Test :
La Perle des Ombres
Par verehn

Temps joué : 1 h


Introduction

La Perle des Ombres, un jeu qui attire l'attention par son synopsis et ses screenshots. Je n'étais pas étonné de le voir participer aux Alex d'Or, mais je dois avoué être un peu resté sur ma faim tant le contenu proposé pour le moment est limité. Voyons voir de quoi il en retourne.

Note: je vais m'attarder sur les points négatifs, qui sont plus faciles à observer et à décrire (et permettent à l'auteur de s'améliorer), mais ça ne sera pas représentatif du plaisir de jeu pour autant.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2,25/5)

Le gameplay de la Perle des Ombres est du genre classique et facile à prendre en main.

Pas de grosse surprise au niveau des combats, puisqu'on retrouvera des compétences somme toute habituelles pour le moment. Il est appréciable de commencer avec une équipe complète, ce qui ouvre plus rapidement les possibilités stratégiques. Malheureusement, on remarque que l'équilibrage en ce début de jeu est relativement étrange puisque tous les ennemis de la démo ou presque, bien qu'ils soient les premiers du jeu, possèdent des sorts d'altération d'état dangereux, et une agilité suffisante pour vous faire échouer vos tentatives de fuite ou encore les grosses techniques que vous aviez intelligemment préparées (selon moi elles ne devraient pas pouvoir louper). Les sorts de soin n'étant pas prioritaires dans l'ordre des actions en combat, vous aurez vite fait de vous faire piéger face à un groupe d'ennemis surprenamment dangereux (ce qui n'est pas si rare) ou face au boss de la démo (il peut vous tuer littéralement en deux tours sans que vous puissiez résister si vous n'avez pas de chance, même en la jouant défensive).

Ces dits ennemis apparaîtront sur la map comme tout bon PNJ, ce qui vous permettra de les esquiver pour peu que vous connaissiez la commande de course (touche majuscule). À certains endroits cependant, vous manquerez d'espace pour ça: un petit bémol compréhensible si on part du point de vue que certains joueurs seraient assez fous pour esquiver tous les combats sans cette intervention, mais cela devient moins compréhensible quand ces passages étroits se situent entre le dernier lieu de repos et le boss de la démo. Cela revient à forcer un farm d'expérience inutile et blesser l'équipe du joueur avant ce rude combat.

En tant que maker je me doute que ces endroits ne seront pas passables, cependant ça ne sera pas le cas d'un joueur classique.

L'exploration dans les jolies maps du jeu est globalement agréable mais aussi assez pauvre. La lisibilité des lieux est un point positif qui n'est pas un luxe dans les jeux de la communauté bénéficiant de "parallaxe mapping" (passabilités souvent confuses, mitigées). On n'échappe jamais complètement à l'erreur cependant: je pense surtout à la première ville dont plusieurs ouvertures visuelles, arches ou escaliers, ont l'air traversables mais ne le sont pas.
Les interactions avec le décor sont très rares (et parfois involontaires, comme les chandeliers qui se transforment pendant une fraction de seconde si on appuie devant), si bien qu'il n'est plus habituel pour le joueur de tenter d'appuyer partout à un moment du jeu où cela devient nécessaire. De la même manière, les PNJ n'apportent pas l'interaction qu'ils devraient (étant peu nombreux à vous lâcher quelques mots).

Pendant que ce chat vous bloque le passage de longues secondes durant, vous remarquez qu'un seul PNJ ici a quelque chose à vous dire.

À noter: j'ai une crainte concernant les maps de sauvegardes puisque leur allure cérémonieuse, appréciable du point de vue de l'immersion, m'amène à penser que celles-ci seront plus rares que les habituels points de sauvegardes sous forme d'objet fantastique posé au milieu de n'importe quel décor. Il faut dire que dans la démo déjà, un point de sauvegarde supplémentaire ne serait pas de refus.

Histoire (Note : 3,25/5)

Sans pouvoir délivrer suffisamment de contenu en un temps trop court de 45 minutes, La Perle des Ombres promet de jolies choses. Dès le début, on vous présente une situation qui ne semble pas manichéenne, avec plusieurs factions où se mêlent intérêts d'Etat et intérêts religieux, et un enjeu relativement original. Ce genre de départ a toutes les chances de mener à de bonnes choses, mon attention a donc été piquée.

L'introduction possède l'avantage d'amener rapidement à l'action tout en en subissant le contrecoup: la surdose d'exposition et le hachage de la contextualisation. (cf section "Introduction")

On notera que le premier personnage jouable auquel le joueur va essayer de s'identifier lui sera retiré brusquement des mains au bénéfice d'une équipe d'inconnus, à l'exception de Jin Ley dont on avait déjà entendu parler. Le procédé en lui-même n'est pas mauvais, mais son usage en tout début de jeu pose un réel problème puisque c'est à ce moment que le joueur prend ses marques.

Ambiance et immersion (Note : 3,5/5)

En 45 minutes, on ne peut pas dire que la prestation de La Perle des Ombres soit mauvaise.

L'homogénéité et la clarté des visuels est un plus non négligeable pour se laisser prendre au jeu, de la même manière que la simplicité des commandes. Les cutscenes du jeu font le gros du travail, sans surprise, appuyées sur un background qui semble suffisamment dense, et une bonne orthographe. Les effets spéciaux du jeu seront appréciés, en particulier les morts des ennemis hors combat et la résolution de l'astuce aux interrupteurs (à noter que pour ces derniers il aurait été utile de montrer ce qu'ils activaient exactement).
En revanche les villes peinent par leur manque de générosité (ce que l'on peut pardonner à la première puisqu'il y fait nuit et que le personnage est pressé). Entre les bâtiments inaccessibles, les PNJ muets, les décors sans interactions, on perd vite le sentiment de découverte, on n'a plus d'étoiles dans les yeux et on cherche la suite du scénario. J'espère que le saut géographique effectué entre les deux villes ne sera pas trop souvent réitéré ou que nous aurons un moyen de se situer géographiquement tôt ou tard, puisque pour l'instant nous n'avons aucune notion des distances. On aimerait également des personnages plus différenciés, plus caractérisés dans les dialogues, ce qui me semble à la fois beaucoup demander en si peu de temps en ce qui concerne les personnages principaux, mais tout à fait réalisable en ce qui concerne les PNJ. Les dialogues de ces derniers auraient besoin d'un effort supplémentaire: beaucoup ne sont simplement pas faits (l'auteur va jusqu'à indiquer quels PNJ admettent des interactions ce qui à mon sens est plutôt un pansement qu'un cadeau ), et la plupart semblent peu inspirés par rapport à la complexité apparente du contexte (univers, religions, factions...).

L'introduction est garnie de belles images qui tentent de nous plonger dans la fantasy sans pourtant trop se mouiller, et - le texte étant déjà copieux en informations - on se retrouve un peu perdu devant cette profusion, en l'absence de repères communs dans tous ces visuels (par exemple une même civilisation: architecture, armures, emblèmes, héros...).

Enfin, bien entendu, cette fameuse histoire de changement de héros en cours de route n'aide pas.

Pour les musiques et sons: cf Bande-son.

Les maps de sauvegardes ont une allure cérémonieuse en accord avec l'histoire du jeu.

Graphismes (Note : 3,75/5)

Sans surprise, on ne peut pas reprocher grand chose aux graphismes de La Perle des Ombres. Ils sont agréables, homogènes, bien travaillés, panoramisés (parallaxe) sans trop attenter à la clarté, les couleurs sont bonnes, les décors sont pour le moment suffisamment variés, accompagnés de petits luminaires qui ont leur propre halo...

Alors que nous manque-t-il ? Eh bien déjà, beaucoup de lieux, beaucoup de "jeu" en comparaison avec la concurrence du même genre au sein du concours (ce qui vaudra de ne pas dépasser 4/5). Mais aussi, et c'est là que Selhan pourra se montrer réactif: du rêve, de l'émerveillement, de l'évasion. On s'accroche pour cela à quelques effets dont nous parlions dans la catégorie Ambiance et Immersion. En effet, en dehors de ces quelques attentions, le jeu n'est pas si grandiloquent, on nous sert l'image classique de lieux médiévaux tels qu'on les imagine tous, sans extravagance dans les architectures, les reliefs, les couleurs, les animations, les vêtements, les animaux, les zones géographiques et les climats... En bref, on attend un petit peu de piment et de personnalité même dans les lieux les plus classiques (simples villes), et également de découvrir des régions plus naturelles pour pouvoir se faire une meilleure idée.

Note: les leviers ont besoin de se démarquer un peu plus: ils se fondent dans le décor dans la map la plus innocente de la démo, et les manquer est trop rédhibitoire.

Attention au phénomène du tapis qui réussit à s'étendre en-dessous d'une estrade de pierre.

Bande-son (Note : 3/5)

La Perle des Ombres fait un usage correct de ses musiques, qui ne sont pas des morceaux originaux composés spécialement pour le jeu. On remarque une insistance sur le mystère et la gravité en début de jeu, pour passer sur un thème plus léger dans la zone portuaire que je n'apprécie pas trop, la guitare sèche passant mal avec le reste (ce thème est selon moi le mouton noir des musiques du jeu). Puis retour aux choses sérieuses en fin de démo. Evidemment, même si les premières se suivent assez bien, il sera difficile de trouver des connexions fortes entre les morceaux ou même un thème récurrent à chantonner (leitmotiv). Malgré tout nous avons là un ensemble qui se tient et qui est agréable à écouter.

Du côté des sons, les éléments naturels sont soulignés: la pluie, les vagues, les infiltrations, les flammes durant l'introduction, toutefois on déplore la timidité voire l'absence des effets sonores dans le restant de la démo, en particulier quand il s'agit d'ajouter du dynamisme aux cutscenes.

On entend le crépitement du feu.


Awards spécifiques

Level-design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Narration et Mise en scène (Note : 3,75/5)

Commençons par l'introduction qui est agréablement imagée malgré un certain manque à gagner du côté de la pédagogie, en effet on croule sous les informations textuelles et visuelles en ayant du mal à trouver ses marques, à situer correctement les forces en question. (cf section "Introduction")

Ce choix de narration "droit au but" se retrouve plutôt bien dans les autres scènes, puisque malgré le nombre de personnages élevé et le manque d'insistance sur leurs personnalités respectives, on ne s'attarde pas beaucoup dans les dialogues des cutscenes. L'expression écrite est d'ailleurs suffisamment bonne pour que l'on ne bute pas sur des phrases ou des fautes, ce qui est notable en ces temps difficiles.

On remarque que l'aspect nocturne et pluvieux de la première ville correspond plutôt bien au moment scénaristique et à la mission d'infiltration du personnage. De la même manière, la fuite du groupe de héros en fin de démo correspond bien à l'usage d'un lieu souterrain inquiétant.

Les autres sections comme "Bande-son" ou "Ambiance et Immersion" contiennent également des remarques qui viendront s'ajouter au jugement sur cette section.

Univers (Note : 3/5)

Malgré les allures de setting complexe que La Perle des Ombres nous inspire, nous avons bien peu d'informations à se mettre sous la dent dans cette démo de 45 minutes. De par ses multiples factions entre politique et religion, ses anciennes guerres, ses localités, on devine que l'univers du jeu regorge de détails à nous partager.
Malheureusement, il ne faudra pas compter sur les villes pour se dévoiler entièrement, ni sur les PNJ qui y habitent pour être locaces à propos de leur histoire, de leurs coutumes, ou des éléments fantastiques du contexte entre autres. Ce qui semble primer dans ce début de jeu, c'est l'action.

Je citerai donc la section "Graphismes":
Alors que nous manque-t-il ? Eh bien déjà, beaucoup de lieux, beaucoup de "jeu" en comparaison avec la concurrence du même genre au sein du concours (...). Mais aussi, (...) du rêve, de l'émerveillement, de l'évasion. (...) Le jeu n'est pas si grandiloquent, on nous sert l'image classique de lieux médiévaux tels qu'on les imagine tous, sans extravagance dans les architectures, les reliefs, les couleurs, les animations, les vêtements, les animaux, les zones géographiques et les climats... En bref, on attend un petit peu de piment et de personnalité même dans les lieux les plus classiques (simples villes), et également de découvrir des régions plus naturelles pour pouvoir se faire une meilleure idée.

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 3/5)

L'introduction commence par une scène imagée dont la forme est plus celle d'un cours d'histoire que d'une scène de cinéma merveilleux. Elle est bien utile pour atteindre le quota d'exposition nécessaire dans la précipitation, et par conséquent un peu lourde à digérer pour un joueur qui débarque à l'improviste (tout comme mes phrases très longues). Digestion qui aurait pu être facilitée par des illustrations suffisamment pédagogiques, schématiques même, avec des éléments qui évoluent (effets spéciaux, déplacements) ou des repères visuels simples pour différencier les différentes factions et leur niveau de pouvoir dans la société.
Aussi, ce démarrage en force permet d'accéder rapidement à l'action, ce qui est appréciable, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il y aurait eu moyen de prendre plus de temps pour bien poser les bases, l'univers, les héros, et d'étaler certaines informations sur la durée.



Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 2,5/5)

C'est le moment où tombe le verdict, et aussi le moment où le plus gros défaut de la démo ressort le plus: la durée de vie. Il est facile de remarquer les prouesses ou les échecs d'un créateur en fonction du temps qu'il a eu pour les exposer, mais plus difficile d'équilibrer correctement un tel jugement par rapport à d'autres produits plus avancés. Il est question de récompenser des jeux qui feront vivre un maximum de bonnes expériences aux joueurs, or La Perle des Ombres promet ces expériences davantage qu'elle ne les délivre, le jeu se contentant d'être relativement propre dans ses débuts en attendant le décollage, mais raflant déjà la globalité de ses points dans les Graphismes en passant (et je n'en veux pas à Selhan pour autant). Je tiens donc à souligner le grand potentiel de La Perle des Ombres - c'est effectivement un projet qui pourrait percer à l'avenir - ainsi que la capacité de son auteur à livrer une oeuvre cohérente qui, en l'état déjà, ne manque pas de carrure.


Remarques diverses

-Le personnage mystérieux du début, il a le temps de voyager incognito, se rendre au château faire son rapport, et repartir en une seule nuit ?
-Il peut rentrer dans une zone de très haute importance et parler à la reine sur la simple présentation de son médaillon: n'aurait-il pas pu l'avoir volé ?
-Attention à l'usage du mot "serviteur" à la place de "servante".

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !