Test :
BogossStory (THE démo)

Temps joué : 2 h


Introduction

"BogossStory" est un jeu de Joke.
C'est un jeu qui commence à avoir de l'âge, vu qu'il a été débuté en 2005, pour être une sorte de pause pour Décadence (un autre jeu de Joke, ayant d'ailleurs concouru en 2014). C'est pas le problème de l'âge du jeu, mais plutôt son orientation.

N'allons pas mentir, BogossStory a sa place aux Alex (mais pour certains points, c'est plus délicat), mais il diffère trop des autres jeux pour pouvoir être noté correctement. Votre dévoué serviteur va tout de même tenter de noter et commenter BogossStory comme il se doit. C'est parti!


Awards généraux

Gameplay (Note : 3/5)

BogossStory ne sait pas vraiment sur quel pied danser. Pour être plus clair, il y a énormément de mini-jeux, et le gameplay principal, basé sur le BazooCocotte, n'apparaît qu'assez tard dans le jeu, bien après une bonne heure de jeu.
Je sais très bien que j'ai dis que BogossStory a sa place aux Alex, mais il s'agit aussi d'un fourre tout en matière de gameplay, où Joke s'est pas mal amusé à tester les capacités de RPG Maker 2003, sans réelle cohésion. Pour cette raison, BogossStory n'a pas vraiment sa place dans le concours.
Après, je ne dis pas qu'un jeu n'a pas le droit d'avoir des gameplays uniques qui apparaissent très peu, mais il faut que ça reste raisonnable.

Mais au final, dire que les gameplay et minis-jeux sont mauvais, c'est mentir. En fait, c'est surtout la qualité de la programmation qui vaut la note de 3 dans la partie gameplay.
Les minis-jeux sont vraiment très réussis et franchement très drôles (en particulier ceux qu'il y a dans le cirque, avec une mention spéciale à celui où il faut péter), les phases d'infiltrations sont très réussies, et les combats au BazooCocottes sont très bien également.
Le seul mini-jeux qui m'a fait râler, c'est celui où l'on doit cloner les poules. Il fonctionne aussi bien que les autres, mais dans sa pratique, il est mal pensé, car le déplacement se fait directement sur la map, et implique de déplacer John Bogoss sur des boutons (espacés de 2 cases chacun) pour faire se déplacer la pince, il en va de même pour la prise. Pourtant, ce mini-jeux reste dans l'esprit du jeu.

Pour conclure, je reviendrais plus en détails sur les minis-jeux dans l'award systèmes.

Histoire (Note : 2,5/5)

Il est extrêmement difficile de noter l'histoire de BogossStory, vu qu'elle est torchée, et c'est voulu et parfaitement retranscrit en jeu.
Nous incarnons donc John Bogoss, et qui comme son nom ne l'indique absolument pas, est l'homme le plus laid du monde, qui est invité à la fiesta à la Casa Del Mayor (enfin, invité, faut très vite le dire, puisque le facteur s'est gouré de fenêtre). Notre brave John Bogoss, se rend à la fiesta, tente de draguer de la nénette, en se fessant rembarrer à chaque fois. Désespéré, voilà qu'intervient le Pianiste, qui nous révèle l'existence du SeXy PoWeR, un artefact puissant qui confère à son possesseur le pouvoir de la drague ultime. C'est donc tout logiquement que nous guiderons John Bogoss dans la quête du SeXy PoWeR, aussi parsemée d'embuches soit-elle.

Très concrètement, l'histoire est là pour poser l'humour du jeu, et elle le fait très bien. Les retournements de situations et autres situations improbables, aussi illogiques soit-elles, restent logique dans l'esprit du jeu. C'est bien l'avantage qu'on retiendra de BogossStory, le jeu est con, mais cohérent avec lui même.

Cependant, tout cela n'est pas exempt de défauts. J'ai souvent eu l'impression, que l'histoire est en retrait, vis-à-vis des blagues et des minis-jeux.

Ambiance et immersion (Note : 3/5)

Il est extrêmement difficile de créer un jeu reposant en grosse partie sur l'humour, sans devenir chiant. Si par moment BogossStory est lourd, on n'est cependant pas tombé dans le piège de 1RSN.

Comme je l'ai mentionné, BogossStory est très con mais cohérent, par ce simple fait, on se laisse facilement prendre par l'atmosphère du jeu. Les blagues disséminées un peu partout dans le jeu, ainsi que le 4eme mur qui est souvent brisé dans la finesse (genre on peut voir le scénar du jeu posé sur une table dans la taverne martienne).
Cet amas d'humour possède son charme au début du jeu, mais tend à devenir moins percutant (voir même lourd) au fur et à mesure que le jeu avance. La cause étant très certainement l'arrivée fracassante du BazooCocotte, qui s'impose comme gameplay principal, alors que jusque là, nous suivions une série de minis-jeux. Le changement est trop brutal, et cela nuit très fortement au plaisir de jouer.

Je résumerais en disant que le jeu est au meilleur de sa forme au début, et qu'il ne faut y jouer que pour ce même début.

Graphismes (Note : 2,75/5)

Les graphismes sont essentiellement basé sur les RTP de RPG Maker 2003. C'est pas laid, ni beau. Dans le cas de BogossStory, c'est pas très homogène (par la présence de ressources customs et quelques éléments amenés de l'extérieur).

Pour les battlers du camp d'entrainement éducatif de 3 à 6 ans, c'est vraiment pas beau. Les contours du fantôme, ça se passera de commentaire, l'écureuil et le canard en plastique j'en parle même pas, on dirait un détourage fait à la va vite sur Paint. Nous somme face à un jeu humoristique, mais l'humour ne justifie pas tout, loin de là.
Après, ça reste un exemple, mais les autres ressources du jeu sont relativement soignées.

Loin de moi l'idée de critiquer l'orientation de la charte graphique (vu qu'elle est cohérente avec le jeu et son esprit), mais cela n'empêche pas de respecter un minimum la contrainte qualité et homogénéité.

Bande-son (Note : 3,25/5)

Les musiques sont piochées un peu partout: Du X-Files, Cités d'Or, Winnie l'Ourson, Rocky, du RTP de RM2K3, et même un peu de custom. Et ça n'est que des exemples.
Avec une telle diversité de titre, on pourrait s'attendre à se que le tout ne soit pas très homogène. Pourtant, il n'en est rien. Les musiques sont toutes au format midi, et conservent donc un style commun. Les musiques s'accordent très bien avec le graphisme et l'ambiance du jeu. C'est surtout vrai à la fiesta de la Casa Del Mayor, avec le remix de la musique de X-Files, qui mêle l'étrangeté de la Casa Del Mayor, et l'amusement de la fiesta.

De manière générale, les musiques choisies/faite/remixées sont parfaitement raccord avec l'univers de BogossStory et les différentes situations où elles sont utilisées.


Awards spécifiques

Level design (Note : 3,25/5)

Le level design est vraiment sympa, malgré les limitations de RM2K3, nous avons des environnement divers et variés.
Les lieux les plus soignés étant sans contestation possible la forêt où se situe le camp éducatif de 3 à 6 ans, les intérieurs (dont une mention spécial pour la Casa del Mayor) et la map monde qui possède beaucoup de charme, notamment grâce à la tronche de John que l'on peu voir à un endroit de la map, et autres Bilou et Joke écrit.

Et les endroits les moins soignés... Ceux qui se rapportent au cirque, et surtout la cafétéria martienne.
En se qui concerne les maps du cirque, c'est que ça manque de détail, et pour le coup, ça tranche trop avec le reste des cartes du jeu.
Et la taverne martienne, bien qu'elle soit cohérente avec son gameplay et les chemins facilement compréhensibles, elle tranche beaucoup avec le reste... Et surtout, en dehors de sa zone principale, on ne dirait pas vraiment une taverne, mais plus un fourre tout.

Systèmes (Note : 3/5)

*craque ses doigts*
Voilà la catégorie où il y a le plus de choses à dire sur BogossStory. Compte tenu du grand nombre de systèmes présent dans le jeu, je vais accorder un paragraphe à chaque mini jeu.

Casa del Mayor:
L'exploration, ok elle fait son taff.
L'infiltration de même.
Et le shifumi également, même si j'ai toujours pas capter la phrase "Mais une légende dit qu'un jour, un joueur regardait le Mayor droit dans les yeux et tout était clair...".

Les minis-jeux du centre éducatif de 3 à 6 ans
L'allumage des torches, ça reste simple mais ça fait également le café. La partie avec les torches est à la hauteur des énigmes qui suivent (question réponse), ça reste simple et ne mérite pas qu'on s'y attarde (pas parce que c'est mauvais, mais parce qu'il n'y a rien à dire).
La course du lapin est plus fun. Pareil, elle est simple, mais tout de même sympathique à faire.
Le mine cart est plus intéressant, car il présente enfin une certaine complexité dans son système. Le tout fonctionne comme sur des roulettes, et force à réfléchir un minimum pour en venir à bout, et à établir la meilleure route pour finir le tout... Tout en sachant que plusieurs possibilités sont envisageables.

La maison de José:
Si les minis-jeux sont très drôles, ils possèdes quelques défauts. Le premier mini-jeu possède le défaut le plus flagrant, c'est les mouvement case par case nuit quelque peu à la praticité du niveau. Mais en dehors de ça, il est bien pensé, et prendre des savons pour regagner de la vie, gâchée par de vilains cacas est une touche non négligeable à ce mini-jeu déjà barjo.
Cependant, le mini-jeu qui suit, celui du super débouche chiotte électronique. Bon, le fait qu'il succède directement au mini-jeu du passage sous-marin pose déjà un premier problème. Ensuite, ce mini-jeu nous demande d'appuyer sur les touche numérotées du clavier. Cela marche plutôt bien, mais c'est long, trop long, et ennuyeux à la longue.

Attraper les cocottes + brossage de dents:
Le mini-jeu où il faut attraper les cocottes dans un temps imparti, celui là est l'un des plus mauvais. Le timer qui s'affiche sur les 80% de l'écran, très mauvaise idée. 1m30s pour attraper toutes les cocottes, alors que celles ci sont au nombre de 50 et se déplacent de manière assez psychédélique, pareil c'est une mauvaise idée, surtout que le timer ne nous aide pas à rester concentré. Ce mini-jeu, on le fait juste parce qu'il faut le faire.
Le brossage de dents de l'éléphant (ou gerbille de se que l'on comprend dans la partie du cirque), pareil, c'est long, répétitif et peu intéressant. Bien que le tout parte d'une bonne idée, il doit y avoir moyen de rendre cela plus intéressant.

Relatifs au cirque:
Le jeu de tourner dans la cage, même pour appuyer l'humour du jeu (et en plus c'est gonflant), il n'a quasiment aucun intérêt. Heureusement qu'on ne doit pas réellement faire 50 tours.
Cependant, le mini-jeu où il faut éviter les gens qui nous tombent sur la tronche, bien qu'un peu bancal, est vraiment sympa. Bon, parfois, les obstacles apparaissent à peine 2/3 cases au dessus de notre tête, peuvent gâcher le mini-jeu par la simple frustration que cela implique.
Le mini-jeu où il faut garder l'équilibre tout en avançant sur la corde est celui qui se démarque le plus. Technicité et bonne programmation sont ses atouts.
Le saut avec les pets à base d'haricots de Fukushima, j'ai un peu plus de doute. En soit, je pense qu'il s'agit du mini-jeu le plus en raccord avec l'univers de BogossStory, mais aussi le plus frustrant. Les contrôles sont assez difficile à prendre en mains, nous ne passerons cette étapes qu'au bout de plusieurs tentative. Même le mode simplifié, le mode parachute, est difficile. Mais c'est peut-être aussi dû au level design assez tortueux dudit mini-jeu.

De manière générale, les systèmes de BogossStory sont bien fait, mais je ne peux pas m'émanciper du critère intérêt.

Narration et Mise en scène (Note : 0/5)



Univers (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 0/5)




Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !