Hello ! Venez discuter sur Discord !
Test :
BogossStory (THE démo)

Temps joué : 10 h


Introduction

Bogoss Story est un Zelda-like-sauce-Joke réalisé sur RPG Maker 2003.
Le jeu allie excellente maîtrise du logiciel RPG Maker 2003, et très bonne analyse des codes du jeu-vidéo.

Il en résulte un jeu à la fois techniquement très maîtrisé, et très ludique malgré des manques sur lesquels je reviendrai plus loin.

J'ai réellement pris plaisir à jouer à BogossStory, et y avais déjà joué par le passé.
Je m'étais, pour cette raison (ainsi que toute l'admiration que j'ai envers Joke), interdit de faire un pré-test sur le jeu, de peur de ne pas être objectif et trop élogieux.

L'avenir m'a finalement réservé l'opportunité de rédiger un test sur ce jeu...



Awards généraux

Gameplay (Note : 5/5)

Bogoss Story a un excellent Gameplay.

Malheureusement, pour le savoir, il faut aller assez loin dans le jeu, jusqu'à l'obtention de l'objet le plus important du jeu : le Bazoococotte.
Il aurait été de très bon ton d'inclure des sauvegardes de moments-clé, dans cette démo réservée aux Alex d'Or... Comme, par exemple :
- Cirque.
- Bazoococotte.
- Premier donjon.
- Forêt Kokiri.
- Fée Bilou.


Secret (Cliquer pour afficher)

Du coup, c'est moi qui ai réalisé cette démarche... soutenu par un autre membre du juré.

Vous trouverez l'archive RAR contenant une quinzaine de sauvegardes pour Bogoss Story ICI :
http://www.mediafire.com/file/zbvrd5cbdsbbtl0/Titou.rar


Les fichiers de sauvegarde sont à placer dans le dossier :




Nous parlerons donc de ce qu'il se passe une fois que l'on a cet objet entre les mains :
Nous touchons alors au cœur du jeu de Joke : un A-RPG, en case par case, très bien huilé, et toujours réalisé sous RPG Maker 2003 (Si si).


À partir de ce moment-là, et même rétrospectivement, il se passe quelque chose d'unique sur chaque map en terme de Gameplay (jeux de cibles, éléments de décor à soulever et détruire, combats, énigmes)...

On a donc un très grand plaisir à explorer le jeu et jouer sur chaque map qui comporte des éléments de Gameplay différents !

Histoire (Note : 3,75/5)

Bogoss Story s'inspire assez librement de films pour ce qui est de son histoire.

Elle est amusante, mais ne se veut ni prise de tête, ni même sérieuse.
Les chapitres s'enchaînent dans une certaine frénésie et folie, très entraînante et facétieuse.

Mais si l'on doit en tirer quelque chose... Ce n'est jamais que l'histoire d'un moche qui veut séduire des gonzesses grâce à une relique sacrée (ce qui me rappelle aussi un film).
Je trouve donc que l'histoire n'est pas spécialement intéressante dans le cas de Bogoss Story.

En revanche, ce qui en est fait, et la façon de l'utiliser, est très habile !
L'originalité est assez frappante, et on passe sans peine du pathétique au burlesque.
Par ailleurs, le chapitre sur le Cirque est vraiment excellent.

Tous les bons jeux n'ont pas forcément une bonne histoire.
C'est aussi le cas de Bogoss Story, mais sans pour autant être un handicap au jeu : l'histoire ne dessert pas le jeu et se prête au reste de l'univers.

Elle est grossière, ne respecte pas les convenances, mais arrive tout de même à dégager du charme, grâce à la manière rocambolesque dont elle est acheminée.

Ambiance et immersion (Note : 3,5/5)

Quel dommage qu'il faille noter l'ambiance ET l'immersion en même temps... !

L'ambiance mériterait bien un 5/5, tant le travail sur les maps, ainsi que les effets qui s'appliquent ingame sont intéressants.
La musique, qui a souvent droit à une touche personnelle se prête également très bien au jeu...
Les effets sonores sont employés avec facétie et intelligence...
Les PNJ et les monstres dégagent tous quelque chose...

Mais pour ce qui est de l'immersion, je ne peux noter ce jeu sans songer à ce qu'il se passe au début de l'aventure, et à son manque d'homogénéité en terme de Gameplay... Et donc la note dégringole...


Ainsi, nous pouvons dire que Bogoss Story a vraiment une ambiance qui lui est propre, entre le parti pris d'utiliser toutes les ressources de base du logiciel, de rajouter sa touche personnelle sur une grande majorité des musiques, de faire des maps originales et osées aux effets très intéressants, voire parfois un peu psychédéliques...

Mais que pour ce qui est de l'immersion, le jeu pêche par son début, très peu flatteur par rapport au développement du jeu. On gagnerait à dynamiser tout ça : qu'on puisse jouer avec la map et ses décors AVANT d'avoir le Bazoococotte, et au-delà de l'affichage d'un message sur chaque élément de décor lorsque l'on appuie sur entrée devant.


C'est vraiment un GROS travail, que l'on ne mesure pas toujours, que de trouver et écrire un message descriptif pour tous les éléments de son décor... et il faut en laisser, voire en rajouter ! Mais ce que l'on en voit au début n'est pas représentatif de la suite du jeu : on ne comprend pas que l'on va jouer avec les maps... Ni que dans Bogoss Story, tout s'anime et a un rôle à jouer.


Dans l'absolu, Bogoss Story est un jeu génial (tout court), et précurseur (pour la communauté RPG Maker), mais dans les faits, lorsque l'on joue au début du jeu, on se dit juste que "C'est un bon jeu... RPG Maker".


Et certains joueurs s'en sont même arrêtés là, c'est vraiment trop bête !
... Ils n'ont pas pris le temps d'être immergés, ni compris ce qui les attendait. Et c'est sur ça qu'il faudrait travailler...
En tout cas, ne pas s'imaginer laisser ce début tel quel sur une version finale du jeu.

Graphismes (Note : 4,75/5)

Les graphismes sont bien employés.
Les ressources custom sont osées et originales, et si elles se montrent hétérogènes avec le reste de l'univers graphique, c'est pour mieux encore épouser le côté décalé, grossier du jeu.

Les démonstrations d'adresses se multiplient au fil du jeu.
Toujours facétieuses, évidemment, et sans dégager de prétention non plus.


Joke arrive à créer différentes perspectives et effets de profondeurs rien qu'en utilisant les ressources de base du logiciel. C'est une démonstration très inspirante et forte.

Les touches psychédéliques, farfelues et tordues sont aussi de mise, et m'ont beaucoup séduit.

Je pense que l'enveloppe graphique de Bogoss Story est déjà très travaillée, et demande encore d'être un peu étoffée sans pour autant désobéir aux partis pris qui régissent le jeu et son côté "Grossier".

Bande-son (Note : 4,5/5)

La bande son est très travaillée et choisie.

Elle correspond au reste de l'univers, est utilisée avec intelligence, et Joke n'hésite pas à poser sa patte sur toute musique qui se trouve sur son passage.

C'est un succès. Les musiques sont variées mais nous expriment toujours quelque chose de précis (un environnement, un boss, un mini-jeu, une énigme, un personnage...).


Une façon habile de plus d'illustrer et exploiter le côté décalé du jeu !


Awards spécifiques

Level design (Note : 4,5/5)

Bogoss Story devient vraiment intéressant à partir de l'obtention du Bazoococotte, du Bracelet Popeye, et du Fouet.

Les maps sont alors habitées par le Gameplay ainsi que par un ensemble d'interactions qui est propre à chaque tableau.

C'est très réussi, parfois retors, et on prend un réel plaisir, jusque dans le farm, à parcourir des espaces variés et amusants (tous réalisés avec les ressources de base du logiciel !).

Il existe des passages secrets, des bonus, des quêtes annexes... !
Même les allers-retours sont à prendre en compte, notamment pour obtenir le Fouet.


C'est pour moi un sans faute, à l'exception près que l'on n'a pas de ville ou de village réellement approfondi (avec un vrai système de magasin et un réel intérêt à y revenir fréquemment pour boost son stuff ou se soigner, par exemple). Les villages tombent un peu trop dans le côté "Humoristique" du jeu, et perdent en fonctionnalités...

À titre de contre-exemple, Le Tueur 3 ne fait pas l'impasse sur ce point du Level Design.

Systèmes (Note : 5/5)

La maniabilité est bonne, les systèmes sont bons, le jeu est fluide, et chaque système le laisse ressentir.
Il faut à tout prix jouer au chapitre du Cirque !

Dans Bogoss Story, il y a de la fluidité partout.
Tout est précis.

Lorsque c'est nécessaire, on passe à du pixel près (sur RPG Maker 2003).
Notamment pour les collisions ou le jeu de chute libre et d'obstacles du cirque.

C'est bien réalisé, et ça ne vieillit pas.
Un travail de titan et une utilisation très intelligente des événements !

À noter que Bogoss Story est l'un des premiers à avoir utilisé les fonctionnalités d'RPG Maker 2003 ainsi, afin de donner vie aux maps. C'aurait été si bien qu'il se montre plus tôt !

Narration et Mise en scène (Note : 5/5)

Bogoss Story a un parti pris très fort pour la grossièreté : c'est un jeu très décalé.
En un mot : parodique.

On pourrait très bien voir cela comme un point négatif. Pourtant, ce n'est pas ce qu'exprime ma note.


La grossièreté est très bien employée dans Bogoss Story : tous les codes de la grossièreté y sont.
C'est une solide parodie de jeu-vidéo.

De plus, on reste dans le tout public (si on oublie la scène dans le Sex Shop, et encore... à notre époque ! Rien qu'à mes 11 ans, je crois... ça ne m'avait pas choqué ! ... Bon, maman Boubou c'est une autre histoire...).

Les excès réalisés dans le grand délire de Bogoss Story sont intelligemment faits, et c'est pour ça que Bogoss Story dégage un charme, et se montre unique.


Les dialogues sont animés et dynamiques tout en nous racontant des horreurs, les musiques sont volontairement un peu dissonantes quand il le faut, le héros a une gueule pas possible, les maps sont volontairement faites intégralement en RTP, quitte à venir à en faire des monuments d'une esthétique très surprenante...

C'est ainsi que la narration et la mise en scène de Bogoss Story nous emmène à travers un festival de facéties et d'horreurs (qui restent cependant tout public).

J'apprécie énormément cette folie furieuse qu'exprime Bogoss Story, et je trouve que, de ce point de vue-là, il est très vif ! Le jeu exploite tous les ressorts de son histoire, de son univers, et de ses bêtises. Et ce sans être lourdaud.


Peut-être que la prochaine étape serait de se pencher sur les opérettes (comme celles de Claude Terrasse ou d'Offenbach) ?
Correctement jouées et mises en scène, si possible... sinon, autant directement lire les livrets des pièces... !


Pour en revenir à Bogoss Story, sa mise en scène et sa narration, et conclure ce paragraphe : c'est SUPEEEERRR !

Univers (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Mais pourquoi tu ne participes pas dans cette catégorie ?
C'est bête !

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Introduction (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Mais pourquoi tu ne participes pas dans cette catégorie ?
C'est bête !

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Mais pourquoi tu ne participes pas dans cette catégorie ?
Tu es fou !


Conclusion (Note totale : 4,25/5)

Bogoss Story a deux points noirs :
- Le jeu n'est pas homogène : tout ne commence réellement à s'enflammer pour de bon qu'à partir du Bazoococotte.
Avant ça, malgré tous les efforts mis en place, "La mayonnaise ne prend pas", comme disait Grand-Mère Boubou...

- La démo est, en réalité, assez vieille... et j'ai réellement peur pour ce qui est de l'avenir du jeu : va-t-il évoluer ?


En dehors de cela, Bogoss Story est réellement un très chouette jeu réalisé avec RPG Maker 2003, regorgeant de vie, de joie, de mini-jeux et de couleurs !
On voudrait vraiment en voir plus, d'autant que dans le cas de Bogoss Story, le plus dur a été fait...

Courage !
On voudrait vraiment THE démo (2) !!


Remarques diverses

Ce serait vraiment super que tu reprennes ce jeu, et que dans un premier temps, tu en prolonges le cheminement du joueur (nouveaux donjons, nouveaux villages, nouveaux accès sur la carte du monde... Bref : nouveaux lieux !)

Dans un second temps, je pense qu'il faudrait réfléchir à nouveau au début du jeu : on pourrait très bien obtenir le Bazoococotte au début du jeu, ou une version réduite de celui-ci, et se le faire confisquer par le directeur du cirque ! Ca donnerait un autre punch au début du jeu.

Et vu comme celui-ci est décalé, je pense qu'il ne serait pas forcément choquant de mêler dans un premier temps combats RPG Maker et mécaniques A-RPG, afin de ne pas perdre ce qui a déjà été réalisé (et qui est réussi).


Ou alors, y ajouter une partie des nouveaux éléments qui auraient été égrainés dans de nouveaux lieux, nouveaux donjons...

Un système de cuisine (on en rêve) ?
De tours de magie ?
De récolte ?
...

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !