Test :
La lettre à Elise

Temps joué : 3 h


Introduction

Ce jeu a du demander deux pré-tests supplémentaires car il a fait débat sur sa possibilité de continuer le concours. Autant les arguments pour et contre se valent, autant le jeu proposant un style assez particulier, pouvait se trouver légitime sur le concours.

En y ayant joué bien plus longtemps que lors du pré-test, j'ai espéré changer d'avis sur le jeu, nous allons voir ensemble du coup si cela a été le cas.


Awards généraux

Gameplay (Note : 1,75/5)

Le gameplay dans ce jeu est simple et surtout basé sur les interactions décor et / ou personnages. L'absence de combat n'en fait pas forcément un inconvénient du fait même de la structure du jeu. On est pas dans un RPG classique ou d'autres jeux où les combats sont utiles, non là ce qui est dans les mécaniques gameplay est tout autre.

C'est bien cette impression de largage dans la nature qui nuit à cette simplicité gameplay. après cette facon de jouer plait à certains types de joueurs. C'est un parti-pris et même si j'ai râlé sur le manque de clarté du jeu, il en reste jouable avec des mécaniques pouvant suffire à certains joueurs. Juste trop peu d'indices et quelques défaut ne facilitant pas le gameplay.

Certaines énigmes allant même à sous entendre une culture personnelle sur certains sujets alors qu'un jeu doit se suffire à lui même dans ses informations ou du moins s'architecturer de manière à ce qu'on puisse trouver la solution en lisant un livre dans le jeu, en parlant à un pnj, en... Bref, inclure la culture comme partie intégrante du jeu.

Histoire (Note : 2,5/5)

L'histoire, l'univers et le fil conducteur du jeu (hormis la partie de l'examen au début, je trouve) est enchâssé dans quelque chose de potentiellement structuré. Mais relativement mou, simple au premier abord et difficile à appréhender.

Le fait que notre protagoniste doive résoudre moult énigmes pour sauver sa belle peut toucher, émouvoir et nous impliquer. La structure de l'histoire en elle même, une fois résumée et repensée se laisse vivre mais en dehors de la structure même du jeu. Du moins c'est le sentiment qui me reste après plusieurs heures de jeu et avoir buté sur beaucoup d'énigmes. Ce qui rend plus difficile du coup d'englober ce que l'auteur nous raconte dans ce qu'il nous fait vivre. Comme un décalage.

Assumé, certes, mais troublant.


Ambiance et immersion (Note : 2,25/5)

Avec un mapping souvent trop grand et vide. Un manque d'échelle quant à la grandeur des batiments, des chemins donnant l'impression de pouvoir aller à un endroit, un style noir et blanc particulier. Une ambiance musicale et auditive présente mais pas toujours bien dosée et judicieuse.

Il y a des éléments qui peuvent nous casser l'immersion. Le jeu, par sa structure nous en propose bien une, qui semble clairement assumée. Dans un style qui est bien reconnaissable dans tout le jeu. Tant par les mécaniques qu'il propose, les chants lexicaux et les PNJ (des fois franchement trop clichés, mais bon, pourquoi pas).
Certains détails du jeu tentent une approche de l'immersion qui ne plaira pas à tout le monde et qui ne m'a pas trop accroché, je l'avoue.

Graphismes (Note : 2/5)

Graphiquement, le jeu est presque moyen, voir en dessous d'un jeu RTP bien agencé, les ajouts visuels (images) sont assez moyennes.

Le choix du noir et blanc donne un effet raconté perpétuel et participe à l'illustration des sentiments de notre protagoniste. C'est plutôt varié dans le style mais des fois assez surprenant d'un intérieur à un autre tant certains différents.

On a quand même l'impression de passer d'un style de graphisme intérieur à un autre où certains objets dénotent. Mais ce n'est pas la teneur du jeu ni même là où il axe sa vision. L'ensemble se veux illustratif mais les éléments décors importants ne sont pas mis en avant. Ce qui rend les lieux grands pour pas grand chose.

Bande-son (Note : 2/5)

Manque d’homogénéité dans le dosage des sons et des types de ressources sonores assez audibles. Le jeu n'est pas très bien paramétré là dessus.

Certes, les musiques sont en adéquation avec le titre du jeu dans le sens où ce sont de belles musiques et qu'elles s'insèrent correctement au moment de leurs utilisations, mais utiliser une bonne musique dans un contexte ne signifie pas forcément quelque chose de marquant pour le joueur.

Pour situer le propos de ce que je veux expliquer : Quand on lis la lettre à Elise, on s'attend à une musique qui (au pire) fait penser à ce morceau. On s'attend même à une revisite, un grand moment piano, même entendre des violons..
Et des moments comme ça dans le jeu sont foison. Où la musique aurait pu participer au moment par ses notes, par ses instruments, par son tempo, ses temps forts. Mais aussi par son intensité, sa structure, apporter réellement comme un vrai plus.

C'est peut être parce que je n'ai pas eu ça (vu le titre et le résumé du jeu) que je n'arrive pas à me dire que le propos du jeu c'est juste une histoire d'amour avec des énigmes.


Awards spécifiques

Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Narration et Mise en scène (Note : 2,25/5)

Il se passe des choses quand on débloque des situations et des énigmes, mais aussi une nombre important d’ellipses. Et quand une mise en scène et une narration se base sur l'attention du joueur sur des détails, ça dénote assez la narration.

Que le principe même du jeu est de se centrer sur les interactions, le jeu se contente un peu de beaucoup suggérer. C'est un élément où le jeu aurait pu se démarquer (parmi d'autres aussi), si l'auteur avait essayé de pousser plus sur ces points.

A mon sens, c'est un des éléments où il pourrait travailler (avec d'autres) sans retirer l'essence même de ce qu'il veux faire.



Univers (Note : 2,25/5)

J'ai un sentiment assez mitigé sur l'univers du jeu. Je trouve certains éléments suffisamment crédibles, mais plombés par des choix assez légers.

Les PNJ ne servent pas vraiment beaucoup à connaitre d'avantage l'univers, pas de textes dans les bibliothèques pour nous donner une idée vague de celui-ci. Le fil conducteur se base surtout sur notre quête: Retrouver Elise. Utiliser la religion et des références musicales est certes un choix intéressant, mais je le trouve pas forcément exploité pour que ce soit accessible, assez judicieux et apportant à l'univers. Juste un parti pris.

En bref, on sent une envie d'un type d'univers, mais il est impalpable. Après on adhère ou pas, mais il semble pas assez ouvert et immersif pour parler à tout le monde.

Personnages (Note : 3/5)

Il y a un effort réel de rendre les personnages principaux complexes et intrigants. Une démarche claire d'égrainer ce qui sont, leur passés, leurs objectifs et ce qui les relie.

Cette dualité est quand même flagrante assez rapidement et renforcée par un bon nombre de moments où l'on nous rappelle clairement qui on a comme protagoniste. Les PNJ secondaires sont, et bien, des fois très caricaturaux, des fois oubliables et d'autres fois juste des prétextes. Mais bon ça les PNJ, ca prend son importance suivant le type de jeu. C'est compliqué de dire: Les PNJ sont plats quand en fait les trois quart du temps on se moque de ce que raconte un pnj sauf si c'est pour débloquer une situation.

C'est bien par le développement de certains personnages, et ceci d'une manière relativement bien dosée (intéressant ne veux pas dire complexe, profondeur et mystère ne veux pas dire être brumeux et sans réponses) que le jeu est sauvé sur cet award.

Introduction (Note : 2,75/5)

L'introduction est simple avec un scrolling où en vois le dialogue de deux personnes qui ne sont pas à l'écran et j'avoue qu'elle ma un peu intriguée sur le parti pris sur celle-ci. Le problème de l'award secondaire introduction c'est souvent que les jeux possèdent une notion d'introduction plus ou moins vaste. Certains vont partir du principe que l'introduction c'est du début du jeu jusqu'a l'élément déclencheur et d'autres vont estimer l'intro comme étant la cinématique du début.

Dans l’inconscient de beaucoup, l'intro c'est la cinématique de début. Ce qui n'est pas forcément toujours exact. Surtout si on veux faire vivre l'introduction au joueur de manière immersive. Pourquoi je précise celà?

Car dans La Lettre à Elise, l'introduction c'est du début du jeu jusqu'au départ vers la ville. C'est à ce moment là que l'on a une grande variété d'informations sur le jeu, de ses mécaniques, de ses choix et de ces justifications.

Elle représente bien le jeu, là dessus elle est plus efficace que certaines, mais pas non plus très exceptionnelle.

Graphismes originaux (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)




Conclusion (Note totale : 2,25/5)

Ce jeu possède un axe particulier qui peu ou non plaire. Mais il possède des faiblesses qui nuisent à ce que l'auteur veux faire, partager. Les choix de l’auteur nous font sentir un petit quelque chose derrière, mais qui manque d'accomplissement sur beaucoup de points.

Le genre de jeu avec un axe narratif, un propos, mais des moyens maladroits pour les sublimer. L'auteur a des pistes, une envie d'utiliser certains éléments, mais il reste un manque d'équilibre du tout. C'est en travaillant cet équilibre qu'il réussira à proposer un jeu bien plus efficace et convainquant.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !