Test :
Pokémon version Opale
Par garsim

Temps joué : 2 h


Introduction




Awards généraux

Gameplay (Note : 2,5/5)

On voit les ambitions qu'a l'auteur (enfin, les auteurs) pour le jeu au niveau du gameplay. C'est simple : le but est de nous faire oublier que nous sommes sous RM (d'ailleurs, techniquement, on ne l'est pas tout à fait...) et que nous jouons à un jeu Pokémon, avec le gameplay qui va avec. Bon, il y a sans aucun doute du Krosk/Sphinx là-dessous, mais bon...
Dès l'ouverture de la fenêtre de jeu, on voit la disposition des écrans, originale et rappelant bien la Nintendo DS (bon, sauf qu'on ne peut pas utiliser de commandes tactiles, évidemment... ce qui est parfois gênant, mais rarement), mais la fenêtre est trop petite et il n'y a malheureusement pas moyen de l'agrandir ou de passer en plein écran. Cela dit, avoir une double fenêtre n'est pas forcément inintéressant, le tout reste de savoir si, hormis l'immersion dans l'ambiance Nintendo DS, cela présente un intérêt. Après tout, l'ergonomie reste une priorité. Ainsi, en se promenant sur la carte, la fenêtre du bas ne sert à rien de spécial ; dans le menu, c'est plutôt la fenêtre du haut qui est moins intéressante ; en combat, en revanche, on apprécie d'avoir la fenêtre du haut pour le déroulement et celle du bas pour les actions à effectuer.

Bon, on n'a donc pas à se plaindre de l'interface de jeu et de la recréation de l'ambiance pokémonesque de ce point de vue.
Mais il y a tout de même un détail de taille qui coince : les bugs. Et ici, ils sont bien trop nombreux, la plupart du temps pourtant visibles comme le nez au milieu de la figure (comprendre par là : il ne faut vraiment pas aller chercher loin pour tomber dessus) et le plus souvent trop gênants pour qu'on passe l'éponge dessus.
Commençons par le problème des collisions : avec les arbres, les barrières (on marche dessus...) ainsi que les bordures de falaises (un comble, vu qu'elles sont censées nous laisser passer à sens unique !) et... en fait, pas mal de choses. Trop, même, à tel point qu'il est carrément possible de découvrir des zones non mappées et de faire sa propre progression. De plus, ça permet à certains Pokémon sauvages d'envahir des zones dans lesquelles il ne devraient normalement pas aller...
Bien plus gênants encore car faisant crasher le jeu, des sons RTP manquants (exemple, en parlant de côté à un dresseur ou en passant devant) ou d'autres erreurs du même acabit... et n'espérons pas charger la sauvegarde de secours, qui est elle aussi bugguée.
Enfin, bien moins grave mais un peu gênant quand même : des transitions entre les différentes zones maladroites et saccadées, y compris à la fin des combats.
Bref, vous l'aurez compris, c'est à cause de ces bugs que la note n'est pas aussi bonne que ce qu'on aurait pu espérer... dommage.

Histoire (Note : 2,75/5)

On peut déjà noter un bon point par rapport aux jeux Pokémon traditionnels : la volonté de faire un univers et une histoire qui ne soient pas complètement focalisés sur les Pokémon. Sans blague, ça ne vous paraissait pas un peu bizarre, ces jeux Pokémon dans lesquels tout le monde est absolument obsédé par les Pokémon, où capturer des pauvres Pokémon sans défense et les échanger était monnaie courant (mais que fait la SPA ?) et où un gamin part à l'aventure sans raison ? Bon, l'objet du test n'est pas de critiquer les jeux Pokémon à ce sujet, mais plutôt de souligner qu'un effort a été fait ici pour donner un peu plus de background et de sens à tout ça.
C'est juste un peu dommage que ça s'effectue de manière quelque peu maladroite par moments. Par exemple, au départ, le courant doit passer vachement vite entre le héros et ses voisins pour qu'il puisse avoir un Evoli et les mettre au courant de tous les détails de sa vie avant de le lâcher dans la nature. Un peu étrange, non ?

Ambiance et Immersion (Note : 3,5/5)

Ce qu'on retiendra surtout ici, c'est le fait que l'ambiance est bel et bien pokémonesque, avec des graphismes et une bande son adaptés, et un gameplay similaire. Etant donné qu'il s'agit d'un fan-game, l'important était donc de bien s'adapter à l'univers Pokémon qui existait déjà, tel que Nintendo l'a défini.
Bon, après, c'est selon l'appréciation de chacun, si l'on aime ou pas cet univers qui paraît quelque peu enfantin et jovial.

Conceptions sonores (Note : 3/5)

La musique a un style bien "pokémonesque" (et pour cause, je suppose qu'elle est tirée de jeux Pokémon, justement... avec quelques ajouts aussi), ce qui est à la fois un avantage et un inconvénient... avantage, car elle met dans l'ambiance ; inconvénient, car c'est un genre de musique très répétitif et très lassant à la longue, d'autant plus que ce ne sont pas toujours les meilleures musiques qui sont choisies. La musique de fond du premier village, par exemple, devient assez soûlante à force.

Graphismes (Note : 3,75/5)

Des graphismes de type "Pokémon", de plus très bien utilisés pour ce genre de décors. Peut-être même un petit peu mieux que dans les premières versions du jeu original... Ici, on n'a pas l'impression de voir de décors trop répétitifs (hormis dans la forêt).


Awards spécifiques

Graphismes originaux (Note : 4/5)

CitationGraphismes originaux : Tous

Vraiment ? Bon, honnêtement, je ne me suis arrêté qu'à la deuxième génération, donc du coup, je ne saurais pas dire précisément s'il s'agissait vraiment de custom ou juste d'un rip. Mais après une brève vérification sur un site de ressources, il semblerait bel et bien que ces graphismes ne proviennent pas (ou, du moins, la plupart) des versions GBA ni des versions DS (à moins qu'ils ne proviennent d'un spin-off Pokémon méconnu). Du coup, pas mal.

Musiques originales (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Systèmes de jeux (Note : 3/5)

Sachant que le jeu utilise probablement des ressources du PSP, il est un peu délicat de noter cet aspect proprement. D'autant plus que les quelques bugs qui y sont probablement dus n'aideraient pas à avoir un avis positif.

Mais quand même, on peut souligner l'effort qui a été fait pour le développement de ces systèmes qui rendent le jeu bien inspiré des Pokémon.

Level design (Note : 3,25/5)

Bon, je suppose que le problème des collisions fantaisistes n'était pas fait exprès, sinon le level design n'aurait eu aucun intérêt.
Donc, si on décide de vraiment jouer le jeu et de les ignorer, on retrouve un level design typique des Pokémon. Le défaut est qu'il est quelque peu linéaire, tout de même, au départ on se retrouve juste à aller d'un point A à un point B, sans vraiment nous laisser beaucoup de choix... et traverser des maps avec pour seule distraction des combats avec Pokémon sauvages ou dresseurs risque d'être un peu monotone à la longue.

Personnages (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Univers (Note : 3,25/5)

Réaliser un fan-game suppose de bien s'inspirer de l'univers dont il s'inspire ; ça, c'est chose faite. Nul doute d'ailleurs que l'interface choisie y soit aussi pour quelque chose.
Mais étant donné que Nintendo a déjà fait le gros du travail pour la création de l'univers, on ne peut pas dire qu'il soit vraiment sorti du chapeau des concepteurs... bien qu'ils aient apporté leur petite touche personnelle, qui assure un peu de fraîcheur.

Narration et Mise en scène (Note : 2,5/5)

La mise en scène est typique de Pokémon, avec les événements qui sont censés aller avec.
En revanche, l'incrustation de la touche scénaristique "personnelle" se fait quelque peu maladroitement avec l'univers Pokémon auquel nous sommes généralement habitués. Bon, comme je le disais, les jeux Pokémon ne sont généralement pas réputés pour leurs scenarii, et la tentative était louable, mais on ne peut pas juste "superposer" une trame scénaristique de Pokémon et une trame scénaristique personnalisée...

Et attention aux dialogues qui dépassent...

Humour (Note : 0/5)

(Ce jeu ne participe pas à cette catégorie compétitive)



Originalité (Note : 2,5/5)

On ne peut pas vraiment dire d'un fan-game qu'il soit original, étant donné qu'il s'inspire d'un univers déjà existant. D'autant plus qu'en matière de fan-games, Pokémon est une marque qu'on retrouve assez souvent (pas autant que Mario ou Zelda, certes).
Toutefois, on peut quand même noter le fait que, par rapport à RPG Maker, le jeu se différencie côté gameplay, et qu'il y a quelques ajouts personnels.

Départ / Introduction (Note : 2,75/5)

Un départ typique des jeux Pokémon (même s'il manque la séquence du professeur nous expliquant ce que sont les Pokémon, m'enfin bref...), où l'on emménage dans un village et qu'on a notre premier Pokémon. Bien que l'introduction ne soit pas très longue, on se montre peut-être un peu impatient car elle fait un peu plus office de blabla qu'autre chose... une introduction sur les menus, les combats... aurait été un peu plus utile.


Conclusion (Note totale : 2,5/5)

Pokémon : Version Opale a théoriquement tout du fan-game parfait, avec un univers Pokémon plutôt fidèlement retranscrit, du gameplay (qui possède une petite touche DS) à la symbiose des éléments graphiques et musicaux, en passant par l'univers du jeu qui lui est si caractéristique... sans oublier les ajouts personnels qui n'en font pas une vulgaire copie des jeux d'origine.
Mais en pratique, le plaisir est bien souvent gâché par les bugs dus au système utilisé, qu'ils soient trop gênants (crashes du jeu, sauvegardes de secours bugguées) ou pas assez (collisions parfois inexistantes), et qui empêchent de vraiment juger le jeu à sa juste valeur ou d'avoir un plaisir total. Un peu comme si, au moment de servir une succulente tarte aux pommes, on la saupoudrait par mégarde de poivre au lieu de sucre vanillé... cependant, contrairement à la tarte qu'on jetterait sans doute à la poubelle, le jeu peut encore largement corriger ses défauts de gameplay. Ce qu'on espère pour la prochaine fois.


Remarques diverses

Lorsqu'on entre dans l'immeuble à côté de la boutique, quand on en sort, on est à l'autre bout de la ville...

Quelle note donneriez-vous à ce test ?

Ce test est-il bien rédigé, compréhensible, complet, respectueux ?

Vous devez être connecté sur le site pour mettre une note !