Test :
LoveMaster v1.3.24
Par elm6

Temps joué : 45 min


Introduction

LoveMaster est un projet actuellement au stade de démonstration, développé par CuddleFox sous RPG Maker VX Ace.

Il adopte la mode "furry", avec donc des animaux humanisés doués de parole, et s'intègre dans un gameplay de type RPG à l'ancienne.

Le jeu raconte l'histoire d'Ever, un lapin aux allures de schtroumpf, perdu dans la forêt loin de chez lui, qui se prépare donc à une aventure improvisée et forcée dans un monde dont il ignore presque tout.


Awards généraux

Gameplay (Note : 2,5/5)

Le gameplay est plein d'idées qui me semblent bonnes et exploitables, mais le tout est encore vacillant. Le jeu mérite un travail de fond pour améliorer tout ça.

Je ne vois rien à "changer complètement", mais tout est améliorable, qu'il s'agisse du système de combat, des interactions sur la map, du mental lines, et même des éléments tutoriels pour comprendre les divers fonctionnements, qui ont le mérite d'exister mais son trop succins, pas assez précis.

L'auteur a cependant indiqué que le jeu se focalisait plus sur la narration que sur le gameplay. Ce n'est peut-être pas une excuse si l'on s'intéresse à un jeu complet, mais pour une démo, on peut comprendre que les imperfections dans ce domaine soient liées au fait qu'il n'est pas priorisé.

Aucun problème pour moi là-dessus donc, cela l'exclu d'une potentielle nomination dans cet award, mais ne devrait pas avoir d'impact négatif sur la plupart des autres domaines.

Histoire (Note : 2/5)

L'histoire démarre tout doucement, et pose ses fondements au compte-goutte. C'est une qualité et un défaut à la fois. Une qualité parce que ça montre que c'est travaillé, que l'auteur sait où il va et ne veut pas trop en dire d'un coup. Un défaut car la lenteur du développement crée une sensation d'ennui.

Je n'ai pas pu découvrir la suite à cause du bug d'Aquarion, et donc la note dans cet award se trouve très diminuée, simplement parce que je n'ai pas eu grand chose à voir. C'est triste car je pense qu'il y avait quelque chose d'intéressant derrière.

Ambiance et immersion (Note : 3/5)

L'immersion est difficile à cause de la lenteur de la progression, beaucoup d'aller-retours, dialogues lents, intrigue qui tarde trop à décoller. Le travail d'ambiance visuelle est une réussite, niveau sonore, je dirais que la musique et les bruitage participent peu au tout mais ne viennent pas non plus affaiblir le travail fourni.

En gros, ce jeu pourrait être immersif s'il avait un peu plus de punch. Les graphismes ont du punch. Pas le reste.
On notera quand même que les dialogues et le contexte laissent la part belle aux sentiments et aux interrogations, ce qui est un atout ici.

Graphismes (Note : 4,5/5)

La patte graphique, est, à mon sens, le plus gros point fort du jeu. Les décors, charsets et portraits personnalisés sont vraiment réussis, avec un petit air "amateur" certes mais qui au lieu de s'imposer comme un petit défaut participe à l'identité visuelle du jeu.

Les animations mériteraient d'être revues cependant, mais c'est le seul point négatif que j'aurais à citer dans le côté graphique du jeu, car je trouve le travail fourni dans tous les autres points vraiment excellent.

On ne va pas tergiverser, LoveMaster est un candidat très sérieux à cet award.

Bande-son (Note : 3,5/5)

Les musiques sont bonnes (et ont le mérite d'être spécifiques au projet), mais elles ne créent pas un sound-design mémorable, peut-être à cause du manque d'impact des bruitages, qui sont présents mais finalement anecdotiques dans l'effet qu'ils produisent.

La bande-son du jeu n'est donc pas son point faible, mais on est n'en arrive pas à un chef d'oeuvre auditif malgré tout.


Awards spécifiques

Level design (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes (Note : 3,25/5)

Le système de Mental Lines est intéressant dans le concept (une sorte de sphérier en quelques sortes) mais vraiment imparfait dans la réalisation. Je le trouve un peu bizarre dans son fonctionnement, c'est peut-être voulu mais c'est déstabilisant.

Le système de combat est, désolé de le dire, relativement mauvais. On ne connait pas les jauges ATB des ennemis, ce qui casse un peu la possible ampleur d'anticipation stratégique. Le vue de face est un choix comme un autre mais je trouve le rendu pour le coup vraiment très brouillon.

Narration et Mise en scène (Note : 4/5)

Dans l'introduction, les dialogues sont très lents, moi, ça a le mérite de m'embêter, mais dans un sens, ça rappelle beaucoup les jeux old-school de l'époque Mégadivre, SNES, GameBoy etc. Même si je n'aime pas ça personnellement, ce n'est pas un mauvais point donc.

Pour le reste, la mise en scène des cut-scenes et certes minimaliste mais d'une efficacité indéniable.
Les textes contiennent quelques fautes de langue mais elles ne sont pas légion, et dès le départ, les dialogues nous poussent à lire entre les lignes, car sous des airs de banalités, on ressent qu'il se trame quelque chose, qu'il y a des choses qu'on ne sait pas ou en comprend pas encore.

Une narration et mise en scène au service des personnages, de l'histoire et de l'univers donc, qui préfère en faire peu mais bien que trop et mal, un choix judicieux cela va sans dire.

Univers (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Personnages (Note : 2,5/5)

Les personnages ont chacun leurs personnalité propre, et même si j'en ai, au final, peu vu, je m'attend à des sortes de stéréotypes assumés qui leur collent à la peau, et ce n'est pas spécialement pour déplaire.

J'ai quand même trouvé des éléments bizarre. La mère de Told, par exemple, qui s'attache à Ever comme un second fils en deux jours chrono, et ce dernier qui l'appelle maman aussi. Non ça passe pas.

Comme pour l'award principal histoire, la note ne peut pas être représentative de ce que le jeu mérite vraiment, pour la simple raison que la version fournie comporte un bug bloquant très tôt dans le jeu, et on ne peut pas en découvrir suffisamment.

Introduction (Note : 3/5)

L'introduction essaie de faire fonctionner une ambiance mais n'y parvient qu'à moitié. On en sait trop peu sur Ever et sur le monde en question pour commencer à être touché.

La réalisation est cependant correcte, malgré quelques animations un peu bizarres, et les phases jouables interviennent très rapidement, ce qui est plaisant quand on compare à des jeux qui nous laissent dans 40 minutes de blabla avant de seulement pouvoir bouger ou toucher au gameplay.

Le tout est quand même trop lent à partir, le début du jeu m'a laissé un sentiment d'ennui.

Graphismes originaux (Note : 4,25/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)

Je n'ai pas compris pourquoi le jeu ne concourt pas dans cette catégorie (on a certes du rip d'Earthbound, mais les créations originales sont plus nombreuses encore.

J'ai donc choisi de mettre une note, et une bonne, dans cet award, car il serait dommage de priver le jeu de sa meilleure chance.

Donc je redis ce que j'avais dit dans l'award général graphismes : le seul bémol pour moi est du côté des animations. Les éléments graphiques faits maison sont certes imparfaits, mais ils participent au charme et l'identité du jeu.

Musiques originales (Note : 4/5)

Les musiques sont très bien réalisées pour coller à ce côté à l'ancienne, et je trouve qu'elles ont un petit côté sombre, qui reprend efficacement le décalage existant entre l'histoire parfois dérangeante du jeu et le visuel mignon.

Le seul "défaut" de ces compositions originales, à mes yeux, est qu'elles ne se démarquent pas dans le temps. Si elles sont de bonnes factures, elles ne savent pas s'imposer pour tourner en boucle dans notre cerveau ou donner envie de les écouter individuellement.

On notera cependant qu'elles sont originales et homogènes.


Conclusion (Note totale : 2/5)

Je suis sûr que sans le bug présent à Aquarion, le jeu aurait pu être un sérieux concurrent. Mais c'est le destin, ce problème qui empêche totalement la progression est trop important et cela annule toutes les chances d'obtenir une médaille de meilleur jeu.

Ce n'est qu'un au revoir, puisque le jeu est en cours de développement, on espère le revoir à une prochaine édition du concours, sans bugs cette fois !

Bon courage, je peux sembler dur parfois (frustration bonjour) mais j'ai apprécié une bonne partie de ton travail, et je te souhaite ce qu'il y a de mieux pour ce projet, qui a, certes, de multiples défauts, mais, surtout, encore plus de qualités !


Remarques diverses

- Petit bug de passabilité lorsqu'on nous parle du terrier pour la première fois mais qu'on ne peut pas encore le creuser. A l'endroit où l'entrée se trouvera plus tard, on peut monter sur le muret.

- Le jeu plante quand on essaie d'éteindre les flammes d'Aquarion, au moment où on fait sortir le koala de chez lui. Pas de "fatal bug" qui fasse crash le jeu, on reste juste bloqué sans plus rien pouvoir faire à part fermer et recommencer. Sachant qu'on n'a pas de menu sauvegarde depuis qu'on contrôle la maman, c'est vraiment très démotivant de se retaper les cinématiques, dialogues, parcours et flammes à éteindre... Pour se rendre compte qu'on ne peut finalement pas éviter le bug. Et que le jeu est fini pour nous. :$

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !