Test :
The Dark Gate
Par Yuko

Temps joué : 1 h 45 min


Introduction

The Dark Gate, un jeu créé sur RPG maker 2003 par OddClock et repris/aidé par RPG Fusion depuis peu. Le jeu s'inscrit comme étant un RPG classique et ça tombe bien, j'en ai pas testé depuis un moment !

En général, j'aime bien le côté classique des RPGs, je demande pas un projet de dingue tant qu'il est bien réalisé et plaisant à jouer, alors en lançant The Dark Gate, j'espérais tomber sur un jeu du style, voyons voir ce qu'il en est finalement.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2,5/5)

C'est toujours gênant de juger le gameplay d'un jeu RPG sur même pas deux heures de jeu, parce qu'en général, les bouts intéressants du gameplay se placent progressivement.
En ce qui concerne The Dark Gate du coup, bah on rencontre du classique RPG comme prévu : Menu de base, système d'équipement classique, tout comme les objets, ainsi que forcément, des combats.

Des combats oui, ça va être l'essence de toute ma session de jeu d'ailleurs : sur 1H45 de jeu, j'ai parcouru des donjons pendant 1H30, ces derniers étant remplis de monstres qui nous affrontent lorsqu'on les touche (à part dans les grottes où en plus on a des rencontres aléatoires), jusque là, ça va, de même, niveau difficulté, les combats sont plutôt bien dosés, les ennemis classiques se battent assez facilement, les boss sont plus costauds mais ça passe…

Non, le gros problème et la grosse difficulté du jeu, c'est sur la continuité de ce dernier : même si un combat est facilement gérable, après une heure dans un donjon, on a forcément perdu pas mal de vie à cause des combats classiques et là encore c'est normal… Par contre on a presque rien pour se soigner. C'est bien simple, au début du jeu j'ai eu le temps de trouver deux potions dont la ville de départ, après ça, rien quelques coffres mais j'ai clairement pas pu me faire une réserve suffisante pour être à l'aise dans les donjons, du coup j'ai passé mon temps à contourner les ennemis si je voulais avoir assez de vie pour le boss (que j'arrivais à battre vraiment limite du plus).

J'ai vu que la difficulté avait été revu récemment et j'ai rien à dire sur celle-ci, les combats sont vraiment bien dosés, le seul problème c'est qu'on manque clairement d'objets de soin ! Placer deux-trois potions sur la route à certains moments ça réglerait déjà un peu le problème, placer une borne de soin à un moment dans le long donjon de la motagne-grotte-sanctuaire, ce serait cool aussi.
Parce qu'à côté de ça, j'en ai trouvé des objets pour regagner des PM alors que ça au contraire, j'utilisais des capacités à chaque tour mais j'ai jamais été à court grâce à la régénération automatique, du coup, j'ai pas bien compris à quel moment pouvait me servir les Ethers.

Finalement, je vais aussi parler du système de recherche, j'en ai parlé plus tôt mais au début du jeu on nous apprend qu'on peut fouiller dans les tonneaux pour essayer de trouver quelque chose, ce qui en soit est encore classique, mais toujours sympa et c'est justement ce qui m'a permis de dénicher mes deux potions. Le truc, c'est que… C'est long, lent et répétitif. Encore, que ce soit lent, ça passe encore sur quelques tonneaux, mais comme je cherchais intensément des potions bah j'en ai fouillé des tonneaux, surtout que y en a plein, comme ça tu passes bien un moment sur chaque tonneau, puis en plus, pendant que tu fouilles, les ennemis continuent de s'approcher de toi, du coup, alors que je cherchais un objet pour me soigner, je me retrouve à combattre et perdre encore plus de vie.

Globalement du coup, The Dark Gate en est encore à son début de jeu, du coup, j'ai pas vu grand-chose du gameplay. Du coup, de base, un gameplay classique ça fait pas sensation, c'est pas gênant mais ça fait pas sensation. Mais là, ce gameplay finit même pas être clairement un peu rageant et c'est dommage, parce que c'est des petits défauts qui ont eu sur ma partie de grandes répercussions.


Histoire (Note : 2,75/5)

The Dark Gate annonçait « RPG classique » et c'est bien ce sur quoi on tombe.
Notre héros va chasser avec son père et sa meilleure amie d'enfance et alors qu'ils s'amusent fort, un vortex s'ouvre devant le héros qui va se transformer en démon et tuer son père.
Suite à son retour à sa forme précédente (celle où il est un gentil garçon), il est recueilli par un chasseur qui va l'aider à retrouver sa meilleure amie qui s'est enfuie.
Une fois que tout le monde est réuni et que notre héros refait une petite crise de transformation, on s'en va aller essayer de trouver quelqu'un capable de soigner cette vilaine maladie.

Bref, là aussi c'est gênant, parce qu'il faut du temps pour mettre en place une intrigue et là on sent clairement qu'on en est encore au début du projet.
L'histoire est pas inintéressante, je l'ai résumé de manière un peu moqueuse, mais c'était pas de la moquerie pure, juste une manière de souligner le classicisme du scénario.

L'histoire de The Dark Gate c'est exactement ce sur quoi on pensait tomber en lançant un RPG, et c'est pas quelque chose qui me gêne, parcce que comme je l'ai déjà dit, j'aime beaucoup le classicisme, le problème, c'est qu'en l'état actuel, l'intrigue est pas encore assez développée pour que ça donne envie de découvrir la suite.

Ambiance et immersion (Note : 2,5/5)

Au niveau de l'immersion, ça a marché, du moins au début (quand j'étais pas encore blasé par le côté « survie » du projet).
Le fait de retrouver tous ces vieux codes des RPG classiques, l'intro, le héros qui dort, sa meilleure amie etc, tout ça, mélangé avec la cohérence graphique du monde, de l'univers et de tout ce qui le compose, bah ça m'a fait plaisir, j'étais bien rentré dans le jeu ! (D'autant plus que donner son nom au personnage principale, ça aide il paraît)

Là où j'ai déchanté c'est quand j'ai vu que le jeu mettait du temps à se lancer et traînait en longueur : on va dans une forêt, suite à quoi, après un rapide retour à son village, on enchaîne une montagne, une grotte, puis un sanctuaire et on a bien l'impression que ça ne finira jamais, et même s'il se passe des choses en cours de route, on est tellement obnubilé par la recherche d'un point pour se soigner, qu'on s'en fiche un peu du pauvre sort des gens qu'on croise.

Les ambiances n'aident pas pour ça : on est sensé parcourir un lieu qui a subi un massacre et pourtant, on croise beaucoup d'ennemis mais pas beaucoup de cadavres, c'est bien vide finalement.
Alors je demande pas du sang partout ou même des cadavres, mais des traces que c'est un peu le bazar, ça aiderait à se sentir dans un lieu où il y a eu des combats.

De même, j'étais bien triste de ne pas constater de village pour le héros : dès que l'on sort de sa maison, on est sur la map-monde et c'est par cette dernière qu'on peut accéder aux maisons de nos voisins. On perd totalement l'ambiance et le sentiment de village du coup, on a du mal à s'attacher à ce dernier.

Finalement, le jeu ne va sans doute pas assez loin pour mettre en place des ambiances plus particulières que ça, ni pour immerger le héros totalement dans son univers, du coup, bah ça mérité la moyenne : y a pas de gros défauts mais pas de grandes qualités non plus.

Graphismes (Note : 3,5/5)

Au niveau des Graphismes, on a le droit à un mélange assez intéressant de ressources, on a le droit à du rip de vieux jeux ainsi que des éléments plus « RPG maker » qui ont été retouchés. Du coup, bah on constate des éléments plutôt soignés et un ensemble très cohérent : c'est plaisant à voir et à découvrir.

Là où c'est un peu dommage, c'est qu'on retrouve quand même souvent les mêmes éléments, on pourrait mettre ça aussi sur le dos du style « RPG classique », mais je vais pas le faire pour cette catégorie : on retrouve quand même souvent les mêmes gravas, orgues et statues dans l'église, c'est pas gênant forcément, mais des fois c'est un peu redondant quand c'est le troisième orgue du monastère… C'est à se demander s'ils ne se sont pas tout simplement trompé lorsqu'ils ont passé leur commande (Sans doute pour ça qu'ils en ont mis un dans les sous-sol, ils avaient même pas de place pour le mettre ailleurs)

Bref, malgré cette légère redondance, faut quand même avouer que c'était quand même plustôt beau. C'est du rip, certes, mais du rip bien géré et bien pensé, donc personnellement, je ne demande pas plus !

Bande-son (Note : 2,5/5)

Là, je suis un peu embêté, parce que même si durant ma session de jeu j'ai trouvé que les musiques s'adaptaient bien à l'endroit où on les entendaient, malgré ça, bah y en a pas une qui m'a marqué plus qu'une autre.

On a le droit aux musiques de Chrono Trigger dans The Dark Gate, et (honte à moi), je n'ai jamais joué à ce jeu donc je n'ai pas de sentimentalisme spécifique par rapport à sa bande-son, j'ai juste entendu des musiques auxquelles je m'attendais.

A vrai dire la seule musique qui m'a marqué plus qu'une autre, c'est celle des combats, parce que je l'ai trouvé assez rapidement agaçante. C'est sûrement à corréler avec le fait qu'au début j'affrontais chaque monstre que je rencontrais et du coup, j'ai fini par faire une petite overdose surtout du début de la musique finalement, mais je pense pas qu'on puisse le reprocher à la bande-son en général.

Non finalement on assiste à une bande-son d'un vieux RPG et peut être que ne pas être transcendé par les musiques de Chrono Trigger ça va en horripilé certains, mais pour le coup, ça a été mon cas.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 3,75/5)

Ah, là on sent qu'il y a eu une réflexion voulue ou non derrière, on suit bien le style des RPG classiques dans la structure des donjons : pour la forêt et la grotte on se retrouve dans un dédale tortueux où on finit par ne plus se souvenir de la forme exacte du donjons, on se souvient juste de où l'on vient et ça crée un certain réalisme à la chose.
Pour le sanctuaire, on a de grands couloirs et de ce point de vue aussi, c'est ce qu'on imaginait trouver. De même pour la montagne et sa construction sur différents niveaux de hauteur.

On peut donc dire sans hésitation que le level-design est réussi étant donné qu'il représente des lieux cohérents et logiques dans leur construction. Après, on reste encore dans les donjons classiques et on manque des fois d'informations pour comprendre quel est le chemin principal et ceux plus 'annexes » pouvant mener jusqu'à un coffre par exemple. De même certains environnements sont très étroits et c'est pas toujours adapté si l'on souhaite fuir les ennemis (même si en réalité, c'est normal d'avoir des endroits où ce soit moins facile d'éviter les combats, des fois j'avais le sentiment que c'était un peu trop souvent comme ça (Après, ce sentiment partira sans doute en même temps que le problème de manque de soin)).
J'attends quand même d'en voir plus par la suite pour pouvoir mettre une meilleur note, parce que pour l'instant, on reste dans les forêts et grottes trouvables dans la plupart des RPG, c'est réussi et même si en soit, on pourrait considérer ça comme « Normal », ça arrive trop souvent que certains makers fassent n'importe quoi pour que je puisse mettre ce point de The Dark Gate en valeur.

Systèmes (Note : 1,5/5)

Hmm, j'ai du mal à comprendre pourquoi le jeu s'est inscrit dans cette catégorie. Comme je l'ai dit dans la partie gameplay, ma partie s'est résumée à combattre, et le combat est clairement basique. A la limite si, je peux noter que parfois du mal à comprendre les esquives des personnages, ou que si on lance deux attaques trop rapidement, la première est parfois annulée, mais pas sûr que ça aille dans le sens de l'award Systèmés.

Sinon, j'en ai pas parlé dans Gameplay, mais on a aussi accès à un journal pour nous rappeler l'histoire et pour le coup, bah c'est exactement ce que ça dit, une grande image de texte et c'est tout. On a aussi un bestiaire mais là j'avoue que je ne l'ai pas essayé. Pour tout expliquer, j'ai affronté un boss en sacrifiant face à ce dernier tous mes PV et mes objets de soin, j'ai trouvé le bestiaire, puis je me suis rendu compte que c'était pas le boss que j'avais battu mais un boss secondaire, et que du coup, il me restait encore le vrai boss à affronter alors que je n'avais plus de vie…
Du coup bah j'ai rechargé une sauvegarde antérieure en me disant « Tant pis pour le bestiaire, de toute façon j'ai utilisé de révélateur sur aucun ennemi ».

Finalement, bah je vois pas trop ce que j'ai à juger : les systèmes qu'on nous propose sont fonctionnels, mais j'ai envie de dire « Encore heureux », parce que sinon, y aurait vraiment rien à se mettre sous la dent !

Mise en scène (Note : 3/5)

La mise en scène est appréciable, on sent qu'elle est limitée, notamment au niveau de l'animation des vortexs où l'on peut voir des effets assez basiques, mais ça suffit à comprendre ce qui se passe.
Pour le reste, on a une bonne utilisation des moyens de mise en scène classique comme le mouvement des personnages, ces derniers ont l'air plutôt vivant et leurs déplacements sont plutôt cohérents.

A part ça, on a pas de gros effets cinématographiques non plus, la mise en scène est suffisante durant les scènes importantes, mais on ne voit rien de très marquant... Disons que c'est clairement pas le point que l'on retient une fois que l'on a fini The Dark Gate: la mise en scène soutient les grandes scènes mais ne se démarque pas en tant que telle.

Cela dit, elle est suffisante pour un RPG classique donc pas besoin de la travailler plus que ça, mais bon, ça ne méritera pas l'Alex d'or de la Mise en scène !

Univers (Note : 0/5)

Un village un peu paumé avec cinq bâtiments, une forêt au sud, une montagne au nord avec des moines qui y ont établi leur monastère... Pas de doute, on est dans un univers RPG !
Idem, le fait que l'on rencontre un pont qui met du temps à se construire, ça évoque des problématiques de vie de tous les jours un peu vues et revues...

Bref, l'univers n'a pas de grosses erreurs en soit, il a l'air logique et cohérent, pour autant, il est pas très intéressant à visiter: j'ai passé deux heures de jeu à explorer des environnements qui ressembleraient exactement à ce que je pensais trouver. Après, comme déjà dit, c'est normal, c'est le début du jeu, on va pas commencer à rencontrer des zones spéciales directement, mais du coup, bah faut bien que je juge avec ce que j'ai et pour le coup on a pas grand chose !

On est dans le classique encore une fois et ça se complexifiera sûrement par la suite, mais pour l'instant c'est pas encore très dingue !

Personnages (Note : 2,75/5)

Un héros muet, sa meilleure amie, un chasseur qui l'aide parce qu'il a l'air d'avoir besoin d'aide, hmm, ça casse pas trois pattes à un canard !
Même si j'aime bien le classicisme dans un RPG, j'aime bien trouver des personnages un peu plus profond que ce qu'on a là.

C'est sans doute trop tôt pour parler de leur psychologie et leur background, mais de ce qu'on en voie dans la démo, on a quand même du très très classique et j'avoue ne pas m'attendre à voir ces personnages être plus développés que ça par la suite. Peut être vont-ils évoluer durant leur aventure après, ça j'en sais rien et je ne peux pas le prédire, mais c'est vrai que pour le coup, je ne me suis pas trop attaché à ces derneirs.
C'est pas le pire que j'ai testé durant cette session, parce qu'ils ne sont pas spécialement intéressants, mais ils ne sont pas insupportables non plus.

J'utilise beaucoup trop ce mot depuis le début de ce test et je m'en excuse, mais ça qualifie bien ces personnages encore : ils sont classiques, ils sont exactement ce à quoi on pouvait s'attendre d'eux, et c'est un peu dommage, parce que ce qui fait le charme des RPGs à mes yeux, c'est de découvrir les personnages à travers les événements qu'ils vivent.

Bref, j'espère que ça sera mieux dans la suite du jeu, mais pour l'instant, c'est clairement trop maigre pour en faire l'éloge !

Introduction (Note : 3,25/5)

L'introduction nous montre deux personnages, une fille et un homme qui discutent avant d'aller se confronter au frère de la jeune fille qui semblerait être plus ou moins le grand méchant. En effet ce dernier a eu recours à de la magie noire afin de se transformer en démon, mais malgré cette transformation, il va épargner sa soeur et l'envoyer, grâce à un portail, dans une clairière de forêt.

Et après ça, bah on retrouve notre héros qui est en train de dormir et le jeu commence. Nul doute que l'intro sert donc à annoncer que l'histoire est plus complexe que ce dont elle a l'air et que finalement, on finira par comprendre le fin mot de l'histoire que l'on vient d'apercevoir.
Bon, l'histoire ne va pas encore très loin, donc pour l'instant, aucun événement ne semble avoir de lien avec ce que l'on a vu en intro (si ce n'est les vortexs), mais ce que je veux dire, c'est surtout que pour l'instant, on a pas connaissance des deux aventuriers et du méchant transformé en démon.

Dans tous les cas, même si l'intro n'est pas forcément très originale, elle est tout de même plaisante et arrive à intriguer le joueur et à le placer dans le bain du projet, du coup, bah perso j'en suis satisfait. C'est pas l'intro la plus dingue de la session, mais elle est suffisante pour, justement, introduire l'histoire.

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 2,75/5)

The Dark Gate, c'est finalement typiquement le genre de RPG où lorsque j'y joue je me dis « Allez, le début est pas terrible mais je suis sûr que passé ça, ça peut devenir très bon ! ».
En effet, comme l'intrigue met du temps à s'installer, que le gameplay est encore naissant et un peu frustrant, on joue pas forcément à The Dark Gate par pur plaisir, mais plus parce qu'on se dit que ça peut mener vers quelque chose de bien.

Après, le côté très classique du jeu provient surtout d'une envie plutôt que d'un mégarde, du moins, c'est comme ça que je le perçois. OddClock a voulu nous proposer un RPG comme on en voyait beaucoup par le passé et de ce point de vue, c'est réussi : les fans de ce style y trouveront leur compte, là où d'autres joueurs n'y verront que les défauts des RPG classiques.

Dans tous les cas, y a du travail derrière ce projet et c'est indéniable, il ne reste donc plus qu'à attendre que l'équipe derrière avance dans ce dernier afin de nous proposer une expérience encore plus passionnante !


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !