Hello ! Venez discuter sur Discord !
Test :
Luminatis - La révolution des Monstres

Temps joué : 11 h


Introduction

Je n’avais jamais entendu parler de Luminatis avant d’y jouer, et je ne savais quasiment rien du jeu.

Mais partir sans préjugés ou à priori n’est-il par le meilleur moyen de découvrir une œuvre ?

J’avoue que l’a durée de vie annoncée de 15 à 20 heures m’a un poil effrayé au départ.
Le jeu arrivera-t-il à captiver sur une telle longueur ? (Plutôt inhabituelle pour des jeux RPG Maker)

Allez c’est parti.



Awards généraux

Gameplay (Note : 2,75/5)

RPG classique, Luminatis reprend les codes habituels du J-RPG à base de tour par tour, de compétences et de magies élémentaires.
Le jeu apporte quelques subtilités sympathique comme un triangle des armes, concept que l’on retrouve dans la série Fire Emblem par exemple.

Le jeu se veut très accessible, avec des tutoriaux clairs et imagés à l'acquisition de chaque nouvelle compétence.
Les néophytes ne seront pas perdus.

Malheureusement le jeu dévoile ses mécaniques de gameplay trèèèèèèèèèès lentement et c'est un vrai défaut.
Il faut attendre près de 6 heures de jeu pour découvrir le système d'attaques spéciales qui vient un peu diversifier les combats.
Il en résulte des affrontements qui manquent de variété et de stratégie. Se résumant une très grande partie de l'aventure à Attaque/Objet de soins.
En revanche les combats de boss se montrent bien plus intéressant, forçant à alterner les techniques et les magies pour en sortir vainqueur.

Malheureusement le jeu souffre également du mal du siècle (dernier) : les combats aléatoires intempestifs.
Transformant certaines zones en un enfer sans nom (les combats étant plutôt lent), notamment lorsqu'il s'agit d'un labyrinthe au chemin incertain (la forêt des songes, au secours).

J’imagine que certains joueurs y trouveront leur compte, mais pour ma part, en 2016, je n’arrive plus à supporter de subir les combats aléatoires, qui cassent la progression et m’agacent plus qu’autre chose.
Par conséquent, j'ai fui les deux tiers des combats pour tolérer la traversée de certains donjons. Ce qui heureusement n'a pas entravé ma progression.

Point très appréciable, dans l'ensemble les menus sont clairs, pratiques, et il est toujours simple de savoir où l'on est, et ce que l'on doit faire.

Pour résumé, un gameplay classique et efficace, mais qui ne montre pas assez rapidement ses atouts, et qui manque un peu de variété et de profondeur


Histoire (Note : 2,75/5)

J'ai eu peur en démarrant Luminatis. Très très peur.

Les deux premières heures de jeu étant extrêmement laborieuses, fastidieuses et guère passionnantes.
Fort heureusement, le jeu décolle par la suite et, comme le bon vin, Luminatis ne fait que s'améliorer avec le temps.

L'histoire, basée sur un conflit millénaire entre monstre et humain, gagne en subtilité à mesure que le récit progresse.
La frontière entre bien/mal, gentil/méchant se montre de plus en plus flou et l’intrigue gagne en profondeur.

Cependant l'un des reproches que je ferais au jeu est son manque de vision narrative à long terme.
On ne sait jamais vraiment ou l'on va, ou quel est la finalité de notre périple.
Fedre et son équipe donnant souvent l'impression de voguer de ville en ville sans trop savoir ce qu'ils y font, hormis "tuer les humains mauvais".

Le jeu souffre également d'une overdose de "blablas" pas toujours pertinent. (Point développé dans la partie Narration/Personnages)

Malgré tout, et passé les premières heures, Luminatis dispose d'un rythme de jeu agréable, alternant scènes d'action/de dialogues/de combats. Les situations étant variées et s'enchainant bien.
Même si le tout est malheureusement ponctué de donjons parfois très laborieux car remplis de combats aléatoires. (Forêt des songes, Forêt de l'ile maudite : je dois avoir un problème avec les forêts )

Une histoire plaisante à suivre en somme, malgré un ton parfois un peu niais ou naïf.
Mais qui donne envie de progresser et d’avancer (même sans savoir ou tout cela va nous mener ).


Ambiance et immersion (Note : 2,25/5)

Les musiques ne facilitant pas l'immersion (voir paragraphe concerné), la qualité de l'ambiance se joue à travers les différents jeux d'ombres/lumières et les effets graphiques.

C’est plutôt réussi, avec certains passages très sympa (Forêt des Songes, la Crique, la ville portuaire des pirates).

De même certains passages décisifs du scénario arrivent à captiver à travers un bon enchainement d'action, de dialogues, et de combat de boss.

Mais hormis ces moments ou la tension monte d'un cran, Luminatis tombe souvent dans la routine village/donjon qui brise un peu l'immersion et l'intérêt.

Graphismes (Note : 3/5)

J'imagine que Luminatis a été développé dans l'ordre chronologique de son déroulement.
C'est ainsi que je l'ai ressenti, les maps de la fin du jeu étant infiniment plus réussies que celles du début.
On sent le progrès constant de Yuko en termes de graphismes au fur et à mesure du déroulement du jeu.

Classique, le jeu nous emmène dans des décors plutôt variés, entre forêt, grottes et villes portuaires.
Certains lieux sont vraiment réussis et dégagent un charme certain. Le mapping est bon, les décors sont fournis et détaillés.

A noter que pendant les phases de combats, les personnages disposent de leurs animations respectives, magie/attaque spéciales/PV bas, ce qui apporte un réel plus aux combats.

Même si l'ensemble utilise un style graphique classique que l'on a déjà vu dans d’autres jeux RPG Maker, le tout s'avère plus que correct et agréable à parcourir.

Il y a juste à déplorer certains lieux très sombres, avec un gros problème de luminosité. Cela vient-il de chez moi ? Je ne crois pas, étant donné les retours d’autres personnes avec le même souci durant les pré-tests.


Bande-son (Note : 1,5/5)

Voilà l'un des points les plus critiques à mon sens.

Pour les personnes sensibles aux musiques d'un jeu, Luminatis rate clairement le coche.
Si les musiques accompagnent relativement bien les évènements en cours, les compositions sont peu marquantes, voir agaçantes.

Les sonorités sont pauvres et manquent de relief, de caractère, d'ambition.

Dommage, les musiques étant à mon sens un point crucial dans un RPG. Voilà clairement un point qu’il est possible d’améliorer pour la suite.

L'habillage sonore quant à lui, reste tout à fait correct et fait le job.



Awards spécifiques

Level-design (Note : 3/5)

Certains donjons du début de jeu souffrent d'un mapping étriqué et peu agréable à parcourir.
De même, une ville comme La Crique, en forme de spirale, n’est pas très pratique à naviguer. Mais cela reste une exception.

Heureusement ces problèmes sont corrigés dans la suite du jeu et les niveaux allient agréablement esthétisme et praticabilité.

De plus Yuko a pensé aux PNJ bloquants puisqu’il est possible de leur passer « par-dessus » en pressant deux fois une touche de direction. Bon point.

Les donjons sont quant à eux remplis de coffres cachés, et le cheminement se trouve être toujours clair, ouvert, sans rarement avoir le sentiment d’être paumé. (Sauf cette foutu Forêt des songes, décidément )


Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Narration et Mise en scène (Note : 2,5/5)

Classique, la mise en scène utilise les artifices habituels des jeux RPG Maker, à base d'emote, d'effets visuels de combats et de mouvement de personnages.

Le tout fait le taf efficacement, sans grande surprise.

Certains passage clefs disposent de plus de travail que d'autre mais l'ensemble manque peut être un peu de folie et d'audace.

Désolé, je ne vois pas quoi dire de plus pour cette catégorie.


Univers (Note : 3/5)

Après des débuts en apparence très manichéen, le jeu révèle une second nature à mesure que l'on progresse.

Les humains ne sont pas tous mauvais, et les monstres ne sont pas tous de gentilles créatures voulant vivre en paix.
Une subtilité qui apporte de la profondeur à l'univers de Luminatis et qui permet d'enrichir l'expérience du héros, au départ plutôt ignare et naïf.

Le jeu cultive cette ambiguïté et l'on découvre en même temps que le héros que la vie n'est pas si simple.
Plutôt cool.

Si l'univers en tant que tel reste classique, (Héroic Fantasy traditionnel) , on sent les efforts de Yuko pour apporter un peu de profondeur à son monde. A travers notamment des lieux uniques secret à découvrir pour en apprendre plus sur le background.


Personnages (Note : 2,75/5)

Luminatis souffre d'un problème constant du début à la fin du jeu :

Tous les personnages semblent parler d'une même voix, d'un même style, avec les mêmes tournures de phrases.
Il n'y a pas vraiment de caractérisation propre à chaque personnage. Tous emploient le même ton.
Dommage car cela rend plus difficile l'attachement aux personnages.

Par ailleurs les dialogues sont remplis tics de langages désagréables.
Je n'ai pas compté les "bon ben" ou les "bah", qui doivent s'élever à plusieurs centaines.

Le jeu alterne par ailleurs discours soutenu et discours familier pour un mélange des genres parfois étranges.

Enfin, et c'est peut être le plus gênant, le jeu est rempli de phases de dialogues parfois interminables.
Ou les personnages s'expriment pour ne pas dire parfois pas grand chose.

Malgré tout, le temps passant, notre équipe finit par devenir attachante.


Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3/5)

Luminatis est un RPG old school, classique et efficace.

Malgré un début ultra poussif, des combats aléatoires trop présents et plutôt répétitifs, un ton un peu niais ou des dialogues parfois bancals, l'aventure s'avère prenante et plaisante.

On nage en terrain connu, certes, mais les situations, le rythme, et les décors sont suffisamment variés pour renouveler l'expérience et donner envie de progresser.

On finit par s'attacher à cette galerie de personnages, et j'ai pris plaisir à voyager avec Fedre et ses acolytes.

Avec un relooking de sa première partie, de meilleurs musiques, et des dialogues plus percutants, Luminatis pourra s'élever encore un cran au dessus.



Remarques diverses

Aucun bug majeur rencontré.
Quelques fautes ou oublis de mot, mais ça reste rare.

Très bonne finition dans son ensemble.

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !