Test :
Game Over Quest
Par Le Kno

Temps joué : 15 h


Introduction

Game Over Quest est un jeu d'aventure au concept amusant (à défaut d'être très original) développé sur RPG Maker MV. J'y avais déjà jeté un œil par curiosité un peu avant le début du concours, et pour tout dire je l'avais abandonné assez vite, par agacement. Ce test est toutefois l'occasion de lui offrir une second chance et d'aller au-delà des premières impressions.


Awards généraux et spécifiques

Meilleur Univers (Note : 3,75/5)

Résolument parodique, l’univers de Game Over Quest regorge de clins d’œil et jeux de mots en tout genre, de qualité un peu inégale mais dans l’ensemble assez plaisants. On peut aussi regretter qu'ils soient souvent isolés et décousus. Beaucoup de gags sont là pour eux-même (menant éventuellement à une mort) et rien d’autre, alors que certains auraient pu servir d’éléments de gameplay, ce qui les aurait rendu d’autant plus percutants et mémorables (je pense notamment à la location de vieux). Il aurait aussi sans doute été possible d’aller plus loin dans la satire des codes d’heroïc-fantasy ou dans l’humour méta (la Salle des Trophée m’a bien fait rire mais elle détone un peu avec le reste du jeu qui ne contient pas d’autre gags du genre).
L’ensemble tient malgré tout plutôt bien la route, et s’il possède quelques faiblesses, quelques passages moins inspirés, il arrive aussi dans ses meilleurs moments à évoquer les œuvres de Terry Pratchett.

Meilleure Narration (Note : 3,25/5)

Au premier abord, on attend pas grand-chose de Game Over Quest en terme de narration. Une histoire de malédiction assez sommaire semble servir de prétexte au concept du jeu, rien de plus. Pourtant une histoire plus complexe se met peu à peu en place, notamment grâce aux « échos du passés », des collectables disséminés à travers le jeu qui débloquent de brèves séquences de dialogues (joliment illustrées) issues d’événements du passé.
Pendant un moment je me suis dis que ça arrivait trop tard, que l’humour potache omniprésent était trop encombrant pour permettre au récit de s’installer efficacement. Il est vrai que l’humour occupe beaucoup de place, en laissant peu pour la narration environnementale, et l’aspect collectable des échos détachent un peu les scènes qu’ils délivrent du reste. Mais c’est assez gratifiant d’obtenir des informations petit à petit et de reconstituer soi-même le puzzle, et on finit par se laisser entraîner par l’histoire qui acquiert un souffle épique inattendu.

Meilleur Gameplay (Note : 1,75/5)

Le concept du jeu est de faire de la mort l’objectif du joueur plutôt qu’une sanction. Ce dernier est sensé trouver un maximum de façons de mourir pour progresser dans le jeu. Si l’idée est plutôt intéressante, elle n’a malheureusement pas été réfléchie jusqu’au bout et le jeu semble souvent handicapé par ce concept inabouti.
En premier lieu on reste sur une structure globalement linéaire centrée sur l’histoire, comme dans un RPG classique, ce qui se marie assez mal avec le principe de boucle temporelle (à chaque mort le personnage est renvoyé au début de l’histoire, toutes les actions effectuées jusque-là sont annulées). Le jeu multiplie donc à la carte les exceptions à cette règle, au point qu’elle en devient insignifiante, et les possibilités qu’elle ouvre en terme de mécaniques de jeu ne sont exploitées qu’une ou deux fois dans tout le jeu, de façon assez superficielle.
Ensuite les morts à répétition entravent l’exploration qui est pourtant la mécanique centrale du jeu. Chaque mort nous renvoyant au point de départ, cela oblige le joueur a refaire le chemin jusqu’à l’endroit où il est mort pour reprendre son exploration. De même, la boucle temporelle rend difficile de suivre plusieurs quêtes en simultané, puisqu’une quête abouti toujours à une mort qui annule la progression des autres quêtes. Les environnements du jeu sont heureusement d’assez petite taille, ces allers-retours sont donc au final assez rapides…
...A condition de ne pas tomber dans l’un des innombrables pièges dont les maps sont truffées, et dont l’intérêt est très discutable. Pour certains assez discrets, on a vite fait de tomber dedans lorsqu’on parcourt une map un peu vite, et passé la première fois ils n’apportent plus rien, si ce n’est un retour à la case départ et le lot de frustration qui va avec.
Au final le joueur subit les morts plus qu’il ne cherche à les provoquer. A l'exception d'un "boss" (assez amusant, d'ailleurs) en fin de jeu, soit elles surviennent accidentellement, soit on les obtient comme "récompense" au terme de quêtes qui sont pour le reste tout à fait similaires dans leur déroulement aux quêtes de n'importe quel RPG.


Meilleurs Graphismes (Note : 4,25/5)

La plupart des ressources graphiques utilisées dans Game Over Quest ont déjà été vues maintes fois, mais elles sont de bonne facture, et le mapping très réussi leur rend honneur. Les environnements que l’on parcourt sont visuellement très convaincant, certains sont même agrémentés d'effets de lumière, parfois un peu excessifs mais globalement plaisants. A cela viennent s’ajouter quelques très jolis artworks, qui bien qu’assez peu nombreux possèdent un style qui collent parfaitement au ton du jeu et participent à lui donner une identité et à le démarquer un peu du lot.

Meilleure Ambiance Sonore (Note : 3,75/5)

Les musiques, custom pour la plupart, manquent un peu de personnalité pour être vraiment mémorable mais n’en sont pas moins de bonnes qualité et bien adaptées aux lieux ou situations dans lesquelles on les rencontrent, participant ainsi à installer des atmosphères cohérentes.
Les effets sonores, quand à eux non custom donc plus standard, sont toutefois bien choisis eux aussi et remplissent bien leur fonction.

Meilleures Ressources Originales (Note : 4/5)

Bien qu'elles soient relativement discrètes si on prend le jeu dans son ensemble, les ressources originales n’en restent pas moins un de ses points forts. De bonne qualité, elles agrémentent agréablement l’expérience et permettent à Game Over Quest de se démarquer en lui donner une patte assez reconnaissable.


Conclusion (Note totale : 3,5/5)

Game Over Quest est au final un jeu sympathique, mais qui laisse une sensation de brouillon, d’inachevé. Il est réussi d’un point de vue esthétique mais le gameplay et la narration souffrent de nombreuses maladresses et auraient mérité d’être plus longuement réfléchis et élaborés. Le concept de centrer le gameplay autour de la mort amène au final plus de frustration et d'inconvénients que de points positifs. Le jeu possède malgré tout de qualités qui méritent qu’on passe outre la frustration des premiers instants pour le découvrir plus en détails.


Remarques diverses

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !