne s'arrête plus et j'ai vraiment envie de voir la suite.



Ambiance et immersion (Note : 3,5/5)

Bon, globalement mon ressenti sur l'ambiance est plutôt positif. Les graphismes personnalisés y sont pour une grande partie, ils sont visuellement rafraichissants, et parviennent lorsque c'est nécessaire, à nous plonger dans quelque chose d'assez sombre. J'irai même jusqu'à parler de glauque ou de malsain, ce qui peut surprendre quand on voit à quel point les graphismes sont colorés en début de jeu. C'est dommage que la mise en scène ne suit pas trop (j'en parle plus bas), ça réduit un peu la portée de ces efforts.

La succession des phases de jeu est aussi assez étrange. Je dirai même que le rythme du jeu est entièrement à revoir. Pour faire simple le jeu se présente ainsi :
- 2 heures de quêtes de recherches d'objets dans le lycée.
- 1 heure d'enquête dans le lycée.
- 3 heures de RPG glauque dans l'autre-monde.
Je pense qu'il aurait été plus intéressant de varier les phases plutôt que de les séparer si nettement. En alternant plus souvent des passages entre l'autre-monde et le monde réel. L'autre-monde aurait gagné à être introduit plus tôt. En l'état on a un peu l'impression de jouer à autre jeu à partir du moment où on entre dans l'autre monde, on a du mal à faire le lien avec le début du jeu. Tu aurais pu faire une coupure "monde réel" entre l'exploration de la psychée de Cédric et de celle de Rose par exemple. La phase de quêtes de recherches d'objet aurait sûrement aussi gagné à être fragmentée en plusieurs parties plus courtes réparties le long du jeu.

Graphismes (Note : 4,25/5)

Bon, comme dit plus tôt, j'ai beaucoup apprécié l'effort graphique qui a été fourni sur le jeu. Le travail effectué sur le pixel-art saute aux yeux. J'ai bien aimé ce style coloré, un peu cartoonesque, mais néanmoins détaillé et bien proportionné. D'autant plus que tu montres dans l'autre-monde que tu arrives tout à fait à changer de registre pour passer sur quelque chose de plus sombre.

Bon, y'a quelques défaut bien sûr, par exemple concernant certains facesets on a du mal à discerner le sexe du personnage. Alexis ressemble à une femme pour ne citer que lui. Certaines expressions foirent un peu aussi. J'ai l'impression que tu peines à représenter les émotions fortes.

C'est un peu dommage aussi que les animations de combat n'utilisent pas des graphismes personnalisés, ça fait un peu tâche avec le reste.

Enfin je tenais à te féliciter pour le design de certains Ruptures qui sont vraiment vraiment bien inspirés, tordus à souhait.

Bande-son (Note : 2,5/5)

Les musiques ne m'ont ni marqué, ni gêné. Elles remplissent leur rôle, sans plus.
Le seul reproche concret que je pourrais éventuellement faire c'est qu'une même musique a tendance à être jouée pendant une longue phase de jeu (typiquement dans le lycée). Ça pourrait être très sympa de la faire varier selon le lieu où le personnage se trouve. Bon, ce problème est quelque peu contrebalancé par le jukebox dans le couloir qui permet de changer la musique mais ça passerait sans doute mieux que tu fasses quelque chose de ce côté là.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 3,5/5)

Les environnements sont plutôt inspirés. C'est à la fois praticable et pas fouillis. Les graphismes personnalisés y sont sans doute pour quelque chose. Bon, le lycée est peut-être un peu grand, ce qui n'est pas très pratique lorsque tu dois trouver un objet, mais le soucis est quelque peu compensé par l'indicateur de recherche.

J'aurais peut-être apprécié quelques animations supplémentaires sur les maps, ça manque souvent de mouvements, surtout si l'on prend en compte le fait que les PNJ ont presque toujours des position fixes. Ç’aurait été bien aussi d'animer les décors, par exemple l'eau dans les égouts, les tentacules, etc, etc, ...

En tout cas c'est toujours joli. On a du mal à croire que le jeu a été réalisé sous RPG Maker VX et ses tilesets limités tant les environnements sont variés. A n'en pas douter, un gros travail de panorama a été réalisé. On en prend plein les mirettes.

Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Mise en scène (Note : 2,75/5)

Je serai plus nuancé sur cette catégorie de la mise en scène. Y'a de l'idée, mais clairement ça pourrait être beaucoup mieux de ce côté là. Je vais essayer de résumer simplement le problème. A plusieurs reprises au cours du jeu il y a des dialogues particulièrement longs. Ces dialogues longs, si on peut arguer qu'ils sont essentiels au déroulement de l'intrigue, manquent cruellement d'animations. J'en veux pour meilleur exemple la fameuse scène du procès. On enchaîne de longs dialogues durant lesquels, tous les personnages — qui dans un tel contexte devraient avoir des réactions vives — restent figés. C'est vraiment dommage si l'on tient compte du fait que le jeu se débrouille très bien dans presque toutes les autres catégories !

On retrouve ça dans plusieurs autres scènes clef. Il ne faut pas oublier qu'on est dans un jeu-vidéo et pas dans un roman où un light-novel. Les facesets ne suffisent pas toujours à traduire les émotions des personnages.

Univers (Note : 3,75/5)

J'ai déjà plus ou moins abordé ce point dans d'autres paragraphes. Le jeu se décompose très nettement en deux univers. Un univers, d'abord, inspiré de celui que nous connaissons, c'est à dire de la réalité dans laquelle vous et moi évoluons. Cette partie prend place dans le lycée. Rien de bien particulier à noter, c'est cohérent, on y croit.

Le second univers est plus original. On se retrouve en effet expulsé dans sorte d'autre dimension, plutôt sinistre. Les émotions et sentiments des personnages s'y matérialisent sous forme de lieux (les donjons du jeu) et sous forme de créatures, les Ruptures (les ennemis du jeu).

Le contraste entre les deux univers est saisissant, et comme évoqué plus tôt on regrettera qu'il n'y aie pas une alternance plus régulière entre les deux.

Personnages (Note : 5/5)

Bon. Nous y voilà. Le paragraphe que j'attendais impatiemment d'écrire lorsque j'ai débuté la rédaction de ce test. J'ai déjà participé en tant que juré dans plusieurs précédentes éditions des Alex d'Or, et je n'ai pas souvenir d'avoir déjà noté une catégorie comme ça.

Les personnages sont bons. Très bons, voilà c'est dit. Nerem555 nous offre une fresque large de personnalités. Sachant qu'il y a une bonne quinzaine de personnages centraux, c'est véritablement une performance. Pour faire simple, chaque personnage a sa propre personnalité, sa façon de parler, ses comportements. C'est normal dira-t-on. Oui mais voilà, la plupart des makers ne parviennent pas à faire quelque chose de cohérents. Nerem555, lui, si. Loin des personnages vides que j'ai l'habitude de voir, ou des personnages qui changent de personnalité selon les besoins du scénario.

Cerise sur le gâteau, chaque personnage semble conserver des secrets plus ou moins lourds qu'il sera donné aux joueurs de découvrir au fil de l'intrigue. Souvent cela permet de donner encore plus d'épaisseur aux personnages, de comprendre pourquoi ils agissaient ainsi jusqu'à maintenant.

Seule Constance (le personnage contrôlé par le joueur) échappe un peu à ce soin et tombe dans l'écueil du personnage amnésique. Un mal pour un bien, dirais-je, puisque cela permet au joueur, en plus de mieux s'identifier au personnage, de tout découvrir en même temps que Constance.

Un exemple à suivre.

Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 4,25/5)

La quasi-intégralité des graphismes étant originaux, je reprend ici la note de l'award "Graphismes".

Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 4,5/5)

Je vais sortir de mon devoir de réserve de président de la Répub des Alex d'Or et le dire tout haut ! Pour ma part je suis intimement convaincu qu'on tient là le gagnant d'au moins un award, probablement plusieurs. Le travail effectué est conséquent et de qualité. Cela se traduit en jeu par... du plaisir de jeu. Ca semble con dit comme ça mais certains makers ont tendance à oublier que le but d'un jeu est d'être divertissant. Le jeu brille par un très bon scénario, quoiqu'un peu poussif au début, des graphismes presque entièrement personnalisés qui lui confèrent une identité, et des personnages qui — et c'est suffisamment rare dans les jeux RPG Maker pour mériter d'être souligné — sont cohérents et ont une véritable personnalité et un passé travaillé.


Remarques diverses

- Fautes de grammaire et de conjugaison très nombreuses. Au moins l'orthographe est correct la plupart du temps. Certaines formulations utilisées sont maladroites ou n'existent pas, par exemple "Merci à tous d'avoir fait part à mon appel". Le jeu dans son intégralité gagnerait énormément à être relu par quelqu'un qui a une bonne expression littéraire.

- Quelques (rares) problèmes de passabilité.

- Lors du procès, au moment d'accuser Rose, il y a deux objets qui peuvent faire l'affaire (le livre de chimie et le morceau de tissu). On est obligé de commencer par montrer le livre de chimie, sinon on se tape une erreur, ce qui est idiot. Même chose au moment d'accuser Victor.

- Pourquoi l'argent est quelques fois appelé Magnilles et parfois euros ?

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !