Hello ! Venez discuter sur Discord !
Test :
Le Troisième Papillon
Par Fistan

Temps joué : 30 min


Introduction

Le Troisième Papillon fait partie de ce type de jeux parfois étranges, souvent marginaux et généralement singuliers que l'on peut qualifier comme le fait ici l'auteur en tant qu'une "histoire interactive" (ou jeu d'aventure, si on préfère une terminologie un peu plus officielle bien qu'aussi vague). Aussi, nul ne sera surpris de voir l'accent mis ici sur la narration. Je tiens quand même a préciser tout de suite que la version proposée au concours par l'auteur n'est qu'une (très) courte démo, courte au point que j'ai envie de la considérer comme en tant que l'introduction du jeu (et encore, je ne peut même pas être certain d'avoir eu l'intro en entier).

Aussi, vous comprendrez j'espère que les remarques de ce test soient parfois un peu succintes : j'ai l'impression de devoir donner un avis éclairé sur un livre dont je n'aurais lu que les 10 premières pages. Donc je vous propose de faire honneur à l'esprit de synthèse du jeu et à faire tout de suite un petit saut vers la conclusion. Rassurez vous, les titres vides en chemin sont tout à fait normaux, nous verrons tout à la fin.


Si vous voulez bien me suivre...


Awards généraux

Gameplay (Note : 1,5/5)



Histoire (Note : 2,5/5)



Ambiance et immersion (Note : 4,5/5)



Graphismes (Note : 2,5/5)



Bande-son (Note : 3,5/5)




Awards spécifiques

Level-design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Narration et Mise en scène (Note : 4/5)



Univers (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 3,5/5)



Introduction (Note : 3/5)



Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 3/5)

Tout le monde est là, personne ne s'est perdu en chemin ?

Parfait ! Faites juste attention aux pierres qui tombent, ça peut faire mal au crâne. C'est d'ailleurs la première chose que vous aurez à faire en tant que joueur dans Le Troisième Papillon, une jolie séquence QTE pou éviter des éboulis. Ah, les séquence QTE. Je suis sûr que vous raffolez de séquences QTE. Après tout, qui n'aime pas une bonne vielle petite mignonette séquencounette de jolies QTE ?
Bon d'accord, personnellement je suis pas fan des QTE, surtout dans un jeu narratif qui par essence se veut plutôt cool. c'est un type de jeu où j'aimerais pouvoir me concentrer sur l'histoire, me plonger dans son intrigue comme dans celle d'un livre. C'est un peu plus dur d'être relax avec l'angoisse que le jeu puisse à tout moment décider de tester mes réflexes ninja. De plus, pour vous dire le fond de ma pensée, les QTE de ce jeu sont du "faux" gameplay, en ce sens qu'elles ne sont là que pour vous réveiller en faisant appuyer sur les touches. Les rater, c'est recommencer. J'eus préféré, tant qu'à avoir des QTE, qu'elles soient gratifiantes et non pénalisantes (c'est à dire qu'une réussite modifie le déroulement de l'histoire, et qu'un échec n'apporte pas un game-over), ce serait bien plus adapté à un jeu de ce type, et bien plus adapté a cet aspect précis du scénario.

Comme le protagoniste faisons quelques pas et rejoignons le second dialogue un peu plus loin. Attention à ne pas le rater, si vous passez à côté sans signaler votre présence ce sera trop tard, ici on peut toujours aller de l'avant mais on ne revient pas en arrière ! En plus ce serait dommage de rater ça, les dialogues de ce jeu sont plutôt pas mal écrits et bien mis en scène. Personnellement j'apprécie beaucoup l'emploi de phylactères qui, en plus des faceset, permettent de bien identifier celui qui parle tout en restant centré au cœur de la scène, sur les personnages.
Je vous parlerais bien de l'histoire contée dans le jeu, au passage, mais c'est un peu délicat dans la mesure où elle est à peine esquissée sur la poignée de scènes qui constituent cette démo-intro. Ceci étant, il semble y avoir un thème religieux/mystique sous-jacent qui n'est pas inintéressant.

Ne vous méprenez pas, n'avoir que les bases de l'histoire ne signifie pas que l'immersion n'est pas au rendez vous. C'était même la grande surprise de ce jeu en ce qui me concerne, et clairement un point sur lequel il faudra(it) que l'auteur capitalise pour la suite. Dialogues et narration sont bien dosés et surtout supportés par un level design sans prétention mais efficace - étonnamment joli, même, quand on considère qu'il est fait avec ces tiles ignominieux qui habillent les dernières versions d'RPG Maker - et un bon travail sur les sons d'ambiance. Ce maker là est un jour sorti de chez lui avec ses yeux et ses oreilles grand ouverts, ça se sent et ça fait plaisir. Comble du raffinement, les invites de commandes des QTEs sont même justifiées a posteriori par le scénario, qui fait d'un élément d'interface un élément de l'histoire à part entière. Belle manoeuvre qui mérite d'être signalée.
La perfection n'est cependant pas de ce monde et je dois avouer que la première phase de puzzle n'est pas à la hauteur, c'était dur pour moi de rester dans le personnage. Pour ne pas spoiler je n'entrerais pas dans les détails, disons seulement que le level design est à mon goût trop abstrait, trop fonctionnel, et la scène peut cohérente dans le grand ordre des choses.

D'ailleurs, ces puzzles sont la deuxième façon qu'à le joueur de participer un peu à l'action, après les QTEs. Dans cette démo j'en ai noté deux, ce ne sont pas des phases inintéressantes. La deuxième était même très agréable, bien mise en scène, bien qu'un peu facile. Après tout, les puzzles et les énigmes sont un classique du jeu d'aventure, il aurait été dommage de s'en priver.

Techniquement, le joueur est aussi appelé à intervenir pour emmener le protagoniste d'une scène à l'autre, mais bon, je ne vais pas vous mentir, ce n'est pas très intéressant. Il s'agit en fait de marcher du point A au point B en suivant un chemin tout tracé. Joueur curieux qui voudrait changer de route, gare à toi, tu vas te faire rappeler à l'ordre très vite, ce n'est pas le genre de la maison : le prochain dialogue est au bout du chemin principal, alors tu pars là bas sans poser de questions.



C'est ce dernier point qui va m’amener à conclure finalement que Le Troisième Papillon est un jeu bien qui ne parvient malheureusement pas à être bon. L'auteur avait pour ambition de faire une histoire interactive et les bases sont ici : l'esquisse d'une histoire engageante, un bon sens de la narration et une très bonne immersion. Cependant, cette histoire là n'a d'interactive que le nom. Le rôle du joueur se cantonne en fait à appuyer sur une touche de temps à autre ou a résoudre un petit puzzle. Par trop linéaire, ce jeu n'utilise absolument pas le fait d'avoir un joueur aux commandes, et traite ce dernier comme une machine bonne a appuyer sur quelques boutons au bon moment. J'aurais aimé, et j'aimerais beaucoup pour la suite, voir l'auteur faire une place à l'apport du joueur dans son histoire. Fi de ces QTEs gratuites et de ces couloirs sans intérêts, donnez nous au moins l'illusion d'influer sur cette histoire : c'est un jeu, pas un film ni un livre !


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !