Test :
Une œuvre abjecte

Temps joué : 5 h 30 min


Introduction

"Une œuvre abjecte" est un visual novel, s'inspirant de faits réels et basé sur l'histoire d'un jeune réalisateur qui, durant le tournage de son film, décida d'y introduire un élément horrible non fictif dans le but de choquer, mais aussi, selon lui, de montrer au monde l'hypocrisie de la violence et de son "rejet" dans notre vie de tous-les-jours, quand lui prétend que tout le monde fantasme un peu dessus.

J'étais impatient de jouer à ce jeu que je trouvais, avant d'y jouer, prometteur. Étant un grand fan de ce genre de jeu, je m'attendais donc à être surpris et amené dans une histoire bien narrée et bien écrite.

Pari réussi ou gros flop? Lisez la suite!




Awards généraux et spécifiques

Meilleur scénario (Note : 5/5)

L'histoire met en scène un réalisateur de film, intitulé "Une oeuvre abjecte", qui disparait mystérieusement avec l'actrice principale, Marlène, le lendemain de la dernière scène de son film. Au commencement du jeu, nous est révélé la supercherie : Corey, le dit réalisateur, n'a pas été enlevé, mais il est en réalité l'auteur de l'enlèvement de sa collègue de travail, l'actrice Marlène. Révélation choc, le viol du film que les gens sont tous allés voir au cinéma... N'était pas mis en scène. Il s'agissait d'un vrai crime, d'un... Snuff movie.

L'histoire suit donc quatre protagonistes majeurs, et un protagoniste mineur : Sacha, Nicole, Tom, Benoit et Marlène.

Le jeu aborde le thème du viol principalement, mais également celui du crime, du meurtre, du suicide, des snuff movies, de l'adultère, du sexe, de l'homosexualité, tout ça sur fond social, moral, et philosophique. Mais attention, même si cela peut paraître ennuyeux quand on lit cela comme ça, ça ne l'est pas ! Le jeu nous fait réfléchir sur un point essentiel et central : La fascination, parfois morbide, que nous avons tous pour les œuvres de fiction.

En effet, le jeu nous montre l'hypocrisie de la majeure partie des gens qui, s'offusquent quand un crime est commis, mais qui recherchent pourtant ces mêmes crimes, à la télévision, dans les musiques, dans leurs films érotiques...
Vous, qui passez devant un accident sur l'autoroute en ralentissant pour voir ce que l'on peut voir, eux, les journalistes qui filment des corps morts à la télévision pour l'audimat, ou qui publient des articles assassins sur des gens en déclin : Ce jeu vise tout le monde. Ce jeu pointe du doigt sans pourtant être moralisateur puisqu'en passant par des personnages et des stratagèmes habilement menés.

Cependant, et l'auteur se fait bien de le rappeler ; les idées et pensées de ses personnages ne sont pas forcément le reflet de sa propre vision des choses et de la vie.

Concernant plus en détail les personnages, ils sont logiques, normaux, ce sont des antihéros classiques, un policier entaché par ses démons et son passé, une journaliste plus toute jeune qui fait passer son travail avant son couple, et qui est infidèle, un jeune universitaire gay qui s'est amouraché ultérieurement d'un psychopathe et qui a subi une agression sexuelle, un acteur à la dérive, ayant touché à l'alcool et à la drogue et qui revient d'un long séjour en centre de désintoxication.
Vous vous êtes reconnus dans l'un de ces personnages principaux ? Et bien c'est possible, ils sont tous plus ou moins représentatifs d'une partie de la population, ils représentent à eux seuls de nombreuses tares, et combattent tous contre un ennemi commun.

Chacun de ces personnages à une histoire, chacun à la possibilité de mourir en plein jeu... Et chacun à trois fins, une bonne, selon moi, ou en tout cas plutôt satisfaisante, un clairement moins bonne même si elle laisse le personnage en vie, et finalement, celle de la mort.

Tous ces personnages évoluent sur une île d'Europe. Malte, Sardaigne, Sicile, c'est vous qui décidez, mais c'est un contexte réel, dans un univers réel avec des faits qui se passent pour tous les jours. Vous vous sentirez souvent compatissant envers les personnages justement puisqu'ils viennent du même monde que vous. En tout cas, ils y ont été inventés, dans votre monde!

Meilleure mise en scène (Note : 5/5)

Le jeu commence par une cinématique, qui nous permet de comprendre d'emblée le sujet et le thème du jeu. S'enchaîne alors une deuxième cinématique, celle-ci lançant l'intrigue du jeu.
En très peu de temps, le créateur du jeu nous plonge dans un univers complet, cohérent, mais tout cela de manière limpide et concrète. Pas de blabla inutile, les images et le peu de texte nous mettent directement dans l'ambiance.

L'histoire se jouera entre divers personnages clés, que j'ai cité précédemment, dont les histoires se succèdent. On jouera successivement l'un, puis l'autre, l'un nous laissant sur un cliffhanger qui n'aura de révélation qu'une fois la scène de l'autre passée. Les histoires slaloment entre elles de manière claire, sans incompréhension, le jeu se déroule de manière fluide, la narration étant parfaite et nous permettant de ne pas avoir de moments de doutes concernant la marche à suivre. Malgré cela, le jeu ne vous tient pas par la main, non non, et vous pourriez vite vous retrouver dans de sales draps. Si vous faites une seule erreur, comme dans la vraie vie véritable, vous y passerez!

Meilleur gameplay (Note : 4,75/5)

Premièrement, durant les toutes premières secondes où vous prenez enfin le contrôle d'un personnage, Sacha, il vous est expliqué brièvement le système principal du jeu, celui des "Jokers" qui vous permettront d'avoir des indices tout au long du jeu.
Le jeu enchaîne donc logiquement sur le choix du mode de jeu dans lequel on joue : Facile, vous avez 5 Jokers, Normal, 3, Difficile, 1. J'ai personnellement choisi de prendre le mode Normal pour profiter d'une expérience de jeu classique. Mais pas de panique, même si des envies masochistes vous prennent, il sera toujours possible de récupérer des cartes Joker en fouillant les meubles ! Je pense d'ailleurs que j'en ai récupéré facilement 4 à 5, soit une par heure de jeu environ.

Le jeu implémente ce système de Jokers justement parce qu'il propose des énigmes, plus ou moins faciles, qui vous permettront d'avancer dans les différentes scènes, voire même juste de survivre à certains scénarios. Les énigmes sont des énigmes non pas hautement intellectuelles, mais purement culturelles. Une légèrement géographique et littéraire, une énigme codée, des mini-jeux très sympathiques et qui vous permettent de décompresser, des énigmes sur de la sémantique, bref, elles sont toutes très variées et honnêtement pas si compliquées dans l'ensemble. Parfois, il vous suffira juste d'être logique ou... de suivre votre instinct. Certaines d'entre elles seront du hasard, puisque vous devrez choisir selon vous, la meilleure échappatoire.

Pour se faire, le jeu à besoin d'être simple et limpide : On sait où vous amener sur les énigmes, on vous met de petites étoiles dans les niveaux qui indiquent là où vous pourrez obtenir un indice, et vous n'avez pas à vous balader des heures pour trouver les énigmes, sans être tenus par la main, tout est fait pour que naturellement vous vous dirigiez vers les endroits voulus.

L'élément le moins utile du jeu est selon moi le drapeau de sauvegarde, en effet, celui-ci permet de sauvegarder en plein milieu d'une énigme... Sauf que vous sauvegardez à chaque fin de scène et à chaque fois donc que vous changez de personnage ou que vous mourrez ! Donc à priori ce drapeau ne sert pas à grand chose. Sauf qu'en fait, si on n'y fait pas attention, on passe à côté d'une feature plutôt intéressante. En effet, ce drapeau sert également à se rappeler des derniers évènements, d'en savoir un peu plus sur les personnages et également de simplement de souvenir de petites choses que l'on pourrait avoir oubliées.
Il faudrait donc peut-être dire d'emblée que ce drapeau ne sert pas qu'à sauvegarder!

Grace à la diversité d'énigmes et de personnages, le jeu ne devient jamais lassant. Vous n'avez pas non plus toujours l'impression de résoudre des énigmes venues de nulle part comme dans un Professeur Layton. Ici, vos énigmes sont logiques et viennent avec des éléments de scénari plausibles.

Un des gros atouts de ce jeu, c'est aussi le temps que le créateur a passé à permettre aux joueurs l'interaction avec la quasi-totalité des décors. Les meubles peuvent tous s'ouvrir, amenant la possibilité de chercher dans différents tiroirs, sur le meuble, sous le meuble, avec son lot de sons qui vont avec. Vous pourrez fouiller derrière les canapés, sous les canapés, entre les coussins, sous les lits, dans les réfrigérateurs, interagir avec le mobilier en général, les portes, les objets posés de manière sporadique, tout est fait pour que vous puissiez prendre votre temps et explorer comme un réel enquêteur les différents endroits du jeu.

La mécanique la plus importante du jeu sera celle des choix déterminants, et donc des éléments permettant de modifier l'histoire, ainsi que la fin du jeu. À cela s'ajoute la mort possible de vos personnages qui vous permettra de ne jamais réellement jouer la première fois comme n'importe qui. Une erreur, un personnage en moins et l'histoire qui change. Une énigme réussie, et vous aurez une fin différente. Un choix moral décisif différent, et tous vos personnages pourraient en être impactés. Cette mécanique offre de la vie au jeu, elle offre une possibilité également de rejouabilité incroyable, puisque chacun des 4 personnages aura trois fins, et que même quand vous gagnez, tout n'est pas toujours aussi simple.

Je noterai simplement un petit bémol, c'est le fait qu'il n'y ait pas non plus une histoire finale commune entre les personnages vivants. Personnellement, j'ai fini le jeu avec Nicole et Tom, Benoit ayant été tué en premier, puis Sacha pour un malheureux choix hasardeux...
Mais Nicole et Tom vivent de forts moments ensemble, la découverte d'un corps, une dernière épreuve de vie ou de mort, un dénouement commun avec la fin de l'antagoniste principal... C'est dommage qu'il n'y ait pas une fin également où l'on pourrait voir ces personnages, liés par un passé tragique, se lier d'amitié.

Je suis quand même content d'avoir eu la fin positive des deux personnages en vie. La mort de mes deux autres personnages, tiraillés par leurs démons, pourraient avoir un petit goût de satisfaction puisque l'on pourrait se dire "Au moins ils sont en paix"... mais même pas, leur fin est réellement triste et nous ramène à la réalité : La vie, c'est pas si facile, même en mode normal.

Meilleurs graphismes (Note : 4,5/5)

Je vais expliquer ici l'un des principaux soucis du jeu puisqu'il me semble que cette section y est cohérente, c'est le souci des textes globaux du jeu.

Le premier problème apparait d'entrée de jeu, la cinématique est comme la quasi-totalité du jeu, en noir et blanc. Malheureusement, je ne pense pas que le choix le plus judicieux que tu aies pu avoir soit de mettre un texte blanc, assez "sale" par-dessus. J'entends par "sale" une police de texte plus manuscrite que réellement stylisée.
De même, lors de l'explication de ce qu'est VISUM, le texte jaune sur des images d'archive en noir et blanc, c'est également un peu illisible. Mais comme je te l'ai mentionné, je pense qu'une boîte de dialogue non transparente avec un fond noir, irait bien mieux. À contrario, une police d'écriture de couleur pour la cinématique, la rendrait plus agréable à lire.

Pour continuer dans cette lancée, les textes auto-défilants sont réellement trop rapides. Ils sont semble-t-il, tous à la même vitesse, que ce soit des textes de trois lignes... Ou qu'il n'y ait que deux mots ! Parfois, c'est long, parfois, c'est trop rapide. J'ai raté environ cinq ou six dialogues à cause de cela!

Parlons maintenant du visuel du jeu. Premièrement, ce qu'on ne peut pas manquer, c'est que le jeu, qui se veut sombre, se jouera quasi entièrement en noir et blanc. Pourquoi quasi ? Parce qu'il y a plusieurs scènes, 3 à mon souvenir, qui se recolorent pour vraiment se sortir du lot et devenir plus marquantes que les autres. Celles-ci dévoilent la vraie nature du jeu, mais pas de panique, le jeu finit par redevenir sombre et glauque.

Les décors sont tous conçus et imaginés par le créateur qui aura construit un monde cohérent, concret, clair et sans endroits inutiles. Les objets sont quasiment toujours là où on s'attend qu'ils soient. Le seul gros bémol, je dirais que ce serait les intérieurs de maison trop vastes. En effet, une scène m'a beaucoup marquée, celle de Tom et Peio à l'université, où, pour rejoindre son ami, Tom doit faire le tour de la table... Table qui fait la superficie du Kazakhstan et que Tom prendra de longues secondes à contourner, un peu cocasse!
C'est vraiment parfois un effet de vide ou de grandeur un peu étrange que l'on peut parfois ressentir, ainsi que des éléments du décor qui semblent être disproportionnés par rapport aux personnages (Une table de blackjack qui fait au bas mot 1m70 environ).

A partir de quelques heures de jeu, on finit également par se rendre compte que les décors sont très souvent les mêmes, agencés différemment. Peut-être qu'un peu de diversité dans certains objets, rendrait encore mieux. Les maisons sont également très épaisses (des murs de 2 de large) et sont à l'instar du Tardis, des immenses maps dans de si petites maisons !!

Outre tout cela, le jeu est incroyablement détaillé, la majeure partie des éléments sont scriptés, les maps sont plaisantes à visiter, les bâtiments sont tout de même très cohérents, réalistes avec leur temps, les décors ne sont pas surréalistes, tout est pertinent, tout se suit bien. Les personnages figuratifs bougent dans l'arrière-plan, ils ont tous des dialogues, et rendent le jeu tellement vivant.

Meilleure ambiance sonore (Note : 4,75/5)

La musique d'introduction, celle qui est la principale dans le jeu, est placée de manière cohérente et harmonieuse. Elle n'est pas là pour remplir des vides, mais bien pour apporter un réel atout charme à l'ambiance générale du jeu. On pourra malgré tout regretter le manque de variété de celle-ci. Cependant, le jeu étant prenant et rapide, celle-ci ne nous fait pas vriller et ne nous rend pas dingues.

Côté ambiance, le jeu n'hésite pas à nous faire swinguer, entre Elvis, Michael Jackson, Cindy Lauper ou Boney M, le jeu sait allier les ambiances sombres et sérieuses, avec des scènes plus légères et dynamiques, pour ne pas plomber le jeu mais l'encenser encore plus.

Les détails sonores, les bruitages et effets musicaux sont également bien trouvés. Bruits de pas, de portes qui s'ouvrent, cris ou bien même râles de plaisir, chaque son à son importance, chacun est placé correctement.

Aucune musique originale, mais des bandes-son de films, des musiques inspirées, et des bruitages de la vie de tous les jours, pour le plus grand plaisir de nos petites oreilles.


Conclusion (Note totale : 4,75/5)

Pour résumer, ce jeu est une de ces pépites, auxquelles on joue, et desquelles on se souvient et qui marquent nos esprits. À l'instar d'un jeu comme "To the moon", qui m'a personnellement touché et ému, ce jeu a joué avec mes sentiments et m'a donné l'envie de le finir d'une traite.

Ce jeu est à l'heure actuelle (et si vous voyez toujours cette phrase, c'est que c'est toujours véridique), le meilleur jeu selon moi de cette année, et même le meilleur depuis une certaine année 2014. Ce jeu est un bijou de narration, ne tombe pas dans l'absurde, ne tombe pas non plus dans le "too much" vis-à-vis du thème, mais surtout, même de par ses scènes atroces et son lexique parfois vulgaire, ce jeu ne choque pas.
Ce jeu ne tombe pas dans le crade ou la facilité, mais joue sur une conception plutôt très réaliste de ce qu'est notre univers à l'heure actuelle.

Ce jeu mérite qu'on y joue, et même s'il n'est clairement pas adapté au jeune public ou aux âmes sensibles, il est un outil de réflexion sur divers aspects.
J'attribuerais donc à ce jeu l'excellentissime note de 4.75/5 pour sa créativité, sa narration, son sens profond et surtout pour la qualité globale de tout ses aspects.


Remarques diverses

Il serait judicieux de mettre un avertissement pour les épileptiques en tout début de jeu, ou bien avant les dites scènes pour supprimer ces effets de couleurs.

Également, je te liste ici les cinq seules fautes d'inattention de ton jeu :
Première scène de Nicole, un des personnages s'appelle SYVLIE, puis ensuite tu l'appelles Sylvie dans le dialogue
Sacha, dans l'hôtel, en face d'Ullerman, lui souhaite une bonne soirée mais dans le dialogue, on peut lire "Sacha - à lui-même"
Benoit, dans la liste de la loge peut lire le nom d'un certain Mckenzie, mais dans la deuxième, c'est Mackenzie
Nicole, dans la discothèque, va danser sur la PISE de danse
Et enfin Tom, a "mon mon meilleur ami" dans son dialogue

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !

Page : 1
Pseudo Commentaire
Page : 1
Parkko - Publié le 13/07/2022 à 23:25:46


Concurrent
129 messages
Quand on fait un jeu on passe par des moments de doute, d'hésitation. On se dit à quoi bon. On se dit "cette idée n'intéressera que moi".

Et puis plus encore, je crois que souvent je me suis demandé si toutes mes intentions seraient comprises. Parce qu'Une oeuvre abjecte c'est quand même une prise de risque (je trouve). J'ai fait des choix narratifs mais aussi de mise en scène qui sont parfois un peu osés. Alors on espère que celui qui jouera à son jeu le verra "comme on espère".
Sauf que lorsqu'on termine un jeu, on le lance un peu comme une bouteille à la mer. Les gens qui y joueront iront où ils veulent, feront les choix qu'ils voudront et le ressentiront selon leur perception.


Je suis content de voir que certains de mes souhaits sont parfaitement retranscrits dans ton test (très complet au passage, bravo). Quand je lis certains passages je me dis c'est exactement ce que je voulais qu'on comprenne.

Ton test met parfaitement en avant tout ce sur quoi j'ai fait attention et sur quoi j'ai travaillé. Ca donne chaud au coeur, on se dit qu'au moins quelqu'un l'aura remarqué !

Encore une fois merci pour ce test.
ScriptuRe - Publié le 14/07/2022 à 01:57:33


Admin
65 messages
Merci à toi pour ce message !! Le jeu m'a beaucoup parlé et j'ai vraiment adoré y jouer. Je suis content que ce que j'ai pu en penser colle avec la vision que tu avais à apporter.

J'espère que tu continueras dans cette lancée et qu'on pourra redécouvrir une de tes nouvelles idées.

Bonne chance pour le reste!
De retour pour vous jouer de mauvais tours.

Vous souhaitez donner votre avis sur ce test ? Connectez-vous à votre compte, ou créez-vous un compte !