Test :
(6)

Temps joué : 1 h


Introduction

(6) est une merveille conceptuelle. Et pourtant, qu'il est dur de s'exprimer à son sujet !

Ce jeu nous est proposé par Ashala, une membre de la communauté RPG Maker pour laquelle je ne peux m'empêcher de témoigner un certain respect.

Son jeu est un Point'N'Click réalisé sous RPG Maker MV.
Il me semble que c'est une première pour elle.

Il y a beaucoup de choses à dire ; car nous sommes face à un jeu réellement très curieux, qui rompt pas mal avec ce que l'on connait habituellement du jeu-vidéo !
Il se dégage quelque chose de très artistique, dans (6). Je suis resté, du début à la fin, attentif au fil de ce jeu.

Nous verrons que, malgré des défauts et un certain manque d'expressivité, (6) dégage quelque chose de très intéressant, et d'assez nouveau (en tout cas pour moi).


Awards généraux

Gameplay (Note : 1,5/5)

Sans surprise, notamment par rapport à ce que j'ai pu en dire dans mon Pré-Test : (6) est un jeu dont le Gameplay n'est ni accessible, ni mis en avant.

Le Gameplay est tant en retrait que l'on ne le comprend pas (aucun signifiant graphique, aucun texte explicatif, manque
de réactions et d'illustrations de pourquoi un choix ne fonctionne pas...).

(6) n'a pas un Gameplay mémorable...
C'est vraiment dommage !

Dès lors, (6) se rapproche plutôt du musée, ou encore de l'exposition, que du jeu-vidéo...

Histoire (Note : 2/5)

(6) a probablement une histoire ; il est en tout cas assez visible qu'il dégage une certaine partie de celle de l'auteur du jeu, sans pour autant être cathartique.

Malheureusement, cette histoire n'est vraiment pas accessible.
On ne comprend pas qui sont ces femmes, ce qu'elles font là, et ce qu'elles expriment.


On ne comprend pas non plus ce qui nous entoure dans le huis-clos dans lequel on évolue, si ce n'est que plus l'on avance, plus l'on se met à avoir d'occasions de tourner en rond, de ne pas réussir à venir au bout des choses, et de revoir inlassablement les mêmes tableaux dont on est loin de tout comprendre. (Et ça, c'est vraiment très intéressant !)


En dehors de ce côté très positif, et même intellectuellement brillant, l'histoire de (6) est vraiment trop en retrait, et peu compréhensible.
(6) se montre trop inexpressif, muet.

Ambiance et immersion (Note : 3,5/5)

L'ambiance est intéressante, surtout pour le travail graphique qui a été réalisé !
Il y a également un certain travail sonore, que je trouve malheureusement encore un peu en retrait. J'y reviendrai plus tard.

En jouant à (6), je ne peux m'empêcher de penser à un maker, graphiste également, et auteur de plusieurs jeux, qui serait probablement très intéressé par cette réalisation d'Ashala... Bref !


De nombreux éléments de décors sont présents. Ils sont l'unique reflet psychologique que l'on a des personnages.
Notre seule réelle piste d'analyse réside dans les décors et ce qu'il y a de visuel. Ce qui est vraiment travaillé, et ne peut nous laisser indifférent !

Pour l'immersion, en revanche... il y a un hic.
(6) ne se montre pas assez accessible. On n'arrive pas à comprendre où il va, alors qu'il est évident que c'est un jeu qui cherche à aller au-delà du simple jeu contemplatif.


Nous sommes donc séduit par l'ambiance de (6), mais avons beaucoup de mal à "Rentrer" dans son univers.
"Seulement pour les fous", ou encore... "Interdit aux idiots".

Graphismes (Note : 4/5)

Voir plus bas, partie Graphismes Originaux.

Bande-son (Note : 3,75/5)

Voir plus bas, partie Musiques Originales.


Awards spécifiques

Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Narration et Mise en scène (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Univers (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Graphismes originaux (Note : 4/5)

(6) a quelque chose, graphiquement, de très intéressant.
Les graphismes de ce jeu constituent des illustrations de certains états mentaux.

C'est travaillé, et très caractéristique à la fois.


J'ai beaucoup apprécié ces tableaux.
À première vue, ils sont confus et fouillis.
En réalité organisés, riches et denses.


Les graphismes du jeu reflètent vraiment ce que j'ai ressenti fortement dans (6).
C'est-à-dire que pour en tirer quelque chose, il faut réussir à entrer dedans. À se sentir personnellement impliqué, à sentir en quoi ce jeu s'adresse à nous.
Et, dans certains cas, il faut aussi savoir se résigner... : (6) ne peut pas s'adresser à tout le monde.


Ainsi, chaque tableau nous demande plusieurs lectures avant que l'on puisse commencer à enfin voir où il veut en venir, et en cela les graphismes sont très fidèles à leur jeu et univers.

À la fois miragineux et oniriques, ils représentent les états mentaux négatifs tels qu'ils ont été vécus et analysés par l'auteur du jeu : sans réponse, noueux.


Malheureusement, et c'est bien ce qui fait que la note n'est pas de 5/5, tout ceci n'est pas assez accessible. (6) est vraiment très isolé. Et c'est aussi quelque part ce qui fait que je l'apprécie...

Il est vraiment trop complexe de tirer toute la symbolique au clair de (6)... et c'est là où il aurait fallu, en tant que créateur de jeu-vidéo, réussir à s'en donner les moyens. Sûrement grâce à la rejouabilité, d'ailleurs, qui n'est pas exploitée dans ce jeu.

Musiques originales (Note : 3,75/5)

Les compositions musicales ont été réalisées par l'auteur du jeu.

Elles sont originales, mais ne sont ni assez "Chaudes", ni assez "Froides" à mon sens pour réussir à faire ressortir de (6) quelque chose : on a affaire à une musique très neutre.

Malgré cela, on ne peut pas dire que l'auteur s'écarte de sa ligne de conduite : il est, encore une fois, toujours sur celle-ci. C'est donc nous qui n'arrivons pas à faire se dégager de cette "Neutralité" ce qu'elle cache profondément. Quelle claque !


Le hic, c'est qu'encore une fois, je pense que le travail de créateur de jeu-vidéo aurait été de nous aider à dénouer tout ça... Bref, je ne me répète pas plus sur ce point-là !



D'autres se sont essayés à réaliser des musiques cauchemardesques, angoissantes, sombres.
Je pense à Stockhausen et son travail sur les 12 signes du Zodiaque...
https://www.youtube.com/watch?v=hB5No0tm8cM


J'y retrouve quelque chose de ce que dégage globalement (6).
Il est tout aussi difficile d'y accéder et de comprendre où ça va, d'ailleurs.


Conclusion (Note totale : 3,25/5)

(6) nous vexe. (6) nous perd dans le nescient ou l'inscient.

(6) nous laisse nous débattre dans le vide, nous dépasse
.


Malgré tout ce qui a pu être relevé de négatif dans ce test, (6) a tout de même su me séduire.
Il se dégage de (6) quelque chose de naturel. Le jeu aurait très bien pu tomber de tout son long dans le piège de la Masturbation Intellectuelle. Il n'en est absolument rien : il y a, dans (6), une forte volonté artistique avant tout ! Cela se confirme d'ailleurs dans le fait que (6) arrive très bien à jouer sur nos feelings, et arrive au moins à être dérangeant en fonction de la personne qui se jette dans cet univers si complexe à appréhender.

Je pense qu'il faut vraiment travailler un maximum là-dessus et réussir à se positionner en tant que créateur de jeu-vidéo afin de réussir à pouvoir proposer quelque chose de réellement atypique, tout en arrivant tout de même à mieux rentrer dans les codes du jeu-vidéo (quitte à en profiter pour justement "Briser" certaines choses une fois que l'on y est solidement installé. Mais on ne peut pas "Briser le 4e mur" sans d'abord connaître et montrer que l'on maîtrise les codes du 4e mur... Tout comme on ne peut pas briser quelque chose sans d'abord avoir montré qu'on le maîtrise).

C'est la première fois que je vois un jeu se débarrasser des codes du jeu-vidéo aussi ouvertement, et réussir à autant taper directement dans notre affect et notre sensibilité... Mais, de par son manque de précision et d'accessibilité, il n'arrive pas à viser et tirer parfaitement droit au but.


Secret (Cliquer pour afficher)
Ce que certains, qui n'ont pas tout compris, résumeraient en une phrase, comme :
"C'est bizarre".
Ou encore : "Les sons des menus sont ceux des RTP"...



Je pense qu'il y a un très fort potentiel, et qu'il est tout à fait possible de nous créer quelque chose de très marginal, original, et profond.

Bravo, vraiment !
Il faut continuer !


Remarques diverses

Ne te décourage surtout pas !
Persévère !

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !